Deux brillantes femmes chercheures récompensées par le Prix Descartes-Huygens 2018 (5 février 2019, KNAW Amsterdam) [nl]

Le 5 février dernier, s’est tenue à la Trippenhuis, siège de l’Académie Royale des arts et des sciences des Pays-Bas (KNAW), la cérémonie de remise du prestigieux prix Descartes-Huygens, fleuron de la coopération bilatérale en matière scientifique entre la France et les Pays-Bas.

L’atmosphère était tout à la fois solennelle et amicale, à l’image des relations entre nos deux pays et des mots de bienvenue du Président de l’Académie, M. Wim van Saarloos, pour décerner cette récompense à deux jeunes femmes scientifiques de grand talent, Katell Lavéant et Marine Cotte, sur des sujets en apparence très éloignés l’un de l’autre.

JPEG - 425.4 ko
Henriëtte de Swart (Universiteit Utrecht), Philippe Lalliot (Ambassadeur), Katell Lavéant (lauréate), Marine Cotte (lauréate), Wim van Saarloos (KNAW), Pierre Brunel (Sorbonne et Académie des sciences morales et politiques) et Olivier Pironneau (Académie des Sciences)

Cependant, elles ont réussi à créer des ponts entre leurs domaines de spécialité et envisagent d’ores et déjà ensemble des tournées de conférences courtes et grand public en 2019, avec l’appui de la Fondation FrancoSciences, réseau destiné à rassembler et élargir les échanges de connaissances et d’expériences entre les chercheurs francophones impliqués dans les universités et centres de recherche néerlandais, à l’image de Katell qui exerce aux Pays-Bas depuis maintenant 20 ans.

JPEG - 109.1 ko
Philippe Lalliot et Katell Lavéant © KNAW

En effet, quelle résonance et quelle connexion développer entre ces deux domaines scientifiques a priori très différents ? Katell Lavéant mène une étude comparée du théâtre populaire des provinces du nord de la France et du sud des Pays-Bas de la renaissance au 18ème siècle, à partir des « sammelband » (cahiers de livres très hétéroclites cousus ensemble pour véhiculer certaines idées de l’époque interdites par la censure). Marine Cotte analyse quant à elle les strates de la composition chimique des peintures de Rembrandt, ce qui permet de les restaurer, et développe des techniques permettant de dater des sculptures découvertes en Afghanistan grâce aux fréquences du synchrotron de Grenoble.

JPEG - 149.5 ko
Henriëtte de Swart, Marine Cotte et Wim van Saarloos

Ces croisements pluridisciplinaires, entre chimie, histoire de l’art, littérature et utilisation populaire du livre en tant qu’objet, permettent à l’histoire de l’humanité d’éclairer son futur, et c’est bien ce que nous souhaitons à nos deux brillantes lauréates, à travers leur mobilité scientifique et le partage de connaissances avec les chercheurs impliqués d’ores et déjà dans leurs projets pour 2019.

Ne manquez pas le projet appel à candidatures pour le Prix Descartes-Huygens 2019 qui paraîtra courant mars 2019 !

PDF - 234.1 ko
Prix Descartes-Huygens 2018 - Discours prononcé par Philippe Lalliot
(PDF - 234.1 ko)
PDF - 153 ko
Prix Descartes-Huygens 2018 - Discours prononcé par Wim van Saarloos, Président de la KNAW
(PDF - 153 ko)

Dernière modification : 11/02/2019

Haut de page