Dominique Moïsi récompensé par le Prix Spinozalens (22 novembre 2018, La Haye) [nl]

Dominique Moïsi, auteur français de « La géopolitique des émotions » a été récompensé à La Haye le 22 novembre 2018 par le Prix Spinozalens.

A l’origine de « La géopolitique des émotions », paru en 2008, il y a cette intuition d’un mouvement de déconstruction de l’Europe, mise à mal par différentes peurs, comme l’auteur les définit lui-même par cette trilogie de la peur du changement, la peur de l’inconnu, et la peur de l’étranger. Comment alors ne pas rester impuissant et simple spectateur de cet anéantissement de tant d’efforts de construction d’un espace de paix depuis 70 ans ? Sans doute en se référant à ceux qui l’ont inspiré pour la rédaction de ce livre, au premier rang desquels Raymond Aron, sa référence académique, mais également Vaclav Havel, et bien sur Baruch Spinoza, que Dominique Moïsi ne manque pas de citer alors qu’il prononce son discours d’acceptation à la Nieuwe Kerk de La Haye,. Il fait également référence à Jan Patočka, décédé en 1977 dans les circonstances tragiques d’un interrogatoire policier, qui est son pendant pour ce prix, puisqu’il a été récompensé l’année dernière à titre posthume par la Fondation du Prix Spinozalens.

Une juste reconnaissance pour l’auteur de « La géopolitique des émotions, traduit en plus de 25 langues, qui rencontre un immense succès international grâce à cette combinaison inédite de politique, de géostratégie et d’analyse des émotions. Une recette du succès de ce livre qui permet d’appliquer « la pédagogie explicative nuancée plutôt que la démagogie simplificatrice de la complexité du monde ». Pour ce faire, l’auteur a choisi de donner à voir au plus grand nombre un « mapping international des émotions des Etats-nations », et continue son œuvre de pédagogie par la publication de son livre « La géopolitique des séries télévisées », très bien reçu auprès d’un public jeune. L’Institut français et l’Ambassade de France à La Haye ont invité Dominique Moïsi à revenir aux Pays-Bas en 2019 pour participer à une série de débats d’idées sur les nouvelles utopies européennes. L’occasion aussi de rendre visite à ses tableaux préférés au Mauritshuis.

Dernière modification : 03/12/2018

Haut de page