Initiative européenne d’intervention (IEI) - Entretien des ministres de la défense - Communiqué conjoint (Paris, 3 octobre 2019) [nl]

Après le lancement officiel de l’Initiative européenne d’intervention (IEI) par la signature de la lettre d’intention (LoI) en juin 2018, et après la première ministérielle défense en format IEI le 7 novembre 2018 à Paris, les ministres de la défense allemand, belge, britannique, danois, espagnol, estonien, finlandais, français, néerlandais et portugais, ou leurs représentants, se sont réunis le 20 septembre à Hilversum (Pays-Bas) pour la deuxième rencontre ministérielle défense de l’initiative.

Ils ont, à cette occasion, accueilli deux nouveaux membres dans l’IEI. Les ministres norvégiens et suédois de la défense ont participé à cette réunion et ont signé la LoI officialisant l’engagement de leur pays au sein de l’IEI. Les ministres de la défense, ou leurs représentants, ont également examiné sur la candidature de l’Italie et ont approuvé l’adhésion de cette dernière.

Par la suite, les ministres de la défense, ou leurs représentants, ont signé les Termes de référence. Ce document fixe le champ d’application et les modalités de fonctionnement de l’initiative, tels que convenus entre les participants, formalise et clarifie les processus et l’organisation de l’IEI.

Par ailleurs, les ministres de la défense ou leurs représentants :

- ont approuvé le prochain cycle de travail pour contribuer à l’atteinte des objectifs définis dans la LoI. Les représentants des états-majors militaires de tous les participants de l’IEI se réuniront deux fois par an lors des Military European Strategic Talks (MEST), et les directeurs politiques au minimum en amont de la réunion ministérielle Défense annuelle.

- ont souligné la nécessité de se concentrer sur la consolidation des acquis.

Les ministres de la défense, ou leurs représentants, ont fait état de leur investissement au sein de l’initiative et se sont félicités des étapes franchies cette année. L’approfondissement de la coopération favorisera le développement d’une culture stratégique commune, qui permettra de renforcer la capacité des membres de l’IEI à répondre ensemble aux futures menaces et crises, afin de protéger, lorsque cela est nécessaire, les intérêts sécuritaires européens, de façon plus efficace et plus rapide, dans les cadres d’intervention retenus.

Il a été réaffirmé que les pays IEI continueront à partager leurs analyses de situation sécuritaire, et identifieront leurs convergences, concernant les régions du Sahel, des Caraïbes ou de la Mer baltique, notamment. Ceci permettra de renforcer les liens et la coopération sur les plans politiques et militaires, dans chacun des domaines d’actions agréés : 1/ l’anticipation stratégique, 2/ les scenarii d’emploi, 3/ le retour d’expérience et le partage de doctrines et 4/ l’appui aux opérations.

L’IEI ne duplique pas les activités réalisées dans les cadres de l’UE, l’OTAN, l’ONU, l’OSCE ou de coalitions ad hoc, mais s’inscrit dans une démarche de complémentarité. Il a été convenu que la communication externe relative aux actions et objectifs de l’IEI devait être claire et transparente.

L’IEI est un forum souple, non-contraignant et sans incidence sur les ressources, où tous les participants sont égaux. Comme indiqué dans la LoI, elle ne créera pas de nouvelle force de réaction rapide, ne nécessitera pas d’affecter des forces nationales pour ses activités, mais vise principalement à renforcer les interactions entre ses membres dans les quatre domaines susmentionnés./.

(Source : site Internet du ministère des armées)

Dernière modification : 07/10/2019

Haut de page