Iran - Q&R - Extrait du point de presse (5 novembre 2019) [nl]

Q : Le président iranien Hassan Rohani a annoncé mardi une nouvelle réduction des engagements pris par son pays en matière nucléaire. Ces annonces remettent-elles en cause fondamentalement l’accord de 2015 et compromettent-elles toute reprise du dialogue entre Washington et Téhéran ?

R : Avec l’Allemagne, le Royaume-Uni et le service européen d’action extérieure, nous avons exprimé à plusieurs reprises notre profonde préoccupation au sujet des annonces et actions récentes de l’Iran contraires à ses engagements au titre du Plan d’Action Global Commun (PAGC - JCPoA).

Les annonces par l’Iran le 5 novembre pour augmenter ses capacités d’enrichissement vont à l’encontre de l’accord de Vienne, qui limite strictement les activités dans ce domaine. Nous attendons, avec nos partenaires, les prochains rapports de l’AIEA sur les annonces et actions iraniennes. Nous réitérons notre soutien au travail réalisé par l’Agence et rappelons notre confiance dans sa manière impartiale et indépendante de suivre et vérifier les engagements et obligations nucléaires de l’Iran.

Nous restons engagés en faveur du JCPoA et exhortons l’Iran à revenir sur ses décisions contraires à l’accord, à pleinement adhérer à ses obligations et à coopérer pleinement avec l’AIEA, tant dans le cadre du JCPoA que de ses autres obligations nucléaires.

La France reste pleinement engagée en faveur d’une désescalade des tensions. Le retour à une pleine conformité à l’accord est l’un des objectifs clé de ce processus, à côté de l’ouverture de négociations élargies sur la sécurité régionale et sur l’encadrement du programme nucléaire iranien à long terme.

Source : www.diplomatie.gouv.fr

Dernière modification : 06/11/2019

Haut de page