L’innovation et la coopération au cœur de la recherche aux Pays-Bas [nl]

Grâce à ses centres de recherche, ses universités ainsi qu’aux financements publics et privés, le royaume des Pays-Bas est aujourd’hui un pays particulièrement dynamique pour le secteur de la recherche.

L’investissement dans des domaines de recherche innovants

Cinq terrains d’expertise sont particulièrement reconnus lorsqu’il est question de la recherche aux Pays-Bas. Si l’agroalimentaire reste le principal domaine de compétences des centres de recherche néerlandais, en incluant ce qui a trait à la santé animale, végétale et humaine, et mettant à contribution le développement durable dans son ensemble, d’autres domaines innovants sont également performants et investis dans une coopération européenne très intense.

C’est le cas du domaine du couple formé par les transports et la logistique, de l’impression 3D, de la biologie, notamment appliquée à la médecine et secondée par la radiologie de pointe.

Ces angles d’approche montrent combien la recherche néerlandaise vise à s’inscrire dans des problématiques contemporaines permettant de mobiliser des financements privés et publics par exemple sous la forme de clusters.

La mobilisation de financements à la fois privés et publics

Les financements publics jouent un rôle important et sont gérés par divers organismes, en premier lieu le MINOCW (ministère de l’enseignement, de la recherche et de la culture néerlandais), mais également le NWO (équivalent français du CNRS), la VSNU (association des universités néerlandaises, CPU en France), la NUFFIC (équivalent de Campus France) et la KNAW (Académie royale néerlandaise des arts et des sciences).

À ces organismes s’ajoutent les universités dont les centres de recherche ne sont pas en reste en terme qualitatif ; le secteur universitaire seul recrute 300 chercheurs par an. L’université technologique de Delft (TU Delft, université de science appliquée), la Wageningen University & Research et l’Université d’Amsterdam (UvA) comptent ainsi parmi les universités dont les centres de recherche sont les plus renommés. L’Université technologique de Delft, l’Université de Wageningen et la TU d’Eindhoven, avec son « Brainport » n’hésitent pas à développer des liens pérennes avec le monde économique et les acteurs privés investis dans la recherche par le biais de leurs départements de R&D.

Plusieurs entreprises participent en effet à la recherche et au développement en se liant avec les universités et parmi ces grands groupes, on retrouve Philips, Unilever, ING Group, TOM-TOM pour la partie néerlandaise tandis que Renault-Nissan, Décathlon, Cartier, Danone, Airbus group, entreprises françaises, sont présentes sur le territoire néerlandais et développent la recherche. Le TNO est un autre acteur important dans le secteur de la recherche aux Pays-Bas ; cette organisation créée en 1932 finance la recherche appliquée et permet sa diffusion auprès des institutions et des entreprises.

L’ouverture à l’international

La recherche aux Pays-Bas reste définitivement tournée vers l’international ; cette ambition d’universalité affichée par les universités néerlandaises et par les centres de recherche a permis d’accélérer l’intégration de nombreux talents internationaux. Une étude de l’institut de recherches Rathenau a également montré que les chercheurs néerlandais prenaient part à près de 17% des projets européens de la programmation 2014-2020, un chiffre bien supérieur à leur poids relatif au sein de l’Union Européenne.

La coopération franco-néerlandaise

Avec tous ces liens à l’international, la coopération avec la France s’effectue à divers niveaux mais reste principalement ciblée sur l’agronomie, la chimie, la biochimie à dominante médicale, la science physique et les sciences de l’ingénieur, auxquelles s’ajoutent les sciences humaines en droit et science politique, et les écoles d’art et design. Le statut des jeunes chercheurs, y compris étrangers sur contrats de 2 à 4 ans, leur permettant ultérieurement d’intégrer durablement un laboratoire ou l’enseignement supérieur constitue une forme d’attractivité importante de la recherche aux Pays-Bas. En plus des projets de recherches intégrant la France et les Pays-Bas, tels qu’Horizon 2020 ou les actions Marie Skłodowska-Curie, l’ambassade de France aux Pays-Bas travaille également au développement de la coopération scientifique et universitaire entre la France et les Pays-Bas, notamment avec la mise en place de bourses et prix destinées aux étudiants et aux chercheurs.

Nos appels à candidatures :

Dernière modification : 02/06/2020

Haut de page