La Bibliothèque nationale de France [nl]

L’histoire de la Bibliothèque nationale de France (BnF) commence en 1368 lorsque Charles V installe au Louvre, dans la tour de la Fauconnerie, sa librairie particulière constituée de 917 manuscrits.
Aujourd’hui la BnF déploie ses collections et accomplit ses missions sur plusieurs sites. Pour les personnes qui ne peuvent pas se déplacer, la BnF propose sur son site internet de nombreuses expositions virtuelles et des dossiers à titre pédagogique.

www.bnf.fr - JPEG Site Internet de la BnF : www.bnf.fr

Des débuts hésitants

L’histoire de la Bibliothèque nationale de France commence lorsque Charles V, "le Sage", installe en 1368 au Louvre, dans la tour de la Fauconnerie, sa Librairie particulière, riche de neuf cent dix-sept manuscrits.
Mais, à cette époque, les collections royales sont irrémédiablement dispersées à la mort de leurs propriétaires. C’est à partir de Louis XI, roi de 1461 à 1483 et véritable fondateur de la Bibliothèque Nationale, que la continuité de celle-ci est assurée, à l’image de la permanence dynastique.

La création du dépôt légal

Transportée à Amboise, puis à Blois, la Bibliothèque rejoint la collection de la nouvelle Librairie que François Ier a créée en 1522 à Fontainebleau et confiée à l’humaniste Guillaume Budé. En 1537, le roi introduit un principe nouveau enjoignant aux imprimeurs et aux libraires de déposer à la librairie du château de Blois tout livre imprimé mis en vente dans le royaume, appelée dépôt légal.
Ramenée à Paris, dans la seconde moitié du XVIe siècle, la Bibliothèque traverse, non sans dommages, les guerres de religion.

Les bouleversements de la Révolution

Au XVIIIe siècle, la Révolution française marque profondément la Bibliothèque. Le dépôt légal est supprimé pendant trois ans. Pourtant, la bibliothèque du Roi, devenue Nationale, enrichit considérablement ses fonds pendant cette période grâce aux confiscations pratiquées en France et à l’étranger …

Extensions et modernisation

Au XXe siècle, la Bibliothèque ne cesse de croître. L’arrivée de plus en plus massive des collections pose des problèmes de conservation de plus en plus aigus. Le renforcement du dépôt légal, considérablement amélioré par la loi du 19 mai 1925, contribue à l’expansion des collections en instituant le double dépôt imprimeurs et éditeurs. L’explosion de la production imprimée est visible dans les chiffres : 390 ouvrages déposés en 1780, 12 414 ouvrages en 1880 et 45 000 en 1993.

Des problèmes de conservation de plus en plus aigus

Il y a des problèmes de conservation de plus en plus aigus : le changement des modes de fabrication des papiers à partir des années 1850 compromet leur conservation. Pour faire face à une production croissante et au besoin d’une matière première disponible, les papetiers emploient désormais le bois au lieu du chiffon. Or, les composants du bois rendent le papier acide : il vieillit très mal, jaunit et devient cassant. Les nouveaux supports notamment audiovisuels posent également des problèmes complexes de conservation non seulement en raison de la qualité et de la variété des matériaux des supports, mais aussi des appareils de lecture inséparables des documents.
Depuis 1996 la Bibliothèque nationale de France est également présente sur Internet : présentation des collections, information d’ordre pratique ou d’actualité, information professionnelle et une première exposition virtuelle " 1001 enluminures "

La BnF aujourd’hui

Née de la fusion entre l’ancienne Bibliothèque Nationale et de l’Etablissement public de la Bibliothèque de France, la Bibliothèque nationale de France déploie ses collections et accomplit ses missions sur plusieurs sites : Aujourd’hui la BnF déploie ses collections et accomplit ses missions sur plusieurs sites :
Le site François-Mitterrand (collections d’imprimés, périodiques, documents audiovisuels et documents informatiques) ; le site Richelieu, (départements des Manuscrits, des Estampes et de la photographie, des Cartes et plans, des Monnaies, médailles et antiques, de la Musique, des Arts du spectacle) ; L’Arsenal ; La Bibliothèque Musée de l’Opéra (Musique) ; La Maison Jean Vilar à Avignon (théâtre) ; Le centre technique de Bussy Saint-Georges (Centre de conservation) ; Le centre Joel-Le-Theule à Sablé (Centre de conservation).

Dernière modification : 22/05/2017

Haut de page