La France veut mettre fin, d’ici 2030, à la déforestation causée par l’importation de produits non durables [nl]

Conformément à l’engagement pris dans le « Plan Climat » adopté en juillet 2017, les cinq ministres signataires de ce communiqué annoncent l’adoption, ce jour, de la stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée destinée à mettre fin d’ici 2030 à la déforestation causée par l’importation de produits forestiers ou agricoles non durables.

Entre 1990 et 2015, la superficie forestière mondiale a été réduite de 129 millions d’hectares, soit huit fois la superficie de la forêt métropolitaine française, entraînant une hausse de 11 % des émissions de gaz à effet de serre et d’importantes conséquences en termes de préservation de la biodiversité et des habitats naturels. Les pays européens portent une responsabilité importante puisqu’un tiers de cette déforestation est due à la consommation de produits agricoles par les pays de l’Union européenne.

Après avoir pris des engagements de lutte contre la déforestation dans le cadre des déclarations d’Amsterdam et de New York, la France passe à l’acte avec cette stratégie englobante, fruit d’une consultation de l’ensemble des acteurs concernés. Le projet de stratégie a été présenté aux membres du Conseil national pour la transition écologique le 12 juillet 2018, et soumis à la consultation du public du 3 au 24 juillet 2018. Le texte final de la stratégie prend en compte ces nombreuses contributions – plus de 2500 – qui soulignent la forte attente dont elle fait l’objet.

L’objectif de cette stratégie est d’amener chaque acteur (producteurs, entreprises, investisseurs, consommateurs), à faire évoluer ses pratiques pour diminuer la déforestation. Elle vise, dans un premier temps, les matières agricoles qui contribuent le plus à la déforestation importée telles que le soja, l’huile de palme, le bœuf et ses co-produits, le cacao, l’hévéa, ainsi que le bois et ses produits dérivés. Le front de la déforestation progressant rapidement, des points d’étape seront réalisés en 2020 et 2025 afin de mesurer les progrès accomplis et, le cas échéant, prendre de nouvelles mesures contraignantes et élargir son champ à de nouveaux produits.

Les principales mesures de cette stratégie portent à la fois sur l’offre et sur la demande de ces produits et engagent l’ensemble des acteurs. Elles visent également à diffuser ces mesures au niveau européen et international.

Source : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr

Dernière modification : 14/11/2018

Haut de page