La défense nationale [nl]

Ministère de la Défense - JPEGLa Défense française compte environ 203.000 militaires et 60.500 personnels civils (2016) soit un effectif total de 263.500. La stratégie de Défense et de sécurité nationale est définie autour de cinq grandes fonctions stratégiques : connaître et anticiper, dissuader, protéger, prévenir et intervenir. Elle est exposée dans le Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale paru en 2013. La Loi de Programmation Militaire (LPM) 2014-2019 définit le cadre, l’organisation, les moyens et les ressources affectés à la mise en œuvre de cette stratégie de Défense. L’actualisation en 2016 de la LPM consacre une augmentation de 600 millions d’euros du budget de la défense, le portant à 35 milliards d’euros et permet la création nette de 2 300 emplois.

Dans ce cadre, le rôle de la Défense est :
- d’assurer la protection du territoire national, de la population et de garantir la continuité des fonctions essentielles de la nation ;
- de garantir avec nos partenaires et alliés la sécurité de l’Europe et de l’espace nord-atlantique ;
- de stabiliser avec nos partenaires et alliés les approches de l’Europe ;
- de participer à la stabilité du Proche-Orient et du Golfe Arabo-persique ;
- de contribuer à la paix dans le monde.

Les missions sont conduites dans le cadre des accords et traités internationaux (ONU, OTAN et Europe). Depuis l’automne 2016, 30.000 militaires français (hors Gendarmerie) sont engagés en permanence sur le territoire national, hors métropole (Forces de présence, forces de souveraineté, opérations extérieures) ou en alerte.

Membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies (ONU), la France est aussi membre fondateur de l’Union européenne (UE) et de l’Alliance atlantique (OTAN). Aujourd’hui, le retour de la France dans les structures du commandement militaire intégré de l’OTAN, ratifié par le Parlement français en 2009, est concrétisé, jusqu’au plus haut niveau de l’organisation ; le commandant suprême allié Transformation est un général d’armée aérienne français.

La coopération de Défense franco-néerlandaise comprend plusieurs volets : dialogue stratégique, coopération militaire, entretien de la mémoire.

Le dialogue stratégique vise à favoriser la convergence des positions françaises et néerlandaises au sein des instances internationales : ONU, UE, OTAN et autres.

Plus de cent militaires français sont stationnés aux Pays-Bas à Eindhoven, Brunssum, La Haye et Den Helder.

La coopération militaire porte en priorité sur les opérations, actuellement au Mali, aux frontières de l’Union européenne et de l’Alliance atlantique, au large de l’Afrique, au Proche et Moyen-Orient ainsi que dans la zone Antilles-Caraïbes.

Elle se concrétise également par des activités communes d’entraînement dans tous les domaines (interarmées, terre, air, mer), de formation, notamment pour les officiers (scolarités à l’Ecole de guerre à Paris ou à l’Ecole d’état-major à Saumur) ou pour les spécialistes de milieux difficiles (commando, jungle, montagne) et de nombreux échanges d’expérience. Elle se traduit aussi par des réalisations capacitaires comme les chasseurs de mines tripartites (en coopération avec la Belgique depuis les années 1990), les hélicoptères NH-90 ou les avions multi rôles de ravitaillement et de transport (MRTT).

Enfin, la mémoire des 600 militaires français morts pour la défense (Zélande en mai 1940) puis la libération des Pays-Bas (Wassenaar en février 1944, Zélande en octobre-novembre 1944, Drenthe en avril 1945), principalement enterrés au cimetière militaire français de Kapelle, doit être honorée. La fraternité d’armes née dès 1940 a été vérifiée au combat dans les opérations extérieures en Corée, au Liban, en Irak, en Ex-Yougoslavie, en Afghanistan et en Afrique.

Liens sur la politique de défense et de sécurité :

- Le ministère de la Défense

- Le ministère des Affaires étrangères

- Légion étrangère
- Recrutement légion étrangère

Autres :

- Histoire du 1er Bataillon de Fusiliers-Marins commandé par le capitaine Charles Trépel et de sa mystérieuse disparation

Dernière modification : 31/03/2017

Haut de page