La défense nationale [nl]

JPEGLa Défense française compte environ 205 782 militaires et 62 512 personnels civils (2020) soit un effectif total de 268.294 personnes, dont 21.6 % de femmes.
La stratégie de Défense et de sécurité nationale est définie autour de 5 grands axes : connaître et anticiper, prévenir, dissuader, protéger et intervenir.
Le rôle du ministère des Armées est d’assurer la protection du territoire, de la population et des intérêts français mais répond également à d’autres missions dans le cadre des accords et traités internationaux (OTAN) ou régionaux (Europe de la défense).
Elle est exposée dans le Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale paru en 2013.

Le budget de la défense

La Loi de Programmation Militaire (LPM) 2019-2025 définit le cadre, l’organisation, les moyens et les ressources affectés à la mise en œuvre de cette stratégie de Défense.
Le budget actuel de la défense est de 37.5 Mds€, c’est-à-dire à 1,86% de la richesse nationale. Il devrait atteindre 2% du PIB d’ici 2025.

Le rôle des forces armées

-  Assurer en permanence la sûreté du territoire, de son espace aérien associé et de nos approches maritimes.
-  Appuyer les opérations de gestion de crise consécutives (attaques terroristes, catastrophe naturelle ou technologique).
• La dissuasion nucléaire protège la France contre toute agression contre ses intérêts vitaux, d’où qu’elle vienne et quelle qu’en soit la forme.
• Les forces aériennes et navales assurent la tenue de la posture de dissuasion.
• Les opérations extérieures ont pour objectifs :
-  assurer la protection de nos ressortissants à l’étranger ;
-  défendre nos intérêts stratégiques, comme ceux de nos partenaires et alliés ;
-  exercer nos responsabilités internationales.

Déploiements opérationnels

Les missions sont conduites dans le cadre des accords et traités internationaux (ONU, OTAN et Europe).

Plus de 30.000 militaires français (hors Gendarmerie) sont engagés en permanence :

-  Territoire national : 13000 militaires
-  Forces de souveraineté (Antilles, Guyane, La Réunion, Nouvelle Calédonie, Polynésie française) : 7150
-  Forces de présence (Sénégal, Côte d’Ivoire, Gabon, Djibouti, E.A.U.) : 3750
-  Barkhane (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) : 5100
-  Chammal (Syrie, Irak) : 600
-  720 militaires sont déployés sous l’égide de l’ONU
-  140 sous l’égide de l’Union Européenne
-  400 sous l’égide de l’OTAN
-  4150 militaires sont affectés sur des missions maritimes
-  S’y ajoute un vivier de 41047 réservistes opérationnels.

La place de la Défense française dans le monde

La France est membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies (ONU), mais aussi membre fondateur de l’Union européenne (UE) et de l’Alliance atlantique (OTAN).

Construire une Europe de la Défense.

L’initiative européenne d’intervention (IEI) a pour objectif de :
Accroître la capacité des Européens à agir ensemble, en créant les conditions pour de futurs engagements conjoints,
Développer une culture stratégique commune entre Européens
• Promouvoir la crédibilité miliaire de l’Europe
• Renforcer l’autonomie stratégique de l’Europe
• Contribuer à un meilleur partage du fardeau.

L’IEI, qui regroupe 13 pays dont les Pays-Bas) constitue une force potentielle de 30000 militaires engagés en opérations extérieures. Dans le cadre de la Coopération structurée permanente, 8 projets sur 34 sont coordonnés par la France, comme la rénovation de l’hélicoptère Tigre déployé au Sahel.

La coopération de Défense franco-néerlandaise

Elle se concrétise dans différents domaines : dialogue stratégique, coopération militaire et entretien de la mémoire.

Le dialogue stratégique vise à favoriser la convergence des positions françaises et néerlandaises au sein des instances internationales : ONU, UE, OTAN et autres.

Coopération militaire :

Plus de 200 militaires français sont stationnés aux Pays-Bas : à Brunssum (NATO JFC-Joint Force Command), Eindhoven (EATC-European Air Transport Command), La Haye (NCIA-NATO Communication and Information Agency et EUROPOL-European Police Office) et Den Helder (état-major de la Marine néerlandaise).

La coopération militaire porte en priorité sur les opérations, actuellement au Mali, aux frontières de l’Union européenne et de l’Alliance atlantique, au large de l’Afrique, au Proche et Moyen-Orient (opération EMASOH dans le Golfe arabo-persique) ainsi que dans la zone Antilles-Caraïbes.

-  Terre :
Les deux armées participent à des exercices communs comme Falcon Leap (exercice aéroporté néerlandais). La 13ème Brigade néerlandaise, la Brigade motorisée belge et la 7ème Brigade blindée française développent actuellement une coopération étroite dans le cadre de l’arrivée du système Scorpion, afin de conserver et optimiser l’interopérabilité entre les 3 armées.

- Marine :
Il faut souligner l’importance de la coopération bilatérale mise en œuvre dans les Caraïbes où les forces armées néerlandaises et françaises coopèrent étroitement dans la lutte contre le narcotrafic mais aussi pour intervenir en cas de crise naturelle (Ouragan Irma en 2017).

-  Air :
L’armée de l’air française participe régulièrement à l’exercice annuel Frisian Flag (FF) à Leeuwarden (nord des Pays-Bas).

L’EATC (European Air Transport Command) est un exemple en matière de coopération européenne dans le domaine du transport aérien.

Basé à Eindhoven, l’EATC accueille une flotte d’avions ravitailleurs mis à disposition par des pays partenaires (Norvège, Allemagne, France, Luxembourg, Espagne, Belgique, Italie et Pays-Bas). Cette flotte commandée par le colonel néerlandais appartient à l’OTAN et son déploiement ainsi que la répartition des coûts d’entretien et de personnel sont coordonnés par l’EATC, dont le précédent commandant était un général français.

La coopération franco-néerlandaise se concrétise également par des activités communes d’entraînement dans tous les domaines (interarmées, terre, air, mer), de formation, notamment pour les officiers (scolarités à l’Ecole de guerre à Paris ou à l’Ecole d’état-major à Saumur) ou pour les spécialistes de milieux difficiles (commando, jungle, montagne) et de nombreux échanges d’expérience.

Elle se traduit aussi par des réalisations capacitaires comme les chasseurs de mines tripartites (en coopération avec la Belgique depuis les années 1990), les hélicoptères NH-90 ou les avions multi rôles de ravitaillement et de transport (MRTT).

• Enfin, les Pays-Bas honorent chaque année, conjointement avec la France et leurs alliés, la mémoire des 600 militaires français morts pour la défense (Zélande en mai 1940) puis la libération des Pays-Bas (Wassenaar en février 1944, Zélande en octobre-novembre 1944, Drenthe en avril 1945).

La fraternité d’armes née dès 1940 a été vérifiée au combat dans les opérations extérieures en Corée, au Liban, en Irak, en Ex-Yougoslavie, en Afghanistan et en Afrique.

Liens sur la politique de défense et de sécurité :

- Le ministère de la Défense

- Le ministère des Affaires étrangères

- Légion étrangère
- Recrutement légion étrangère

Autres :

- Histoire du 1er Bataillon de Fusiliers-Marins commandé par le capitaine Charles Trépel et de sa mystérieuse disparation

Dernière modification : 25/11/2020

Haut de page