Le canal Seine-Nord Europe : un nouvel horizon pour le transport fluvial en France [nl]

Le Président de la République s’est rendu mardi 5 avril 2011 dans la Somme pour lancer le "dialogue compétitif", dernière étape avant le grand lancement des travaux de construction du canal Seine-Nord Europe. Un nouvel horizon s’ouvre pour le transport fluvial avec le lancement de ce projet qui participe à la fois à l’aménagement du territoire et à la croissance économique de la France.

Ce canal, le premier construit en France depuis plus d’un siècle, mesurera 106 km de long, 54 m de large, conduira à la construction de 360 hectares de zones portuaires répartis en quatre zones (Nesle, Cambrai-Marquion, Peronne-Haute Picardie et Noyon) et sera relié au réseau grand gabarit d’Europe du Nord (Belgique, Allemagne, Pays-Bas).

Sept ports majeurs seront ainsi mis en réseau : Le Havre, Rouen, Dunkerque, côté français, Gand, Zeebrugge, Anvers, en Belgique, et Rotterdam aux Pays-Bas.

Le Président a d’abord visité le chantier d’abaissement de l’autoroute A29 dont les travaux doivent permettre le passage d’un pont-canal pour le futur canal : plus de 500 000 m3 de terre doivent être déplacés, pour abaisser la route jusqu’à 8 m sur une longueur d’1,2 km. Le Président a ensuite présidé, à Nesle, une table ronde sur l’avenir du transport fluvial à laquelle participaient des élus et des acteurs économiques.


Canal Seine-Nord Europe - JPEG

Croissance verte

Chantier emblématique du Grenelle de l’environnement, le Canal Seine-Nord Europe permettra de rendre compétitif le transport par voie d’eau, ce qui en fait un projet incontournable pour la protection de l’environnement.

Compétitivité

20 000 km : C’est le nombre de voies navigables du réseau européen auxquelles sera relié le réseau français grâce au canal Seine Nord Europe. Ouvrant un nouveau corridor de fret européen, il devrait permettre de multiplier par deux le nombre de marchandises transportées sur le réseau fluvial français, et par quatre sur l’axe nord-sud (atteignant 15 M t).

La diminution des coûts de transport liée à la création du canal permettra une importante augmentation de la compétitivité des entreprises françaises. Cela favorisera l’implantation de nouvelles industries, en particulier dans les domaines de :

- la logistique de distribution
- l’agriculture
- l’agro-industrie
- des matériaux de construction
- des produits manufacturés transportés par conteneurs

25 000 : C’est le nombre d’emplois qui devraient être créés à l’horizon 2030, dans les secteurs de la logistique, de l’industrie et du transport. Le canal devrait également, avec ses 4 escales et son port de plaisance, mener au développement de l’activité touristique dans la région.

42% : C’est l’augmentation du trafic fluvial du port du Havre pour les vrac (les conteneurs devant augmenter de leur côté de 34%).

Inscrit dans le Plan de Relance de décembre 2008, le canal Seine Nord Europe constitue un levier de développement pour les grands ports maritimes de Rouen, Le Havre et Dunkerque, et devrait également bénéficier aux ports intérieurs d’Île-de-France, de Haute-Normandie, de Picardie et du Nord-Pas-de-Calais.

Dernière modification : 18/02/2022

Haut de page