Lille-MEL – Un Créathon « Alimentation et bien-être » survitaminé et bien équilibré en talents venus du territoire métropolitain de Lille, de Belgique et des Pays-Bas (du 27 au 29 mars 2019) [nl]

Le 27, 28 et 29 mars derniers, 24 jeunes Européens aux parcours universitaires et professionnels différents se sont rassemblés à Lille afin de participer au Créathon 2019. Le thème de ce Créathon lillois était « Alimentation et bien-être » ; en équipe de 5 ou 4, les Créathoniens belges, français et néerlandais ont concocté ensemble des projets présentés le dernier jour devant un jury composé d’Anne-Emmanuelle Grossi, directrice de l’Institut français des Pays-Bas, Fanny Lecroard, chargée d’accompagnement chez Enactus, Dorothée Lepoutre, ingénieure d’affaires chez Lille’s agency, Martine Sourbag, conseillère au développement international des PME du secteur agroalimentaire chez Amsterdam Trade et Han Grooten-Feld, chargé de mission culture à l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas en France. En association avec l’Institut Français des Pays-Bas, le Réseau Franco-Néerlandais et la Métropole Européenne de Lille (MEL), les Créathoniens ont participé à plusieurs activités, sources d’inspiration pour leur projets (présentés sous forme de « pitchs ») liés au thème de l’événement.

Plusieurs start-ups étaient également présentes afin de contribuer au partage d’expériences avec les participants ; start-up incubée dans le cluster Euralimentaire, « Open cooking » est une application qui transforme vos recettes de cuisine en listes de courses, vous permettant de choisir d’un coup d’œil dans les rayons du supermarché les produits sans additifs ni conservateurs ou adaptés à tout régime particulier. Avec Euralimentaire, ce sont 20 start-ups, comme la Préserverie, qui promettent de répondre aux besoins de la production alimentaire du futur.

Les participants ont également pu visiter la friche « Fives-Cail », dont les secrets ont été révélés par son chef de projet, Guillaume Carrier, travaillant pour la SEM (société d’économie mixte) SORELI. Les 17 hectares de Fives-Cail, comme une cicatrice à la mémoire industrielle de ce quartier de Lille-Hellemes, seront transformés, en partie grâce au financement du programme européen « Urban Innovative Actions » (UIA lauréat 2017), en un quartier dédié à ce que sera notre quotidien alimentaire de demain : des halles productives et gourmandes, un LHIL, le lycée hôtelier international de Lille, avec boulangerie et restaurant d’application ouverts sur le quartier, la production alimentaire en ville, des lieux d’échanges et de rencontres et enfin des logements innovants.

Cette visite a directement inspiré au moins une équipe lors de la création des projets. En effet, l’un des groupes avait pour objectif de créer un potager biologique ainsi qu’une cuisine sur le site de Five Cail. Alliant théorie et pratique, le projet était assorti d’un programme scolaire expliquant le bien-manger à des enfants de classes de primaire. De nombreux autres projets se sont concentrés sur la nécessité de sensibiliser les plus jeunes à l’importance d’une alimentation saine : du projet d’un food-truck traversant la France, la Belgique et les Pays-Bas afin d’intervenir dans les écoles sur l’alimentation saine, au projet de mise en place d’un programme de sensibilisation face aux déchets et à la nourriture du futur, notamment la consommation d’insectes, tous les participants avaient pris en compte la nécessaire implication de la population dans le défi que représentent l’alimentation et le bien-être. Un autre projet proposait aussi de mettre en place des « fermes verticales » sous forme de palettes empilées, permettant à chacun de cultiver son jardin même en appartement.

Face à ces propositions ingénieuses, c’est « l’Edibox » qui a rencontré l’adhésion du jury : une boîte distribuée dans plusieurs écoles primaires contenant graines de fruits et légumes de saison, explications et outils afin de mieux s’alimenter en construisant son propre potager, prétexte à tout un programme de sensibilisation dans les classes imaginé par l’équipe lauréate. Les cinq gagnants du Créathon sont repartis avec une bourse de 500€ et recevront une aide précieuse de la MEL si le projet venait à se concrétiser.

Afin de mitonner ces projets, les Créathoniens étaient en premier lieu rassemblés au Fabricarium, le fab-lab de Polytech, école d’ingénieurs de l’Université de Lille. En parallèle, se déroulait la rencontre entre M. Dieulot, Directeur de Polytech, et une délégation de la HAS Hogeschool (l’équivalent de nos IUT), accompagnée par l’Ambassade de France aux Pays-Bas. La visite de Polytech, suivie de celle de l’ISA (Ecole Supérieure d’Agriculture), semble avoir particulièrement convaincu les délégués néerlandais, prêts à mettre en place une coopération pérenne.

JPEG

La soirée networking de jeudi fut un autre témoin de la coopération entre la France, les Pays-Bas et la Belgique sur la question de l’alimentation et du bien-être ; une table-ronde composée de deux représentantes françaises proches de la frontière belge (Euralimentaire et Certia Interface) et de trois représentantes néerlandaises (amsterdamtrade et NMK Esbaco) ont ainsi animé un débat où plusieurs questions essentielles se sont posées quant à l’alimentation, telles que « Comment accompagner la restructuration d’entreprises parfois dépendantes de la production d’un type d’aliment en particulier ? » ou « comment concilier conscience écologique et importation lointaine d’aliments biologiques de substitution ? ».

Après cette soirée et pour le dernier jour de préparation des pitchs, les locaux de la MEL ont accueilli à nouveau les Créathoniens qui ont pu se concentrer sur la dernière ligne droite avant la présentation de leurs pitchs et l’annonce du grand gagnant. Avant la remise des prix, la délégation Hogeschool et Ambassade de France aux Pays-Bas a assisté quant à elle, à une présentation organisée par Mme Anne-Charlotte Pupin d’Eurasanté et de son pôle nutrition, santé et longévité au sein du CHU de Lille, suivie d’une visite avec M. Eric Oriol du puri center Lesaffre, entreprise leader sur le marché international de la levure et centre de recherche en développement pour la santé animale et humaine.

La réussite de ce Créathon revient donc à de nombreux acteurs et, avant tout, aux Créathoniens qui ont imaginé, conçu et présenté des projets très innovants et de grande qualité. Nul doute que les futurs Créathons d’Amsterdam et de Paris prévus respectivement pour les mois de mai et juin prochains, sauront remporter le même succès avec un programme tout aussi riche et varié.

JPEG

- Album photos Facebook

Dernière modification : 16/04/2019

Haut de page