Lion d’or de la Biennale de Venise attribué au pavillon français [nl]

La 51e Biennale d’art contemporain de Venise est l’une des plus grandes manifestations d’art contemporain au monde. Le pavillon français exposant les oeuvres de la plasticienne Annette Messager a remporté le Lion d’or de la manifestation.

Annette Messager, dont l’installation intitulée "Casino" s’inspire très librement de l’histoire de Pinocchio, a été récompensée pour "son imagination créative au service de la transformation de la réalité de l’oeuvre" de l’écrivain italien Carlo Collodi, a indiqué le jury.

Née en 1943, Annette Messager est une artiste internationalement reconnue pour ses travaux à partir de créatures hybrides et terrifiantes, ses peluches et ses animaux empaillés.

Intitulée ‘’Casino’’, l’oeuvre d’Annette Messager se découpe en trois salles, où les mondes de l’enfance, de l’horreur et de la souffrance se croisent sans cesse.

JPEG - 4.6 ko
Annette Messager, Dehors, 2004-2005
Traversins, bois, objets divers, tissus, enclos motorisé, drisses, projecteurs asservis, dimensions variables © Atalante-Paris

Dans la première salle, le petit pantin imaginé par l’auteur italien Carlo Collodi à la fin du XIXe siècle est traîné au sol sur un polochon, à l’abri d’un mur de plusieurs centaines de traversins où se côtoient des organes humains et des petits monstres noirs.

JPEG - 1.8 ko
Annette Messager, Dedans, 2004-2005
Pongé de soie, tissus, éléments divers, fibres optiques, fluos, drisses, système piloté par ordinateur, 4 x 16 x 12 m © Atalante-Paris

La seconde installation, un immense drap rouge qui n’en finit pas de tomber du plafond, évoque la naissance et le passage à la vie, dans un bouillonnement de sang inquiétant.

JPEG - 2.6 ko
Annette Messager, Dessus, 2004-2005
Tapis de saut, filets, drisses, matériaux divers, système pneumatique automatisé, 5 x 6 x 6 m © Atalante-Paris

A l’intérieur de la dernière salle, une machine aussi sophistiquée qu’infernale torture un ensemble de peluches, oreillers et autres objets qui font penser à la chambre d’un enfant.

Selon Annette Messager, "nous sommes tous un peu des post-humains aujourd’hui, un peu rafistolés et un peu faux".
"Pinocchio a ce problème, il n’est pas un humain et veut le devenir", poursuit-elle.

"Et c’est parce qu’il est un mauvais garçon qu’il réussit à réaliser son rêve", pense l’artiste, dont le titre de l’oeuvre, "Casino", évoque "un lieu de plaisir et de perdition".

Annette Messager avait choisi de confier le commissariat du pavillon à Suzanne Pagé, directrice du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, ainsi qu’à Béatrice Parent.

Le ministre de la Culture et de la Communication Renaud Donnedieu de Vabres, présent à Venise à cette occasion, a estimé que le prix récompensait "l’oeuvre extraordinaire de cette grande artiste, d’une puissance dramatique très émouvante, qui nous emporte dans une allégorie et un espace où notre condition d’être humain est réinterprétée violemment, cruellement, à travers une relecture étonnante du mythe de Pinocchio".

Dernière modification : 18/11/2009

Haut de page