PRESSE NEERLANDAISE DU JEUDI 14 FEVRIER 2002

Unis sur la poursuite
de la guerre au terrorisme – Un sénateur : ne pas diaboliser l’ennemi – Les
penseurs : le combat des Etats-Unis est nécessaire", "Conflit chez Philips à
propos des stock-options"

Trouw  : "’Publiez le rapport sur Srebrenica maintenant’",
"L’armée israélienne pénètre dans la bande de Gaza"

de Volkskrant  : "Le Conseil : lever l’interdit sur les bénéfices dans les
soins", "Powell soutient l’action contre l’Irak"

Algemeen Dagblad  : "Saisie du compte de Leefbaar Nederland",
"Bush travaille à la chute de Saddam"

De Telegraaf  : "’Baisser l’impôt sur l’épargne’ – Le CDA reproche à
Zalm d’accepter un taux d’inflation beaucoup trop élevé", "Convention
collective de Corus : 7 % sur deux ans"


* * * 

Notre dossier : Srebrenica

" Le CDA et le D66 réclament une publication plus rapide du
rapport du NIOD sur Srebrenica, maintenant que l’Institut néerlandais de documentation
sur la Deuxième guerre mondiale ne peut pas consulter les archives yougoslaves
",
annonce le Trouw dans son grand article à la une. "La publication de cette
étude très attendue sur la chute de Srebrenica (1995) a été reportée une nouvelle
fois l’an dernier, lorsque le gouvernement Kok a reçu du nouveau gouvernement Kostunica,
à Belgrade, l’assurance que les archives yougoslaves s’ouvriraient", rappelle le
journal chrétien progressiste."

"Hier soir, durant le programme télévisé 2Vandaag, un
général yougoslave, Z. Stankovic, a déclaré que la mission du NIOD en Yougoslavie
n’avait pas abouti. Les documents sur l’offensive serbe bosniaque contre Srebrenica,
durant laquelle les Casques bleus néerlandais n’ont pas pu protéger la population
musulmane, sont restés enfermés dans les archives. Stankovic pense qu’il s’agit d’un problème
de procédure
. ’Ce n’est pas la faute de Kostunica. Il faut adopter une nouvelle loi
pour permettre l’accès aux documents en question’, a déclaré le général. Le NIOD ne
veut pas commenter son échec."

"La porte-parole CDA Van Ardenne estime qu’il faut maintenant
publier le rapport avant la date prévue, en avril. Cette accélération permettra de tenir
une première série de débats avant que le Parlement ne cesse ses travaux à cause des
élections de mai
. ’Si les travaux en Yougoslavie n’ont pas réussi, le rapport doit
être prêt maintenant. Alors pourquoi ne pas le mettre à disposition plus tôt ?’,
déclare Van Ardenne. Le CDA veut des éclaircissements du premier ministre Kok."

"Le député D66 Bakker est également d’avis qu’il faut
maintenant publier le rapport le plus vite possible. Bakker juge ’déconcertant et
gênant’ que les tentatives d’enquête du NIOD semblent avoir échoué à Belgrade."

"La clôture de cette étude sensible a été reportée en
septembre 2001 à avril 2002, après que la date de publication avait déjà été
retardée de trois mois. L’un des aspects de la question est que ces retards
contraignent la Deuxième Chambre à tenir les débats définitifs avec un gouvernement
démissionnaire
, qui n’exercera plus pleinement ses fonctions durant la
formation."

"Des ministres en place, Kok et Pronk ont été les plus
impliqués dans le drame de 1995, qui a coûté la vie à des milliers de musulmans. Les
ministres Van Aartsen (Agriculture, à l’époque), Jorritsma (Transports et Voies d’Eau,
à l’époque), Zalm (Finances) et Borst (Santé publique) faisaient également partie de
cette équipe, de même que l’actuel leader du VVD, Dijkstal, et la tête de liste PvdA
Melkert."

 

Actualité internationale

Union européenne

1) Défense . En page d’opinion du NRC Handelsblad
d’hier soir, A. van Staden, de l’Institut Clingendael pour les relations internationales,
affirme que la seule manière pour l’Europe d’être prise au sérieux par les
Etats-Unis, du point de vue militaire, est de rationaliser enfin les dépenses militaires
.
Après le 11 septembre, "les Etats-Unis, dans la lutte contre les taliban et Al
Qaeda, ont en grande partie contourné l’OTAN". "Curieusement, le gouvernement
américain a en fait empêché ses alliés européens de remplir les obligations qui
découlaient de l’activation de l’article 5 du Traité Nord-atlantique." La première
raison des Américains, selon Van Staden, était que les Européens ne manqueraient pas de
critiquer les opérations. "La deuxième réside dans les défaillances des forces
armées européennes. De l’avis des Américains, les systèmes d’armement des forces
aériennes, en particulier, étaient si désuets qu’ils ne pouvaient rien ajouter à ce
que les Américains engageaient eux-mêmes dans le combat
. Ces deux raisons ne
promettent rien de bon pour l’avenir de l’Alliance"

"Quelle doit être l’attitude des leaders européens ? "
s’interroge le chercheur, après avoir souligné la tendance fortement
"moraliste" de la weltanschauung américaine actuelle. "Certains leaders
européens, les Français évidemment en tête, ont manifesté dans leurs réactions à
l’Etat de l’Union de Bush une sainte indignation devant la réduction de problèmes
internationaux complexes aux mauvaises intentions d’un nombre limité de pays. Cette
approche paraît peu fructueuse. Le gouvernement américain ne risque guère de prêter
l’oreille aux critiques européennes, tant que les pays européens ne pourront pas
renforcer eux-mêmes la sécurité mondiale
." " Le fossé qualitatif entre
les forces armées américaines et européennes s’élargit de plus en plus
."
"Le seul moyen d’éviter que l’Europe ne sombre encore davantage dans l’impuissance
est de rationaliser enfin les dépenses militaires." "Pourquoi les gouvernements
européens dont la défense se porte encore plus ou moins bien ne prendraient-ils pas
l’initiative de formuler de sévères critères de qualité, auxquels les forces armées
des Etats membres devraient se conformer si elles veulent participer à la politique
étrangère et de sécurité commune ? Une politique qu’on dit ’opérationnelle’
depuis le sommet européen de Laken, en décembre, mais qui ressemble toujours à un
village de Potemkine."

Finances . " L’Allemagne et le Portugal ont échappé à
une réprimande publique parce qu’ils ont annoncé qu’ils amélioreraient leur politique
budgétaire
", remarque l’éditorialiste du NRC Handelsblad .
"C’est un précédent dont d’autres pays profiteront indubitablement à un stade
ultérieur
. On a contourné le commissaire européen Solbes et affaibli la position de
la Commission en tant que gardienne des règles. Et on a suggéré que ces règles, le
moment venu, ne s’appliquent pas aux grands pays. Ce sont là exactement les raisons pour
lesquelles les ministres des Finances auraient dû persister à exiger que l’Allemagne,
surtout l’Allemagne, fasse l’objet d’un avertissement concernant ses déficits. Les chefs
d’Etat et de gouvernement européens n’ont pas conclu cet accord pour s’en écarter à la
première occasion venue."

Joint Strike Fighter

" La décision du gouvernement fait obstacle à la discussion
sur une politique de défense européenne
", fait valoir l’éditorialiste du
journal haguenois Haagsche Courant d’hier soir, à propos du choix en faveur du
chasseur américain Joint Strike Fighter. " Les Pays-Bas, avec le choix en faveur
du Joint Strike Fighter, sont le premier pays à se placer expressément en dehors de
l’ordre européen
. La production du JSF est encore entourée d’incertitudes. Le
développement de l’appareil américain offre des possibilités de participation lucrative
à un certain nombre d’entreprises néerlandaises et l’armée de l’air pense pouvoir
conclure dès le stade de la planche à dessin que le JSF est le meilleur appareil, mais
absolument rien ne garantit l’emploi raisonnable d’un montant astronomique. Outre toutes
ces incertitudes, les Pays-Bas hypothèquent lourdement le développement d’une
politique européenne de sécurité
."

Pays-Bas – Afrique

Les Pays-Bas verseront millions de dollars dans le fonds
international pour la région des Grands lacs africains, relève le Trouw
(p.4). "Ce montant est destiné au désarmement de soldats et de rebelles et à leur
rapatriement. C’est ce que la ministre Herfkens (Coopération) a annoncé hier, durant sa
visite dans la région des Grands lacs."

 

Actualité intérieure

Leefbaar Nederland et Pim Fortuyn

" Un certain nombre de bailleurs de fonds de Leefbaar Nederland
ont fait saisir le fonds de campagne de ce parti
", annonce l’ Algemeen Dagblad
dans son grand article à la une. " Ils veulent récupérer leur argent maintenant
que Pim Fortuyn n’est plus tête de liste
. ’Il s’agit en gros de cinq personnes’, fait
savoir l’avocat haguenois L. Pit, qui défend les intérêts du groupe. ’Ils ont versé
ensemble un montant d’environ un demi-million dans le fonds’."

"L’un de ceux qui ont demandé la saisie est l’entrepreneur Harry
Mens. ’Je suis un ami de Pim. Mon versement était lié à sa fonction de tête de liste.
Je trouve qu’ils doivent me rembourser, maintenant que Pim ne mène plus la liste."

Dans le Volkskrant (p.), le chroniqueur Marcel van Dam, un
ancien député PvdA, remarque à propos de Pim Fortuyn  : " Ses conceptions
sont subordonnées à sa vocation
. Lorsque la gauche a progressé dans les années
soixante-dix, Fortuyn était marxiste. Maintenant qu’une partie considérable de la
population nourrit des idées extrémistes sur les allochtones, Fortuyn les partage."
"Remplacez dans l’interview au Volkskrant les mots ’Marocains, musulmans,
islam, imam et mosquée’ par ’juif, judaïsme, rabbin et synagogue’ et vous ressentirez
l’angoissant antisémitisme des années trente. A l’époque, les juifs étaient le bouc
émissaire de la crise économique, maintenant les musulmans sont le bouc émissaire de la
crise de sécurité."

"Où et quand la barque échouera-t-elle ? Car il est certain
qu’elle échouera. Les politiques qui se savent prédestinés ou élus par la Providence
n’ont que le choix entre la victoire absolue et le déclin définitif. Pour un
extrémiste comme Fortuyn, il n’y a pas de victoire absolue dans un pays modéré comme
les Pays-Bas
. Mais sur la voie qui mène au déclin, il peut causer d’immenses
dégâts
."

Notons aussi deux portraits de Jan Nagel , dans le Volkskrant
(p.2) et le Trouw (p.13). Le président de Leefbaar Nederland est " un
intrigant de la plus pure eau
quand on le considère négativement", constate le
second journal, "mais on peut aussi dire que c’est un formidable organisateur ".
"Ses ennemis le qualifient de manipulateur, ses amis louent son inventivité et son
immense énergie", retient le Volkskrant.

Melkert – Rosenmöller

Le Volkskrant (p.3) et l’ Algemeen Dagblad (p.3) donnent
le leader du groupe parlementaire PvdA, Melkert , comme gagnant du premier débat
public avec son adversaire GroenLinks Rosenmöller
. "A Nimègue, où GroenLinks a
l’une de ses plus grandes fédérations, Melkert a réussi par son langage robuste à se
faire applaudir par une salle qui était initialement favorable à Rosenmöller",
rapporte l’Algemeen Dagblad. "L’applaudimètre passe à
l’avantage du député PvdA lorsque les deux débatteurs abordent le thème de la
’sécurité dans la rue’. On applaudit au langage ’répressif’ de Melkert, comme le
qualifie Rosenmöller avec désapprobation."

"Melkert prône de ne ’reculer devant aucune expérience’,
s’agissant des jeunes délinquants récidivistes. ’Car il est minuit moins cinq dans
beaucoup de villes. On ne peut plus respecter leur vie privée. Il faut les tirer de leur
entourage, les placer dans des écoles de détention’."

Rosenmöller marque un point en critiquant le projet de réduction de
l’entrée en WAO du PvdA. Si les sociaux-démocrates n’arrivent pas à réaliser les
économies prévues, ils devront en faire dans d’autres secteurs, souligne le chef de file
GroenLinks. "Alors que c’est le PvdA qui nous a appris qu’on ne peut dépenser un
florin qu’une fois", raille Rosenmöller.

 

Economie, Finances

Automobiles

"Les Français gagnent lentement du terrain dans l’industrie
automobile", rapporte le Financieele Dagblad (p.13). "Plus d’une voiture
sur quatre est désormais de fabrication française. PSA Peugeot Citroën, surtout, semble
bien profiter de la bataille mondiale de consolidation." "Les Pays-Bas
remarquent relativement peu de chose de cette grande bataille qui secoue la branche
automobile depuis deux ans. Les Pays-Bas sont des consommateurs de voitures (530 000
exemplaires neufs en 2001) et n’en produisent pratiquement pas. Ils ont une entreprise
d’assemblage, Nedcar, à Born (Limbourg) où Volvo, filiale de Ford, et Mitsubishi (35 %
de participation de Daimler-Chrysler) assemblent une partie de leurs voitures de tourisme
européennes et où on produit la Smart à quatre portes."

"Chez Corus, ils ne doivent pas regretter la progression des
Français", remarque le journal d’affaires. "’Renault est un de nos bons
clients’, déclare un porte-parole de l’aciérie d’IJmuiden. Un quart de l’acier produit
par cette division du groupe britannico-néerlandais du même nom va à l’industrie
automobile. Pour le reste, seul Polynorm remarque qu’il n’y a plus que cinq grands
constructeurs d’automobiles indépendants en Europe. Cette entreprise de Bunschoten
(1 500 salariés) fabrique des éléments de carrosserie métalliques et en matière
plastique."

"PSA Peugeot Citroën est nettement en hausse. Mercredi, les
Français ont annoncé un bénéfice net de 664 millions d’euros (+ 19 %) durant le
deuxième semestre 2001. Sur un marché ouest-européen en stagnation – les ventes
n’ont augmenté que de 0,6 % - PSA a porté sa part du marché de 13,1 à 14,4
%. Grâce à la demande de Peugeot 206 et 307 et de Citroën Xsara Picasso, les Français
ont réussi à porter leur chiffre d’affaires sur l’ensemble de l’année 2001 à 51,7
milliards d’euros. Bénéfice net de PSA en 2001 : 1,69 milliard d’euros (1,31 milliard en
2000)."

"Renault a été moins performant. Son succès initial, la
Mégane, a perdu son éclat. En 2001, Renault a réalisé un bénéfice net de 3,93
milliards d’euros (contre 4,79 milliards) sur un chiffre d’affaires de 36,35 milliards
d’euros."

 

Affaires françaises

Le Trouw (p.6) mentionne dans une brève la "forte montée
de la délinquance à Paris’, tandis que l’ Algemeen Dagblad (p.5) signale
l’extradition vers les Pays-Bas d’un homme soupçonné de meurtre.

 

Dernière modification : 18/08/2008

Haut de page