Politique Intérieure

Les Pays-Bas sont une monarchie constitutionnelle de longue tradition parlementaire. Le 30 avril 2013, la Reine Béatrix, chef d’État des Pays-Bas depuis 1980, a abdiqué en faveur de son fils, Willem-Alexander.

Le Parlement néerlandais se compose de deux chambres. La Première Chambre (Eerste Kamer), également appelée chambre haute ou Sénat, compte 75 membres, élus au suffrage universel indirect par les douze provinces du royaume pour quatre ans. La Première Chambre dispose de moyens de contrôle de l’exécutif communs avec la Deuxième Chambre. Le rôle de la Chambre haute dans le vote de la loi est restreint par rapport à celui de la Chambre basse et les projets de loi lui sont transmis après approbation par cette dernière. Elle peut seulement approuver ou rejeter un texte sans y apporter d’amendement. La Deuxième Chambre, également appelée chambre basse, principal lieu d’élaboration de la politique gouvernementale, compte 150 députés élus au suffrage universel direct à la proportionnelle intégrale sur des listes nationales pour un mandat de quatre ans. Ce mode de scrutin rend systématique la constitution de gouvernements de coalition. La travailliste Khadija Arib est la présidente de la Deuxième Chambre depuis le 13 janvier 2016.

Le paysage politique néerlandais est marqué par les résultats des élections législatives du 15 mars 2017 et l’ouverture d’une période de négociations pour la constitution d’une nouvelle coalition. Le parti libéral (VVD) sortant de Mark Rutte arrive nettement en tête avec 33 sièges (21,2% des suffrages) devant le PVV de Geert Wilders (20 sièges, 13,1%), les chrétiens-démocrates (CDA) et le centre-gauche pro-européen (D66) qui obtiennent 19 sièges chacun. Le grand perdant du scrutin est le parti travailliste (PvdA), membre de la coalition sortante, historiquement au plus bas (5,7% des suffrages, 9 sièges contre 38 en 2012). La scène politique néerlandaise ressort néanmoins des élections fortement fragmentée avec 13 partis à la Chambre. Les partis pressentis pour s’allier, le VVD, le CDA et D66 totalisent 71 sièges sur 150 et doivent trouver un ou plusieurs partenaires pour constituer une majorité à la Deuxième Chambre mais aussi au Sénat, élu en 2015 et jusqu’à ce jour dans l’opposition.

Des négociations, avec la médiation de différents informateurs (Edith Schippers, Herman Tjeenk Willink, Gerrit Zalm) sont en cours dans l’objectif de former un gouvernement avec le VVD, le CDA, le D66 et les chrétiens conservateurs du Christen-Unie, après l’échec de deux tentatives avec les verts de gauche Groenlinks. Parallèlement, l’hypothèse d’un gouvernement minoritaire n’est pas exclue, comme le souligne le rapport de fin de mission d’Edith Schippers.

Dernière modification : 05/09/2017

Haut de page