Presse néerlandaise du jeudi 12 avril 2007

Le tribunal d’Amsterdam, dans une procédure de droit civil, a refusé de désigner comme organisations criminelles deux fondations du "chapitre" amstellodamois des Hells Angels. Le Ministère public a annoncé qu’il se pourvoyait en cassation.
Les juges d’Amsterdam ont estimé que la liberté d’association ne peut être restreinte que dans des cas exceptionnels. Des membres du club de motocyclistes se sont certes rendus coupables de délits, selon les juges, mais le Ministère public n’a pas apporté la preuve que ces actes étaient imputables aux fondations.
Récemment, le tribunal de Leeuwarden (Frise) a refusé d’interdire le chapitre de Harlingen.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "Les fonds ’pervers’ choquent la Chambre" (audition sur les activités des hedge funds aux Pays-Bas), "Les ravages au Darfour sur Google Earth", "Les demi-frères asiatiques se rencontrent" (visite du premier ministre chinois au Japon)
de Volkskrant (centre gauche) : "Fortes augmentations pour les fonctionnaires - Abvakabo FNV : ’C’est une meilleure convention collective que celle du bâtiment, nous pouvons être fiers’", "Des attentats font 24 morts à Alger", "Bos : un appel moral aux bénéficiaires d’un salaire excessif suffit", "De nouveau pas d’interdiction des Angels"
Trouw (chrétien progressiste) : "Kandahar n’est pas contre le retour des talibans - La confiance dans les troupes étrangères a disparu ; les habitants en ont assez des violences" (reportage), "Une journée exécrable pour le ministre PvdA Bos"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Les perms en Crète menacées - Les députés : les militaires ont le droit de boire, mais pas de violences", "Holleeder ne veut pas retourner à l’EBI" (prison de très haute sécurité de Vught), "Le président des Hells Angels se réjouit de l’arrêt du tribunal"
De Telegraaf (populaire) : "Le prince est fier de sa fille qui a le ’nez des Orange’", "Rentrée sur des talons aiguilles - Máxima est fatiguée mais heureuse - Une surprise pour Amalia et Alexia", "Offre de convention collective aux fonctionnaires : 10,5 pour cent"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Rémunérations excessives

"Le leader PvdA Wouter Bos a vécu une rude journée hier", écrit le Trouw à la une. "La Deuxième Chambre lui a reproché d’avoir changé de position, parce qu’en tant que ministre des Finances il ne prendra pas de mesures, jusqu’à nouvel ordre, contre les revenus exorbitants des grands patrons. Le leader du PvdA, dans l’opposition et durant la campagne électorale, n’en avait-il pas fait un fer de lance ?"
"Hors de la Chambre, le président des Jeunes Socialistes, Peter Scheffer, appelait Bos à renoncer au leadership du parti, après que l’ancien ministre Jan Pronk, un jour plus tôt, avait déjà parlé d’une crise de leadership."
"Durant le débat parlementaire Bos s’est contenté de lancer un ’appel moral’ aux grands managers, aux actionnaires et aux conseils d’entreprise pour ’prendre eux-mêmes leurs responsabilités’. Les railleries de l’opposition de gauche ne l’ont pas fait abandonner le point de vue qu’une ’taxe sur l’avidité’ pour les revenus supérieurs - réclamée par la présidente de la FNV Agnes Jongerius - n’aurait pas d’effet."
"’Wim Kok a lancé un tel appel un jour et ça n’a pas vraiment marché, hein ?’, lui a décoché Kees Vendriks, de GroenLinks. ’Vous poussez cette pauvre Mme Jongerius dans les bras du SP’, a raillé le député VVD Frans Weekers. Ewout Irrgang, du SP, a rappelé à Bos une déclaration qu’il avait faite en 2005 : un tarif supérieur plus élevé au profit des soins. Bos a reconnu qu’il avait changé d’avis. ’Ce gouvernement a dégagé de l’argent pour les soins d’une autre manière’."
"Le ministre Donner (Affaires sociales) a promis à contre-cœur qu’il parlerait des revenus supérieurs avec les partenaires sociaux. Le député SGP Bas van der Vlies a qualifié la position du PvdA de ’pitoyable’. ’Voulez-vous transmettre le bonjour à cet ancien leader de l’opposition ?’, a-t-il demandé à Bos. ’Car il y a un fossé entre naguère et maintenant’" (également de Volkskrant pp.1 et 2, De Telegraaf p.3).
L’éditorialiste du NRC Handelsblad d’hier soir souligne que les sociaux-démocrates, dans cette question, "ont le SP à leurs trousses". "Ce parti a suggéré mardi d’interdire la distribution de bonus dans le secteur privé. Les propositions visant à écrémer les revenus les plus élevés par le biais des impôts sont également en vogue. Dans une économie libérale de marché, la première mesure n’est pas envisageable. L’option d’un recours au fisc constitue tout au plus une solution cosmétique."
"Ce qui est gênant dans le débat actuel sur les revenus supérieurs, c’est le rôle que joue le leader PvdA Bos. L’ancien secrétaire général du ministère des Finances Postma a écrit la semaine dernière que Bos est coincé entre son rôle technique de trésorier et celui de leader de parti. Du fait de sa rhétorique passée et de la concurrence avec le SP, ce double rôle est un plus grand problème pour lui que pour ses prédécesseurs. Le coryphée du PvdA Pronk parle d’une crise de leadership dans son parti. C’est prématuré, mais une telle crise n’est pas loin."
"Il y a suffisamment d’arguments contre l’interdiction des récompenses sous la forme d’actions ou d’options", fait valoir le commentateur du Volkskrant. "De même qu’il y en a contre une cinquième tranche fiscale (...). Mais la classe politique a des responsabilités à assumer et doit lutter contre les excès qui perturbent le marché du travail et minent la cohésion sociale. C’est pourquoi ce gouvernement manque à sa tâche s’il se laisse d’emblée déposséder de ses moyens de lutter contre cette culture. Si la pression morale, l’autorégulation et la concertation entre les partenaires sociaux n’ont pas d’effet, le gouvernement se retrouvera bredouille. Et c’est tout particulièrement valable pour Wouter Bos et son PvdA."

ACTUALITE INTERIEURE

Parti des Animaux

L’écrivain et chroniqueur Rudy Kousbroek, qui a été lijstduwer (personnalité connue placée sur une liste électorale pour la "pousser", mais pratiquement certaine de ne pas être élue elle-même) du Parti des Animaux de Marianne Thieme, soutient aujourd’hui en page d’opinion du Volkskrant l’écrivain Maarten ’t Hart, autre lijstduwer de ce parti.
’t Hart, dans un entretien avec le Volkskrant (p.2) du 11 avril, a accusé la députée Marianne Thieme et l’initiateur du parti et candidat au Sénat Nico Koffeman d’avoir des "idées lugubres" préjudiciables pour le Parti des Animaux, en tant que membres de l’Eglise Adventiste du Septième Jour. "C’est une secte religieuse. Les adventistes du septième jour prennent la Bible à la lettre. Ils croient que Jésus reviendra et que tous les mécréants seront alors annihilés à jamais. Selon Bruinsma, le grand patron aux Pays-Bas, cela ne durera plus très longtemps. Ce n’est peut-être pas pour la semaine prochaine, mais alors pour dans un mois."
"Thieme a déclaré récemment dans une interview au Telegraaf qu’Adam et Eve étaient végétariens au Paradis et qu’ils n’ont mangé de la viande qu’après le péché originel. Je puis imaginer suffisamment d’arguments économiques ou sanitaires contre la consommation de viande, mais ce n’est certainement pas un péché." "Thieme, surtout, a propagé ouvertement ses idées religieuses dans les médias, ces derniers temps. J’ai trouvé que je devais réagir, sinon on pourrait penser que je les soutiens."
’t Hart concluait que les deux figures de proue du Parti des Animaux devaient céder la place à d’autres membres.
Rudy Kousbroek écrit aujourd’hui que l’appartenance à l’Eglise Adventiste du Septième Jour est "incompatible avec le leadership du Parti des Animaux". Selon lui, le duo Thieme-Koffeman est surtout préoccupé par "le salut de leur propre âme".
Marianne Thieme n’a pas l’intention de démissionner de la présidence de son groupe parlementaire. "Je considère la spiritualité comme une affaire privée et la défense des droits des animaux comme un intérêt plus élevé."
"Il est typique de ce parti d’élitistes farfelus et décadents qu’ils aient commencé une guerre interne à propos d’Adam et d’Eve", remarque Sylvain Ephimenco dans le Trouw (cahier de Verdieping). "La querelle aurait aussi bien pu porter sur les habitudes alimentaires de Donald ou de Saint Nicolas. De toute façon, nous sommes la risée de l’Europe depuis l’entrée du Parti des Animaux à la Deuxième Chambre."
Le chroniqueur franco-néerlandais trouve "inquiétant" que Marianne Thieme ait "du mal à condamner clairement" les récentes actions terroristes de l’Animal Liberation Front (ALF) contre des gestionnaires d’Euronext. "La leader du Parti des Animaux a refusé d’employer le mot ’terroristes’."

Fonctionnaires
"La ministre Ter Horst (Intérieur) veut offrir aux fonctionnaires de l’Etat 10,5 pour cent d’augmentation salariale en trois ans", rapporte le Telegraaf à la une. "Avec cette offre, la ministre espère convaincre les syndicats de reprendre les négociations sur la convention collective des services publics."
"L’offre est valable jusqu’au 1er avril 2010 et comprend trois augmentations structurelles de 2,5, 2 et encore 2 pour cent. En outre, la prime de fin d’année deviendra un véritable treizième mois. La prime de soins passera de 1 100 à 1 200 euros."
"Toutes ces mesures équivalent à une augmentation de 10,5 pour cent en trois ans et trois mois."

AFFAIRES FRANÇAISES

La plupart des articles factuels à signaler ont pour thèmes les accusations du Canard Enchaîné à l’adresse du candidat à la présidence Nicolas Sarkozy, concernant un "marchandage" présumé avec le président Chirac, et les réactions à ces allégations (NRC Handelsblad d’hier soir p.5, Trouw p.9, AD Haagsche Courant p.15).
Le NRC Handelsblad (p.15) évoque par ailleurs le grand projet de fusion entre Unibail et la société néerlandaise Rodamco : "Rodamco peut prendre des leçons des Français." "L’avantage de la fusion des deux groupes immobiliers Unibail et Rodamco réside surtout dans les possibilités de croissance."

Dernière modification : 20/01/2010

Haut de page