Presse néerlandaise du jeudi 14 juin 2007

"Le président palestinien Mahmoud Abbas est sur le point de renoncer à la bande de Gaza", écrit le Volkskrant. "Durant un entretien mercredi avec le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Maxime Verhagen, Abbas a indiqué qu’il n’avait plus prise sur Gaza. Verhagen a pressé Abbas de ne pas livrer la côte palestinienne aux milices islamistes du Hamas, mais après la rencontre il a reconnu ’craindre un peu que cela n’arrive’."
"La chute de Gaza serait un résultat gênant pour l’UE, les Etats-Unis et quelques pays arabes, étant donné qu’ils ont toujours soutenu expressément Abbas dans sa lutte contre le Hamas", souligne le quotidien de centre gauche.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "Fatah et Hamas au bord de la guerre civile", "La direction du parti doit brider les ’ambitions’ au sein du VVD", "Les banques à la chasse aux clients d’ABN"
de Volkskrant (centre gauche) : "Abbas est sur le point de renoncer à Gaza - L’effondrement apparent de la bande de Gaza éclipse la visite du ministre Verhagen en Israël et en Cisjordanie", "Corneille va mieux, il peint et dénonce les voyous" (dernier peintre du mouvement Cobra)
Trouw (chrétien progressiste) : "Les échevins en colère à cause du manque de logements", "Le Vatican retire son soutien à Amnesty à cause de l’avortement"
De Telegraaf (populaire) : "La taxe kilométrique est encore loin - Payer pour chaque déplacement en 2012", "Après 56 ans, les Pays-Bas se qualifient de nouveau pour les Jeux Olympiques" (victoire des "Jong Oranje" sur le Portugal)
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "’Retirer l’enfant de parents à problèmes immédiatement après la naissance’ - Le directeur de la Réinsertion sociale veut une alternative à la stérilisation", "21 000 Néerlandais meurent chaque année des suites de la pollution"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Logement

"Le marché du logement est verrouillé", écrit le Trouw dans son grand article à la une. "Mais le gouvernement a même fait un tabou de la réflexion sur les possibles solutions. C’est frustrant pour les grandes villes."
"’Il est dommage que le gouvernement n’entreprenne rien pour stimuler le marché du logement’, déclare l’échevin haguenois chargé du logement, Marnix Norder. ’Mais que les ministères n’aient même pas le droit de procéder à de nouvelles études, que la réflexion ait cessé, c’est irresponsable’, estime-t-il avec ses collègues d’Amsterdam, de Rotterdam et d’Utrecht."
"Car il faut faire quelque chose rapidement, selon Norder. La production de nouveaux logements stagne. Le prix des habitations en propriété monte si vite qu’elles deviennent inaccessibles pour les jeunes au revenu moyen. La location n’est pas une option non plus pour eux : il n’y a pratiquement pas de logements dans la catégorie moyenne et pour un logement social il y a des listes d’attente de plusieurs années dans les grandes villes."
"L’échevin amstellodamois Herrema a bien une idée pour favoriser la mobilité dans les logements sociaux. Beaucoup de ces logements, en effet, sont occupés par des gens qui avaient droit à un logement subventionné, au départ, mais qui maintenant gagnent trop. Herrema : ’Il est équitable de faire payer à ces locataires plus qu’un loyer maintenu artificiellement bas. Si l’on convient avec les corporations locatives d’offrir davantage de logements dans la catégorie moyenne, ces locataires seront plus enclins à déménager.’ Mais Herrema ne peut pas appliquer son projet de ’contrôle du revenu’, parce qu’il faut une nouvelle législation pour cela. Et il ne faut pas attendre cette législation du gouvernement actuel."
"Norder nourrit des projets encore plus ambitieux. Car ’ce contrôle du revenu est un expédient’. ’Et il n’est pas du tout souhaitable de chasser les revenus moyens des quartiers moins huppés’. Tout comme l’échevin utrechtois Bosch, Norder estime qu’il faut revoir le système tout entier. Le marché du logement en propriété est artificiellement cher parce qu’il est subventionné par la déductibilité fiscale des intérêts sur les prêts immobiliers, alors que le marché du logement en location est artificiellement bon marché. Et entre les deux il y a un trou béant. ’Nous devons trouver un nouveau système en reconsidérant toutes les subventions existantes. Mais la politique est gelée et verrouillée’."
"L’impasse de la politique du logement remonte au précédent gouvernement CDA-VVD-D66, qui a essayé de libéraliser partiellement le marché du logement social", explique le même Trouw dans un entrefilet. "Le PvdA y était opposé. Les sociaux-démocrates prônaient la limitation de la déductibilité fiscale des intérêts sur les prêts immobiliers, mais le CDA n’en voulait pas. Dans la politique actuelle ces deux thèmes ont été ’échangés’ : on n’en parlera pas jusqu’à nouvel ordre."

ACTUALITE INTERIEURE

VVD

"La nécessité d’un cessez-le-feu entre Mark Rutte et Rita Verdonk est manifestement plus forte que le besoin d’une discussion animée sur le futur cap du parti", remarque le Trouw (p.5) dans une analyse. "Certes, le débat avait été un peu trop animé, même pour des libéraux, lorsque Verdonk (et son équipe), bien qu’ayant perdu la bataille pour la première place sur la liste électorale, a tout de même essayé de s’emparer du leadership, parce qu’avec ses 620 000 votes préférentiels aux élections législatives elle dépassait le score de Rutte."
"Rutte se sent maintenant soutenu par le rapport Dekker, jusqu’à nouvel ordre, mais dans les coulisses il doit bel et bien affronter les bonzes du parti, même ceux de son propre camp, qui restent pessimistes sur la lente catastrophe au sein du VVD. Ils restent sceptiques sur les chances que le leader, après un aussi mauvais départ, puisse s’extraire du marécage en se soulevant par ses propres cheveux. Et on craint toujours au VVD que la rivalité Rutte-Verdonk ne débouche sur une scission, même si Rutte, hier, a affirmé qu’il ne craignait pas une rupture."
"Est-ce une chance qu’au moment de la parution du rapport Dekker il n’y ait pas d’alternative pour le leadership du parti ? Le numéro trois de la liste est chez lui, à Zutphen, avec un genou blessé. Le populaire Henk Kamp n’est pas engageable maintenant, mais il sera bientôt disponible si le rapport Dekker ne classe pas l’affaire comme l’espèrent Rutte et la direction du parti."
Le commentateur du Trouw constate que "la commission Dekker est remarquablement clémente" concernant le comportement de la candidate Verdonk durant la campagne électorale. "Les 600 000 votes préférentiels qu’elle a obtenu y sont pour quelque chose. Sur la base de ces votes, cette femme occupe une position de force au sein du parti que Dekker n’a pas osé ignorer. La commission essaie ostensiblement de rester vague en louant et en prévenant à la fois Verdonk. Il ne semble pas qu’un nouvel élan puisse naître de cette division."
"L’image qui se dégage de cette évaluation parfois dévastatrice est celle d’un parti qui connaît une crise de leadership depuis Zalm et Van Aartsen", remarque l’éditorialiste du Volkskrant. "Une crise de leadership qui est indissolublement lié à l’incertitude sur son positionnement idéologique."
Le journal de centre gauche doute que "Rutte réussisse à tenir Verdonk à distance". "Ce duel n’a pas seulement révélé les ambitions de Verdonk, il a aussi exposé les faiblesses du leadership de Rutte."
"Rutte, après ce rapport, a encore une dernière chance de faire ses preuves en tant que leader du parti", fait valoir le Telegraaf. "Il ne suffit qu’il tape du poing sur la table et invoque sa fonction. Ce n’est qu’en agissant avec compétence et crédibilité qu’on est un leader."
"Simultanément, il doit réussir rapidement à jeter un pont entre les ailes conservatrice et libérale du VVD. Il est douteux qu’il y arrive. Mais ce n’est que s’il réussit qu’il aura une chance de sauver sa position."

ECONOMIE, FINANCES

Cote de popularité de Balkenende IV

"Les entrepreneurs sons sceptiques vis-à-vis du gouvernement actuel", relève le Financieele Dagblad dans son grand article à la une. "Ils pensent qu’il tombera prématurément et lui donne une mauvaise note. C’est ce qui ressort d’un sondage de BNR Nieuwsradio. 52 % des entrepreneurs interrogés par Intomart GfK (de petits entrepreneurs et des managers d’entreprises moyennes et grandes) pensent que le gouvernement n’arrivera pas à la fin de son mandat et 36 % s’attendent à ce qu’il tienne quatre ans."
"Les notes accordées par les entrepreneurs sont très basses. Les personnes interrogées donnent en moyenne la note 5,5 [tout juste suffisant]. Personne ne donne un 9 ou un 10, alors qu’il y a beaucoup de 1 et de 2."
"Aujourd’hui le gouvernement présente la teneur concrète de son accord de gouvernement : le plan en 70 points", rappelle le journal d’affaires. "Les responsables se sont accordé cent jours avant de présenter des projets spécifiques."
"Dans l’enquête de BNR, les entrepreneurs ne voient encore rien de la mentalité de VOC [Compagnie des Indes orientales] que le premier ministre Jan Peter Balkenende évoque volontiers. Les trois quarts des personnes interrogées disent que le gouvernement ne respire pas cette mentalité. Au demeurant, un quart juge que Balkenende est le meilleur membre du gouvernement actuel, tandis que 10 % estiment au contraire qu’il en est le plus mauvais ministre."

AFFAIRES FRANÇAISES

Le NRC Handelsblad (p.19) d’hier soir, à l’occasion de l’ouverture de la ligne TGV Paris-Strasbourg, consacre un article à l’installation de ces lignes. "Le rail de la fraternisation. La France ouvre une cinquième ligne TGV, vers l’Est."
Le Volkskrant (p.23) signale l’attribution à Paris, hier, du Grand Prix Scientifique 2007 de la Fondation Louis D. au virologue néerlandais Ab Osterhaus, pour ses travaux dans le domaine des maladies transmissibles des animaux à l’homme.
Dans son supplément culturel Kunst, le journal annonce que le musée rotterdamois NAi, où une exposition Van Doesburg s’ouvre demain, recueillera des signatures en faveur de la réouverture de l’Aubette, à Strasbourg. "Deux des principales salles de ce centre de divertissement ont été conçues dans les années vingt par Theo van Doesburg." La restauration du bâtiment a été complétée en 2006, mais il n’a toujours pas rouvert ses portes.

Dernière modification : 07/12/2009

Haut de page