Presse néerlandaise du jeudi 16 décembre 2010

LES GRANDS TITRES

- Trouw (chrétien progressiste) : L’Euro : le sauvetage, la facture
- De Volkskrant (centre gauche) : Le babysitter Robert M. et l’effet boule de neige
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Décorez les commerçants qui se défendent !
- De Telegraaf (populaire) : Abus sexuels : images choquantes
- NRC-Handelsblad : Les arts au cœur du débat à La Haye

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Wikileaks

Les media publient un document de Wikileaks parti de l’ambassade des Etats-Unis à La Haye en juillet 2009, une semaine avant une rencontre entre le Président Obama et le chef du gouvernement néerlandais. L’ancien Premier ministre, M. Jan Peter Balkenende, est dépeint comme « un homme politique habile, qui manœuvre intelligemment pour arriver à ses objectifs. En dépit de majorités parlementaires variables, il a toujours réussi à assurer le soutien du gouvernement aux objectifs des Etats-Unis. Les Pays-Bas veulent apporter leur contribution à nos objectifs partagés : la présence militaire en Afghanistan, le soutien pour l’invasion de l’Irak, l’aide au développement et une longue tradition dans les domaines des droits de l’homme, de la tolérance et du respect. En échange de tout cela, Balkenende demandera une place à la table du G20. (…) Le chef de file du PVV, M. Wilders, est décrit comme un « parlementaire non conformiste à la coiffure dorée qui, avec ses idées anti-islamistes et son parti nationaliste, est une épine dans le pied du gouvernement. Il profite des tensions sociales nées de l’échec de l’intégration de près d’un million de musulmans néerlandais. Il est opposé à la présence militaire néerlandaise en Afghanistan, pense que l’aide au développement est de l’argent fichu en l’air, est contre les missions de l’OTAN en dehors du territoire allié, hostile à la plupart des initiatives de l’UE et, pire que tout le reste, il attise la peur et la haine vis-à-vis des immigrants ».

Moyen-Orient

« Le gouvernement opposé au PVV sur le Moyen-Orient », retient le Volkskrant du débat parlementaire d’hier sur le budget des Affaires étrangères. Le ministre M. Rosenthal « s’est distancié des idées du PVV concernant une attaque de l’Iran par l’Occident. En début de semaine, le député PVV Wim Kortenoeven a plaidé en faveur d’une attaque afin de prévenir la ruine des Pays-Bas et d’autres pays. M. Rosenthal a précisé qu’il n’était pas question de bombarder l’Iran. La position du PVV n’a rien à voir avec celle du gouvernement. M. Kortenoeven est finalement revenu sur ses déclarations et a assuré n’avoir jamais envisagé de bombardements. M. Rosenthal a également critiqué les conceptions du PVV selon lesquelles la Palestine devrait être un havre national pour les Palestiniens ».

CPI

« Mise en accusation de responsables kenyans », annoncent le Trouw et le Volkskrant. Ce dernier explique que le Procureur de la Cour Pénale Internationale, M. Louis Moreno-Ocampo, veut poursuivre six responsables kényans pour crimes contre l’humanité après l’élection présidentielle de 2007. Entre janvier et fin février 2008, il y a eu plus de 1000 morts et 350.000 personnes ont été chassées. Ocampo pense pouvoir prouver qu’une grande partie des violences n’étaient pas spontanées mais organisées par des hommes politiques et des hauts fonctionnaires. Le procureur ne veut pas immédiatement demander l’arrestation des suspects. Mais s’ils ne se présentent pas spontanément à La Haye, il émettra un mandat d’arrêt. Officiellement, le gouvernement kényan a toujours assuré la CPI de sa collaboration. Simultanément, il tente de mettre en place un tribunal local qui rendait superflu le travail de la CPI ».

Pour l’éditorialiste du Trouw, « l’initiative de la CPI n’est pas dépourvue de risques, mais elle est justifiée. Elle est risquée parce que c’est la première fois que le Procureur utilise la possibilité d’engager des poursuites sans demande des Nations Unies ou du pays concerné. Et également parce que le statu quo fragile qui règne au Kénya risque de s’en trouver perturbé. Mais elle est justifiée car il serait inacceptable que les massacres qui ont suivi les élections de 2007 ne soient pas sanctionnés. (…) Il est significatif qu’une majorité des Kényans approuve les poursuites de la CPI. Ils veulent que cesse la culture d’impunité qui règne dans leur pays et apportent la preuve que la CPI ne peut pas être dégradée au rang d’invention occidentale, qui n’a rien à voir avec l’Afrique ».

* * *

AFFAIRES EUROPEENNES

Euro

« Rutte pas d’accord avec la ligne dure du VVD », note le Volkskrant. « Le Premier ministre s’est montré réservé hier au Parlement vis-à-vis des exigences du groupe VVD face à la crise de l’Euro. Le Président du groupe parlementaire VVD, M. Stef Blok, veut que les pays qui font appel au fonds d’urgence puissent être privés de subventions s’ils ne mettent pas rapidement de l’ordre dans leurs finances. Il souhaite également que les pays laxistes perdent leur droit de vote. Le Premier ministre a répondu que ce dernier point impliquait une importante modification du Traité de Lisbonne et que pour l’heure, l’Europe a besoin de tranquillité pour garantir la stabilité de l’Euro. Concernant les subventions, M. Rutte a évoqué la possibilité de les verser de façon ralentie. La Deuxième Chambre et le gouvernement sont d’accord sur le fait que les règles de discipline budgétaire doivent être appliquées de façon beaucoup plus stricte pour éviter une multiplication des appels au fonds d’urgence ».

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Immigration

La Deuxième Chambre souhaite interroger le Premier ministre sur les chiffres de l’immigration, annonce le Volkskrant. Le parti PVV, qui apporte son soutien à la coalition gouvernementale, a en effet annoncé un objectif de 50% de réduction de l’immigration alors que des documents administratifs rédigés lors de la formation du gouvernement indiquent une possibilité de 5 à 15%. L’éditorialiste de ce journal voit dans ce dossier « une bombe à retardement sous la coalition. Cette information touche le cœur de l’existence du gouvernement. Pendant la formation, Wilders a décliné un nombre limité de thèmes. Tant que certaines exigences fondamentales étaient remplies, Rutte et Verhagen pouvaient compter sur son soutien. La principale exigence était une réduction considérable de l’immigration. (…) Nous connaissons maintenant les informations dont disposait Rutte dans ce domaine et celles-ci constituent une bombe à retardement. Bientôt, Wilders ne saura pas comment expliquer un maigre résultat de 5 à 15 %. Des résultats décevants conduiront de nouveau le gouvernement au bord du gouffre. Il était déjà connu qu’avec Wilders, Rutte s’engageait dans une aventure politique très risquée. Maintenant, nous voyons qu’il a sciemment pris des risques ».

Intégration

Les journaux reprennent des déclarations faites par le président du groupe parlementaire PvdA, M. Job Cohen, à l’hebdomadaire Vrij Nederland. M. Cohen, explique le Trouw, « estime que les musulmans sont actuellement exclus dans la société comme les juifs l’ont été au début de la seconde guerre mondiale. Selon M. Cohen, le PVV demande aux musulmans de partir. Mais on ne peut pas imputer à l’Islam la responsabilité de l’extrémisme. Il y a tant de musulmans qui ne veulent que leur petite maison et leur petit jardin. Ces gens-là ont maintenant peur que Wilders se retrouve au pouvoir ». « M. Cohen est pourtant bien placé pour savoir que la comparaison avec la deuxième guerre mondiale est très risquée », fait valoir l’éditorialiste du Telegraaf. « Le sort horrible réservé aux juifs n’a rien à voir avec la situation actuelle des musulmans. (…) Si le chef de file travailliste veut travailler à un monde meilleur, comme il l’indique, il est sur la mauvaise voie. (…) Il faut s’en tenir aux faits (aussi bien concernant la situation des juifs que des musulmans aux Pays-Bas). Et au bout du compte, tous ceux qui habitent aux Pays-Bas doivent s’adapter, se tenir convenablement, se sentir en sécurité, travailler et participer à une société marquée par le respect ».

* * *

AFFAIRES ECONOMIQUES

Secteur financier

Le Trouw (p.4)publie les résultats d’une étude de la stabilité du secteur financier néerlandais menée par le FMI à la demande de la Nederlandsche Bank (DNB). « Le FMI fait l’éloge de la réaction coordonnée du ministère des Finances et de l’Autorité des Marchés Financiers (AFM) à la crise du crédit en 2008. Les mesures qui ont été prises ont produit un secteur bancaire solide. Parallèlement, le FMI fait remarquer que peu de banques ont réussi à garder leur indépendance après la crise, ce qui limite la concurrence ».

Richesse nationale

Le même journal signale que selon les chiffres d’Eurostat, « les Pays-Bas gardent leur position de deuxième pays d’Europe par la richesse » (p.15). « Le revenu moyen est supérieur de plus de 30% à la moyenne européenne. Les Pays-Bas sont précédés par le Luxemburg et suivis de l’Irlande, de l’Autriche et du Danemark ».

* * *

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

Les journaux présentent dans leurs rubriques Cinéma le nouveau film de François Ozon, « Potiche », qualifié de comédie divertissante (Volkskrant 7, Trouw 33).

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 16/12/2010

Haut de page