Presse néerlandaise du jeudi 16 décembre 2004

Le
conseil européen qui a lieu à Bruxelles aujourd’hui et demain est l’occasion
pour la presse de publier de longs articles récapitulatifs sur le thème majeur
de la présidence néerlandaise, le lancement de négociations d’adhésion avec la
Turquie, ainsi que des correspondances d’ambiance d’Ankara.

Sur le
plan intérieur, les quotidiens rendent surtout compte des travaux de deux
commissions parlementaires, l’une sur les causes politiques des dépassements de
coût des grands projets d’infrastructures, l’autre sur l’euthanasie. Le retour à
la Deuxième Chambre, aujourd’hui, du député indépendant Geert Wilders est
également annoncé. 

  • NRC Handelsblad
    d’hier soir : "Davantage d’emprise de la Chambre sur les grands projets -
    Recommandations de la commission Duivesteijn", "Les personnes âgées veulent
    une ’pilule de la dernière volonté’, maintenant
    ", "Davantage de violence
    après le meurtre de Van Gogh"
  • Trouw  : "Les
    Turcs sont sceptiques quant à leurs chances" (correspondance d’Ankara), "La
    Chambre doit user plus tôt de son pouvoir"
  • de Volkskrant  :
    "’Le mal de vivre peut justifier l’euthanasie’ - Recommandation controversée
    de la commission Dijkhuis", "L’installation de la ligne ferroviaire vers le
    Nord n’est plus certaine", "Wilders reprend son siège"
  • Algemeen Dagblad
     : "Le prix des maisons continuera d’augmenter - Les experts sont optimistes
    pour les années à venir", "Máxima s’est remise au travail"
    (émancipation des femmes allochtones)
  • De Telegraaf  :
    "Il n’est pratiquement pas possible d’acheter des articles pyrotechniques -
    La moitié des revendeurs a perdu sa licence par suite des nouvelles règles
    ",
    "Les recommandations en ligne concernant le prix de l’énergie ne sont pas
    bonnes - Mauvais tarifs, sites pas indépendants, informations incomplètes"

* * *

 

Le
dossier du jour : Racisme et violence d’extrême-droite

" Des
groupes de jeunes autochtones et allochtones s’affrontent de plus en plus
souvent
", rapporte le Volkskrant (p.3). " La violence ethnique
augmente surtout durant les soirées de sortie. C’est ce qui ressort du sixième
Monitor Racisme en Extreem-rechts qui a été présenté mercredi.
Selon
les chercheurs des incidents se sont produits dans trente communes durant
l’année écoulée, surtout entre des jeunes d’extrême-droite et des groupes de
jeunes Turcs et Marocains."

" Le
meurtre du cinéaste Theo van Gogh, le 2 novembre, a aggravé l’antagonisme entre
jeunes autochtones et allochtones
. Les allochtones ne tolèrent plus la
manifestation de sentiments anti-islamiques et d’autres formes de
discrimination. Ils recherchent aussi plus souvent la confrontation avec les
jeunes ’Lonsdale’ [marque fétiche de vêtements] d’extrême-droite."

"Jaap
van Donselaar, chercheur à l’Université de Leyde, estime que le groupe Lonsdale
compte 300 à 1 500 jeunes, dont le noyau dur consisterait en quelques dizaines
de jeunes. ’C’est la première fois que nous voyons de tels groupes de jeunes d’extrême-droite
de cette importance’. Van Donselaar ne sait pas quelle est l’importance du
groupe de jeunes allochtones qui recherchent la confrontation, ni ce qui les
mobilise."

" Il
ressort du sixième Monitor Racisme en Extreem-rechts que l’extrême droite
connaît une résurgence aux Pays-Bas, depuis deux ans
. Deux nouveaux partis
d’extrême-droite se sont formés (Nieuw Rechts et la Nationale Alliantie) et le
nombre d’activistes a presque doublé, atteignant mille. Par ailleurs, des
manifestations de sentiments d’extrême-droite et des appels à la violence contre
les musulmans sont placés librement sur des sites Internet tels que Holland
Hardcore, Polinco et Stormfront."

"Van
Donselaar et son collaborateur Peter Rodrigues de la Fondation Anne Frank ont
surtout constaté une résurgence du racisme et de la violence d’extrême-droite
après le meurtre de Van Gogh. Ils ont compté 174 incidents le mois dernier. Dans
deux tiers des cas il s’agissait de violences contre des musulmans. Selon les
chercheurs, la série de violences après le 2 novembre rappelle celles qui se
sont produites après les attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux
Etats-Unis. A l’époque, il y a eu 190 incidents en deux mois et demi, aux
Pays-Bas."

"L’an
dernier, moins d’affaires de discrimination ont été portées devant les tribunaux
et le nombre d’acquittements dans ces affaires est en hausse, font valoir les
chercheurs. Van Donselaar et Rodrigues se plaignent des défaillances du
dépistage et des poursuites pour discrimination. Les chercheurs qualifient par
ailleurs de préoccupante la manière dont la police enregistre les délits dans
lesquels la discrimination joue un rôle
- par exemple des sévices contre un
homosexuel sur un lieu de rencontre. La police n’enregistre pas ces incidents de
façon univoque et à l’échelle nationale, de sorte qu’il n’est pratiquement pas
possible de cerner le problème" (également NRC Handelsblad d’hier soir
p.1, Trouw p.3, De Telegraaf p.3).

 

Actualité
internationale

Union européenne - Turquie

" Le
premier ministre Balkenende dément que la Turquie devienne membre de l’Union
européenne d’ici cinq ans
", relève le Volkskrant en page 7,
entièrement consacrée à la candidature turque. "Le premier ministre balaie de la
table les spéculations à ce sujet de l’ex-commissaire européen Bolkestein,
notamment. Selon lui, les négociations dureront certainement dix à quinze ans ."

" Balkenende
s’attend à ce que les leaders européens annoncent le début des négociations avec
Ankara, vendredi, sous sa présidence
. ’Il semble que ce sera ’oui’’, a dit
le premier ministre à la Deuxième Chambre, mercredi. Les entretiens commenceront
probablement à la fin de l’an prochain."

"Balkenende
a dit qu’il n’était pas faisable de clore ces négociations en l’espace de cinq
ou six ans. ’Beaucoup de choses doivent encore se passer en Turquie avant
qu’elle ne puisse devenir membre. D’autre part l’UE doit d’abord établir son
budget pour cette période. Cette décision ne sera prise qu’en 2014."

" Une
majorité parlementaire PvdA, VVD, SP, D66 et GroenLinks soutient la proposition
du gouvernement d’entamer les négociations avec la Turquie. Le CDA, le premier
parti gouvernemental, ne l’approuve pas
. Les chrétiens-démocrates font
valoir qu’on torture toujours en Turquie et que les chrétiens y ont beaucoup de
mal à pratiquer leur foi."

" Le
gouvernement et la Chambre veulent tous deux qu’après la possible adhésion de la
Turquie les frontières restent fermées pendant longtemps aux travailleurs turcs
."

" La
LPF estime que l’adhésion de la Turquie à l’UE sera ’la plus grande gaffe du
XXIe siècle. Le député Wilders (ex-VVD) parle d’une ’décision scandaleuse’
."

Sur la
même page, le correspondant à Paris du journal de centre gauche, Fokke Obbema ,
rend compte des déclarations faites à la télévision par le président Chirac .
" Le président français Chirac ne souhaite rien de moins qu’une adhésion à
part entière de la Turquie à l’UE : il rejette catégoriquement la possibilité
d’un ’partenariat privilégié’
tel que le prônent son propre parti et son
prédécesseur Giscard d’Estaing." "Demander à un pays comme la Turquie, un grand
pays riche d’une longue histoire, de faire des efforts aussi considérables pour
arriver à un résultat aléatoire ou partiel, ce n’est pas raisonnable", cite le
correspondant.

Pieter
van den Blink, dans le Trouw (p.6) rapporte aussi les déclarations du
Président de la République, sous le titre " Chirac : parler, ce n’est pas
encore adhérer
".

 

Actualité
intérieure

Euthanasie

" Les
médecins doivent pouvoir appliquer à des conditions très strictes l’euthanasie
ou l’assistance au suicide à des patients qui ’souffrent de la vie’
", écrit
le Volkskrant dans son grand article à la une. " Il n’est pas
nécessaire de modifier la loi sur l’euthanasie. C’est ce qu’écrit la commission
Dijkhuis dans une recommandation à l’organisation de médecins KNMG
qui
sera publiée aujourd’hui
. La recommandation est contraire à un arrêt de
la Cour de Cassation sur ce point et au souhait du gouvernement
."

"La
KNMG avait sollicité le jugement de la commission à la suite de l’affaire
Brongersma. Cet ancien sénateur aspirait fortement à la mort parce qu’il
déclinait physiquement et psychiquement et qu’il voyait disparaître tous ses
amis et parents. Son médecin avait accepté sa demande d’aide à mourir en 1998.
La Cour de Cassation a arrêté il y a deux ans que les médecins n’ont pas le
droit d’appliquer l’euthanasie aux patients qui sont ’fatigués de vivre’. La
demande d’euthanasie de Brongersma n’avait pas de ’maladie classifiable’ comme
motif et le médecin a été condamné pour cette raison. Le gouvernement, en la
personne du ministre de la Justice de l’époque, Korthals, était également d’avis
que la loi ne s’étendait pas à la ’fatigue de vivre’. ’Une telle souffrance
dépasse le domaine du médecin’."

"La
commission présidée par le professeur retraité de psychologie clinique et de
psychothérapie Jos Dijkhuis n’est pas d’accord sur ce point. ’On associe trop la
souffrance à la maladie’, selon Dijkhuis. ’Souffrir de vivre peut aussi être une
souffrance intolérable et sans perspective.’ La commission souligne que la loi
sur l’euthanasie exige seulement que les souffrances du patient soient sans
perspective et insupportables, mais ne spécifie pas comment on peut le
constater. ’Si nous partons de la charge de souffrance, l’aide à mourir en cas
de fatigue de vivre reste dans les limites de la loi et de celles du corps
médical’."

"La
commission estime que les médecins qui sont confrontés à de telles demandes
d’euthanasie doivent les traiter ’avec minutie et prudence’. C’est pourquoi la
KNMG doit rédiger des exigences de minutie spécifiques et faire en sorte que les
médecins sachent plus de la perception du sens de la vie."

"Il
ressort d’une étude que 30 pour cent
des médecins ont été sollicités à un moment ou à un autre par un patient qui en
avait ’assez de vivre’ et qui demandait une aide à mourir. Selon la commission,
de telles demandes leur seront adressées plus fréquemment dans les années à
venir."

"La
KNMG fait savoir qu’elle a l’intention de lancer une discussion sur ce thème au
sein du corps médical" (également NRC Handelsblad d’hier soir pp.1 et 3).

 

Presse

Le Trouw (p.5) fait mention de l’ opposition croissante de certains
quotidiens régionaux au projet de fusion avec l’Algemeen Dagblad
.
"Après le Rotterdams Dagblad (RD), la rédaction du Haagsche Courant s’oppose désormais aussi à la fusion avec l’Algemeen Dagblad
(AD). Les deux quotidiens veulent garder leurs titres et leur identité. Le
Haagsche Courant a décidé cette semaine qu’il n’associerait ’à aucun prix’ ses
propres titres - dont le Goudsche Courant - à ceux de l’Algemeen Dagblad.
La majorité des rédacteurs veut aussi conserver le caractère des quotidiens du
Haagsche Courant."

Les
réactions de lecteurs sur le site Internet des quotidiens régionaux visés par le
projet de fusion des maisons d’édition PCM et Wegener sont dans l’ensemble
négatives : personne ne veut d’un nouveau journal destiné à toute la Randstad.

 

Economie,
Finances

Infrastructures

"La
Deuxième Chambre doit pouvoir influer plus et plus tôt sur le processus
décisionnel des grands projets d’infrastructures", relève le NRC Handelsblad
d’hier soir dans son grand article à la une. "Pour cela, elle devrait instaurer
son propre centre indépendant de connaissance et de contrôle. C’est ce que
recommande la Commission Temporaire des Projets d’infrastructures (commission
Duivesteijn) dans son rapport Grote projecten uitvergroot sur les
dépassements de coût et le processus décisionnel des grands projets
d’infrastructures comme la ligne de Betuwe, le TGV et la ligne du Zuiderzee [non
encore commencée]."

"Comme
elle sera impliquée à un stade précoce dans la décision sur les grands projets
d’infrastructures, la Chambre aura alors moins tendance à se comporter en
’pouvoir antagoniste’, estime la commission. Il s’agit aussi de savoir s’il
convient de modifier la Constitution afin que le gouvernement ait désormais
l’obligation de fournir davantage d’information de façon ’active’ à la Chambre.
La Chambre devrait aussi avoir la possibilité d’auditionner des fonctionnaires.
Selon Duivesteijn, le processus décisionnel ne doit plus reposer auprès du
ministère des Transports et Voies d’Eau, mais être dorénavant confié au VROM
[Logement, Aménagement du Territoire et Environnement]."

"La
commission, sur la base de l’enquête sur la ligne de Betuwe et le TGV-Sud, porte
un jugement sévère à la fois sur le ministère des Transports et Voies d’Eau et
sur la Deuxième Chambre. ’La manière dont la Deuxième Chambre a pris des
décisions était docile et peu dualiste (...) Cela a porté préjudice à l’autorité
des Etats Généraux en tant qu’organe démocratique suprême des Pays-Bas’."

"La
commission a appliqué son nouveau ’cadre de contrôle’ au processus décisionnel
sur la nouvelle ligne du Zuiderzee, tel qu’il s’est déroulé jusqu’à présent, et
elle arrive à la conclusion qu’il ’n’est actuellement pas responsable de prendre
une décision sur l’installation de la ligne du Zuiderzee, parce qu’il y a encore
trop d’interrogations sur l’utilité et la nécessité du projet et que sa
plus-value économique et pour l’aménagement du territoire n’est pas assez
évidente’" (également Trouw p.2, De Telegraaf p.3, Het
Financieele Dagblad
p.3).

"La
ligne du Zuiderzee, la liaison rapide entre Groningue et Amsterdam, est devenue
incertaine après le rapport dévastateur de la commission Duivesteijn", remarque
le Volkskrant à la une. "Dans son rapport Grote projecten uitvergroot
la commission juge que le gouvernement a dégagé beaucoup trop tôt 2,7
milliards d’euros pour la ligne rapide et qu’il évite depuis de discuter de sa
nécessité."

 

Affaires françaises  

L’attribution à l’architecte français David Mangin du réaménagement du quartier
des Halles, à Paris, est signalée par la plupart des quotidien, parfois sous la
forme d’une photo du projet retenu ( Het Financieele Dagblad p.1, Trouw
p.6, De Telegraaf p.13, de Volkskrant p.19.)

Dernière modification : 16/12/2004

Haut de page