Presse néerlandaise du jeudi 1er avril 2010

« Les employés des services publics ne sont pratiquement pas protégés contre les agressions », relève le quotidien à grand tirage AD. « Selon des estimations de l’inspection du travail, 60 à 70 % des employeurs du secteur public et semipublic n’appliquent pas les règles. »
« Selon la porte-parole Magda de Vetten, il s’agit d’employeurs des secteurs à risque, tels que les transports publics, les ambulances et les services sociaux. »

* * *

- NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : « Le Pieter Baan Centrum : renvoyer ceux qui refusent de coopérer à leur mise sous protection judiciaire », « Une rivalité derrière les compliments » (visite à Washington du président Sarkozy)
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : « Les fonctionnaires sont mal protégés – Les mesures contre les agressions sont ignorées massivement », « Un enfant abandonné ‘trouvé’ par sa propre mère » (fait divers)
- de Volkskrant (centre gauche) : « Le nombre de condamnés sous protection judiciaire a fortement baissé en cinq ans – La liste d’attente s’évapore maintenant que les suspects refusent un examen psychologique »
- Trouw (chrétien progressiste) : « Les allocataires WAO [incapacité de travail] doivent chercher eux-mêmes un emploi – L’Etat n’aide plus les inaptes », « Des photos montrent la capitale en 1857 » (affiches à Amsterdam)
- De Telegraaf (populaire) : « Un cacique du VVD soupçonné de corruption », « Guerre aux cultivateurs de cannabis »

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Taxe kilométrique

La plupart des quotidiens rendent compte des résultats de la grande enquête du touring club ANWB sur le projet de taxe kilométrique .

« La manière dont le ministre Camiel Eurlings (Transports et Voies d’Eau) voulait introduire une taxe kilométrique aurait suscité des résistances insurmontables de la part de l’ANWB et de ses membres », écrit le Volkskrant (p.2). « C’est ce qui ressort d’une enquête effectuée par le touring club auprès de 350 000 membres et 50 000 non-membres. Bien que le principe sous-jacent au projet de loi sur la taxe kilométrique – soumettre davantage à l’impôt l’utilisation du véhicule – soit soutenu par une majorité (68 %) des participants, les membres de l’ANWB en rejettent résolument les principaux détails. »
« Ainsi, la plupart des membres sont contre l’installation d’une boîte d’enregistrement dans la voiture, qu’ils considèrent comme une atteinte à leur vie privée. De plus, ils pensent que ce système est trop coûteux et trop compliqué. »
« Les membres interrogés s’opposent aussi à une période transitoire durant laquelle la taxe à l’achat (BPM) serait remplacée par une forte hausse de la taxe sur les véhicules à moteur. Ils estiment que cette mesure serait inéquitable parce que seules les personnes qui achètent une voiture neuve pourraient profiter de la baisse de la BPM. Les automobilistes qui possèdent déjà une voiture seraient doublement imposés : une taxe sur les véhicules à moteur plus élevée, alors que la BPM a déjà été prélevée. »
« Une majorité s’oppose aussi à l’introduction d’un tarif d’heure de pointe, l’idée centrale du projet d’Eurlings. Le ministre pensait résoudre ainsi les bouchons : en faisant payer les automobilistes davantage durant les heures de pointe, il espérait les inciter à faire usage des transports publics ou à prendre la route avant ou après. »
« ‘Les automobilistes n’ont pas le sentiment d’avoir le choix. Les horaires de travail, en général, ne permettent pas d’éviter les heures de pointe. Et les transports publics sont jugés insuffisants’, explique Guido van Woerkom, directeur de l’ANWB. »
« Mais même si Eurlings avait modifié ces points, le soutien des membres de l’ANWB n’aurait pas été assuré pour autant, selon Van Woerkom. ‘La large opposition à la taxe kilométrique est également causée par le manque de transparence du thème et un manque navrant de confiance dans les autorités’. »
« Au début de l’enquête, en janvier, Eurlings avait dit qu’il n’y aurait pas de taxe kilométrique si la majorité des membres de l’ANWB se prononçait contre son projet de loi  », rappelle le journal.

« Les partis politiques – qu’ils soient pour ou contre la taxe kilométrique – ont accueilli les résultats de l’enquête comme preuve de la justesse de leur position », note le même Volkskrant dans une analyse. « Le PvdA, à l’inverse des membres de l’ANWB, estime qu’un tarif d’heure de pointe est nécessaire. Dans son programme électoral, qui sera présenté la semaine prochaine, il opte pour la poursuite du projet de taxe kilométrique. Le VVD considère le résultat du sondage de l’ANWB comme un soutien à sa propre opposition à la taxe. ‘En fait 80 % des membres de l’ANWB ne sont pas favorables à la taxe kilométrique’, selon le député VVD Charlie Aptroot. Le CDA estime que le résultat est ‘tout à fait conforme’ à sa propre position. Le député Ger Koopmans a déclaré hier que le CDA rejetait aussi un tarif d’heure de pointe. »

Abus sexuels

« Le gouvernement va ouvrir une enquête sur les possibles abus sexuels subis par des enfants placés sous la responsabilité de l’Etat, dans des centres de détention pour jeunes ou des établissements privés », annonce le Telegraaf (p.3). « Cette décision fait suite aux récentes informations sur les abus commis dans les années cinquante et soixante dans des établissements catholiques, où les services de protection de l’enfance avaient placé des jeunes, ont fait savoir hier soir les ministres Rouvoet (Jeunesse et Famille) et Hirsch Ballin (Justice).
« L’objectif est d’examiner si des signes d’abus supposé étaient connus des autorités à l’époque, et dans l’affirmative quel usage elles ont fait de tels signaux. » « Le gouvernement dit avoir décidé d’ouvrir cette enquête à la suite d’une concertation entre Rouvoet et Wim Deetman [CDA, membre du Conseil d’Etat], qui prépare une enquête sur les abus sexuels au sein de l’Eglise catholique. »

Drogue

« Le gouvernement déclare la guerre au commerce ‘en gros’ de drogues douces », souligne le Telegraaf dans un encadré à la une. « Toute forme d’implication dans la culture à grande échelle de cannabis deviendra punissable. La production organisée de drogue est déjà illégale, mais les hommes de main feront désormais aussi l’objet d’une approche dure. Les exploitants de growshops [fournisseurs de matériel], les négociants et les transporteurs devront désormais s’attendre à de longues peines de prison. »
« C’est ce qui ressort d’un projet de proposition de loi du ministre Hirsch Ballin (Justice, CDA). »

ChristenUnie

« La ChristenUnie veut faire payer aux riches des amendes plus élevées qu’aux gens qui sont moins nantis », relève le Volkskrant (p.6). « Ainsi, tout le monde sera puni dans les mêmes proportions en cas d’infraction aux lois. C’est ce qu’on peut lire dans une note de la ChristenUnie sur l’approche de la délinquance et de la criminalité et le renforcement de la sécurité présenté mercredi. Selon ce projet, la gravité d’un délit définira le nombre d’’unités pénales’ imposées à l’auteur d’un délit et le revenu de celui-ci le montant d’une telle unité. »

* * *

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

Le NRC Handelsblad (pp.1 et5) d’hier soir et le Trouw (p.4) suivent la question de la burqa.
Sur le plan culturel, plusieurs journaux publient des critiques positives du film « Le père de mes enfants », de Mia Hansen-Løve (NRC Handelsblad d’hier soir p.8, Het Parool d’hier soir supplément PS, de Volkskrant p.43).
Le Trouw (p.10) note que « les autorités françaises veulent se débarrasser des anglicismes ». « ‘Buzz’ deviendra ‘ramdam’, ‘chat’ restera ‘chat’. »

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 16/04/2010

Haut de page