Presse néerlandaise du jeudi 20 décembre 2007

La police et la justice de Groningue sont convaincues d’avoir arrêté le pyromane du village ’t Zandt. Le jeune Johnny B. (20 ans), surveillé vingt-quatre heures sur vingt-quatre depuis une semaine, a été surpris alors qu’il voulait allumer un dix-neuvième incendie et arrêté peu après. Il ressortirait d’entretiens téléphoniques avec son amie, du même âge, qu’elle était pour le moins au courant de ses activités. La police ne donne pas d’information sur les possibles motifs du pyromane.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "La Banque centrale européenne calme l’agitation bancaire en prêtant 350 millions", "Tout le monde est content à ’t Zandt, surtout le premier suspect"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "La police surprend le pyromane - La sœur du suspect de ’t Zandt : ’Nous n’arrivons pas à le croire’"
de Volkskrant (centre gauche) : "Il y aura de la glace naturelle jusqu’au week-end - Excitation aux Pays-Bas : les premières compétitions de patin sont un fait", "Les Américains réduiront leur consommation d’énergie"
Trouw (chrétien progressiste) : "Les hyperétables sont possibles, à condition d’être ’civilisées’" (recommandations à la ministre du Logement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement et à la ministre de l’Agriculture), "’Taxer le carburant des avions’"
De Telegraaf (populaire) : "Le témoin à charge hors-la-loi - La justice mettra fin à la protection de l’ex-Hells Angel", "Soutenez nos militaires en plaçant une petite annonce gratuite", "Le pyromane était toujours sur le devant de la scène"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Mission néerlandaise en Uruzgan

"Qu’ils soient pour ou contre la prolongation de la mission en Uruzgan, tous les partis politiques représentés à la Deuxième Chambre soutiennent nos militaires", remarque le Telegraaf à la une. "Ils l’ont laissé paraître en participant à l’action de Noël du Telegraaf . ’Nous sommes fiers de vous’, dit leur carte de vœux. ’Rentrez sains et saufs’."
"C’est le député VVD et président de la Commission permanente de la Défense Hans van Baalen qui en a pris l’initiative. ’Nos soldats en Afghanistan doivent savoir que la classe politique pense à eux, est fière et les soutient pleinement’, dit-il. Il trouve normal que des adversaires de la mission aient également participé à l’action."

De l’avis de l’éditorialiste du Trouw, "la décision sur la mission en Uruzgan ne mérite pas un prix de beauté". "La stabilisation et la construction de l’Afghanistan sont une affaire de longue haleine. C’est pourquoi il est réaliste et logique qu’une large majorité de la Deuxième Chambre suive le gouvernement dans sa décision de prolonger la mission jusqu’en 2010. Il est moins logique, mais compréhensible, que le gouvernement et le Parlement veuillent y mettre fin ’de toute façon’ dans trois ans. Cette résolution s’accorde mal avec l’idée qu’il faut de nombreuses années pour rendre autonome un pays tribal et extrêmement pauvre."

Le Volkskrant, de son côté, rappelle que "la majorité des électeurs est toujours d’avis qu’il aurait mieux valu mettre fin en 2008 à cette aventure précaire". "A la Deuxième Chambre, cette majorité est représentée par les partis de gauche et de droite, mais le doute sur l’utilité d’une nouvelle mission est aussi fortement présent chez les électeurs du PvdA et du VVD."

ACTUALITE INTERIEURE

Droit de licenciement

"Le gouvernement a failli collectivement dans la discussion sur le droit de licenciement", écrit le Volkskrant à la une. "Le premier ministre Balkenende et les vice-premiers ministres Bos (PvdA) et Rouvoet (ChristenUnie) ont omis de prendre leurs responsabilités, de sorte que l’impasse a duré beaucoup trop longtemps. C’est ainsi qu’a pu se former l’image d’un ’gouvernement de rien qui se bat surtout contre lui-même’. C’est ce que dit Arie Slob, le président du groupe parlementaire du plus petit partenaire de coalition, la ChristenUnie, dans un entretien avec le Volkskrant. La vision sociale de l’équipe gouvernementale est ainsi passée à l’arrière-plan, selon Slob, de même que ’toutes les bonnes choses que nous avons accomplies’. Slob : ’Ce gouvernement court un sérieux risque s’il perd de vue ses objectifs et continue de patauger dans des questions insolubles’."
"L’impasse sur une procédure de licenciement plus simple et meilleur marché - proposée par le ministre CDA des Affaires sociales, Donner - a fait monter la tension au sein du gouvernement, ces derniers mois", rappelle le journal de centre gauche. C’est surtout le PvdA (résolument contre) et le CDA (résolument pour) qui s’affrontaient. Une crise ministérielle a été évitée de justesse."
"Slob déplore le fait qu’aucun des ministres - y compris les ministres ChristenUnie Rouvoet et Van Middelkoop - n’ait été en mesure de trancher avant l’escalade de l’affaire. ’Il ne s’agissait plus du fond. C’était devenu une guerre de tranchées’."
L’interview figure en page 2.

Revenus excessifs

"La commission Frijns n’est pas favorable à des mesures légales pour régler la rémunération des grands managers", relève le Trouw (pp.2-3). "Elle prône l’autorégulation. Cela n’arrange pas le ministre Bos."
"Il est inefficace et mauvais pour le climat d’investissement aux Pays-Bas de prendre des mesures légales pour régler la rémunération des dirigeants d’entreprises. Pour éviter les excès, le conseil d’entreprise doit exercer une meilleure surveillance. Telle est la conclusion de la commission Frijns, qui a présenté hier son rapport sur le respect du code Tabaksblat, le code de conduite pour la bonne gestion d’entreprise. Le rapport a été présenté aux ministres Bos (Finances) et Van der Hoeven (Affaires économiques)."
"Il ressort de l’étude de la commission que la rémunération des managers a fortement augmenté de 2002 à 2006, mais les Pays-Bas diffèrent à peine des autres pays européens à cet égard. En outre il y a un lien positif entre la rémunération et les performances d’une entreprise."
"La commission propose cependant que les entreprises soient plus ouvertes en ce qui concerne leur politique de rémunération."

"Les recommandations de la commission Frijns sont un revers pour le ministre des Finances Bos", commente Lex Oomkes dans une analyse sur la même page. "Bos a répété sa formule incantatoire pendant des mois, durant les débats parlementaires. Attendons les recommandations de la commission Frijns, a-t-il dit chaque fois que des députés réclamaient des mesures pour endiguer la rémunération des grands managers du secteur privé. Ces recommandations auraient pu fournir à Bos un argument pour prendre des mesures à l’encontre des grandes entreprises cotées en bourse. Frijns, ancien directeur des placements de la caisse de retraite ABP, ne s’y est pas prêté. Au contraire, dans son rapport la commission avance des arguments en faveur de la pratique actuelle."
"Bos invoquait toujours les recommandations que la commission Frijns allait faire, mais cette semaine, justement, lui et son secrétaire d’Etat De Jager avaient décidé de ne plus attendre. De Jager a annoncé mardi, durant le débat sur les projets fiscaux 2008 à la Première Chambre, que le gouvernement présenterait au printemps des projets de loi de nature à limiter la montée rapide des rémunérations des grands managers."

Le commentateur du journal d’affaires Het Financieele Dagblad reproche à la commission Frijns de ne pas formuler de "recommandations concrètes" pour les commissaires du conseil d’entreprise, "comme Morris Tabaksblat l’a fait dans son code".

Kérosène

"Une faible majorité de la Deuxième Chambre veut que le ministre Bos (Finances) plaide en faveur d’une taxe sur le kérosène auprès des gouvernements des pays voisins", note le Trouw à la une. "Le PvdA, le SP, GroenLinks, le Parti des Animaux, le D66 et la ChristenUnie écrivent en page d’opinion de ce journal qu’il n’est pas juste qu’il n’y ait pas de taxe sur le kérosène. La navigation aérienne croît si fortement qu’elle annule presque toutes les économies d’énergie réalisées au sol."
"Ces partis, qui détiennent ensemble 76 sièges à la Deuxième Chambre, rappellent que les voyageurs en bus en en voiture doivent aussi payer une taxe sur le carburant. Alors pourquoi pas les voyageurs en avion ?"

AFFAIRES FRANÇAISES

Ariejan Korteweg, dans le Volkskrant (cahier Voorkant), s’est entretenu avec Frans Schuursma, un peintre néerlandais qui a un litige avec le Port Autonome de Paris, à propos de l’emplacement de la péniche sur laquelle il vit, travaille et expose.

Quelques journaux publient une photo du TGV qui a percuté un camion près de la frontière suisse.

Dernière modification : 19/08/2008

Haut de page