Presse néerlandaise du jeudi 21 novembre 2002

Les auditions de la commission d’enquête
parlementaire sur la chute de l’enclave de Srebrenica, les élections
municipales intermédiaires dans six communes, des faits de société et le
football fournissent les principaux titres à la une, aujourd’hui. 

NRC Handelsblad d’hier
soir : "Les listes d’attente pour les opérations baissent", "L’émancipation
des femmes est conforme au calendrier – Un sèche-linge et un homme à la
maison, ça prend du temps"

De Telegraaf  : "’Avoir
honte du génocide’ – Pronk impute la chute de Srebrenica essentiellement aux
Pays-Bas", "Forte progression du CDA", "L’équipe
orange bat les Allemands !
"

Algemeen Dagblad  : "Les
citoyens ne vivent pas sainement", "L’Allemagne régresse en se
plaignant" (correspondance d’ambiance de Berlin), "L’équipe orange en
forme contre les Allemands"

de Volkskrant  :
"Stagnation de l’espérance de vie moyenne – Les femmes vivent moins
longtemps que dans les pays voisins", "’Que le SP se regarde dans un
miroir’" (reportage d’Oss), "ABN Amro supprime encore 2 500
emplois dans la branche des services commerciaux"

Trouw  : "’Répartir les
élèves plus équitablement’ – Les échevins des grandes villes contre le
fossé entre écoles blanches et noires", "L’armée de terre a dénigré
Voorhoeve" 

 

Le dossier du jour
 : Srebrenica Le
génocide de Srebrenica est plus imputable aux Pays-Bas qu’à la communauté
internationale
", rapporte le Telegraaf
dans son grand article à la une. " Notre
pays doit même avoir honte, estime l’ancien ministre PvdA Pronk, qui en exempte
les militaires du Dutchbat
. L’ancien
premier ministre Lubbers était en total désaccord avec Pronk
."

"’Nous avons pris sur nous une
responsabilité particulière parce que nous sommes allés là-bas pour protéger
la population contre le génocide. Il y a là quelque chose de plus, quelque
chose de spécifiquement néerlandais. Parfois, j’ai le sentiment que nous
devons avoir honte’, a déclaré Pronk durant son audition devant la commission
d’enquête parlementaire sur Srebrenica."

"Pronk a dit hier que, durant la chute
de l’enclave, le gouvernement tout entier était conscient du fait que les
hommes couraient un grand danger. ’Les Serbes allaient tuer tous les hommes de
plus de seize ans, nous le savions en nous fondant sur les expériences du passé’,
a-t-il dit. Cette affirmation est néanmoins en contradiction avec les minutes
du conseil des ministres du 11 juillet 1995, qui ont fait l’objet de fuites dans
la presse. On y lit que Pronk ne s’attendait pas à un génocide."

"Selon l’ancien ministre PvdA de la
Coopération, si le bataillon avait eu un armement plus lourd l’issue du drame
aurait peut-être été différente. Les hauts militaires entendus jusqu’à présent
ont cependant infirmé cette thèse."

"Pronk a également raconté qu’en
avril, peu avant la chute du gouvernement Kok, le premier ministre l’avait empêché
de distribuer une lettre avec ses états d’âme à ses collègues du conseil des
ministres. Le premier ministre Kok craignait des fuites. Les collègues de Pronk
le soupçonnaient à l’époque d’avoir donné à l’IKV [l’organisation pacifiste
de Mient Jan Faber] les minutes top secrètes du conseil des ministres."

" L’ancien
premier ministre Lubbers, qui a été entendu après Pronk, s’est avéré être
en total désaccord avec lui sur la responsabilité particulière de notre pays
.
Il n’est pas juste de dire : c’est la
faute des Pays-Bas. Nous avions reçu des assurances et elles n’ont pas été
respectées’
, a déclaré l’actuel chef du Haut Commissariat pour les Réfugiés
de l’ONU."

" Lubbers
a nommément imputé à la France le fait que les promesses de soutien aérien
n’ont pas été tenues
. ’En janvier 1994, un discours robuste émanait
encore de France, mais par la suite seuls les politiques ont encore parlé et
l’arme aérienne s’est érodée. Viennent alors les Janvier et les otages et on
n’entend plus le discours robuste. L’UE ne publie plus de communiqués clairs et
dynamiques et on négocie avec les Mladic de ce monde. On froisse l’engagement
pour le maintien de l’ordre juridique’, a esquissé Lubbers."

" La
commission d’enquête a également entendu hier quelques hauts fonctionnaires de
la Défense, qui ont décrit la mauvaise relation entre leur ministre,
Voorhoeve, et le commandant de l’armée de terre, le général Couzy
.
Voorhoeve avait donné l’ordre à l’armée de terre de faire la lumière sur
tous les faits gênants, dans le rapport de débriefing, mais l’armée de terre
n’en a fait qu’à sa tête. ’On a éclairé les actions du Dutchbat d’un jour
favorable. Certains faits ont été sous-exposés pour maintenir la réputation
de l’armée de terre’, a raconté l’ex-haut fonctionnaire De Winter, qui était
le conseiller politique de Voorhoeve" (également Trouw
pp.1 et 3, de Volkskrant p.3, Algemeen
Dagblad
p.5).

 

Actualité internationale

Irak

" Le
ministre De Hoop Scheffer (Affaires étrangères) maintient la possibilité que
notre pays participe, si l’on en vient à une intervention militaire contre
l’Irak
", écrit l’éditorialiste du Telegraaf .
"Cette déclaration est en premier lieu un signal politique aux Etats-Unis , pour leur dire que les Pays-Bas
soutiennent leur objectif : prendre à l’Irak ses dangereux armements. C’est un
soutien apporté à juste titre. Il n’est pas responsable d’en priver l’Amérique,
alors que ce pays est prêt à tirer les marrons du feu pour éviter pire."

" Il
n’y a pas lieu de pratiquer une politique-des-mains-propres, comme l’Allemagne
.
Mais il faut qu’une éventuelle
participation néerlandaise au combat soit conforme aux accords existants sur
une action internationale
. Les
objectifs de l’opération doivent être clairs, l’armement doit être conforme
aux tâches, les risques doivent être prévisibles, il doit s’agir de troupes
bien entraînées et la fin de la tâche doit être claire
. Pas de répétition
de Srebrenica, donc."

"En
principe, l’opération doit découler d’une décision de l’ONU. Mais si les
membres du Conseil de Sécurité ne veulent pas s’engager dans la voie qu’ils
eux-mêmes désignée, les Pays-Bas, avec quelques autres pays d’Europe,
pourront aussi décider eux-mêmes de participer."

Catastrophe pétrolière

" Le
président français Chirac, qui se dit horrifié par le nouvel accident,
condamne ’l’incapacité des autorités’ à tous les niveaux
", relève
l’éditorialiste de l’ Algemeen Dagblad . "Il appelle à prendre ’des mesures
draconiennes’ pour mettre fin aux pratiques de pirates avides de gain. S’il
le pense vraiment, nous sommes en droit d’attendre de lui des initiatives concrètes
.
Personne ne contestera qu’il en est grand temps."

 

Actualité
intérieure

Elections municipales

" Le
CDA est sorti vainqueur des élections municipales intermédiaires à
Zwijndrecht, Sluis, Hulst et Terneuzen
", relève le Volkskrant (p.2). "Les élections de mercredi étaient nécessaires
en raison de réaménagements municipaux et de fusions de communes. A
Zwijndrecht, le CDA est devenu le premier parti, avec 29 sièges. Il y a dépassé
le PvdA en régression, qui a obtenu 6 sièges. La LPF, qui a participé à ces
élections pour la première fois, entre au conseil municipal avec trois
membres."

"A Sluis aussi, le CDA est devenu le
premier parti, avec cinq sièges sur dix-neuf. Le PvdA et le VVD y ont tous deux
obtenu quatre sièges. A Hulst, le CDA a remporté un quart des voix, ce qui lui
donne six sièges sur vingt et un. Les partis locaux ont par ailleurs obtenu de
bons résultats à Hulst."

"La
nouvelle commune Terneuzen (55 000 habitants) a surtout voté CDA (neuf sièges)
et PvdA (huit sièges). Le VVD y a obtenu trois sièges, la LPF un."

Bien que la
progression dans les sondages d’opinion du CDA et du SP (qui a obtenu sièges
sur 35 à Oss
, le fief de Marijnissen) se soit confirmée lors de ces élections
municipales, on ne peut pas considérer
ces résultats comme un indicateur pour les élections législatives de janvier
,
estime le Telegraaf (p.7). "Pour
cela, le nombre d’électeurs est trop réduit, le taux de participation trop
faible et le nombre de communes trop limité."

Volkert van der G.

Le Trouw
(p.3) signale que Volkert van der G., le meurtrier présumé de Pim Fortuyn, 
peut inscrire à son palmarès juridique un succès remarquable auprès
du Conseil d’Etat. Van der G. avait découvert que la plus grande batterie de
ponte des Pays-Bas (300 000 poules sur sept étages), à Groesbeek, a transgressé
les règles environnementales. Le Conseil d’Etat a décidé qu’elle devait être
démantelée.

Pim Fortuyn

Le rapport sur
la sécurité de Pim Fortuyn, auquel travaille la commission Van den Haak, sera
présenté le 17 décembre prochain. Le président Harry van den Haak et les
membres de sa commission ont eu 110 entretiens au total (avec quelque 85
personnes). Ils ont analysé trois mille informations diffusées par les médias
et étudié nombre de documents administratifs et autres ( de Volkskrant p.2).

Economie,
Finances

Stork

L’ensemble de la presse annonce la
suppression de 700 emplois (900 si l’on compte aussi les intérimaires) au sein
du groupe technologique Stork, qui finira de nouveau dans le rouge, cette année.
400 emplois disparaîtront au sein du groupe Aerospace et 300 dans la division
des services techniques, aussi bien aux Pays-Bas qu’à l’étranger. La division
des composants industriels supprimera 135 places. Le reste du dégraissage aura
lieu dans les autres divisions. Le syndicat FNV Bondgenoten s’attend à ce que
"quelques centaines" d’employés soient licenciés.

Dans le NRC Handelsblad
(p.20), le nouveau PDG de Stork, Sjoerd Vollebregt, explique que "Stork ne
peut pas attendre tranquillement la construction du JSF".

Economie
néerlandaise

"Les
Pays-Bas, sur le plan économique, sont le ’maillon le plus faible’ de l’Europe,
cette année", relève le Telegraaf
(p.3). "Après avoir été encore récemment en tête au sein de l’Union,
notre pays se trouve maintenant dans l’arrière-garde. Cette conclusion dure et
pénible a été exprimée hier par le ministre Hoogervorst, durant le
traitement du budget des Affaires économiques à la Deuxième Chambre. ’Les
problèmes économiques sont grands. Très grands. Les Pays-Bas se portent mal.
Nous avons passé cinq trimestres sans croissance notable, ce qui ne nous était
plus arrivé les vingt dernières années.’ Le ministre a encore une fois
souligné que les énormes augmentations salariales aux Pays-Bas jouent un rôle-clé.
’Cette année, le nombre de chômeurs passera à 300 000 et en 2003 il y en
aura encore 100 000 de plus. Cela accroît l’urgence de la modération
salariale’."

Affaires françaises 

Le
Trouw (p.9) note que "Paris
entre tout de même en action contre le déficit". "La France est tout
de même sensible aux critiques à l’encontre de son déficit budgétaire
croissant."

Le
Volkskrant (p.4) rend compte de
l’appel en faveur de José Bové publié dans Le Monde : "La gauche française soutient Bové."

A signaler :

Une
interview de l’ex-président lituanien Landsbergis, qui estime dans le Volkskrant
(p.4) que l’adhésion des Etats baltes à l’OTAN ne résoudra pas le problème
de "l’expansion russe", compte tenu, notamment, du règlement de la
question de Kaliningrad entre l’UE et la Russie.

Dernière modification :

Haut de page