Presse néerlandaise du jeudi 21 juin 2007

Bart Tromp, 62 ans, idéologue du PvdA et professeur extraordinaire de relations internationales à l’Université d’Amsterdam est décédé hier d’un arrêt cardiaque. Il tenait une chronique dans le journal amstellodamois Het Parool depuis plus d’un quart de siècle et écrivait chaque semaine dans le magazine Elsevier.
"Il était connu pour son érudition et ses opinions fortes, qui en faisait le poil à gratter du PvdA", souligne le Volkskrant à la une. "En 2001, il a tenté en vain d’accéder à la présidence du parti. A cette occasion, il a déclaré que le PvdA était au bord du gouffre. ’Jamais un parti social-démocrate n’a eu autant d’électeurs à sa gauche.’ Il a également affirmé que le pouvoir au PvdA se concentrait de plus en plus au sein d’un petit groupe que le parti ne surveillait plus."
Bart Tromp, qui était lié à l’Institut Clingendael, a publié plusieurs livres sur la politique et les relations internationales. Il a aussi écrit des articles d’opinion pour le Volkskrant, dans lesquels il se manifestait comme un adversaire déclaré de la guerre d’Irak.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "Des chambres d’hôtel supplémentaires réservées pour le sommet de l’UE sur la Constitution" (correspondance de Bruxelles), "Sévères critiques sur la gestion de l’installation du TGV"
de Volkskrant (centre gauche) : "Désertions à cause de la ’folie’ en Irak" (reportage d’Ottawa), "Uruzgan : l’offensive contre Chora est finie", "L’idéologue du PvdA, Tromp, est décédé"
Trouw (chrétien progressiste) : "Les syndicats menacent de torpiller le sommet - L’assouplissement du droit de licenciement reste une pomme de discorde", "Les Néerlandais et les Australiens portent un coup dur aux Talibans"
De Telegraaf (populaire) : "Les grands managers bénéficieront tout de même d’une grosse prime de départ - Les règles ne seront valables que jusqu’à 75 000 €", "Boy oh boy, nous sommes passés !" (football)
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "La pénurie d’instituteurs croît fortement - Le mauvais enseignement du calcul joue des tours aux étudiants des écoles normales", "Le PvdA exige l’interdiction des jeux vidéo meurtriers", "Les jeunes Orange se qualifient pour la finale après 16 tirs au but"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :TGV Sud

"Les Transports et Voies d’Eau ont mal géré l’installation du TGV", annonce le NRC Handelsblad d’hier soir à la une. "De ce fait, les coûts ont énormément augmenté et la réalisation a pris beaucoup de retard. On ne sait pas quand les premiers trains vont rouler".
"C’est ce que conclut la Cour des comptes après deux mois d’enquête. La Deuxième Chambre lui avait demandé expressément de rédiger un rapport sur ce projet d’une valeur de plusieurs milliards. Il a été publié aujourd’hui."
"En 2005, la commission Duivestein, qui a étudié quelques grands projets d’infrastructures pour la Deuxième Chambre, avait déjà vivement critiqué la partie néerlandaise de la liaison TGV entre Amsterdam, Bruxelles et Paris. Les enquêteurs de la Cour des comptes constatent que la complexité du projet, auquel participent diverses entreprises privées, exigeaient justement une gestion rigoureuse. Sept contrats ont été conclus avec divers partenaires rien que pour les fondements."
"Le coût de l’installation de la ligne TGV avait été estimé à presque 3,5 milliards d’euros dans les années quatre-vingt-dix. L’an dernier, il était monté à 6,3 milliards d’euros et de nouveaux revers le feront presque certainement grimper à sept milliards."
"La Cour des comptes, dans son rapport, met en garde contre des risques supplémentaires, tels que la position vacillante de la High Speed Alliance (HSA), une association des NS et de KLM pour l’exploitation de la ligne. Des calculs qui n’ont pas été envoyés à la Deuxième Chambre font apparaître des doutes sur la ponctualité de la liaison ferroviaire. De plus, le nombre de voyageurs serait insuffisant. Selon la Cour des comptes, ’il faut prévoir un nombre de voyageurs (beaucoup) plus faible que celui escompté par HSA’. ’C’est l’une des raisons pour lesquelles HSA sera une entreprise déficitaire, de sorte que la continuité des transports ne sera pas garantie’."
"Dans une réaction, le député Duyvendak (GroenLinks) parle d’un ’train pour voyageurs en fourrure’ qui est au bord de la faillite. ’Eurlings doit immédiatement tout remettre en ordre et faire en sorte qu’un nombre maximal de voyageurs puisse faire usage de ce train pour un tarif raisonnable’." "Le CDA subodore que ’ces contrats réservent encore beaucoup de mauvaises surprises’. Le député chrétien-démocrate Koopmans espère qu’une ’période d’entêtement est désormais révolue’, période durant laquelle les prédécesseurs d’Eurlings n’ont pas fait ce que la Chambre et la commission Duivesteijn leur conseillaient expressément. Koopmans : ’La liaison ferroviaire rapide est devenue une marche funèbre’" (également AD Haagsche Courant p.3, Het Financieele Dagblad p.4, De Telegraaf p.8, de Volkskrant p.9).

"Les premiers trains de la ligne TGV Sud auraient dû rouler dès ce printemps", rappelle le Trouw (p.7), "mais il ne se passe toujours rien sur le rail entre Amsterdam, Bruxelles et Paris." "Ce n’est qu’en septembre que le ministre des Transports, Eurlings, donnera des dates d’entrée en service."
"Bien qu’Eurlings en soit politiquement responsable, la Chambre impute surtout les problèmes à sa prédécesseur Peijs. Le député VVD De Krom : ’Il apparaît maintenant que le TGV est un cadavre dans l’armoire. Peijs a failli.’ Le député SP Roemer estime que Peijs ’doit tirer des conséquences de ses gaffes’. Peijs, qui est Commissaire de la Reine en Zélande, ne veut pas réagir au rapport."

"Pour le ministère des Transports et Voies d’Eau, ce rapport de la Cour des comptes est un brevet d’incompétence affligeant", remarque l’éditorialiste du Telegraaf. "Il ne servirait à rien de faire démissionner le ministre concerné, Eurlings, qui est en fonction depuis peu. On peut difficilement le rendre responsable des problèmes dont il a hérité de ses nombreux prédécesseurs."
"Mais à l’avenir on pourra demander des comptes à Eurlings, concernant sa promesse de limiter les dégâts et la réorganisation de son ministère pour éviter de nouvelles gaffes, par exemple dans l’application de la taxe kilométrique."

ACTUALITE INTERNATIONALE

Union européenne

De nombreux avant-papiers sur le sommet européen qui commence aujourd’hui à Bruxelles rappellent les positions des Etats membres de l’Union sur la Constitution européenne rejetée par deux pays et le traité qui devrait la remplacer.

"Le premier ministre Balkenende dit qu’il est ’vraiment absurde’ de croire que les Pays-Bas n’ont plus l’ambition de renforcer la coopération européenne, parce qu’ils tentent de se défaire de la Constitution européenne", relève le Trouw (p.9). "Les Pays-Bas, les prochains jours prôneront un traité européen classique pour améliorer la coopération entre les 27 Etats membres, un traité sans ’prétentions’ constitutionnelles telles qu’un drapeau commun et un hymne européen. Le gouvernement veut ainsi ’faire justice’ au référendum de 2005, lorsque 62 pour cent des électeurs ont rejeté une Constitution européenne."
"Mais le premier ministre juge caricatural d’affirmer que les Pays-Bas sont devenus un pays eurosceptique, comme le fait le D66. Le leader D66 Pechtold a lancé hier qu’aux Pays-Bas se créait une atmosphère dans laquelle il devra bientôt dissimuler son insigne européen."
"D’un autre côté, le SP, le SGP et le PVV de Wilders se plaignent du fait que le nouveau traité de coopération que souhaitent les Pays-Bas ne serait qu’un truc cosmétique pour amadouer ceux qui ont voté non lors du référendum."
"Mais le reste de la Deuxième Chambre a soutenu hier la stratégie des ministres, peu avant qu’ils ne partent à Bruxelles."

En page d’opinion du Volkskrant, E.P Wellenstein, ancien directeur des relations extérieures de la CEE, et P.J.G. Kapteyn, ancien juge de la Cour européenne de Justice, font valoir que les Pays-Bas semblent assurés d’obtenir le traité "ordinaire" qu’ils revendiquent et qu’ils feraient donc bien de renoncer à d’autres exigences susceptibles de compliquer les négociations à Bruxelles. "Notre premier ministre a parlé des sentiments négatifs des citoyens néerlandais. Mais il faut alors éviter d’y contribuer en réclamant des solutions à des questions auxquelles on a déjà trouvé des réponses raisonnables."

ACTUALITE INTERIEURE

Enseignement

"La pénurie d’enseignants dans le cycle primaire croîtra fortement les prochaines années", prévoit l’Algemeen Dagblad dans son grand article à la une. "Un grand nombre d’instituteurs vont partir à la retraite et le nombre d’inscriptions dans les écoles normales est en baisse. De plus, 2 500 étudiants de première année doivent abandonner leur formation pour insuffisance en calcul."
"Les syndicats enseignants et les directeurs d’école craignent que dans quelques années beaucoup de postes vacants dans l’enseignement primaire ne puissent plus être pourvus. ’Un énorme problème de remplacement menace’, déclare Ton Duif, de l’Association générale des directeurs d’école (AVS)."
"Dans l’enseignement primaire le nombre d’instituteurs à remplacer chaque année croît de presque 60 pour cent. La pénurie peut atteindre 2 pour cent en 2009 et même 3 pour cent (trois mille postes vacants) en 2013, ainsi qu’il ressort des chiffres du ministère de l’Education et de l’organisation sectorielle SBO."
"Même après un an de cours de rattrapage, un quart des étudiants de première année des formations d’enseignants échoue toujours à l’épreuve de calcul, fais savoir le président du Conseil de l’enseignement professionnel supérieur, Doekle Terpstra."
"Les syndicats et les directeurs d’école exigent que la politique intervienne. Ton Duif : ’C’est effrayant. C’est un quart de notre potentiel qui disparaît.’ Le ministère de ministère de l’Education, de la Culture et des Sciences trouve que les défections restent dans les marges habituelles. ’Il n’y a pas de rupture de tendance’."

AFFAIRES FRANÇAISES

Des brèves signalent que le président Sarkozy a reçu Jean-Marie Le Pen pour le consulter comme les autres leaders politiques, dans la perspective du sommet européen (Het Financieele Dagblad p.2, de Volkskrant p.5, Trouw p.9).

Le problème de la sécurité des Blackberries, les terminaux mobiles permettant de recevoir et d’envoyer des messages électroniques vers des adresses Internet, est également évoqué (Het Financieele Dagblad p.1, de Volkskrant p.9, Trouw p.10).

Le Financieele Dagblad (p.2) publie un profil de Christine Lagarde, "la première femme ministre des Finances de la France".

Dernière modification : 07/12/2009

Haut de page