Presse néerlandaise du jeudi 22 décembre 2011

Trouw (chrétien progressiste) : Le conflit dans le secteur de la santé touche également les hôpitaux.

De Volkskrant (centre gauche) : Le gouvernement veut placer des fusiliers marins à bord des navires des Nations-unies [PAM].

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Une attaque bizarre suscite l’horreur [un hooligan agresse un gardien de but].

De Telegraaf (populaire) : Folie dans le stade de l’Arena [un hooligan agresse un gardien de but].

Het Financieele Dagblad : Montant record de prêts de la BCE pour éviter une crise bancaire.

NRC-Handelsblad : Kuypers en route pour l’espace [astronaute néerlandais].
* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Piraterie

« Le gouvernement veut placer des fusiliers marins à bord de navires des Nations Unies » titre le Volkskrant. « Les Pays-Bas protègent un transport de nourriture des Nations Unies », annonce, également à la une, le Telegraaf. Le conseil des ministres doit se prononcer demain sur une demande émanant du Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies (PAM/WFP). « En janvier, les Néerlandais monteront pour la première fois à bord d’un navire des Nations Unies qui transporte de la nourriture et des médicaments en Somalie. Des soldats lourdement armés (‘détachements autonomes de défense des navires’) partiront pour une période de six mois. La mise à disposition de ces fusiliers marins ne se fera pas au détriment des équipes spéciales de la Défense qui protègent dans certains cas des transports de la marine marchande. [Dans ce cadre], cette semaine, des équipes de fusiliers marins embarquent sur quatre navires ».

Exportation d’armes

L’AD relève que « le ministre des Affaires étrangères, M. Rosenthal, a promis hier à la Deuxième Chambre qu’il tenterait de se mettre d’accord avec d’autres pays de l’Union européenne pour qu’un contrôle plus strict soit exercé sur les exportations d’armes à destination de l’Égypte et de l’Arabie Saoudite ». Les Pays-Bas veulent éviter que ces pays utilisent ces armes contre leur population. La ChristenUnie, le PVV, le SP et GroenLinks sont les plus préoccupés. Ils sont, plus généralement, opposés à la vente d’armes dans des pays non démocratiques, et notamment d’anciens tanks de l’armée néerlandaise à l’Indonésie, où une action a récemment été engagée contre la minorité papoue. « Le VVD a rappelé qu’il ne faut toutefois pas oublier les intérêts de l’industrie d’armement, où travaillent 17.000 personnes, généralement de très haut niveau ».

AFFAIRES EUROPEENNES

Allocations sociales / immigrants du travail d’Europe de l’Est

Hier, le ministre des Affaires sociales, Henk Kamp, a plaidé de nouveau pour un prolongement du délai à partir duquel des étrangers peuvent faire appel aux allocations sociales néerlandaises. Le Volkskrant relaye que « Kamp veut un délai de cinq ans. Ce qui nécessiterait un changement de la législation européenne. Actuellement, 12 000 Européens de l’Est reçoivent des allocations néerlandaises, dont 3 200 une aide sociale et plus de 2 500 des allocations de chômage. 1 400 sont en incapacité de travail et 4 400 reçoivent le minimum vieillesse. Cet été, le ministre avait encore estimé le nombre de bénéficiaires d’une aide sociale à 1 070 et à 1 527 les bénéficiaires d’allocations de chômage. Il s’était dit préoccupé par le nombre de Polonais qui faisaient valoir leurs droits aux allocations. » Le Volkskrant note qu’ « une large majorité parlementaire soutient le projet du gouvernement d’exiger jusqu’à 2014 un permis de travail pour les Roumains et les Bulgares qui souhaitent travailler aux Pays-Bas. Seuls GroenLinks (Verts) et D66 (démocrate-libéral) ont voté contre. Kamp veut limiter les permis aux seuls ‘travailleurs de la connaissance’. »
Dans ce contexte, le Trouw relève que le parti travailliste, habituellement très pro-européen, a franchi un pas exceptionnel hier. « Son député Martijn van Dam a demandé à la Deuxième Chambre que l’on examine une nouvelle fois l’idée de libre circulation des travailleurs au sein de l’Union européenne. Il estime que les différences entre les pays sont telles qu’il faut réexaminer les conditions préalables : ‘Les salaires en Bulgarie sont dix fois plus bas qu’aux Pays-Bas, ce qui stimule les immigrants de travail à exploiter le système social’. Le SP (gauche radicale) et le PVV (parti de Geert Wilders) auraient préféré une adaptation de la législation européenne. Le VVD (libéral) ne souhaite pas mettre en question la libre circulation mais a demandé au gouvernement d’étudier les effets d’une adaptation de la législation. Le ministre des Affaires sociales, Henk. Kamp, veut s’attaquer aux problèmes mais il reste favorable au principe de libre circulation. »

ACTUALITE INTERIEURE

PvdA

Les médias annoncent l’élection hier par les membres du PvdA du député Hans Spekman à la présidence du parti (81,8% des voix). Cette nomination devra être confirmée lors du congrès du mois de janvier 2012. Pour le Volkskrant, « (…) Le leader politique du parti, Job Cohen [chef du groupe parlementaire], estime que le PvdA doit être un parti de centre gauche. (Or) Spekman mettra l’accent sur une idéologie de gauche. Ce mouvement s’est engagé avec le départ de Wouter Bos en mars 2010. Wim Kok s’était éloigné de l’idéologie traditionnelle et a conduit deux gouvernements avec le VVD et le D66 [coalitions ‘violettes’ de 1994 à 2002]. Le mouvement opéré actuellement par le parti présente toutes les caractéristiques d’une ré-idéologisation. Celle-ci n’est pas sans risque pour les sociaux-démocrates. La gauche est déjà passablement encombrée. Le parti d’Emile Roemer (SP) termine une excellente année. C’est Roemer, et non Cohen, qui est maintenant considéré comme le chef de file de l’opposition. GroenLinks a également glissé vers la gauche depuis le départ de Femke Halsema. Les trois partis de gauche pourraient former un puissant bloc d’opposition, s’ils ne se faisaient pas une concurrence mortelle. (…) Si le PvdA veut réellement rester un grand parti populaire, il devra accepter un courant plus libéral ». Martin Sommer, dans son éditorial, se demande « pourquoi les électeurs opteraient pour un PvdA plus à gauche, quand ils peuvent déjà choisir l’original – le SP ? Le PvdA ne rendra pas service à la société en troquant sa position de parti gestionnaire responsable pour une position sur le flanc gauche, avec de belles idées mais sans aucune perspective. (…) Ce n’est pas le baratin de gauche démodé de Spekman qui sauvera le PvdA de ses problèmes quasi-existentiels ».
Le Trouw relève que M. Spekman veut « introduire un système d’élection primaire ouverte à toute la population pour désigner la tête de liste du PvdA, comme cela se fait en Amérique et en France. (…) Le président du groupe parlementaire, M. Job Cohen, estime qu’il s’agit d’une bonne proposition : ‘naturellement, il faut que le gouvernement commence par tomber – et en ce qui me concerne, le plus rapidement sera le mieux – mais je m’efforcerai de convaincre les gens que je dois conduire notre liste. Cela ne me pose aucun problème’ ». L’objectif du nouveau président est de faire monter à 100.000 le nombre d’adhérents de son parti (actuellement 55.000), précise le Trouw.

Projet de parc naturel / Henk Bleker

La Deuxième Chambre demande à Henk Bleker, Secrétaire d’Etat aux Affaires économiques, à l’Agriculture et à l’Innovation, des explications sur des subventions qu’il aurait attribuées en tant que conseiller provincial au projet naturel Reiderwolde dans la province de Groningue. Le PvdA (travailliste) a même demandé un débat d’urgence. « Bleker aurait réussi à imposer l’attribution du développement de ce projet aux deux éleveurs propriétaires du terrain », note le Volkskrant. « Le rôle de Bleker en question » titre le Financieele Dagblad : « En tant que président par intérim du CDA (chrétien démocrate), Henk Bleker avait réussi, avec Maxime Verhagen, à faire accepter par son parti la collaboration avec le PVV de Geert Wilders. Mais son étoile est en train de pâlir. Il a probablement commis la plus grosse gaffe de l’année en faisant passer, en pleine émission télévisée, un papier à un demandeur d’asile en fin de procédure, sur lequel il avait griffonné une invitation pour l’accompagner à un match de football. Et maintenant, il risque d’être rattrapé par son passé politique. Pourquoi le projet de parc naturel Reiderwolde a-t-il été retiré des mains de la société des Eaux et Forêts pour le confier ensuite à deux éleveurs de moutons qui, selon le Volkskrant, feraient partie de son cercle d’amis, et qui ont pu bénéficier d’une subvention de 1,7M€ ? L’opposition ouvre la chasse, et Bleker doit faire attention de ne pas se transformer en gibier. »

Sondage

« La confiance dans le gouvernement est au plus bas », titre le Volkskrant. D’un sondage de l’institut TNS NIPO, il ressort que seulement 20% des Néerlandais ont pleinement confiance dans le gouvernement Rutte, contre 31% en octobre 2010. Plus de 4 Néerlandais sur 10 pensent que le gouvernement tombera en 2012. C’est parmi les électeurs du PVV que la confiance a baissé le plus fortement, passant de 50% en février à 27% maintenant. Cette réaction est liée aux restrictions budgétaires supplémentaires, à la crise économique et notamment à la [remise en cause] de la déduction des intérêts hypothécaires. Les électeurs PVV récompensent ainsi leur chef de file Geert Wilders pour sa prise de position contre la suppression de cette déduction. »

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

Le correspondant du Volkskrant estime que « la compréhension des Français pour les grèves diminue ».

Ce journal signale également « La colère turque à propos de la loi sur le génocide ».

Dans son supplément culturel (V9), le Volkskrant publie une critique positive du documentaire de Michael Radford consacré à Michel Petrucciani (Rotterdam, Lantaarn/Venster).

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 22/12/2011

Haut de page