Presse néerlandaise du jeudi 24 mai 2012

Trouw (chrétien progressiste) : Le projet de croissance de l’UE n’arrive pas à décoller.

De Volkskrant (centre gauche) : L’Espagne au bord du gouffre.

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Augmentation des blessures chez les tout-petits.

De Telegraaf (populaire) : Les élèves ne doivent plus redoubler.

Het Financieele Dagblad : Le Premier ministre espagnol Rajoy tire la sonnette d’alarme sur les taux d’intérêts élevés.

NRC-Handelsblad  : « Essayez donc d’expliquer le MES aux électeurs ».

* *

AFFAIRES EUROPEENNES

Sommet informel de Bruxelles

Tous les grands quotidiens consacrent un ou plusieurs articles au sommet informel du 23 mai, et notamment au cri d’alarme du Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy. Il a appelé les pays européens à prendre rapidement des mesures pour baisser les taux d’intérêts qui, pour l’Espagne, ont atteint cette semaine le niveau record de 6,5%, contre 1,4% pour l’Allemagne. « Rajoy se voit confronté à des taux qui montent en flèche, si bien que les économies et les coupes budgétaires de Madrid ne produisent plus les effets souhaités » (Trouw). Le Financieele Dagblad remarque : « Le sommet européen avait été initialement organisé pour parler de croissance économique et s’est finalement déroulé de nouveau sous le signe de la crise de l’euro ». Le quotidien relève que juste avant de partir à Bruxelles, le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a répondu à des questions de députés : « les Pays-Bas ne contribuent pas à la préparation d’un nouveau Traité européen en vue de la mise en place d’une Union politique ». A une question de Gerard Schouw, député D66 (démocrate libéral) sur sa position à l’égard d’un président européen élu, Mark Rutte a répondu : « Cela ne fait qu’augmenter le nombre d’élections au lieu de stimuler la croissance économique. L’approche néerlandaise est justement basée sur l’objectif d’éviter des changements institutionnels et de rendre plus efficace le processus décisionnel européen tout en restant dans les cadres existants. » Le FD note : « Rutte s’est trouvé dans un combat électoral avec le PvdA (travailliste) et le CDA (chrétien démocrate). Le CDA veut qu’il s’exprime plus positivement sur l’UE. Le PvdA lui a demandé une approche qui soit davantage basée sur la croissance. Rutte a écarté d’un geste de la main les deux questions. »

ACTUALITE INTERIEURE

PvdA-SP

Les média se font l’écho d’une interview donnée par le chef de file travailliste, Diederik Samsom, à l’hebdomadaire Elsevier. Ils en retiennent notamment « une sorte de déclaration d’amour au SP » : il envisage une ‘alliance’ avec le SP pour la répartition des sièges résiduels, explique le Trouw. Cela ne porte que sur quelques voix, mais initie un nouveau jeu d’alliances : « auparavant, il y avait une association quasi naturelle avec le D66 et GroenLinks. Maintenant, le nouveau leader du PvdA exprime sa confiance dans les capacités de gestionnaire du SP : ‘Regardez dans le Brabant, à Nimègue ou dans beaucoup d’autres villes, le SP a montré ses capacités à les diriger. Cela est également possible au niveau national. Le SP pour une répartition équitable des revenus et le PvdA pour la croissance économique en prime’. M. Samsom n’envisage d’entrer dans un gouvernement qu’en qualité de Premier ministre. Il annonce son intention de récupérer 3 Mds€ par l’intermédiaire de mesures fiscales, en taxant le ‘patrimoine mort’ de ceux qui ont plus de 150.000€ d’épargne ou les actions ». Le leader du SP, Emile Roemer, a accueilli favorablement les propos de Diederik Samsom, relève le Volkskrant : « C’est un signal positif qui n’a jamais été lancé aussi clairement auparavant. » Il se déclare « heureux des remarques très sensées » de Diederik Samsom, qui « offrent des opportunités ». M. Roemer indique que « c’est l’option qui a [sa] préférence depuis le premier jour. Les Pays-Bas attendent une méthode alternative et sociale pour sortir de la crise ». Les deux journaux rappellent que le groupe parlementaire PvdA ne semblait pas très favorable au rapprochement entre le PvdA et le SP : « les propos très positifs de son prédécesseur Job Cohen sur le SP dans une interview au Trouw (16 février 2012) ont initié sa chute. Le député Frans Timmermans estimait alors que les dirigeants du PvdA ‘donnaient fortement l’impression de vouloir s’éloigner de la tradition sociale-démocrate, ce qui ne serait ni raisonnable, ni souhaitable. Il ne faut pas vouloir transformer le PvdA en SP ‘light’. Une majorité du groupe parlementaire paraissait partager le point de vue de Timmermans. (..) L’élection de la tête de liste a ensuite montré que les membres du parti souhaitaient un infléchissement vers la gauche : ils ont donné la direction du parti à l’ancien activiste environnemental Diederik Samsom ».

CDA

La députée Mirjam Sterk évoque dans le Volkskrant le thème de société qui va à ses yeux dominer la campagne électorale : « La question identitaire est toujours dominante. Elle s’est déplacée du thème de l’intégration des allochtones à l’Europe. Il s’agit de savoir qui nous sommes. Les cosmopolites ne s’en préoccupent pas beaucoup, mais les citoyens moyens ont peur du changement. Ils ont peur de perdre leur emploi et leur logement à cause de ce que coûte Bruxelles. (…) Lors de la mise en place de la coalition actuelle, ce sont les électeurs qui lui ont donné une légitimité. (..) Je suis heureuse que les membres du parti aient donné un mandat solide à notre chef de file [Sybrand van Haersma Buma]. L’expérience avec le PVV ne doit pas se renouveler. Wilders s’est livré à un pur vandalisme politique [en se désolidarisant de la coalition] ». Concernant l’avenir, Mme Sterk exprime des ambitions exécutives – au sein d’un gouvernement ou au niveau municipal. Elle ne brigue pas un nouveau mandat de député ».

PVV

« Wilders fait tout pour reporter les débats parlementaires sur la mise en place du MES », titre le Volkskrant. « Le chef de file du PVV essaie de repousser les débats au-delà des élections, prévues le 12 septembre. Il qualifie lui-même ses actions de ‘ludiques et originales. Tout est permis pour empêcher les Pays-Bas de participer au MES’. Pour cela, il cumule le nombre de votes par appel nominal et a entamé un procès en référé contre l’Etat. » Dans une analyse, Lex Oomkes dans le Trouw, estime que les actions de Wilders contre le fonds d’urgence européen n’ont aucune chance de réussite, mais la campagne électorale du PVV retient ainsi toute l’attention. « Aucun juge ne voudrait décider sur le droit de la Deuxième Chambre de se prononcer avant les élections sur la participation ou non au MES. De même que le résultat des votes par appel nominal était connu d’avance : une grande majorité est en faveur d’une participation. Mais cela n’est pas l’objectif de Wilders. Il veut démontrer que, comme pour le référendum européen en 2005, la politique s’est détachée de la réalité sociale. Le PVV se veut le porte-parole du ‘Peuple’. Chaque rejet d’une demande - qu’il présente comme raisonnable – devient ainsi une atteinte à la démocratie. (…) Wilders marque néanmoins un point : le MES divise la politique et probablement aussi la société. C’est un sujet sensible par excellence pour un gouvernement démissionnaire. Les actions de Wilders et l’empressement des partisans du MES confirment le soupçon qu’on préfère écarter l’électeur des décisions sur le fonds. »

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

- Le Volkskrant publie une critique positive du film « Mon pire cauchemar » d’Anne Fontaine.
- Le Trouw indique que Pascal Bruckner « ouvre ce soir à Utrecht une conférence de la Fédération Humaniste Européenne. (Verdieping p. 6).
- Le Financieele Dagblad évoque un conflit lié à la perceptive de fermeture de l’usine de thé et d’infusions de Gémenos, qui fait partie du groupe Unilever.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.
Compte Twitter de l’ambassade : www.twitter.com/FranceinNL.
Site internet de l’ambassade : http://www.ambafrance-nl.org.

Dernière modification : 09/09/2014

Haut de page