Presse néerlandaise du jeudi 25 février 2010

"L’ex-secrétaire d’Etat Nebahat Albayrak (Etrangers, PvdA) fait l’objet de graves menaces", annonce le quotidien à grand tirage De Telegraaf. "Il apparaît que la dirigeante est protégée depuis des semaines par le Service de protection royale et diplomatique DKDB. Les personnes impliquées sont très vagues sur la nature des menaces et réagissent évasivement aux questions de notre journal. Albayrak s’enferme elle aussi dans le mutisme. La femme politique d’origine turque se contente de dire que les menaces ont un rapport avec ses anciennes fonctions de secrétaire d’Etat."

* * *

- NRC Handelsblad (indépendant) d’hier soir : "Des élections autour de questions fondamentales – Elections le 9 juin, le gouvernement est démissionnaire", "Le besoin de contrôle de son entraîneur coûte la médaille d’or à Kramer" (Vancouver)
- De Telegraaf (populaire) : "Albayrak menacée", "Le ’pilote automatique’ de Kramer a eu un raté", "Le roi Willem IV ne signera pas n’importe quelle loi – Un passage sensible retiré d’une interview télévisée" (parution aujourd’hui d’une biographie du prince héritier Willem-Alexander)
- de Volkskrant (centre gauche) : "GroenLinks et le D66 laissent monter rapidement les taxes locales – De grands écarts entre les communes", "’Je ne laisserai pas tomber mon entraîneur’", "’Un peu bête’, ou une provocation ?" (biographie du prince héritier)
- Trouw (chrétien progressiste) : "De plus en plus d’enseignants sans diplôme – Les écoles n’ont pas le choix à cause de la pénurie", "Hans Wiegel : un gouvernement de droite avec le PVV rendra Wilders plus modéré", "Une ’croûte’ s’avère un authentique Van Gogh" (musée de Zwolle)
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "La fin de la taxe kilométrique est proche – Le CDA veut mettre fin aux préparatifs à la suite de la chute du gouvernement", "Kramer pardonne la gaffe à son entraîneur"

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Antilles néerlandaises

"La date butoir du 10 octobre 2010 pour le règlement des réformes constitutionnelles dans les Antilles est obsolète", relève le Volkskrant (p.3). "C’est ce que le président de la commission parlementaire des Affaires antillaises et arubaines, Willibrord van Beek (VVD) a déclaré à un journal de Curaçao. St. Maarten et Curaçao devaient accéder à l’indépendance à cette date, et Bonaire, Saint-Eustache et Saba devenir des communes néerlandaises. Les Antilles néerlandaises devaient cesser d’exister en tant que telles ce jour-là."
"Van Beek a expliqué qu’un gouvernement démissionnaire ne peut pas modifier le statut qui règle les relations constitutionnelles au sein du Royaume des Pays-Bas, et qu’il est fort possible que les lois modificatives nécessaires pour l’autonomisation des îles soient déclarées controversées."
"Même le traitement par la Deuxième Chambre, le 4 mars, des premières lois concernant la réforme du statut de Bonaire, Saba et Statia [Saint-Eustache] n’est plus certain. Le SP comme le PVV s’y opposent maintenant."

Balkenende

"La présidente de la Deuxième Chambre, Gerdi Verbeet, dans une réprimande publique, a sommé le premier ministre démissionnaire Balkenende de ne pas se mêler de la liste des thèmes que la Chambre, à cause de la chute du gouvernement, va déclarer controversés", note le Volkskrant (pp.1 et 3). "Balkenende avait invité les présidents de groupe parlementaire et les présidents de la Première et de la Deuxième Chambres à examiner avec lui sur quels thèmes le gouvernement, compte tenu de son statut actuel, pouvait encore se pencher. A la suite de l’intervention de Verbeet cet entretien n’aura pas lieu. ’La Deuxième Chambre – qui arrête son propre agenda – procèdera à son propre inventaire’, écrit Verbeet. Elle s’attend à ce que le Parlement ait besoin de deux semaines pour cela."
"C’est la deuxième fois en une semaine que Balkenende, en tentant de donner encore quelque dynamisme à son gouvernement, fait chou blanc", rappelle le journal. "Son plaidoyer en faveur de la désignation d’un informateur n’a pas été écouté non plus" (également De Telegraaf p.3, Trouw p.5).

Hans Wiegel

"Selon Hans Wiegel, membre d’honneur du VVD, un gouvernement avec le PVV peut mener à la modération des positions de Wilders", écrit le Trouw à la une. "’La participation du PVV au gouvernement peut mener à la désescalade.’ Selon l’ancien homme politique, le CDA et le VVD auront besoin l’un de l’autre aux prochaines élections, après le clash entre le CDA et le PvdA. Il juge donc logique qu’on forme un gouvernement de droite dirigé par le CDA."
"Le leader VVD Rutte ne doit pas trop attaquer le CDA. ’Il n’est pas raisonnable de chercher l’ennemi dans la Tourelle. Il faut aussi se demander si Rutte a eu raison de s’en prendre aussi vivement à Verhagen’."
"Dans l’hebdomadaire Elsevier, Rutte critique le CDA. C’est un parti de faux jetons, dit-il dans l’édition de cette semaine. Il ne serait pas crédible et n’aurait pas de points de vue propres. Rutte s’irrite du ’manque de colonne vertébrale de Balkenende, qui a appliqué pendant trois ans le programme du PvdA et qui propose maintenant sans vergogne de bloquer la hausse des impôts.’ Pourtant, il veut de nouveau coopérer avec ce parti. ’Le VVD est prêt à déblayer les décombres. C’est ce que les gens attendent de nous’."
L’interview de M. Wiegel, "l’oracle de Heeze" (Brabant du Nord), figure dans le cahier de Verdieping.

Taxes locales

"Depuis 2006, les taxes locales ont augmenté le plus fortement dans les communes où le D66 et GroenLinks étaient représentés dans le collège du maire et des adjoints", rapporte le Volkskrant (pp.1 et 7) qui a enquêté sur les charges des habitants de 435 communes néerlandaises. "Les taxes locales ont augmenté le moins dans les communes où siège le VVD."
"En moyenne, les taxes locales ont augmenté de 55 euros par ménage, depuis les dernières élections municipales. Elles ont augmenté de 67 euros dans les 21 communes où le D66 faisait parti du collège. Les 74 communes avec GroenLinks à la barre ont fait monter les taxes de 65 euros. Dans les 183 communes dans lesquelles le VVD participe à la gestion, les charges ont augmenté en moyenne de 52 euros."

* * *

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

Le Trouw (p.8) évoque la "campagne bruyante" pour les élections régionales : "Les élections régionales françaises sont placées sous le signe du populisme".
Dans le Volkskrant (p.4), Ariejan Korteweg présente le collectif 24h sans nous de la Bourguignonne Nadia Lamarkbi, qui a pris l’initiative d’une Journée sans immigrés, le 1er mars.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 11/03/2010

Haut de page