Presse néerlandaise du jeudi 29 janvier 2009

"Les commissions municipales chargées de traiter les réclamations des citoyens sont souvent partiales parce qu’elles sont liées à la mairie", écrit le Trouw, qui a fait procéder à un inventaire de ces commissions. Il en ressort, selon le journal, que l’indépendance des membres de trois types de commission, sur les quatre qui existent aux Pays-Bas, est en cause.
Les experts des universités de Groningue et de Leyde qui se sont penchés sur la question critiquent surtout les commissions présidées par le maire de la commune ou un échevin. Ainsi, à Alkmaar, où la commission est présidée par le maire, celui-ci traite des réclamations contre des décisions qu’il a lui-même prises. Une structure "extrêmement bizarre", qui devrait être "interdite par le droit administratif".

* * *

NRC Handelsblad (indépendant) d’hier soir : "Sur l’épiderme pâle de Suburbia – John Updike (1932-2009), écrivain", "Onze personnes arrêtées pour fraude dans le bâtiment", "Obama se heurte à la vieille politique" (correspondance de Washington)
Trouw (chrétien progressiste) : "Le maire juge de ses propres décisions – Les commissions de réclamation sont souvent partiales", "Ramsey Nasr élu Poète national"
de Volkskrant (centre gauche) : "La France active exige un soutien – 70 pour cent des Français soutiennent les grèves contre les mesures anticrises de Sarkozy" (correspondance de Paris), "Spong veut être protégé à la suite de courriels haineux" (avocat connu qui a participé à la saisine de la Cour d’appel d’Amsterdam contre le député Geert Wilders)
De Telegraaf (populaire) : "Des notaires mis en cause – Factures élevées pour les propriétaires qui vendent leur maison", "’Des agents de police allochtones issus de familles criminelles’", "Stevens surprend le PSV" (football)
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Le football sur Internet menace les chaînes de télévision – La télévision payante conteste les émissions en direct sur certains sites", "Difficile Course des onze villes sur un Weissensee féerique" (marathon de patinage en Autriche)

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Pays-Bas – Vatican

"Le Vatican devient de plus en plus effronté", estime le commentateur du NRC Handelsblad d’hier soir, à la suite de la réhabilitation par le Pape Benoît XVI de l’évêque britannique Richard Williamson, qui nie la Shoah. "’Je ne pense pas qu’il y ait eu des chambres à gaz. Je pense que deux à trois cent mille juifs ont péri dans des camps de concentration, mais aucun dans une chambre à gaz’, a-t-il déclaré à la télévision suédoise. Le Vatican s’est distancié de cette ’idée personnelle’, mais Williamson a tout de même pu retourner dans le giron de l’Eglise."
"Cela ne concernerait-il pas les Pays-Bas ? Ce n’est pas si simple, ne serait-ce que parce que les Pays-Bas reconnaissent le Vatican comme Etat souverain. Le poste d’ambassadeur auprès du Vatican ne devrait pas exister. Un gouvernement néerlandais est même tombé sur cette question en 1925, le premier gouvernement Colijn. Mais comme la réalité est différente maintenant, notre représentation auprès du Saint-Siège doit vraiment se mettre au travail. Une démarche serait la moindre des choses à décider par le ministre Verhagen (Affaires étrangères). L’ambassadeur Frank ne représente pas seulement les 29 pour cent de Néerlandais qui se disent catholiques, mais tous les citoyens néerlandais, croyants ou non."
"Avec la réhabilitation de Williamson, le Pape a dépassé une borne. On peut lui faire comprendre maintenant ce que le gouvernement néerlandais pense de propos antisémites, surtout si la hiérarchie papale les couvre du manteau de l’indulgence. Si l’ambassadeur ne peut pas ou n’ose pas le faire, son poste est encore moins utile qu’il ne l’était jusqu’à présent."

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Excision

"La secrétaire d’Etat Bussemaker (Santé publique, PvdA) veut que les parents allochtones signent un contrat dans lequel ils s’engagent à ne pas laisser exciser leur(s) filles(s) quand ils se rendent dans leur pays d’origine", relève le NRC Handelsblad d’hier soir à la une. "Il s’agit de parents originaires de ’pays à risque’ comme l’Ethiopie, l’Erythrée et le Soudan, où la mutilation génitale est assez courante."
"C’est ce qu’un porte-parole de la secrétaire d’Etat a confirmé [hier] matin. Le contrat doit surtout avoir un effet préventif sur les parents et les familles. L’excision tombe sous le coup de la loi aux Pays-Bas, mais les poursuites sont rares."
"L’idée est née lors d’une visite de travail en France, où un tel contrat médical existe déjà. ’Il s’agit d’un contrat avec des tampons et des signatures, avec une traduction qui permet aux parents de montrer à la famille : si vous exciser notre enfant, vous ne faites pas seulement du tort à elle, mais aussi à nous’, explique le porte-parole. L’expérience française montrerait que beaucoup de parents sont contents d’avoir un tel contrat sur eux" (également Het Parool d’hier soir p.1, Trouw p.4).
Pour l’éditorialiste du Volkskrant, "il serait logique de commencer par un examen périodique obligatoire des filles des groupes visés par les médecins scolaires". "Et le projet de contrat de Bussemaker [...] mérite d’être soutenu."

Question irakienne

"Le side show sur l’Irak est brusquement devenu un brandon politique", écrite le Volkskrant (p.2). "Le premier ministre Balkenende voit les partisans de son opposition à une enquête parlementaire changer de camp l’un après l’autre. La dynamique politique a réactualisé des informations rassies."
"La grande question est de savoir ce qui empêche Balkenende de céder. Son moulin à prière n’a pas changé depuis des années : Les Pays-Bas ont fait leur propre évaluation. Ils ont accordé un soutien politique parce que Saddam Hussein se soustrayait à résolution de l’ONU lui demandant d’accueillir des inspecteurs – pas à cause de la possible présence d’armes de destruction massive. Et pour le reste, tout est connu, alors pourquoi ouvrir une enquête ?"
"Balkenende est à peu près le dernier à soutenir encore ce point de vue. L’ancien premier ministre CDA Ruud Lubbers a fait savoir mardi qu’il est contre une enquête parlementaire – trop de travail par ces temps de crise. Mais il est tout de même d’avis que Balkenende doit s’expliquer, c’est-à-dire poser tous les documents sur la table. Le ministre CDA Maxime Verhagen (Affaires étrangères) partagerait lui aussi cet avis, désormais."
"Le groupe parlementaire CDA, pour le moment, suit en bloc le leader, même si ’l’actualité’, à ce qu’on dit, commence lentement mais sûrement à causer des frictions. On grogne et on fait des calculs politiques et on commence à dire tout bas : il faut peut-être céder."

L’AD (pp.6-7), de son côté, fait mention des critiques du professeur Twan Tak (Université de Maastricht) et de l’ancien commandant en chef des forces armées Hans Couzy. "Selon le droit international, une offensive sans mandat de l’ONU est un crime. Un point, c’est tout. Et Balkenende refuse de le reconnaître", commente l’universitaire. De l’avis du général Couzy, le premier ministre "a peur". "Il doit reconnaître qu’il a commis une erreur et il ne veut pas le faire."

Coordinateur national de la lutte contre le terrorisme

La plupart des quotidiens annoncent que le chef du corps de police du Barbant-Nord, le commissaire principal Erik Akerboom (47 ans), succèdera à M. Tjibbe Joustra au poste de Coordinateur national de la lutte contre le terrorisme (NCTb). Pour lutter contre le terrorisme, il importe surtout d’intervenir à un stade précoce, selon M. Akerboom. "D’abord prévenir un attentat et ensuite seulement arrêter les responsables", a-t-il déclaré dans une récente interview (Het Financieele Dagblad p.2, de Volkskrant p.3, Trouw p.4, AD p.6).

* * *

AFFAIRES FRANÇAISES

Le malaise social et les grèves et manifestations annoncées pour aujourd’hui font l’objet d’articles factuels dans le NRC Handelsblad (p.4) d’hier soir, le Volkskrant (p.1) et le Trouw (p.8).

Dernière modification : 17/02/2009

Haut de page