Presse néerlandaise du jeudi 29 novembre 2007

LES GRANDS TITRES

Trouw : Ter Horst garde le silence sur les erreurs des projets d’automatisation
Volkskrant : Nouvelle manifestation d’écoliers vendredi
Telegraaf : Prolonger la mission en Uruzgan coûte 1 milliard
Algemeen Dagblad : Entorse au secret professionnel des médecins (enfants maltraités)

* * *

AFFAIRES INTERNATIONALES

Mission en Uruzgan

« Le financement de deux années supplémentaires en Uruzgan est bouclé », annonce à la Une le Telegraaf. « Le gouvernement, qui décidera demain de la prolongation de la mission, a dégagé pour 2009 et 2010 un milliard d’Euros pour financer les frais de l’opération en Afghanistan. La mission va être prolongée de deux ans, jusqu’au premier août 2010. Nos troupes - environ 1400 soldats - bénéficieront en Uruzgan du soutien de collègues d’Australie, de France, de Géorgie, de Slovaquie, de Hongrie et de République tchèque. Un nombre important de militaires resteront au-delà du 1er août pour organiser le rapatriement du matériel. Les dépenses annuelles liées à la prolongation sont estimées à une moyenne de 335 millions d’Euros. M. Verhagen (Affaires étrangères) réserve en outre un montant annuel de 132 millions d’euros pour les dépenses imprévues. Le montant total comporte entre autres une somme annuelle de 25 millions d’euros que la Défense pourra utiliser pour remplacer le matériel détérioré. Le financement de la mission représentait le principal obstacle de la question de sa prolongation. Le VVD avait en effet mis comme condition à son soutien un financement important ; le CDA, le PvdA et la ChristenUnie sont également favorables à la prolongation de la mission, qui bénéficiera donc probablement d’un large soutien parlementaire. Les coûts de la mission en cours ont dépassé cette année de 50 millions d’Euros le budget initialement prévu de 198 millions d’euros. Avec la première année de la mission, les dépenses totales s’élèvent à environ 650 millions d’Euros. Les dépenses supplémentaires sont payées à partir d’une grande tirelire ‘Imprévu’ que M. Verhagen a intégrée dans son budget ».

L’éditorialiste duTrouw s’attend à ce que « demain, le gouvernement décide de prolonger de deux ans la mission en Uruzgan. La question la plus importante reste celle de la motivation de sa décision. Celle-ci est nettement plus difficile qu’il y a deux ans, lorsqu’il était encore possible de mettre l’accent sur la reconstruction. Malheureusement, il n’en a pas été beaucoup question jusqu’à présent. La première année de la mission a été essentiellement une période de combat, qui n’a toutefois pas permis d’atteindre l’objectif d’accroissement de la stabilité et de la sécurité. (...) Il est même possible que la présence de troupes néerlandaises (et australiennes) dans la ‘paisible’ province d’Uruzgan ait accru la violence guerrière. Douze soldats néerlandais sont tombés au combat, et de nombreux civils de la région sont morts. A l’aune des ambitions de départ, les résultats sont donc très décevants. (...) Cela irait toutefois trop loin de dire que nous nous sommes retrouvés ‘empêtrés dans une guerre’, pour reprendre une expression imagée du social-démocrate Piet Visser. Il était clair dès le début que, compte tenu de l’histoire sanglante de l’Afghanistan, la mission n’échapperait pas à des combats : l’audition organisée par la Deuxième Chambre en 2006 ne laissait aucun doute sur la difficulté et le risque qu ‘elle comportait. (...) Le gouvernement doit maintenant, sur la base de la dure réalité, motiver sa décision. C’est à dire expliquer précisément pourquoi nous sommes en Afghanistan. Et il ne pourra pas se contenter de déclarer que ‘nous ne pouvons pas abandonner les Afghans’. (...) Certes, les Pays-Bas ont pris des engagements, vis-à-vis des Afghans et vis-à-vis de l’OTAN. Cela justifie que la mission soit prolongée. Mais Srebrenica (1995) nous a également appris que toute nouvelle étape demande une nouvelle réflexion et nouvelle une motivation. En d’autres termes, il faut qu’il soit parfaitement limpide que l’Uruzgan mérite qu’on lui sacrifie la vie de soldats néerlandais ».

ACTUALITE INTERIEURE

Film de Geert Wilders

L’annonce du film de Geert Wilders, qui « a provoqué quelques inquiétudes dans les milieux gouvernementaux », explique le Trouw, “ne suscite guère d’émotion dans les organisations musulmanes, celles-ci réagissent d’un haussement d’épaules. Mohammed el Aissati, du site Internet Maroc.nl, parle d’ ‘usure’ du phénomène Wilders : ‘c’est ce que montrent les réactions sur notre site. Si au début les déclarations de Wilders déclenchaient encore l’indignation, maintenant, cet homme ne suscite plus de réaction sérieuse’. Abdesamad Belhaj, de ’Démocrates marocains des Pays-Bas’, souscrit à cette analyse : ‘tout le monde a gardé le souvenir des horribles images de l’assassinat de Théo Van Gogh, je sais que la communauté marocaine en a tiré la leçon, personne ne souhaite que cela se reproduise’. Mohammed Bibi, président de la ‘Plate-forme des Etrangers de Rijnmond’, se demande comment Wilders peut affirmer que le Coran est fasciste : ‘nous mêmes, les musulmans, nous avons déjà du mal à interpréter ce Livre ; mais je pense que Wilders cherche avant tout à choquer et je peux lui dire que cela ne sert à rien. Petit à petit, plus rien ne peut choquer les musulmans néerlandais’ ».
Le Volkskrant, en revanche, relève que « le Conseil musulman prédit des malheurs si le film se fait et est diffusé. ‘Nous craignons le pire. Il arrive un moment où ce sont les jeunes dans la rue qui ont le dernier mot, et nous ne pourrons pas les tenir’ ».

Tariq Ramadan

L’ensemble de la presse annonce que Tariq Ramadan renonce à la chaire d’islamologie que lui avait proposée l’université de Leyde.
Le Volkskrant précise que ‘ la publication prématurée de sa nomination’ en serait la raison.
Tariq Ramadan a remercié, dans un communiqué, la direction de l’université d’avoir eu le courage de le proposer, ainsi que le ministre de l’éducation M. Plasterk, qui a pris sa défense à la Deuxième Chambre, entre autres face à Geert Wilders. En revanche, il a critiqué la campagne de dénigrement lancée par ‘un groupe de politiciens et de journalistes sans scrupules’. Il aurait une proposition de l’université d’Oxford.

AFFAIRES FRANCAISES

L’AD-Haagsche Courant consacre un article au « Beaujolais nouveau » organisé par l’attaché de défense français à la Résidence de l’Ambassadeur.

Dernière modification : 22/09/2008

Haut de page