Presse néerlandaise du jeudi 3 juin 2004

L’actualité internationale et les affaires européennes voisinent avec
des faits de société néerlandais ce matin. La sortie aux Pays-Bas, hier, du troisième
film de la saga de J.K. Rowling, "Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban",
retient également l’attention de la presse.

  • NRC Handelsblad d’hier soir : "Rutte veut supprimer la moitié des
    règles Arbo" (règlementation du travail), "Davantage de pouvoir pour l’Irak
    dans la nouvelle résolution", "Bot : limiter le rôle de l’Europe"
  • Trouw  : "’Ils avaient le droit de nous tuer tous’" (reportage du
    Soudan), "Un Néerlandais tué dans le Nord de l’Afghanistan", "Les
    Etats-Unis et les Saoudiens : Un financier d’Al Qaeda à Amsterdam"
  • de Volkskrant  : "L’euthanasie est autorisée en cas de sénilité - La
    justice impose des conditions strictes au médecin", "Bot : Bruxelles doit
    rendre des tâches aux Etats membres de l’UE", "Enfin de nouveau un débat
    traditionnel à la Deuxième Chambre -La solution au problème du chômage divise les
    partis de gauche et le gouvernement"
  • De Telegraaf  : "Le fisc va s’attaquer aux asociaux - Pas
    d’indulgence pour les nomades, les dealers et les hommes de paille
    - La police et
    un serrurier seront de la partie", "Un Néerlandais tué en Afghanistan",
    "Grave cool : Potter III est passionnant et inquiétant"
  • Algemeen Dagblad  : "On emprunte souvent à la famille - Des dizaines de
    milliers de ménages s’endettent auprès de leurs amis", "Les taliban tuent un
    Néerlandais"

* * *

Le dossier du jour : Conférence du ministre
Bot à Berlin

L’ensemble de la presse rend compte d’une conférence
donnée par le chef de la diplomatie néerlandaise, Bernard Bot, à l’Université
Humboldt, à Berlin
, hier.

" Le ministre des Affaires étrangères, Bot, estime que l’Union
européenne doit rendre aux Etats membres leurs compétences nationales dans des domaines
comme l’agriculture
", rapporte le correspondant à Berlin du Volkskrant ,
à la une. " Il veut aussi introduire un référendum paneuropéen . Si l’UE
ne rétablit pas le lien entre la politique et les citoyens, une ’fuite’ vers les Etats
nationaux et une ’fragmentation’ de l’Europe risquent de se produire, selon Bot
."

"Le ministre a formulé ses propositions mercredi, lors d’un
discours sur l’avenir de l’UE prononcé à l’Université Humboldt de Berlin. Bot a
déclaré à l’issue de son intervention qu’il voulait ’jeter un pavé dans la mare’. On
voit le soutien de l’Europe s’effriter dans tous les pays. En définitive, les citoyens se
révolteront et diront : allez vous faire voir ! C’est pourquoi je veux secouer un peu les
esprits’
."

"On transfère de plus en plus de compétences à Bruxelles, a
fait valoir Bot à Berlin, mais les citoyens n’ont pas le sentiment qu’on les prend
politiquement au sérieux à Bruxelles. C’est la raison pour laquelle ’beaucoup de gens ne
sentent pas de lien avec l’UE’. Pour y porter remède, le ministre veut notamment que l’UE
’marque une pause’ dans les grands projets d’intégration, mais qu’elle agisse avec force
dans le domaine de la justice, des frontières extérieures de l’UE et de la défense
commune. Certains europarlementaires devraient également avoir un mandat au parlement
national et la Cour européenne de Justice devrait pouvoir vérifier si Bruxelles ne
s’approprie pas trop de tâches, selon Bot."

"Comme exemples de domaines politiques que Bruxelles devrait
’restituer’ aux Etats membres, Bot a nommé la politique agricole et la politique
structurelle. Des pays comme la France et l’Espagne veulent justement maintenir les
subventions européennes, mais Bot veut un débat à ce sujet."

"Son idée d’un référendum ’consultatif’, dans le cadre duquel
on poserait la même question dans tous les pays de l’UE, est frappante. L’idée d’un
’noyau dur européen’, populaire à Paris, ne fait que ’semer la discorde’, selon Bot
."

"Dans son discours, Bot a condamné l’idée des leaders français
et allemand, Chirac et Schröder, d’exclure les pays qui rejetteront la nouvelle
Constitution européenne durant les prochains référendums. Cela donnerait ’une
impression d’arrogance’. A l’issue de sa conférence il a ajouté : ’Je trouve cela
plutôt gros. Qui sont-ils pour dire quels pays doivent en sortir, alors qu’eux-mêmes ne
tiennent pas de référendum ?"

"Bot accuse les grands pays de faire preuve ’d’arrogance’. Chirac
et Schröder décident de la politique agricole commune durant ’une messe basse à deux’.
Bot : ’Ces messieurs siègent au temple et la piétaille doit tout accepter’."

" Il faut commencer quelque part ", déclare Bot dans un
entretien avec le même Volkskrant (p.5). " Lamy a suscité l’ire de la
France en faisant aussi un grand pas en avant, en disant : cette politique agricole
n’est pas bonne
. M. Chirac est furieux, mais on voit maintenant que toutes sortes
de forces agissent, parce que quelqu’un a lancé ce pavé dans la mare
. Si on ne le
fait pas, rien ne changera."

Une version abrégée du discours de Bot suit en page d’opinion du
journal de centre gauche.

Dans le NRC Handelsblad d’hier soir figure une tribune de George
Parker
, chef du bureau du Financial Times à Bruxelles, qui affirme à propos
des commissariats revendiqués par l’Allemagne et la France que Berlin et Paris ne sont
pas les mieux placés pour réformer l’économie dans l’Union européenne
. "Il
est déjà suffisamment grave que la France et l’Allemagne se retranchent derrière une
muraille d’impôts élevés, de davantage de soutien d’Etat et de protectionnisme. Si
elles arrivent aussi à imposer cette politique au reste de l’Europe, l’affaire deviendra
vraiment sérieuse."

 

Actualité internationale

Terrorisme

" Les Etats-Unis et l’Arabie saoudite affirment qu’une
organisation amstellodamoise soutient Al Qaeda
", rapporte le Trouw (pp.1
et 3). " Ces pays vont demander aux Nations Unies de placer cette fondation, Al
Haramain, sur la liste des financiers du terrorisme
. Ses avoirs seront alors
gelés."

"C’est ce que le ministère américain des Finances et l’ambassade
d’Arabie saoudite à Washington ont fait savoir hier. Les Américains et les Saoudiens
s’en prennent aussi aux bureaux de Haramain en Afghanistan, en Albanie, au Bangladesh et
en Ethiopie, qui serviraient aussi de couverture au terrorisme."

"Formellement, Al Haramain est une fondation caritative saoudite.
Le siège amstellodamois a été fondé en 1995 et a pour adresse la mosquée El Tawheed,
qui a répandu des textes antijuifs et où des prêches radicaux sont tenus."
"Tawheed et Haramain avaient des administrateurs communs jusqu’en janvier, parmi
lesquels le riche Saoudien Aqeel Abdulaziz Al-Aqil, qui est encore président d’Al
Haramain aux Pays-Bas."

"Le fondateur Al-Aqil est responsable de soutien au terrorisme,
selon les Etats-Unis. Outre Al Qaeda, Al Haramain a aussi fait des donations au groupe
terroriste égyptien Djihad Islamique, entre autres, selon les Etats-Unis. Selon le
ministère néerlandais des Affaires étrangères, des indices montrent qu’Al Haramain
soutenait aussi Al Qaeda en Asie du Sud-Est" (également de Volkskrant p.2,
ANP, Algemeen Dagblad p.3, De Telegraaf p.8).

Irak

Dick Leurdijk, spécialiste des Nations Unies à l’Institut Clingendael ,
prévoit dans un entretien avec le Volkskrant (p.4) qu’ il faudra encore
une semaine ou deux pour que le Conseil de Sécurité prenne une décision sur la nouvelle
résolution sur l’Irak
proposée par l’Amérique et le Royaume-Uni, et que des textes
modifiés circuleront d’ici là. "Ils se sont rapprochés des pays qui avaient des
objections", dit Leurdijk à propos du nouveau projet. Pour les Pays-Bas, "la
voie de la prolongation de la participation à la force de paix est ouverte, compte tenu
aussi de la position du gouvernement néerlandais jusqu’à présent".

" J’ai trouvé très surprenant que le ministre Kamp se soit
prononcé d’emblée pour la prolongation et que le ministre Bot, en réaction au premier
projet de résolution, ait immédiatement dit que les Pays-Bas pouvaient accepter ce texte
.
De cette façon, il a anticipé sur le processus décisionnel. De plus, ne voulons-nous
pas avoir de l’influence ? Alors ne donnons pas tout de suite notre avis. Il était
prévisible qu’il y aurait un deuxième tour de discussion. Les Pays-Bas ont maintenant
perdu la possibilité d’exercer une influence sur cette discussion
. C’est aussi
contraire à tous les principes élémentaires. Il faut d’abord connaître les modalités
politiques et juridiques, avant de pouvoir approuver la participation de troupes
néerlandaises à une mission étrangère."

 

Actualité intérieure

Euthanasie

" La démence sénile peut être une raison valable d’appliquer
l’euthanasie ou d’apporter une aide à la mort volontaire, à des conditions strictes
",
écrit le Volkskrant dans son grand article à la une, dans la perspective d’un
congrès sur les problèmes de l’euthanasie C’est ce qui ressort d’une décision
du collège des procureurs généraux qui a été approuvée le 8 octobre 2003 par le
ministre de la Justice Donner
. Le collège avait décidé de ne pas engager de
poursuites pénales contre un médecin qui, à la demande d’un patient atteint de la
maladie d’Alzheimer, l’avait aidé à se suicider."

"Le collège estime que le diagnostic de maladie d’Alzheimer n’est
pas une indication suffisante pour appliquer l’euthanasie, à moins qu’il ne soit question
de souffrance psychique insupportable et sans espoir. Le médecin doit étayer solidement
cette conclusion."

"Le patient en question, un homme de 64 ans, était au premier
stade de la maladie et s’effrayait du cauchemar de ses deux parents atteints de démence.
La seule perspective de perdre sa dignité lui était déjà insupportable."

"C’est la première fois que le collège de procureurs généraux,
la direction du Ministère public, se prononce sur la mort douce en cas de démence,
déclare Johan Legemaate, juriste de l’organisation de médecins KNMG. Il qualifie
’l’ouverture’ qu’offre le Ministère public de remarquable."

" La KNMG, qui tient aujourd’hui un congrès sur les problèmes
de la mort volontaire, estime qu’il faut discuter de l’euthanasie des déments
. Le
président de la KNMG, Peter Holland, s’attend à ce que le nombre de demandes croisse
avec le vieillissement de la population
. Il parle d’un ’gigantesque dilemme’ .
’Mettons que quelqu’un a fait connaître sa volonté de se faire euthanasier lorsqu’il ne
reconnaît plus sa famille. Une fois dément et en centre hospitalier, il boit son café
et fume sa cigarette en toute convivialité. Faut-il alors appliquer l’euthanasie sur la
base de cette déclaration antérieure ? Un dément profond souffre-t-il ?’"

" La KNMG est par ailleurs d’avis qu’il faut établir des
règles claires pour la sédation terminale
, lorsqu’on administre à un mourant des
sédatifs tellement forts qu’il décède en état d’inconscience." "Selon le
professeur Ben Crul, de l’Université de Nimègue, les médecins considèrent de plus en
plus souvent la sédation terminale comme une alternative à l’euthanasie. C’est pourquoi
le président du groupe parlementaire de la ChristenUnie, André Rouvoet, a plaidé
mercredi à la Deuxième Chambre en faveur de l’adaptation de la loi sur
l’euthanasie."

Pour l’éditorialiste du Trouw , " cette alternative
appelle toutes sortes de questions qui invitent à une certaine réserve
".
"Rouvoet est conscient de la zone grise de transition entre la sédation et
l’euthanasie, ainsi qu’il ressort d’un entretien avec notre journal, aujourd’hui."

Le président du collège des procureurs généraux, De Wijkerslooth,
avait déjà demandé l’an dernier à la classe politique de définir des critères pour
l’application de la sédation terminale
, rappelle le journal chrétien progressiste. Les
politiques n’ont pas relevé le défi à l’époque, mais ils ne peuvent plus l’éviter
maintenant que la sédation terminale devient de plus en plus fréquente."

L’interview de Rouvoet figure en page 3.

Drogue

Le Telegraaf (p.3) fait mention d’une note interne de la
Justice selon laquelle les contrôles à cent pour cent des voyageurs à l’aéroport de
Schiphol n’auraient aucun effet dissuasif sur les passeurs de drogue
. Un haut
fonctionnaire écrit dans cette note que le sévère contrôle des passagers en provenance
du Surinam et des Antilles néerlandaises n’est pas un remède au trafic de drogue.
"Les passeurs de drogue ne se laissent pas décourager par l’approche choisie à
Schiphol", peut-on lire dans cette note rédigée la semaine dernière. "Les
contrebandiers sont suffisamment au courant de notre approche et choisissent sciemment de
passer tout de même de la drogue."

Néanmoins, la Justice a convenu avec tous les services de dépistage
concernés de louer publiquement "l’effet positif" des sévères contrôles
effectués depuis des mois.

Beaucoup de collaborateurs de ces services trouvent frustrants ces
contrôles, qui absorbent presque toute la capacité de la douane et de la maréchaussée
et les empêchent de s’attaquer à des affaires de contrebande beaucoup plus graves.

Depuis le mois dernier, le nombre d’avaleurs de boulettes de cocaïne
interceptés croît de nouveau, atteignant parfois le niveau d’avant les contrôles à
cent pour cent, souligne le journal populaire.

Musulmans

"Une secte musulmane active dans le monde entier, qui affirme
qu’elle conquerra l’hégémonie mondiale, a choisi la Veluwe - bastion des Pays-Bas
protestants - pour un congrès avec son leader spirituel", relève le Telegraaf
(p.7). "On s’attend à ce que quelques milliers de disciples du mouvement Ahmadiyya
se rendent à Nunspeet, où le calife Hazrat Mirza Masroor Ahmad les rejoindra. Le calife
prédit la victoire sur la chrétienté et le judaïsme."

"La branche néerlandaise, qui compte environ 1 500
disciples, prévoit un grand afflux de visiteurs d’Angleterre, d’Allemagne, de France et
de Belgique."

Le mouvement est contre le fondamentalisme musulman et condamne le
djihad.

 

Economie, Finances

Réglementation du travail

L’ensemble de la presse note l’intention du secrétaire d’Etat Rutte
(Affaires sociales, VVD) de supprimer 30 à 50 % des "règles Arbo" qui
doivent garantir la sécurité des salariés sur le lieu de travail. C’est ce qu’il a
annoncé mardi à Eindhoven. Hier matin, il a précisé qu’il voulait retirer de la
législation du travail "les risques importants mais sans grandes conséquences
directes, comme l’aspect du fauteuil de bureau, l’éclairage et la circulation de
l’air". Les règles de la loi Arbo doivent se limiter aux risques graves encourus
dans l’industrie et la manipulation de produits dangereux. "Les patrons,
actuellement, ne ressentent la législation du travail que comme une bureaucratie. Je veux
qu’ils considèrent les conditions de travail comme un domaine dans lequel ils peuvent se
faire concurrence."

"La puissance de la lampe au-dessus du bureau, la largeur du
dossier d’une chaise ou le nombre de fois qu’on a le droit de soulever une ballerine,
c’est ce genre de règles qui dérange Rutte. Paul Verburgt, directeur d’Arboned, l’un des
plus grands services du travail des Pays-Bas, est tout à fait d’accord avec lui. ’La
régulation dans le domaine des conditions de travail est tout à fait excessive.’ Le
livre contenant toutes les règles ’est plus épais que le dernier Geert Mak [un
écrivain, ancien rédacteur du NRC] : 1 200 pages’" ( NRC Handelsblad
d’hier soir p.1, Het Financieele Dagblad p.1, Trouw p.2, Algemeen Dagblad
p.3, de Volkskrant p.9).

 

Affaires françaises

Le Financieele Dagblad (p.7) constate que
les élections européennes en France sont dominées par des thèmes nationaux.

Le journal d’affaires évoque d’autre part la Renault Logan, qui sera
lancée en Roumanie à l’automne (p.17). Cette voiture bon marché destinée à l’Europe
de l’Est, le Moyen-Orient et l’Amérique du Sud "est indubitablement un pari, mais
pas un pari aveugle" selon le PDG de Renault, Louis Schweitzer.

Le journal d’Amsterdam Het Parool (p.5) d’hier soir signale à
son tour la décoration de vétérans néerlandais à la Résidence de France, à La Haye.

Dernière modification : 30/06/2004

Haut de page