Presse néerlandaise du jeudi 30 mars 2017

Trouw : Les étrangers aiment étudier aux Pays-Bas.
De Volkskrant : Le Brexit a commencé.
AD Haagsche Courant : DPNI [dépistage prénatal non invasif] : L’hôpital s’attend à la foule.
De Telegraaf : Serein en Erythrée.
Het Financieele Dagblad : C’est écrit noir sur blanc : exit pour les Britanniques.
Het NRC Handelsblad : Un saut dans l’inconnu pour le Royaume-Uni et l’UE.

* * *

BREXIT

Les médias consacrent de nombreux articles à l’activation de l’article 50 du Traité sur l’Union européenne par le Royaume-Uni, qui officialise la volonté du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne.

Réaction du ministre des Affaires étrangères : Bien que, formellement, cette activation mettra fin à l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE dans deux ans, le ministre des Affaires étrangères démissionnaire, Bert Koenders, pense que cette période devrait être suivie d’une période transitoire : « une nouvelle relation demande plus de temps (…) qui pourrait également être nécessaire pour limiter les conséquences négatives du Brexit pour les citoyens et entreprises néerlandais ». Le ministre a qualifié le ton de Theresa May de « relativement constructif ». Pour Bert Koenders, le départ du Royaume Uni signifie une « Union plus continentale dans laquelle il est encore plus dans l’intérêt des Pays-Bas que l’Allemagne remplisse un rôle moteur ». Il est d’avis que les Pays-Bas doivent s’investir davantage au sein de l’UE : « l’Europe ne peut pas rester inerte pendant la rénovation (…) cela demande une Europe plus politique avec un agenda stratégique conséquent, des coalitions flexibles qui s’occupent de points essentiels et qui investissent de façon importante dans la politique étrangère et de sécurité commune ». Le Financieele Dagblad souligne que les Pays-Bas souhaitent veiller sur les intérêts nationaux pendant le processus de « divorce ». Le quotidien rappelle qu’il y a beaucoup de choses en jeu, la relation avec les Britanniques rapporte aux Pays-Bas 21 milliards d’euros et 200.000 emplois. Il note également qu’à propos des 60 milliards d’euros demandés par les Britanniques, le ministre a déclaré que les « Pays-Bas n’ont pas l’intention de faire les frais d’accords qui ont été conclus ensemble » https://www.government.nl/latest/news/2017/03/29/koenders-responds-to-brexit-notification-‘keep-calm-be-realistic-and-negotiate’

Médias : Le Volkskrant publie un portrait de David Davis, secrétaire d’Etat chargé du Brexit, qui, face à Michel Barnier, va défendre les intérêts du Royaume-Uni pendant les négociations. Dans un article revenant sur l’historique du Brexit, le quotidien se demande si d’autres pays prendront la suite des Britanniques en évoquant le souhait de Marine le Pen de tenir un référendum sur un « Frexit » dans le cas où elle serait élue : « ce n’est pas dit que la population française dirait « oui » à un Frexit, mais si c’est le cas ce sera la fin de l’Union européenne ». Le Telegraaf, de son côté, s’interroge, alors que les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE vont commencer, sur la capacité des 27 Etats membres de l’Union européenne à rester unis pendant deux ans. Il évoque le cas des Pays-Bas, de la Belgique et du Danemark « qui ont tous de grands intérêts commerciaux avec le Royaume-Uni alors que la Pologne est surtout préoccupée par les conséquences du Brexit pour ses 900.000 ressortissants là-bas ».
Entreprises : Le syndicat patronal VNO-NCW, l’organisation MKB Nederland (PME Pays-Bas) et Evofenedex (organisation des transbordeurs) veulent que l’Union européenne se mobilise pour garder le Royaume-Uni « aussi accessible que possible pour les entreprises ». Evofenedex demande également au gouvernement néerlandais de se mobiliser pour le maintien d’emplois. Selon l’organisation, un quart des sociétés sent déjà les effets de l’incertitude autour du Brexit. Le Telegraaf évoque également les difficultés du détricotage des législations européennes et britanniques. (p19, p23)

A signaler

-  Le Volkskrant note que la société belge Gendia veut déposer plainte contre l’Etat néerlandais pour la subvention de 26 millions d’euros versés à huit hôpitaux pour des tests de dépistage de la trisomie 21 (DPNI). Grâce à cette subvention, le dépistage peut être réalisé à partir de 175 euros aux Pays-Bas contre 590 euros en Belgique. La société Gendia évoque une « concurrence déloyale ». Le Volkskrant rappelle que jusque-là le test n’était disponible aux Pays-Bas que pour les femmes considérées dans une situation « à haut risque », si bien que beaucoup de femmes se rendaient en Belgique pour faire effectuer le test. L’Etat néerlandais justifie la subvention en arguant qu’il s’agissait d’une question d’intérêt économique général. (Vk p2)

-  Le Trouw et le Volkskrant relèvent l’assassinat de deux experts de l’ONU et de leur interprète en RDC.

-  Sous le titre « Une intervention néerlandaise à Curaçao s’approche », le Trouw évoque une « situation très tendue » à Curaçao depuis que le gouvernement intérimaire, « dirigé dans les coulisses par l’ancien Premier ministre corrompu Gerrit Schotte », essaie de faire obstacle aux élections du 28 avril prochain. Le quotidien note que le conseil ministériel du Royaume se réunit demain à La Haye. (p5)

-  Négociations de coalition (VVD, CDA, D66, GroenLinks) : Le Financieele Dagblad relève que, demain, le cadre financier économique sera abordé en présence de Klaas Knot (président de la Banque nationale), de Laura van Geest (directrice du Bureau central de planification - CPB) et de Manon Leijten (présidente de Studiegroep Budgetruimte). Le FD rappelle que selon les prévisions rendues publiques la semaine dernière par le CPB, l’excédent budgétaire néerlandais atteindra dans les années à venir 1,3% du PIB. En 2018, la dette serait ramenée à 55% du PIB, ce qui permettrait des dépenses supplémentaires de 7 milliards d’euros. (p4)

La France dans la presse néerlandaise

-  La presse néerlandaise retient l’annonce de Manuel Valls concernant sa décision de voter en faveur d’Emmanuel Macron.

Cette revue de presse est réalisée à partir des quotidiens suivants : Trouw (chrétien progressiste – 105.000 ex.) ; De Volkskrant (centre gauche – 262.000 ex.) ; AD Haagsche Courant (indépendant populaire – 430.000 ex.) ; De Telegraaf populaire – 605.000) ; Het Financieele Dagblad(financier - 62.500 ex.) ; NRC-Handelsblad(centre – 199.000 ex.)
Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Suivez nous sur www.twitter.com/FranceinNL.

Rejoignez-nous sur Facebook https://www.facebook.com/france.paysbas/

Dernière modification : 30/03/2017

Haut de page