Presse néerlandaise du jeudi 4 février 2010

La cruauté envers les animaux sera bientôt punie beaucoup plus sévèrement. Ainsi, on pourra interdire la possession d’animaux aux auteurs d’actes cruels, pour une période pouvant aller jusqu’à dix ans. "Actuellement, les coupables de cruauté envers des animaux s’en tirent en général avec une amende", souligne le député CDA Henk Jan van Ormel, l’un des initiateurs d’un projet de loi visant au renforcement de la législation dans ce domaine.
Selon M. Ormel, qui est vétérinaire, 98 % des propriétaires d’animaux les traitent convenablement. "Une blessure est plus souvent due à l’ignorance du maître qu’à un acte de malveillance. Mais il y a un petit pourcentage de fous qui mutilent des chevaux dans les prés ou qui tirent sur les chats."

* * *

- NRC Handelsblad (indépendant) d’hier soir : "Surtout pas de jargon technique, s’il vous plaît" (audits sur la crise du crédit), "Trois géants se battent pour les lecteurs de livres numériques" (concurrence entre Apple, Google et Amazon), "Bruxelles approuvent les bonnes intentions budgétaires de la Grèce"
- De Telegraaf (populaire) : "Comment cela, réchauffement de la terre ? Des milliers de stations météorologiques ont été supprimées", "’A vrai dire, je ne voulais pas de ces millions’" (audit de l’ancien directeur d’ABN Amro)
- de Volkskrant (centre gauche) : "La classe politique en colère contre le panel climatique", "Les talibans ne vendront pas leur âme pour des dollars’" (reportage de Kaboul), "La police surveille les sites de séducteurs d’enfants"
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Des peines plus lourdes pour la cruauté envers les animaux – Les auteurs pourront désormais être condamnés à une peine de prison allant jusqu’à trois ans"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Omar el-Béchir

"Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) doivent réexaminer leur décision de ne pas mentionner le chef d’accusation de génocide dans leur mandat d’arrêt contre le président soudanais Omar Hassan el-Béchir", écrit le Volkskrant (p.6). "C’est ce que la chambre d’appel de la CPI de La Haye a ordonné mercredi."
"Son président, le juge Erkki Kourale, a ainsi donné suite à l’appel du procureur Luis Moreno-Ocampo. Ce dernier voulait mentionner le crime de génocide dans le mandat d’arrêt qu’il a lancé l’an dernier contre Béchir, mais les magistrats concernés l’en ont empêché à l’époque. Ils estimaient qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour accuser le président soudanais, outre de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre, de génocide. Mais le procureur Ocampo est d’avis que Béchir, avec l’aide de milices, a sciemment voulu exterminer les tribus Fur, Masalit et Zaghawa en totalité ou en partie" (également Trouw p.10).

Le Telegraaf (p.10) ajoute que "les rebelles de la province occidentale du Darfour envisagent de mettre fin aux pourparlers de paix avec le gouvernement de Khartoum, maintenant que le président Omar Béchir risque d’être poursuivi pour génocide". "La paix au Darfour vacille à la suite de l’accusation de génocide."

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Climat

"Une forte réduction, à l’échelle mondiale, du nombre de stations météorologiques, depuis 1990, explique peut-être en grande partie le réchauffement de la terre mesuré depuis", écrit le Telegraaf dans son grand article à la une. "Selon une étude américaine, le nombre de stations météorologiques a chuté de 6 000 à 1 500. Du fait que les données climatiques de régions rurales, de sites davantage en altitude et d’autres proches du Pôle Nord ne sont plus prises en compte dans la moyenne mondiale, il semble que la température calculée soit trop élevée."
"Vers 1990, lorsque des milliers de stations disparaissent des calculs, la température moyenne monte en flèche, constatent les chercheurs américains Joseph D’Aleo et Anthony Watts. Cette révélation suscite de nouvelles interrogations sur le panel climatique de l’ONU, le GIEC, qui maintient que les rejets humains de CO2 génèrent un effet de serre catastrophique."

"Les politiques sont furieux après une nouvelle erreur dans le rapport du GIEC", relève le Volkskrant à la une. "’C’est gênant’, dit le député Samsom (PvdA). ’C’est horrible’, selon Spies (CDA). La députée VVD Neppérus : ’Est-ce qu’on apprend encore à calculer à l’école ?’"
"L’indignation des politiques est causée par une erreur dans un passage consacré au niveau de la mer. Dans le rapport 2007 du GIEC on peut lire que 55 % des Pays-Bas sont au-dessous du niveau de la mer et que 65 % du produit intérieur brut (PIB) sont réalisés dans cette zone. Ces données sont inexactes, ainsi qu’il ressort des chiffres du Centraal Bureau voor de Statistiek (CBS) que cite l’hebdomadaire Vrij Nederland. Selon le CBS, 20 % seulement des Pays-Bas sont sous le niveau de la mer et on y gagne environ 19 % du PIB.’Je suis très inquiète’, déclare la ministre de l’Environnement Cramer (CDA). ’Et je ne veux plus accepter la moindre nouvelle erreur’."
"La députée libérale Neppérus veut un report des décisions de la commission Delta [protection contre la mer]. ’Je ne dis pas que le niveau de la mer ne monte pas, mais dépenser 100 milliards d’euros ou en dépenser 80 milliards pour relever les digues, cela fait une sacrée différence’" (également Trouw p.5).

Geert Wilders

"Geert Wilders peut être poursuivi devant le tribunal d’Amsterdam", annonce le NRC Handelsblad d’hier soir dans une brève à la une. "Le tribunal a rejeté les objections de son avocat. Le procès ne commencera pas avant juillet 2010. Les spécialistes du monde arabe Hans Jansen et Simon Admiraal et la militante anti-islamique Wafa Sultan pourront être entendus. Quinze autres que Wilders voulait faire témoigner ne seront pas convoqués."

L’ensemble de la presse insiste ce matin sur ce dernier point ce matin. "’La vérité et un procès équitable n’intéressent pas le tribunal ’, a réagi le leader du PVV", note le Volkskrant à la une. "Son avocat Bram Moszkowicz parle de ’motifs fragmentaires’."

En page d’opinion du Trouw, l’universitaire Thomas Mertens (Nimègue, philosophie du droit) fait valoir que "Wilders veut tout simplement se défaire de la liberté de religion". "Wilders prétend que le procès contre lui est un procès politique. Il a raison dans la mesure où il veut qu’on modifie un des principaux fondements de notre ordre politique : selon lui, l’Etat ne doit plus reconnaître l’égalité de toutes les religions."

* * *

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

"Le débat sur l’identité française s’enlise rapidement", titre le NRC Handelsblad (p.5) d’hier soir au-dessus d’une correspondance factuelle de René Moerland.
Sur le plan culturel, le Volkskrant (pp.16-17), le Telegraaf (p.15) et le Trouw (p.34) réservent un bon accueil au film "Un prophète", de Jacques Audiard. Le Financieele Dagblad (p.2) fait mention de l’attribution du Prix SNCF du Polar à la romancière néerlandaise Saskia Noort, pour la traduction de son livre De eetclub, qui a reçu le titre "Petits meurtres entre voisins" en français.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 18/02/2010

Haut de page