Presse néerlandaise du jeudi 5 avril 2012

Trouw (chrétien progressiste) : Amsterdam ne cède pas devant Kamp [stages pour les illégaux].

De Volkskrant (centre gauche) : La liberté de l’enseignement doit correspondre à notre époque.

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Un simple incendie et plus de réseau [Vodafone] dans l’ensemble de la Randstad
[conurbation de l’Ouest des Pays-Bas].

De Telegraaf (populaire) : Prévoir un réseau de secours [Vodafone].

Het Financieele Dagblad : L’heure H pour le modèle polder.

NRC-Handelsblad  : Leers louvoie entre fermeté et miséricorde.

* *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Surinam

Le Volkskrant annonce que le ministre des Affaires étrangères, M. Uri Rosenthal, a rappelé l’ambassadeur des Pays-Bas à Paramaribo pour consultations. « Cette décision fait suite au vote mercredi soir au parlement surinamais de la loi d’amnistie qui doit prévenir une condamnation pour les meurtres de décembre 1982. M. Rosenthal juge ‘profondément décevant que cette loi ait été adoptée’. Il a indiqué que ses ‘pensées vont aux familles des victimes pour qui cela doit représenter un camouflet très dur’ ».

ACTUALITE INTERIEURE

PVV-SP

« Le PVV est l’ailier droit de la politique », titre le Trouw. Le directeur du bureau scientifique du SP, Arjan Vliegenthart, a publié hier une étude sur le soutien extérieur au gouvernement du PVV. « C’est le troisième rapport en un peu plus d’une année dans lequel il attaque le parti de Geert Wilders. Il constate que celui-ci a commencé sa carrière politique à droite, avant d’abandonner progressivement son orientation néolibérale pour présenter aux élections de 2010 un programme socio-économique relativement à gauche. ‘Wilders s’est indéniablement beaucoup inspiré du programme du SP. (…) Mais il ne parvient pas à tenir ses promesses (âge de la retraite, réduction des aides locatives, réduction des aides aux personnes âgées, normes salariales dans le secteur de la santé et de la culture). Les positions des différents partis peuvent bien entendu évoluer, en fonction de nouvelles informations, d’accords de coalition, mais il est important d’expliquer le pourquoi des nouveaux choix. (…) Wilders n’accorde pas d’interviews, ne participe à aucun débat et n’a pas fourni à la coalition de ministres qui seraient tenus de s’expliquer au parlement (…) Il est préoccupant qu’il soutienne des mesures de droite qu’il avait promis de contrer (…) Henk et Ingrid n’y trouvent pas leur compte’ ».

AFFAIRES ECONOMIQUES

Modèle Polder

« Le poldermodel (système néerlandais de concertation entre les différents acteurs économiques et sociaux) risque d’imploser », note le Financieele Dagblad à la une. « Depuis l’Accord de Wassenaar en 1982 entre les syndicats et le patronat, les acteurs sociaux et le gouvernement ont, pendant des décennies, systématiquement essayé de trouver un consensus. Une tradition qui a reçu rapidement le nom de ‘poldermodel’. Toutefois, ce modèle se voit confronté à une crise grave. Un de ses piliers, les syndicats, se trouve en pleine crise d’identité. Leurs adhérents estiment qu’ils ont cédé trop souvent ces dernières années sans avoir reçu de compensations en contrepartie. Le deuxième pilier, les organisations patronales, considère que les syndicats sont sous l’emprise d’une minorité radicale, ce qui rendrait toute négociation impossible. Le patronat doute depuis longtemps de l’utilité d’organisations comme le SER (conseil économique et social), constitué de représentants des organisations syndicales et patronales et d’experts nommés par le gouvernement (kroonleden). Niek Jan van Kesteren, directeur de l’organisation patronale VNO-NCW, aimerait conclure un accord social avec les syndicats et discuter avec eux du marché du logement, du marché du travail et de la modération salariale. Mais dans la pratique, il s’adresse directement aux politiques parce qu’il obtient davantage de résultats. »

Le ministre des Affaires sociales, Henk Kamp, a déclaré au Volkskrant que « le gouvernement aimerait reprendre les négociations avec les syndicats et les employeurs sur la politique socio- économique. En 2008, a eu lieu la dernière concertation entre les syndicats, les patrons et le gouvernement. Après les querelles sur la suppression du départ à la retraite anticipé et depuis les grandes manifestations syndicales à Amsterdam en 2004, la tradition du ‘poldermodel’ est arrivée dans une impasse. Le ministre envoie aujourd’hui une lettre à la Deuxième Chambre dans laquelle il défend cette tradition de négociation. Mais les employeurs ont déjà fait savoir qu’ils ne souhaitent pas reprendre les discussions pour le moment. La FNV (confédération syndicale) est en pleine réorganisation après des luttes internes sur la conclusion d’un accord sur les retraites par la présidente actuelle de la confédération, Agnes Jongerius. Le ministre débat actuellement avec les syndicats et les employeurs sur le successeur du président actuel du SER, Rinnooy Kan. Celui-ci quitte ses fonctions le 1er septembre. Pour ce qui concerne la nomination des ’kroonleden’, Kamp choisit une nouvelle voie », note le Volkskrant. « Les vingt dernières années, ceux-ci étaient constitués d’anciens politiques alors que récemment le ministre a nommé six universitaires. »

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

- Le Volkskrant annonce l’arrestation de 10 « djihadistes isolés ».
- Le Financieele Dagblad relève que Jean-Claude Trichet devient président du centre européen de réflexion Bruegel, installé à Bruxelles.
- Le Financieele Dagblad annonce le décès à New-York du directeur de Sciences Po, Richard Descoing.

A SIGNALER
- Le Volkskrant publie un article sur les projets de réorganisation de l’enseignement des langues dans les universités (8-9).

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.
Compte Twitter de l’ambassade : www.twitter.com/FranceinNL.
Site internet de l’ambassade : http://www.ambafrance-nl.org.

Dernière modification : 09/09/2014

Haut de page