Presse néerlandaise du jeudi 5 avril 2007

La libération inattendue des quinze marins britanniques capturés dans le Golfe par les Gardiens de la révolution iraniens, le 23 mars, fait la une de plusieurs quotidiens.
"Une affaire fâcheuse a pris fin", commente l’éditorialiste du Volkskrant. "Les prochains jours, nous en apprendrons sans aucun doute plus sur les circonstances de la capture des Britanniques et des contacts qui ont eu lieu entre Téhéran et Londres, mais il est d’ores et déjà clair que l’affaire est liée à l’enlèvement d’un diplomate iranien et l’arrestation de cinq gardiens iraniens en Irak. Mardi, on apprenait que le diplomate a été libéré et qu’un consul iranien pouvait se rendre auprès des gardiens. Cela permet de penser que le motif de l’Iran n’était pas de faire respecter son intégrité territoriale, d’obtenir des excuses ou de manifester sa force, mais d’aboutir à un quid pro quo."

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "La ministre impose la division des compagnies d’énergie", "Les députés stupéfaits : Le fisc recommande d’utiliser la signature numérique d’un voisin" (en cas de perte ou de retard dans la déclaration informatisée)
de Volkskrant (centre gauche) : "Le meurtre était une vengeance contre le mouvement squatter - Le bureau d’investigation de Louis Sévèke avait suscité la colère de Marcel T.", "Les Britanniques surpris et soulagés après la libération "
Trouw (chrétien progressiste) : "L’Iran relâche les quinze Britanniques - L’arrestation était aussi un message pour les Etats-Unis", "Sondage sur le soutien à la culture d’embryons humains" (projet de l’Institut Rathenau)
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Davantage de comportements indésirables dans l’armée - La Défense adapte le code de conduite à la suite de sévères critiques", "L’Iran libère les Britanniques après une rencontre avec le président"
De Telegraaf (populaire) : "La justice fait une réduction aux délinquants qui paient avec leur carte bancaire" (le parquet de Zwolle veut réduire les frais de perception des amendes), "Le Turc amstellodamois Ali O. arrêté pour le meurtre de Houtman" (liquidations d’Amsterdam)

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Débat sur l’Irak

"La Deuxième Chambre s’est réunie pour la dixième fois à propos d’une enquête qui devrait faire apparaître pourquoi le gouvernement néerlandais, en 2003, a accordé son soutien politique à l’offensive américaine contre le pays de Saddam Hussein", écrit le Volkskrant (p.2). "Le résultat, mercredi, après un débat de plus de sept heures, est le même que toutes les fois précédentes : il n’y aura pas d’enquête. Le député VVD Hans van Baalen, à la fin du débat, remarque avec hargne que le soutien politique à une telle enquête a même diminué. En effet, le PvdA, lors de la rédaction de l’accord de gouvernement, a promis de ne plus la réclamer."
"Ce débat est répétitif, se plaignent plusieurs porte-parole. Le premier ministre Jan Peter Balkenende explique posément, pour la nième fois, qu’il n’y a aucune raison d’ouvrir une enquête. Son premier gouvernement a invoqué le non-respect par Saddam Hussein des nombreuses résolutions de l’ONU. Pour les Pays-Bas, la présence supposée d’armes de destruction massive (jamais trouvées) n’a pas été décisive."
"La prise de position de l’opposition de gauche est tout aussi prévisible : pourquoi ne pas ouvrir une enquête si le gouvernement n’a rien à cacher ? Le leader D66 Alexander Pechtold, surtout, s’agite. Il lance un appel à Balkenende : ’Arrêtez ce spectacle, cette farce. Faites preuve de leadership.’ Sa collègue Femke Halsema (GroenLinks) met en garde : l’absence d’enquête sur la question irakienne est une ’plaie purrulente’. Chaque nouvelle révélation faite dans les médias sur le soutien militaire dissimulé, sur la fidélité de chien des Pays-Bas aux Etats-Unis débouchera sur un débat. Harry van Bommel (SP) : ’Ce thème ne disparaîtra pas en n’en parlant pas."
"C’est le scénario cauchemar pour le VVD, la ChristenUnie, le SGP et le PVV de Geert Wilders. Ce dernier exprime l’espoir que ce sera ’le dernier débat parlementaire de ce siècle sur la question irakienne’."
"Mais la gauche flaire le sang. Elle croit deviner le défaut de la cuirasse du gouvernement. Pour la première fois, Balkenende parle de ’lacunes’ dans les informations des alliés, à l’époque. Mais il ne sert à rien de le constater, affirme-t-il. Halsema, néanmoins, est agréablement surprise. Et il reste toujours la Première Chambre, qui n’est pas tenue à l’accord de gouvernement."

Le Trouw, dans son article sur la libération des marins britanniques, à la une, relève que la possibilité de nouvelles tensions avec l’Iran "a causé un heurt entre les partenaires de coalition CDA et PvdA à la Deuxième Chambre, hier". "Le PvdA exige que le ministre des Affaires étrangères Verhagen (CDA), dans ce cas, ne se prononce pas aussi vite en faveur d’une éventuelle intervention américaine". "Verhagen estime qu’il doit pouvoir opérer en fonction des circonstances. Il souhaite plus de liberté que le PvdA ne veut lui accorder."
"’Nous ne sommes pas entrés au gouvernement pour voir une répétition de 2003’, a dit le porte-parole PvdA Martijn van Dam", poursuit le journal chrétien progressiste en page 5. "Les sociaux-démocrates exigent qu’en cas de montée de la tension avec Téhéran, le ministre Verhagen opte pour une autre attitude vis-à-vis de Washington et Londres : jouer plus longtemps la carte des négociations pacifiques que dans le cas de l’Irak."
"Les ministres CDA se sont montrés irrités lorsque le groupe PvdA a en plus soutenu une motion de GroenLinks, du SP, du D66 et du Parti des Animaux prônant une position très réservée des Pays-Bas dans la question iranienne. Selon Verhagen, le PvdA opte maintenant pour une ligne anti-intervention plus stricte que celle de l’accord de gouvernement, qui ne parle que de l’engagement de soldats néerlandais, pas de l’expression d’un soutien politique."

ECONOMIE, FINANCES

Achats sur Internet

La popularité croissante des achats en ligne va changer totalement les centres commerciaux d’ici cinq ans, selon le Ruimtelijk Planbureau (Bureau de planification spatiale, RPB). Ce sont surtout les centres-villes qui changeront, car ils hébergent les branches qui se ressentent le plus de la concurrence des magasins en ligne : l’électroménager, les librairies, les agences de voyage et les disquaires. Les consommateurs préfèrent de plus en plus acheter sur Internet parce que l’assortiment y est beaucoup plus grand et les articles moins chers que dans les magasins traditionnels.
Les magasins d’électroménager et les librairies seront remplacés par des boutiques de vêtements, d’accessoires de mode et de décoration d’intérieur.
Alors que les grands centres-villes ne feront que changer d’aspect, l’avenir est plus sombre pour les petites communes, selon le RPB. Celles-ci ne sont pas assez attrayantes pour profiter de la popularité du fun shopping.
En 1998, les produits achetés par le biais d’Internet avaient une valeur globale de 41 millions d’euros. En 2005, ils représentaient un montant de plus de 2 milliards d’euros, une hausse de 5 300 pour cent (NRC Handelsblad d’hier soir p.3, Trouw p.15).

AFFAIRES FRANÇAISES

Le journal d’Amsterdam Het Parool (p.21) d’hier soir a publié un entretien avec le sociologue français Laurent Chambon, qui est conseiller municipal PvdA dans le quartier populaire Oud-Zuid de la capitale. "Les gens doivent être moins déprimés. Ils se comportent comme des enfants gâtés. Les Pays-Bas n’ont jamais été aussi beaux, aussi bons et aussi riches."

Le Trouw (p.6) et le Volkskrant (p.6) relèvent que les "reliques de Jeanne d’Arc" proviennent d’une momie égyptienne. Le dernier journal résume d’autre part le livre de Christine Ockrent Madame la... Ces femmes qui nous gouvernent.

Le Financieele Dagblad (p.5) évoque "la montée silencieuse de l’extrême droite en France". "Le Pen est convaincu d’atteindre de nouveau le deuxième tour des élections présidentielles."

Sur le plan culturel, le Volkskrant rappelle dans son supplément Kunst que l’exposition de photos de l’actrice Isabelle Huppert s’ouvrira le 7 avril au Fotomuseum de La Haye.

Dernière modification : 20/01/2010

Haut de page