Presse néerlandaise du jeudi 7 septembre 2006

Selon le journal chrétien progressiste Trouw, une entreprise dont le siège est à Amstelveen serait impliquée dans une affaire de déversement illégal de déchets toxiques à Abidjan, qui a fait au moins deux morts et intoxiqué presque 1 700 personnes dans la capitale économique ivoirienne. Des habitants d’Abidjan protestent depuis plusieurs jours et le gouvernement ivoirien a démissionné hier soir à la suite de cette affaire.
Les déchets, un mélange de gazole et de lessive de soude dont émanent des gaz toxiques, ont été apportés dans le port d’Abidjan par le "Probo Koala", un navire qui se trouvait encore à Amsterdam en juillet et qui a été loué par l’entreprise Trafigura Beheer. Le siège central de Trafigura à Amstelveen a fait savoir par écrit que la composition des déchets aurait été communiquée aux autorités portuaires.

NRC Handelsblad d’hier soir : "Le gouvernement éreinte le rapport sur l’incendie de Schiphol", "Un fils ! Le Japon est soulagé" (naissance d’un prince), "Les Néerlandais se battent avec acharnement en Afghanistan"
Trouw  : "Le dumping de résidus toxiques coûte des vies humaines - Une entreprise néerlandaise a apporté les déchets en Côte d’Ivoire", "Bush reconnaît l’existence de prisons secrètes de la CIA"
de Volkskrant  : "Des leaders d’Al Qaeda devant les tribunaux - Quatorze suspects détenus sur des sites secrets", "Le gouvernement éreinte le rapport sur Schiphol", "’Les directions des écoles intimident les enseignants’" (reportage)
De Telegraaf  : "Une injustice désespérante’ - ’Une énorme peur paralysait Natascha’" (interview télévisée de l’Autrichienne Natascha Kampusch, kidnappée à l’âge de dix ans), "Forte hausse des frais des propriétaires en vue" (NHG, fonds de garantie contre les ventes forcées)
AD Haagsche Courant  : "Donner : le Conseil est allé trop loin - Le Conseil d’enquête sur la sécurité doit s’en tenir aux faits dans son rapport sur l’incendie de Schiphol", "Natascha fait son entrée dans le monde avec assurance"

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Incendie de Schiphol

"Le gouvernement rejette les principales conclusions que le Conseil d’enquête sur la sécurité a tirées dans son projet de rapport sur l’incendie de Schiphol", relève le Volkskrant à la une. "Compte tenu des règles en vigueur et des connaissances disponibles au moment de l’incendie, le 26 octobre dernier, les services publics n’ont pas été négligents. C’est ainsi que la surveillance par des caméras vidéo, au lieu de personnel sur place, des ailes du centre de détention où l’incendie s’est déclaré était légitime, selon le gouvernement. Cette surveillance par caméras n’a d’ailleurs pas ralenti la réaction à l’alerte à l’incendie."
"Le gouvernement conteste d’autre part la conclusion selon laquelle le centre de détention ne satisfait pas aux normes de prévention des incendies de la législation du bâtiment. Les services publics concernés pouvaient partir du principe que le centre était à l’épreuve du feu, parce qu’un ’institut renommé’ l’avait testé."
"C’est ce qu’on peut lire dans l’ample réaction que le ministre de la Justice Donner, au nom également de cinq autres responsables politiques, a fait parvenir à Pieter van Vollenhoven, président du Conseil d’enquête, le 11 août. Le Conseil avait demandé aux ministres concernés de commenter ses conclusions provisoires, avant l’établissement du rapport définitif. Le NRC Handelsblad a réussi mercredi à mettre la main sur les réactions critiques des ministres."
"Les ministres contestent aussi la conclusion du conseil selon laquelle l’incendie n’avait pas de cause technique, mais était peut-être dû à une cigarette jetée par un détenu. Ils soulignent que l’enquête judiciaire sur la cause de l’incendie est toujours en cours. Aux termes de la loi, le Conseil doit formuler des recommandations et rechercher les causes d’accidents ’dans le but exclusif de prévenir des cas futurs’, écrit Donner. La conclusion sur la cause de l’incendie va plus loin, ’de sorte qu’elle semble englober involontairement des présomptions de culpabilité ou de responsabilité’" (également Trouw p.3, De Telegraaf p.6).

VVD

Le leader du groupe parlementaire VVD, Mark Rutte, a exclu avec effet immédiat, mercredi, le député Anton van Schijndel. Il est également radié de la liste des candidats aux prochaines élections législatives. Rutte juge "inadmissible" que Van Schijndel menace de rejoindre un autre parti si le VVD ne rectifie pas son programme électoral.
Le député libéral radié confirme qu’il a des "entretiens prospectifs" avec EénNL, le nouveau parti de l’ancien échevin Pastors, du parti local Leefbaar Rotterdam (Rotterdam vivable). Il juge néanmoins la réaction de Rutte "disproportionné" et "un tantinet dictatorial".
Dans une tribune publiée dans le Volkskrant d’hier, Van Schijndel a vivement critiqué le projet de programme électoral du VVD. Selon lui, les libéraux doivent se prononcer contre l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne et essayer de préserver les Pays-Bas d’obligations "bruxelloises" et internationales. Van Schijndel, dans sa tribune, a laissé entendre qu’il rejoindrait un "parti non établi" si la direction du VVD ne soutenait pas ses propositions (de Volkskrant p.1, De Telegraaf p.3, Trouw p.4, AD Haagsche Courant p.12).

Pour l’éditorialiste du Telegraaf, Van Schijndel s’est rendu coupable de "chantage" et devait s’attendre à une "riposte de celui qu’il essayait de faire chanter". Le journal à grand tirage soupçonne le député "d’abuser du programme électoral pour fuir le VVD qui l’a placé trop bas sur la liste, à son goût".

GroenLinks

Le Trouw (p.4) annonce que le député GroenLinks Paul Jungbluth quittera la politique après les élections du 22 novembre. Après avoir passé un an et demi à la Deuxième Chambre, le sociologue de l’Université Radboud de Nimègue veut se consacrer de nouveau à l’enseignement, la recherche et la gestion. C’est ce que GroenLinks a fait savoir hier.
A la Deuxième Chambre, Jungbluth dénonçait surtout les différences de qualité entre écoles "blanches" et écoles "noires" (à forte majorité allochtone) et l’inégalité des perspectives d’avenir des élèves. Jungbluth craint que la Chambre ne soit de plus en plus impuissante face à la ségrégation dans l’enseignement.

Nouveaux partis politiques

Les nouveaux partis qui souhaitent participer aux législatives du 22 novembre sont légion, notent plusieurs quotidiens. Au total, 74 groupements politiques se sont inscrits auprès du Conseil électoral. Parmi les nouveaux figurent des groupes comme le Kiezers Collectief (collectif des électeurs), Tamara’s Open Partij, LRVP Het Zeteltje (amour, liberté et respect pour la gauche comme la droite - le petit siège), Aanklacht Jongkind (l’accusation de Jongkind), Nederland pro Deo, le "parti des pédophiles" PNVD et Hup-Holland (allez, la Hollande). Par ailleurs la Liste Pim Fortuyn a fait changer son nom en Fortuyn.
L’enregistrement du nom d’un nouveau parti politique coûte 450 euros et nécessite un acte notarial des statuts et un certificat d’enregistrement à la Chambre de Commerce.
La présentation de la liste de candidats est également soumise à quelques formalités. Chaque parti non encore représenté à la Deuxième Chambre et n’ayant pas participé aux dernières élections doit verser une caution de 11 250 euros. Ce montant lui est rendu s’il atteint 75 pour cent du quotient électoral (le nombre de suffrages valides exprimés divisé par le nombre total de sièges), sinon l’argent revient à l’Etat. Par ailleurs, le parti doit disposer dans chaque circonscription où il se présente de 30 signatures d’électeurs déclarant qu’ils soutiennent sa liste. Les Pays-Bas comptent 19 circonscriptions électorales (NRC Handelsblad d’hier soir p.3, Trouw pp.1, 4 et 5, De Telegraaf p.5).

NRC Handelsblad

Folkert Jensma (48 ans) a quitté ses fonctions de rédacteur en chef du NRC Handelsblad, de l’édition du matin pour les jeunes nrc.next et du journal en ligne nrc.nl, pour devenir rédacteur et commentateur.
Jensma est entré en fonctions le 1er août 1996, en indiquant qu’il resterait rédacteur en chef pendant dix ans au maximum. Son adjointe Birgit Donker assurera l’intérim jusqu’à la nomination d’un successeur (NRC Handelsblad d’hier soir p.1, Trouw p.7, de Volkskrant p.22).

ECONOMIE, FINANCES

Tourisme

Les Pays-Bas ont accueilli l’an dernier plus de 110 millions de touristes étrangers, 4 pour cent de plus qu’en 2004. C’est ce qui ressort des statistiques du Nederlands Bureau voor Toerisme & Recreatie. Les Allemands sont toujours le premier groupe, bien que leur nombre soit en baisse. Les Britanniques, en deuxième position, viennent en nombre croissant.
Une hausse remarquable l’an dernier était celle du nombre de touristes belges, venus presque aussi nombreux que les Américains. Les flux de touristes indiens, chinois et est-européens croissent le plus, mais leur nombre est encore relativement réduit.
Sur le marché des voyages d’affaires, les Pays-Bas sont passés de la 12e à la 7e place mondiale en tant que pays de congrès. Plus de 1 100 congrès internationaux s’y sont tenus en 2005, avec une moyenne de plus de 200 participants.
La principale attraction touristique des Pays-Bas reste le parc Efteling, qui a enregistré 3,2 millions de visiteurs l’an dernier (Trouw p.13).

Illettrisme

L’illettrisme coûte 537 millions d’euros par an à la société néerlandaise, selon les spécialistes en économie de l’enseignement Wim Groot et Henriëtte Maassen van den Brink, de l’Université d’Amsterdam. Il ressort du rapport de recherche présenté hier au ministre des Affaires économiques Joop Wijn que les illettrés touchent plus d’indemnités que les lettrés, qu’ils sont en moins bonne santé et qu’ils commettent plus de délits graves.
Les économistes ont calculé qu’une approche structurelle du problème permettrait à l’Etat d’économiser 456 millions d’euros sur la sécurité sociale, 61 millions sur les soins et 19,5 millions dans le domaine de la police et de la justice.
Un Néerlandais sur neuf est illettré et la perte de potentiel de travail qui découle de cette situation est grande. 5 pour cent des gens qui ont du mal à lire et à écrire n’ont pas de revenus et plus de 70 pour cent n’ont pas d’emploi rémunéré. Un illettré sur cinq est chômeur à cent pour cent (Het Financieele Dagblad pp.1 et 5, de Volkskrant p.3).

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Volkskrant consacre deux pages de son supplément artistique Kunst à la restauration du Foyer-bar et de la Salle des Fêtes de l’Aubette, à Strasbourg.
Le Trouw (p.8) signale l’interdiction de la commercialisation des huîtres du bassin d’Arcachon, après le décès de deux personnes qui en ont mangé.

Dernière modification : 07/09/2006

Haut de page