Presse néerlandaise du jeudi 8 janvier 2009

Tous les quotidiens publient ce matin en première page une ou plusieurs photos de patineurs sur glace. Des cinq randonnées organisées hier sous les auspices de la KNSB, seule celle des étangs de Breukeleveen (Hollande du Nord) s’est déroulée sans problème. Deux randonnées ont été annulées en raison du mauvais état de la glace, les autres ont été interrompues prématurément.
Les huit cents fonctionnaires du ministère néerlandais des Affaires étrangères ont reçu l’autorisation de quitter leurs bureaux à 12 heures 30 aujourd’hui pour pouvoir patiner, sans que cela leur coûte un demi-jour de congé. "Cela peut paraître sympathique de la part de leur employeur", commente le journal à grand tirage De Telegraaf, "mais c’est évidemment tout à fait absurde. Une absurdité dont les contribuables font les frais."

* * *

NRC Handelsblad (indépendant) d’hier soir : "Un conflit paralyse le transport de gaz vers l’Europe", "Les Bulgares ont peur dans le froid", "Israël annonce des pauses durant son offensive"
De Telegraaf (populaire) : "Chaos sur la glace mouillée – Le redoux gâche le plaisir des patineurs – Des randonnées annulées", "Le pays tout entier veut une journée libre – Tout le monde continue de travailler, sauf le ministère"
de Volkskrant (centre gauche) : "Le combat reprend à Gaza après une courte pause respiratoire", "L’Ukraine ne laisse plus passer le moindre mètre cube de gaz", "A travers les Pays-Bas sur des patins"
Trouw (chrétien progressiste) : "’Au secours, notre maison est en feu’, entend-on sur les ondes – La radio joue un rôle pivot à Gaza", "’Ces patins ont appartenu à ma grand-mère’"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Le soutien à Israël s’effrite – Sondage AD : Les Néerlandais trouvent la violence démesurée à Gaza", "Un scanner permet de voir si l’enfant a été maltraité" (scannage des ecchymoses), "Une randonnée qui finit dans le chaos"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Gaza

Le chef de la diplomatie néerlandaise, M. Maxime Verhagen (CDA), dans une interview au NRC Handelsblad (p.2) d’hier soir, explique la genèse de l’initiative néerlando-danoise d’envoi d’observateurs européens, pour prévenir le trafic d’armes en direction de la bande de Gaza lors d’une possible trêve. "Durant la réunion des ministres européen des Affaires étrangères sur Gaza, le 30 décembre, nous avons parlé d’une trêve. J’ai fait valoir à ce moment-là qu’un cessez-le-feu n’était possible que si les attaques de roquettes du Hamas contre Israël s’arrêtaient et que le Hamas ne profitait pas de la trêve pour s’armer encore plus. Il faut donc empêcher le trafic d’armes quand les frontières s’ouvriront à une aide humanitaire. Mon collègue danois m’a nommément soutenu. Après, j’ai appelé le président palestinien Abbas, la ministre israélienne des Affaires étrangères Livni et la ministre américaine Rice pour examiner les possibilités d’aboutir rapidement à un cessez-le-feu."
"Je m’efforcerai évidemment de faire en sorte que les Pays-Bas apportent une contribution substantielle. Mais il faut que ce soit une mission d’observation européenne. Le but n’est donc pas de n’envoyer que des Néerlandais et des Danois."
S’agissant des vives critiques formulées par l’ancien premier ministre Dries van Agt (CDA) à l’adresse du ministre actuel, ce dernier remarque : "Aucun gouvernement ne peut se permettre de voir lancer quotidiennement des centaines de roquettes sur sa population sans réagir. Et donc je ne me reconnais pas dans ces critiques. Pour le reste, chacun a droit à son opinion."

Le Trouw (p.5) relève ce matin que "le premier ministre Jan Peter Balkenende, durant une concertation téléphonique avec le premier ministre israélien Olmert, hier, a insisté sur la réalisation d’un cessez-le-feu dans la bande de Gaza". "Balkenende a plaidé en faveur d’une coopération constructive aux initiatives diplomatiques en cours, notamment la proposition néerlando-danoise d’une mission d’observateurs de l’UE à la frontière entre Gaza et l’Egypte."
"La Deuxième Chambre interrompra tout de même ses vacances demain pour un débat sur les actions israéliennes dans la bande de Gaza."

Le Volkskrant (p.2) note que la question embarrasse le PvdA. "Des centaines de membres du parti ont signé le manifeste ’Rompez le silence’, une initiative de quelques membres préoccupés. Ils exigent une ’prise de position active et claire du parti’ sur le conflit israélo-palestinien. Le PvdA ne manque pas de ’beaux points de vue sur le papier’, mais de dynamisme. Des échevins, des conseillers municipaux, des ’membres ordinaires’ et les anciens ministres PvdA Pronk et D’Ancona soutiennent cet appel."

Gaz russe

"L’Europe doit faire entendre sa voix dans le conflit gazier", titre le Volkskrant au-dessus d’un commentaire éditorial. "Il n’est pas besoin que l’Europe se sente plus petite qu’elle n’est, dans ce conflit gazier. Compte tenu des efforts que l’Ukraine fait pour resserrer les liens avec l’UE, Bruxelles peut (et doit) faire pression sur le gouvernement de Kiev pour qu’il ne monte pas en épingle le conflit avec la Russie et pour qu’il accepte une hausse du prix du gaz. Et pour ce qui est de la relation avec Moscou, une certaine dépendance énergétique est inévitable, mais en tant que grand acheteur et excellent fournisseur de savoir-faire et de capitaux pour l’indispensable modernisation de l’industrie pétrolière et gazière russe, l’UE n’a certainement pas les mains vides."

"Les jours des Pays-Bas en tant que grand pays producteur de gaz sont comptés", fait valoir l’éditorialiste du Financieele Dagblad. "Il est temps de s’associer aux pays européens qui dépendent des importations. Ce sera aussi le cas des Pays-Bas, à terme. Ils ne peuvent pas compenser à eux tout seuls les déficits du reste de l’Europe, mais en signe d’union et de solidarité les Pays-Bas pourraient ouvrir un peu plus le robinet du gaz. Par intérêt, pour éviter qu’ils ne se retrouvent eux-mêmes en difficulté un jour."

* * *

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Telegraaf (p.13), sous le titre "Sarkozy, l’ange rédempteur ?", évoque le rôle de médiateur joué par le Président de la République dans le conflit israélo-palestinien. "La diplomatie française, complètement assoupie sous Jacques Chirac, est de retour sur la scène."

L’AD (p.12) fait état des critiques de la magistrature sur le projet de réforme du système judiciaire. "Les juges français craignent une ingérence politique."

Dernière modification : 22/01/2009

Haut de page