Presse néerlandaise du lundi 10 novembre 2008

Le professeur de criminologie Henk van de Bunt (Université de Rotterdam) prédit dans l’hebdomadaire de l’Association des communes néerlandaises (VNG) que les coffee-shops n’atteindront pas l’an 2010. La tolérance "ne marche plus", selon M. Van de Bunt, cité par le Trouw. Les autorités ont maintenant le choix entre l’approbation et l’interdiction de la vente de cannabis. Et comme l’approbation se heurte à des résistances internationales, il ne reste que l’interdiction comme option.
La politique de tolérance, qui a pris forme dans les années soixante-dix, a toujours été considérée comme un phénomène temporaire, rappelle l’universitaire. A juste titre, selon lui : "Il y a toujours une date de péremption pour l’autorisation de quelque chose qui, formellement, est interdit."

Trouw (chrétien progressiste) : "Koenders veut une aide au développement plus efficace", "Un criminologue : Les coffee-shops auront disparu dans deux ans"
de Volkskrant (centre gauche) : "Enquête : l’aide médicale en Afrique est chaotique", "Maxima ne craint pas ce ’livre gênant’" (prochaine remise d’un ouvrage sur le Mondial 1978)
De Telegraaf (populaire) : "Les chasseurs vont abattre du gibier le long de l’A28 – Quatre voitures percutent des sangliers qui traversaient", "Ari marque des buts contre Twente" (football)
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "La morale sexuelle des jeunes est anormale – Le ministre Rouvoet veut un débat sur la mentalité des jeunes", "’Les entreprises doivent signaler à leurs clients le vol de données’" (usurpation d’identité)

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Aide au développement

"Dans une allocution prononcée samedi devant les politologues de l’Université d’Amsterdam, le ministre de la Coopération Koenders a déclaré qu’il applaudissait au débat actuel sur son terrain politique, mais qu’il le trouvait beaucoup trop simpliste", relève le Trouw dans son grand article à la une. "On se plaint trop vie, ’avec des œillères’, de puits sans fond et de soutien inutile aux pays pauvres, qui devraient pouvoir se débrouiller tout seuls désormais, a fait valoir le ministre PvdA. ’Je veux rendre compte de l’efficacité de l’aide au développement de façon intelligente, sans simplifications ni apparences’."
"Le VVD, surtout, mais aussi toutes sortes d’organes consultatifs sérieux comme la Cour des comptes et le Conseil scientifique pour la politique gouvernementale, se sont interrogés les derniers temps sur l’efficacité de l’aide au développement", rappelle le journal chrétien progressiste. "Le VVD va le plus loin dans ses critiques et propose de réduire de moitié le budget de l’aide néerlandaise."
"Koenders, du point de vue politique, n’est pas encore aux abois, mais il a tout de même pris les devants samedi. Il a annoncé une plus grande efficacité dans un plan de modernisation qui est en partie nouveau, mais englobe aussi beaucoup d’éléments existants. ’Nous ouvrirons l’industrie de l’aide’, a annoncé le ministre. C’était un avertissement à l’adresse des fonctionnaires atteints de réunionite, des organisations devenues paresseuses à force de subventions et des assistants de terrain qui se promènent surtout en 4x4. Il s’avère que le ministre a envoyé une lettre aux organisations d’aide néerlandaises, la semaine dernière : leur aide doit devenir plus efficace et moins dispersée. Il va chercher de nouveaux partenaires dans le secteur privé et parmi les organisations d’aides étrangères."
"Le soutien aux projets d’éducation et de santé de base garde son importance, mais Koenders veut aussi s’intéresser davantage à la croissance économique et à l’emploi dans les pays en développement." "Dans ce cadre, Koenders préfère durant la prochaine législature un ministre de la Coopération internationale, plutôt que de continuer à appeler son portefeuille Aide au développement."
"A peu près au même moment qu’il rafraîchissait sa politique à Amsterdam, son collègue de coalition le président du groupe parlementaire CDA Pieter van Geel, au congrès chrétien-démocrate à Utrecht, faisait quelque chose de remarquable. La fédération du Limbourg du Sud, qui est généralement conservatrice, demandait un complément d’enquête sur l’efficacité et l’utilité de l’aide. Le président du parti, Van Heeswijk, trouvait l’idée intéressante, mais Van Geel est intervenu immédiatement. Il craignait qu’on ne pense que le CDA, dans la foulée du VVD, envisage de réduire le budget de l’aide. Après son avertissement, la proposition du Limbourg a été rejetée à une grande majorité."
Le Volkskrant, à la une, souligne que "l’aide médicale néerlandaise aux pays en développement est dispersée sur au moins 157 organisations qui sont actives dans 39 pays, la plupart en Afrique". "61 de ces organisations envoient leurs propres médecins, infirmiers et autres assistants médicaux ; 96 offrent une aide financière ou matérielle. C’est ce qui ressort d’un inventaire sur 2007 non encore publié, que l’anthropologue médicale Judith van de Kamp a effectué cette année. C’est la première fois qu’on réalise une telle enquête."
"Cette dispersion et le manque de coordination entraînent des problèmes pratiques : souvent l’aide n’arrive pas au bon moment au bon endroit, ou bien se concentre trop sur une seule cible."

ACTUALITE INTERIEURE

Congrès CDA

"Le CDA a suscité le ressentiment de son partenaire de coalition PvdA en lançant une offensive contre les coffee-shops et les drogues douces", retient le Volkskrant (pp.1 et 3) du congrès chrétien-démocrate à Utrecht, samedi. "Le président du groupe parlementaire CDA à la Deuxième Chambre, Pieter van Geel, est d’avis qu’il ’faut vraiment mettre fin maintenant’ à la politique de tolérance. ’Allons à zéro coffee-shop’, a-t-il dit sous les applaudissements." "Selon lui, ’de plus en plus de voix s’élèvent au sein du PvdA et du VVD en faveur d’une ligne plus dure’. Néanmoins, le partenaire de coalition PvdA a réagi avec irritation par la bouche de la députée Lea Bouwmeester. Pour les sociaux-démocrates, il n’est pas établi que l’interdiction des coffee-shops mettra fin à la nuisance, à la criminalité et aux risques sanitaires de l’usage de drogues douces. Ils raisonnent qu’en régulant la vente, les autorités pourront mieux gérer les problèmes."
"Selon Van Geel, beaucoup de Néerlandais le soutiennent quand il dit : ’Tant que nous permettrons aux criminels de s’enrichir grâce aux drogues douces, les problèmes des quartiers déshérités resteront insolubles’. L’accord de gouvernement ne prévoit que la fermeture des coffee-shops proches d’une école."
Le journal de centre gauche fait également référence à l’étude du criminologue Henk van de Bunt.
Le Trouw (p.5) titre "Le premier ministre se plaint, mais pas de Bos". "Le premier ministre Balkenende, au congrès CDA, a fait l’éloge de la coopération avec son ministre des Finances PvdA, mais s’est en même temps plaint du fait qu’il recueille vraiment très peu d’appréciation pour ses efforts durant la crise du crédit."
"S’agissant de la stabilité politique de la coalition, on a surtout retenu samedi la remarque de Jan Peter Balkenende selon laquelle il appréciait Wouter Bos. Se remémorant les semaines écoulées, il a dit de son ministre des Finances : ’La manière dont nous coopérons en cette période de crise me remplit de confiance pour la période qui est encore devant nous’."
On notera que dans un entretien avec le NRC Handelsblad, qui a publié samedi un long article sur la carrière politique de M. Balkenende, le premier ministre a fait savoir : "Mon agenda va jusqu’en 2015. Je veux continuer à l’appliquer." "Le premier ministre, qui dirige le CDA depuis sept ans, ce mois-ci, a toujours des ambitions politiques dans le domaine du vieillissement de la population, de la durabilité et des finances publiques, surtout", souligne le journal.
"Un important enjeu de cet agenda est un ordre socio-économique selon le modèle rhénan", remarque l’éditorialiste du Trouw dans ce contexte. "Balkenende, qui, durant ses précédentes législatures, était parfois considéré comme un néo-libéral, abandonne maintenant ostensiblement le modèle anglo-saxon. Il opte pour une économie de marché sociale, tenant compte des intérêts de la société tout entière et du long terme, et contre un système qui recherche le plus grand bénéfice possible à court terme. Ce choix mérite d’être marqué avec précision."

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Trouw (pp.10-11) de samedi a noté que "Ségolène Royal est de retour grâce à la crise du crédit".
Ce matin, le Volkskrant (p.5) annonce que le chef breton Olivier Roellinger renonce à ses étoiles Michelin.
Sur le plan touristique, on retiendra deux grands articles sur le ski dans le Grand Massif et à Serre Chevalier, tous deux dans le supplément PS du Het Parool de samedi.

A signaler :
Une interview du secrétaire général de l’OTAN, le Néerlandais Jaap de Hoop Scheffer dans le Financieele Dagblad (p.3) de ce matin. "La Guerre froide ne reviendra pas."

Dernière modification : 26/11/2008

Haut de page