Presse néerlandaise du lundi 11 janvier 2010

La fille du pilote Julio Alberto Poch, de la compagnie néerlandaise Transavia, a envoyé une lettre à la princesse Maxima pour lui demander d’user de son influence en faveur de son père. M. Poch, qui est soupçonné de crimes de guerre sous la junte militaire du dictateur argentin Videla, est détenu en Espagne en attendant son extradition vers l’Argentine.

Le père de Maxima, Jorge Zorreguieta, était secrétaire d’Etat à l’Agriculture à l’époque où M. Poch pilotait des chasseurs de la marine argentine.

De Telegraaf (populaire) : "Les femmes condamnées et mises sous tutelle pénale cherchent une place – Manque de place dans les cliniques", "La fille de Poch supplie Maxima de l’aider"

de Volkskrant (centre gauche) : "Un drame perturbe le rêve du football africain – La Coupe d’Afrique commence par une minute de silence pour les victimes de l’attentat contre l’équipe togolaise", "Des histoires sur la mer gelée" (reportage de Pieterburen, Groningue)

Trouw (chrétien progressiste) : "La Coupe d’Afrique commence sous la menace des nouvelles violences – Le Togo se retire après un attentat", "Beaucoup de neige et peu de glace dans les Wadden"

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "La circulation reprend après une offensive de déneigement – La neige n’est source de nuisance que dans le Nord", "Champion d’Europe – Kramer s’empare du titre pour la quatrième fois" (patinage de vitesse)

* * *

Le dossier du jour : Interview de M. Jacques Delors

Le Volkskrant (p.31) de samedi titre "Faire mûrir les esprits" au-dessus d’une interview de M.Jacques Delors, qui recevra le 15 mars la Médaille de la Paix de Nimègue. "Le 11 février, Delors, à la demande du nouveau ’président’ européen Van Rompuy, exposera aux 27 Etats membres de l’UE ses idées sur le rétablissement économique. ’Ce sera une séance informelle de brainstorming, une conversation au coin du feu, comme on dit. En 1986, j’ai fait quelque chose de pareil avec Thatcher, lorsque les caisses européennes étaient vides. Il s’agit de faire mûrir les esprits." "C’est un homme qui n’est pas seulement conscient de la dimension économique de l’Europe, mais aussi de sa cohésion sociale et de la solidarité entre les parties riches et les parties pauvres du continent. C’est ainsi que la commune de Nimègue motive l’attribution de la Médaille de la Paix de Nimègue, dont Delors est le premier lauréat."

"Je parlerai de la conception néerlandaise de l’Europe, qui est aussi la mienne, et du rôle de réconciliateur rempli par les Pays-Bas après la Deuxième Guerre mondiale. Les Pays-Bas ont toujours mis l’accent sur la communauté, alors que la France promouvait une vision plus fédérale. Bien sûr, la perspective économique était importante, l’ouverture du marché européen, la libre circulation des marchandises. Mais les Pays-Bas avaient beaucoup souffert pendant la guerre, ils cherchaient surtout un autre monde. C’est à cette idée que je veux revenir."

"Cela fait cinquante ans que je dis que l’Europe doit choisir entre survivre et péricliter. Les Européens ne se rendent pas compte qu’il n’y a plus de place pour l’eurocentrisme. Il faut employer tous les avantages de l’Union dans le domaine économique, politique et social. D’ici 2030 quarante millions d’Européens cesseront de travailler. Et il n’y a que vingt millions pour les remplacer. Si ce problème démographique n’est pas résolu, l’Europe ne pourra pas conserver son train de vie. Et ce n’est là qu’un problème parmi d’autres."

Le correspondant Ariejan Korteweg : "La solidarité aide-t-elle l’Europe à traverser la crise économique ?". M. Delors : "Cet esprit de coopération manque totalement. On lutte contre la crise avec des moyens nationaux ; c’est chaque pays pour soi. Ce n’est pas l’Europe telle que je la voyais. A la fin des années quatre-vingts, sous la présidence allemande, nous avons pu décider de former un budget européen. C’était une vraie victoire, le plus beau résultat de ma présidence. Tout ce qui empêchait l’Europe de fonctionner – qui va payer quoi, et combien ? – , appartenait au passé. Actuellement, je ne vois pas une telle disposition à la concertation. Des malentendus aggravent la situation : quand les Français parlent de direction économique, les Allemands le prennent de travers. Nous n’aurions pas pu éviter la crise avec une meilleure coordination, certes, mais la croissance aurait été plus forte . Le Pacte de stabilité est utile, mais c’est du travail de pompier : on ne crée pas d’emplois avec. Il y a des secteurs où l’on obtient pour 100 euros en Europe ce qu’on obtient avec 150 euros au niveau national : la recherche, les infrastructures, l’environnement."

"Il est moins difficile de trouver une stratégie pour après la crise que ne l’a été l’introduction de l’euro, avec 70 % des Allemands qui voulaient garder le D-Mark. Les pompiers étaient nécessaires pour éviter une inondation, maintenant nous avons besoin d’architectes."


ACTUALITÉ INTERNATIONALE

Pays-Bas - Union européenne

"Le PvdA et GroenLinks sont irrités par le plaidoyer que le premier ministre Balkenende (CDA) a tenu auprès du président de la Commission européenne, Barroso, en faveur d’un affaiblissement de la politique européenne de la protection de la nature Natura 2000", note le Volkskrant (p.3). "GroenLinks veut que Balkenende vienne expliquer sa façon d’agir demain, durant l’heure des questions. ’Dès qu’il s’agit de la nature, le premier ministre semble lancer des actions irréfléchies’, déclare la députée GroenLinks Ineke van Gent, faisant allusion au rôle joué par Balkenende dans le dossier de l’Escaut occidental. Van Gent veut aussi appeler à la Chambre la ministre de l’Environnement Cramer (PvdA). ’Je veux savoir si le gouvernement s’est concerté."

" Dans une lettre confidentielle à Barroso, l’été dernier, que le Volkskrant a publiée samedi, Balkenende demande une modification de la politique européenne de protection de la nature . Selon lui, Natura 2000, qui doit protéger les zones naturelles européennes les plus précieuses, ’dépasse son objectif’ et des activités économiques menacent d’être paralysées à cause des règles trop strictes."

"Balkenende écrit que Natura 2000 suscite tant de résistances aux Pays-Bas que le soutien à la politique de la nature s’effrite. La députée Van Gent qualifie la tentative de Balkenende d’inciter la Commission européenne à plus de souplesse de ’gênante’. Elle conclut que le premier ministre se comporte ’comme un poste avancé pour un lobby agricole conservateur du CDA’."

"La Deuxième Chambre n’était pas au courant de la lettre" (également Trouw p.5).


ACTUALITÉ INTÉRIEURE

Rita Verdonk

L’ensemble de la presse annonce que le mouvement Trots op Nederland (Fiers des Pays-Bas, TON) de Rita Verdonk participera aux élections municipales du 3 mars dans 38 communes. A Almere et La Haye, elle se mesurera au PVV de Geert Wilders. C’est ce que Mme Verdonk a fait savoir dimanche (de Volkskrant p.2, De Telegraaf p.3, Trouw p.4, AD p.9).

Maastricht

"Le sort du maire de Maastricht, Gerd Leers (CDA), est entre les mains du conseil municipal", écrit le Volkskrant à la une. "Presque tous les groupes ont ’beaucoup de questions’ sur le comportement de Leers concernant l’achat privé d’une maison de vacances en Bulgarie, une initiative manquée sur laquelle une enquête est parue samedi. Seul son parti et le parti local Stadsbelangen Maastricht lui accordent d’avance le bénéfice du doute. Le conseil municipal entendra aujourd’hui les enquêteurs du Bureau Integriteit Nederlandse Gemeenten (BING)."

"Dans son enquête, le BING constate que Leers a opéré avec ’maladresse’ et ’sans bon sens’ et qu’il a ainsi suscité les apparences d’un conflit d’intérêts. Leers n’a pas transgressé de règles légales, mais il a agi contrairement au code de conduite de la commune" (également AD p.11).

"Agir bêtement n’est pas synonyme de conflit d’intérêts ou de fraude", fait valoir l’éditorialiste du Telegraaf. "Il ressort du rapport qu’on ne saurait parler de fautes graves. Ce qui reste, c’est une perte de prestige pour la commune de Maastricht et pour son maire. A Leers de réparer les dégâts."


LA FRANCE DANS LA PRESSE NÉERLANDAISE

Ariejan Korteweg, dans le Volkskrant (p.4) évoque l’Atelier Théâtre de Montmartre, rue Coustou.

Le Telegraaf (p.7) annonce le début des soldes.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 25/01/2010

Haut de page