Presse néerlandaise du lundi 12 octobre 2009

Trouw (chrétien progressiste) : Jongerius rappelée à l’ordre par ses troupes

de Volkskrant (centre gauche) : La survie de DSB ne tient qu’à un fil ; Un pacte FNV-PVV sur les retraites mal perçu

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Feu nourri de critiques contre Jongerius

De Telegraaf (populaire) : Un nouveau médicament peut sauver les malades du cœur ; Des membres de la FNV réclament le départ de Jongerius

* * *

ACTUALITÉ INTERNATIONALE

Escaut Occidental

Les média annoncent que vendredi, en conseil des ministres, le gouvernement « a finalement décidé de remettre en eau le Polder Hedwige » (NRC vendredi soir).

Dans un communiqué daté du 9 octobre, le gouvernement a déclaré trouver que « la dépoldérisation d’Hedwige est inévitable pour rétablir l’équilibre naturel le long de l’Escaut Occidental. Le plan de rétablissement naturel hors digues se heurte à des objections insurmontables. Le gouvernement a recherché longuement et avec beaucoup de soin d’autres solutions que la dépoldérisation du polder Hedwige. (…) La dépoldérisation est la seule façon, selon le gouvernement, de satisfaire aux obligations environnementales sur l’Escaut Occidental. Celles-ci sont fixées dans le droit européen et dans les traités signés avec la Flandre. Le ministère de l’agriculture va engager sous peu les activités nécessaires à la remise en eau du polder Hedwige. L’objectif est, en premier lieu, d’acquérir le terrain, en bonne concertation ; et, si nécessaire, par l’expropriation. »

Les éditorialistes de ce lundi matin portent un regard critique sur la gestion de ce dossier.

Le Volkskrant, sous le titre « le polder va tout de même être remis en eau », se demande « comment un problème qui semblait résolu depuis longtemps a pu tellement dégénérer. Si parfois on reproche au Premier ministre de ne pas assez intervenir, cette fois, c’est justement à cause d’une intervention que personne n’avait demandée que l’on a commencé à revenir sur le traité signé avec la Flandre sur l’approfondissement de l’Escaut occidental. (..) Certes, la remise en eau du Polder Hedwige est un sujet sensible, mais elle ne menace pas la sécurité de la Zélande. (…) Un Premier ministre voyant plus loin que les intérêts de son parti aurait pu épargner aux Pays-Bas et à lui-même beaucoup de problèmes en tirant cette conclusion il y a six mois ».

Pour le Telegraaf, « Balkenende a donné l’impression qu’en tant que Zélandais, il attachait plus d’importance aux intérêts régionaux qu’au respect des traités. Cela vaut également pour le CDA, qui semble toujours sous l’emprise du lobby zélandais. Toutes ces maladresses ont laissé le champ libre au mouvement de défense de l’environnement qui, à la grande colère des Belges, a réussi à bloquer au Conseil d’Etat l’approfondissement de l’Escaut. Maintenant que le gouvernement est revenu sur ses pas, on peut au moins espérer que le lobby environnemental va renoncer à faire opposition pour que l’on voie l’issue d’une affaire qui a trop traîné ».


ACTUALITÉ INTÉRIEURE

Age de la retraite

Les journaux reviennent ce matin sur les propos de Mme Agnes Jongerius, présidente de la confédération syndicale laïque FNV, (Volkskrant 10.010), prête à « s’associer au diable et sa mère s’il le faut » pour faire aboutir les négociations sur le relèvement de l’âge de la retraite.

Ces déclarations ont été interprétées comme une volonté de rechercher le soutien ou l’alliance du PVV de Geert Wilders sur ce sujet.

« Les membres réclament le départ de Jongerius », titre ainsi le Telegraaf, qui cite le weblog de la présidente de l’AbvaKabo (fonctionnaires et enseignants) où celle-ci souligne que « la solidarité et l’égalité sont des valeurs profondément ancrées et que le PVV ne défend en aucune façon ». Le journal indique que certains membres de la FNV ont déjà troqué leur carte contre celle de la CNV (confédération chrétienne).

« A la demande de l’AbvaKabo, la direction des seize syndicats qui constituent la confédération FNV a organisé aujourd’hui une réunion extraordinaire », ajoute le Trouw.

« Selon un porte-parole de la FNV », précise ce quotidien, « les termes ‘peut-être maladroits’ d’Agnes Jongerius ont été mal interprétés. ‘Nous allons discuter (avec le PVV) de façon pragmatique de la position de la FNV sur l’âge de la retraite, comme nous allons le faire avec les autres groupes parlementaires. Il n’est pas question de flirter avec ce parti, cela laisserait entendre que nous voulons entreprendre quelque chose avec le PVV’ ».

Dans le Volkskrant, Bert Wagendorp, sous le titre « Lobbying », rappelle que « les partis politiques ont convenu de ne pas dresser de cordon sanitaire autour du PVV de Geert Wilders. Alors je ne comprends pas très bien pourquoi il serait choquant et opportuniste qu’Agnes Jongerius aille prendre une tasse de thé avec Geert (…), même si n’est pas de gaîté de cœur qu’elle lui rend visite. Dans le cadre de ses efforts de lobbying, elle ira sans aucun doute discuter également avec Agnes Kant (SP) et peut-être même Jan Marijnissen (ancien leader du SP). (…) On ne devient pas la femme la plus puissante du pays si l’on n’est pas capable de voir qu’il faut concentrer ses efforts de lobbying sur les partis qui ne sont pas encore d’accord avec vous, mais qui ont des doutes. J’ai donc fortement l’impression que les propos de Jongerius dans le Volkskrant ne visaient ni le SP ni Geert Wilders, mais le parti qui, du fait de toute cette discussion sur la retraite, risque de perdre ses derniers fidèles (au profit du SP ou du PVV), à savoir le PvdA. Ce dernier perd actuellement un siège par semaine dans les sondages et risque de céder totalement à la panique. Agnes Jongerius l’a bien vu et son lobbying vise en premier lieu le PvdA. Le PvdA est du reste sa seule chance. »

Le Trouw est également d’avis que cette « demande de dialogue avec le PVV ressemble surtout à un signal adressé aux autres partis politiques, et plus particulièrement au PvdA : en effet, un rapprochement avec un parti qui exècre les ‘clubs de gauche’ et l’ ‘esprit de polder’ peut-il vraiment être sérieux ? De plus, une femme qui couvre d’éloges une chaîne de magasins qui accepte de prendre comme caissières des femmes qui portent le voile peut difficilement s’associer à un homme qui réclame une ‘taxe sur les fichus’. Jusqu’à ce jour, le PVV n’a guère montré qu’il appréciait le mouvement syndical et Wilders a toujours ‘refusé catégoriquement tout rapprochement’. (…). Jongerius n’a plus beaucoup de temps, le gouvernement veut prendre une décision vendredi prochain sur l’âge de la retraite ».

Partis politiques

Le Volkskrant note que la direction du PvdA s’est réunie samedi à Amsterdam pour discuter des résultats des sondages et des conséquences de la fuite d’un e-mail du député Diederik Samsom indiquant que le groupe parlementaire se trouve dans ‘un état déplorable’ et qu’il a été décidé de « se serrer les coudes derrière Mariette Hamer ».

Ce journal précise que selon le dernier sondage de Maurice De Hond, le PvdA n’obtiendrait plus que 13 sièges au Parlement en cas d’élections législatives et que 60% des électeurs de ce parti souhaiteraient voir remplacer Mariette Hamer par Diederik Samsom. » Selon Maurice de Hond, les électeurs du PvdA auraient « cinq principaux motifs d’insatisfaction : l’absence de projet d’avenir ; les résultats du PvdA au sein de la coalition gouvernementale ; la présidente du groupe parlementaire Mariette Hamer ; le non respect des promesses électorales de 2006 ; le manque de leadership de Wouter Bos ».

« Le partenaire de coalition CDA n’obtient pas non plus de bons résultats dans les sondages, et passerait de 41 sièges à 26 (27 la semaine dernière). La ChristenUnie est le seul parti de la coalition à enregistrer un gain, passant de 6 à 7 sièges ».

Dans ce contexte, le Trouw commence à réfléchir au jeu des alliances après les élections législatives (prévues en 2011). Il estime que « le parti pivot traditionnel des alliances va devoir chercher de nouveaux partenaires. Au centre de l’échiquier politique apparaît actuellement un parti très intéressant, le D66, qui semblait condamné à disparaître mais a ressuscité sous la direction d’Alexander Pechtold. Et il semble que discrètement, le D66 en tienne compte : lors du débat de politique générale, Pechtold n’a pas soutenu la motion de défiance du VVD, pas plus qu’il n’a soutenu la motion de la ChristenUnie et du PvdA dans la question de l’Uruzgan. Il y a plusieurs points de convergences entre le CDA et le D66, notamment sur l’âge de la retraite, et plus généralement sur le terrain économique et social, sur la santé et sur le budget de l’Etat. La situation du D66 dans les sondages est excellente et ce parti exerce une forte attraction sur ceux qui ont des doutes au sein du PvdA. Le D66 pourrait sortir des élections comme l’un des plus grands partis. Ce n’est pas le PVV mais le D66 qui semble le plus indiqué pour une coopération avec le CDA ; peut-être avec le VVD ».

A signaler :

Le Volkskrant rend compte de l’initiative d’un groupe de Néerlandais d’origine marocaine qui viennent de « signer un manifeste » et prévoient de « se réunir régulièrement pour conseiller les décideurs et les organisations chargées des questions d’intégration, constituant un ‘think tank amélioré’. ‘Nous voulons montrer que la criminalité de jeunes néerlando-marocains n’est pas uniquement notre problème. Ils représentent une charge pour l’ensemble de la société, mais ne bénéficient pas, qualitativement, d’une attention suffisante’. La déradicalisation fait l’objet de gros efforts, mais nous perdons plus de jeunes dans la criminalité que dans le salafisme’ ».


LA FRANCE DANS LA PRESSE NÉERLANDAISE

Les suppléments touristiques du week-end ont publié des articles sur les stations de ski (Haut-Jura et Serre-Chevalier).

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parues dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 27/10/2009

Haut de page