Presse néerlandaise du lundi 13 août 2007

- Trouw : Souffrance inutile chez les personnes frappées de démence
- Volkskrant : Sneijder rejoint Real pour 27 millions ; Visite chez les Bush pendant les vacances
- Telegraaf : Plus de logement après une condamnation
- AD-HaagscheCourant : Réduction sur les impôts des commerçants qui investissent dans la sécurité

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

SP

Le Telegraaf du Dimanche et l’AD-Haagsche Courant de ce matin annoncent un « Ultimatum pour Yildirim ».
Ces deux journaux expliquent que le secrétaire du SP, Hans van Heijnigen, a adressé une lettre au nouveau sénateur du SP pour lui demander de renoncer à son siège d’ici le 24 août, la règle au sein du SP étant de respecter l’ordre des candidats sur la liste électorale officielle.
M. Yildirim, forts des votes préférentiels qui l’ont conduit à un siège de sénateur, « devrait conserver celui-ci en tant que non-inscrit. Il souhaite rendre le SP plus démocratique. Ce parti, qui a connu une forte croissance lors des élections législatives de 2006, s’est fait remarquer ces derniers mois par des déclarations de ses membres critiquant le manque de démocratie au sein du SP ». Dans une interview accordée à l’AD, M Yildirim explique que « la lettre (du secrétaire du parti) est à mes yeux un signe clair du fonctionnement centralisateur et peu démocratique du SP. Les membres se prononceront sur mon affaire et j’espère qu’ils reconnaîtront que j’ai été élu au Sénat dans les règles. (...) Je me sais soutenu par 500 personnes, qui toutes sont préoccupées par l’orientation autoritaire et centralisatrice du SP. Si la direction du parti décide de mon exclusion, nous allons nous concerter ; la création d’un nouveau parti n’est pas exclue. (...) J’ai été élu grâce à des votes préférentiels ; c’est parfaitement légal et honnête. Cela s’est vu si souvent dans le passé, le SP est le seul parti à en faire un problème ». L’AD fait remarquer à M. Yildirim : « si vous êtes exclu du SP, cela vous rapportera même de l’argent, vous n’aurez plus besoin de verser une partie de vos revenus à la caisse du parti ». « J’aurai plus que jamais besoin de cet argent », répond-il, « pour fonder un nouveau mouvement. Mais la façon contraignante dont le SP prend de l’argent à ses représentants n’est plus de ce temps. C’est le parti le plus riche du pays, alors qu’il y a des conseillers municipaux SP qui ont le plus grand mal à joindre les deux bouts. »

Intolérance religieuse

Selon le Trouw et l’AD-Haagsche Courant, « Jami peut compter sur le VVD pour le soutenir ».
Le président du groupe parlementaire VVD, Mark Rutte, « reproche au PvdA de faire preuve de mollesse dans le débat sur l’intégration », note le Trouw. « La façon dont le leader PvdA Bos traite l’affaire Jami est ‘parfaitement honteuse’. Rutte, qui séjourne actuellement aux Antilles, estime que Bos s’est trop distancié du Comité pour les apostats musulmans que Jami est en train de créer. (...) Il accuse Bos de laisser tomber Jami. Le leader libéral a promis son soutien à celui-ci lors d’un entretien téléphonique et souhaite le rencontrer la semaine prochaine ; un porte parole de Rutte dément que le VVD cherche à recruter Jami, comme cela est arrivé dans le passé avec Ayaan Hirsi Ali. Rutte semble d’ores et déjà vouloir apporter son soutien au Comité pour les apostats musulmans en cours de création. Il a déclaré à l’ANP : ‘le droit à la liberté religieuse comporte expressément le droit à renoncer à sa religion. C’est à juste titre que Jami veut attirer l’attention sur ce problème et il est lui-même un exemple des difficultés rencontrées par les ex-musulmans. Le fait que Wouter Bos le laisse ainsi tomber montre bien la mollesse de son parti dans le débat sur l’intégration’ ».

Le Telegraaf et le Financieele Dagblad signalent à ce propos que « le parti de Wilders est en hausse dans les sondages ». « Son plaidoyer en faveur d’une interdiction du Coran », constate le Telegraaf, « lui a été profitable. Dans le sondage hebdomadaire de Maurice de Hond, le PVV enregistre 18 sièges, soit un de plus que la semaine dernière, et le double de son capital actuel à la Deuxième Chambre. L’affaire Ehsan Jami n’a pas eu d’influence sur la situation du PvdA, qui reste comme la semaine dernière à 25 sièges dans les sondages (une forte baisse comparé aux 33 sièges actuels). Le CDA reste lui aussi en baisse, avec à 36 sièges contre 41 actuellement ».

L’historien Thomas von der Dunk demande dans un grand article d’opinion publié dans le Volkskrant de samedi que « l’on ne laisse pas à Wilders le monopole des questions difficiles ».
« La gauche a toujours du mal à admettre que les minorités défavorisées puissent elles aussi faire preuve d’intolérance et nourrissent régulièrement des conceptions politiques tout aussi répréhensibles que celles du premier autochtone à la Wilders venu. Elle n’arrive pas à se défaire de sa réaction instinctive selon laquelle les représentants des minorités sont malheureux et ont besoin d’être protégés. Cela explique pourquoi la gauche serre les fesses dès que deux minorités s’affrontent. Le problème est de nouveau au cœur de l’actualité, après les agressions contre Ehsan Jami et contre des homosexuels de la Gay Pride. Le silence du PvdA, le parti de Jami, était gênant, de même que ses déclarations prudentes après que Jami ait fait l’objet de menaces pour avoir proclamé, dans la meilleure tradition néerlandaise, son apostasie de façon plutôt intempestive devant la presse. Même Wouter Bos, qui, en tant que leader du parti, aurait du immédiatement réagir, ne reconnaît pas suffisamment (comme en témoigne son interview dans le Volkskrant du 10 août) que cette question dépasse le niveau du simple incident. On peut, certes, placer des réserves devant la façon dont Jami opère, mais là n’est pas le plus important lorsqu’un élu du peuple se fait molester pour ses idées. Toute défection religieuse étayée d’arguments est par définition blessante pour les croyants, cela ne peut donc pas être un critère, et un terme comme ‘cruel’ n’a pas le caractère blessant des déclarations de Théo Van Gogh sur les chèvres. (...) Au lieu de se montrer une fois de plus indigné par les nouvelles déclarations hystériques de Wilders ou de lui faire même l’honneur de le menacer d’un procès, le PvdA ferait mieux de mettre son énergie à comprendre le cœur du problème. A savoir que la liberté de conscience en matière religieuse, qui constitue depuis quelques siècles une valeur fondamentale de l’Occident, à laquelle ont du se conformer - parfois en grinçant des dents - toutes les Eglises chrétiennes, n’est toujours pas une évidence pour les musulmans. Le monde arabe réserve certes une place modeste aux minorités religieuses en tant que groupe, mais c’est la famille qui détermine quel Dieu vous devez révérer et l’apostasie est tabou. Certes, il ne revient pas à un parti séculier comme le PvdA de se prononcer sur la foi en tant que telle, mais il a clairement le devoir de défendre la liberté de choix individuelle. Pas seulement dans une déclaration de principes formelle, mais également sur des questions délicates du point de vue politique, comme cela est actuellement le cas. Cela veut dire qu’il doit engager une discussion avec la partie de son électorat allochtone pour laquelle cela n’a toujours pas un caractère d’évidence. Comme il n’y a pas d‘élections en perspective, il a tout son temps. Cela implique également que la liberté de choix soit un thème central des cours d’intégration et que l’on puisse exiger des imams qu’ils condamnent la violence contre les ex-musulmans. Tous ces principes s’appliquent également à l’augmentation de la violence contre les homosexuels. Le silence de la gauche sur le fait que les jeunes Marocains sont sur-représentés parmi les responsables de ces actes est symptomatique, de même que le silence gardé sur le terreau que constituent maintes mosquées, où les homosexuels sont présentés comme pires que des animaux, sous prétexte que le monde animal ne connaîtrait pas ce genre de comportement. Indépendamment du caractère erroné de cette affirmation, les réactions à ce type de déclarations restent trop crispées. Il est vrai que toutes les religions, dans leur variante orthodoxe, sont crispées face à la sexualité, comme on le voit aussi bien dans la Pologne catholique que dans la région calviniste de Veluwe : dans beaucoup d’écoles réformées, l’homosexualité reste un sujet tabou. Mais de même que la ChristenUnie, qui est devenue un parti gouvernemental, a le devoir de veiller à l’éducation sexuelle de ses électeurs, de même le PvdA ne doit pas fermer les yeux devant la violence issue du monde musulman contre les homosexuels. Dans le milieu réformé orthodoxe des ‘bas noirs’, la discussion s’est maintenant engagée sur ces questions, mais les mosquées restent fermées pour le COC (mouvement homosexuel). Leur ouverture est trop importante pour la confier au seul Wilders ».

Logement - justice

Le Telegraaf annonce à la une que « les délinquants condamnés à une peine d’emprisonnement supérieure à neuf mois pourront se voir retirer le logement qu’il louent à une Corporation locative, même si d’autres personnes assurent le versement du loyer et l’entretien de celui-ci. Cette nouvelle règle nationale découle de la décision d’un juge d’arrondissement, qui a débouté un homme originaire de Frise condamné à trois ans de prison et qui voulait conserver son appartement durant cette période. Le juge a fait prévaloir l’intérêt de la Corporation locative sur celui du locataire à retrouver son appartement à sa sortie de prison. Aedes, l’organisation regroupant les Corporations locatives, se déclare satisfaite de ce jugement ; quelques centaines de logements pourront chaque année être récupérées. Les Corporations gèrent un total de 2,4 millions de logements dans notre pays et à leurs yeux, ce jugement justifie qu’en cas de condamnation supérieure à neuf mois, un logement redevienne disponible ».

AFFAIRES FRANCAISES

Le Trouw et le Volkskrant rendent compte, en légende de photos, du déjeuner du Président de la République dans la famille Bush, et l’AD en retient plus particulièrement que « Bush se déclare prêt à aller en vacances en France ». Tous les journaux interprètent cette rencontre comme « le signal d’une amélioration des relations entre la France et les Etats-Unis ».

Dernière modification : 07/12/2009

Haut de page