Presse néerlandaise du lundi 15 février 2010

"Plus de cinq millions de téléspectateurs, 5 000 supporters sur place et un premier ministre Jan Peter Balkenende, un prince héritier Willem-Alexander et une princesse Maxima fous de joie ont vécu le week-end dernier l’ouverture héroïque pour notre pays des Jeux Olympiques d’hiver à Vancouver", écrit le quotidien à grand tirage De Telegraaf à la une. "La première médaille d’or néerlandaise est un fait depuis samedi soir ! Le jour de l’ouverture du tournoi de patinage olympique, Sven Kramer a gagné de façon impressionnante la course de cinq kilomètres."

De Telegraaf (populaire) : "Quel départ de rêve ! Kramer se dégèle et promet davantage d’or", "Le Sud s’échauffe" (carnaval)

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Vancouver 2010 : Médaille d’or pour Sven", "Les politiques se fichent des initiatives des citoyens"

Trouw (chrétien progressiste) : "Sven Kramer confirme sa domination", "Des biologistes de Rotterdam filment la naissance de cellules souches sanguines"

de Volkskrant (centre gauche) : "Des civils afghans meurent lors d’une opération de l’OTAN", "Le 100e titre est pour Sven" (champions olympiques néerlandais depuis 1900)

* * *

ACTUALITÉ INTERNATIONALE

Pays-Bas – Irak

" L’ancien ministre CDA des Affaires étrangères Jaap de Hoop Scheffer s’étonne de la réaction du gouvernement au rapport de la commission Davids, qui a étudié le processus décisionnel néerlandais concernant la guerre d’Irak ", relève le NRCHandelsblad (p.3) de samedi. "Selon lui, le gouvernement aurait bel et bien pu opposer des arguments aux conclusions de la commission."

"Dans un entretien avec le Volkskrant d’aujourd’hui, l’homme politique CDA qualifie de ’bizarre et inexact’ de considérer les conclusions de la commission comme la seule vérité. ’Toutes les conclusions de Davids sont ainsi élevées au statut d’ex cathedra : la commission proclame la vérité et on ne peut plus en débattre.’ Il ajoute que le dossier de la commission Davids comporte beaucoup d’éléments ’dont on peut effectivement débattre’."

" De Hoop Scheffer, en 2002 et 2003, était l’un des principaux acteurs de la définition de la position néerlandaise concernant la guerre d’Irak ", rappelle le journal. "Depuis la présentation du rapport de la commission Davids, le mois dernier, il a choisi de se taire. Il s’est contenté de faire une remarque générale durant une interview radiophonique."

"Mais maintenant que la Deuxième Chambre, la semaine prochaine, va discuter de ce rapport et de la réaction du gouvernement, De Hoop Scheffer opte pour la contre-offensive. Il déclare être en ’désaccord’ avec la commission Davids sur des points importants . Ainsi, il n’y a pas de nouvelles vues, selon lui, sur le mandat de droit international. Et la commission attache beaucoup trop d’importance à une session de brainstorming qu’il a eue avec quelques fonctionnaires, dit-il. De Hoop Scheffer : ’Je l’ai expliqué durant mon entretien avec la commission. Manifestement, on n’y a pas attaché foi. Dommage.’ On a esquissé une image ’caricaturale’, selon lui. De Hoop Scheffer dément aussi que la Deuxième Chambre, à l’époque, n’ait pas été bien informée et que le premier ministre Balkenende n’ait pas suffisamment pris la direction du processus décisionnel."

" Ces propos vont dominer le débat entre la Chambre et le gouvernement demain ", prévoit le Trouw (p.4) de ce matin. "La première réaction de Balkenende était défensive, tout comme celle de De Hoop Scheffer maintenant. Dans la réaction que le gouvernement – après de laborieuses négociations – a envoyée à la Deuxième Chambre, les ministres ne se distancient que des qualifications subjectives du rapport sur la question irakienne. Mais De Hoop Scheffer, qui a été secrétaire général de l’OTAN de début 2004 à juillet 2009, se distancie justement de la description des faits."

"L’ancien dirigeant CDA est toujours d’avis que le raisonnement qui a conduit au soutien politique à l’invasion était valide. Il n’y avait pas de mandat de droit international, mais le régime irakien ignorait les résolutions de l’ONU sur le contrôle des armements. C’était une raison suffisante pour le gouvernement d’exprimer son soutien."

"Le premier ministre, demain, devra user de toutes ses capacités rhétoriques pour laisser intacte la réaction soigneusement mesurée du gouvernement, sans se distancier de l’ancien ministre."

"La dirigeante SP Agnes Kant, qui semblait satisfaite de l’étude de Davids, paraît maintenant changer d’avis. ’Je ressens de nouveau le besoin d’ouvrir une enquête parlementaire. De Hoop Scheffer affirme que Davids se trompe. Je veux en savoir plus’."


ACTUALITÉ INTÉRIEURE

Constitution

La Constitutionnéerlandaise mentionnera bientôt que le néerlandais est la langue officielle des Pays-Bas. Elle contiendra aussi une disposition concernant la position du frison. C’est ce que le vice-premier ministre PvdA Wouter Bos a déclaré vendredi, à l’issue du conseil des ministres. Le texte du projet de loi ne sera publié qu’après que le Conseil d’Etat aura donné son avis.

Le gouvernement veut protéger le néerlandais parce qu’on parle de plus en plus de langues aux Pays-Bas (de Volkskrant p.3, Trouw p.4 de samedi).

Antilles néerlandaises

Le référendum sur l’avenir constitutionnel de Bonaire n’aura pas lieu, annoncent le Volkskrant (p.3) de samedi et le Trouw (p.4) de ce matin. Le gouverneur des Antilles néerlandaises, M. Frits Goedgedrag, s’est opposé à ce projet qu’il juge contraire aux droits de l’Homme internationaux et à "l’intérêt général du Royaume". Le conseil de l’île voulait exclure du vote les Néerlandais européens venus s’installer à Bonaire après le 1er janvier 2007.

Le 10 octobre 2010, les Antilles néerlandaises cesseront d’exister en tant que pays et les trois petites îles Bonaire, Saba et Saint-Eustache deviendront des "communes spéciales" des Pays-Bas. L’administration de Bonaire estime que cette intégration va trop loin et préfère une "libre association" avec les Pays-Bas, l’île gardant ainsi davantage d’autonomie.

Le référendum sur cette question était prévu le 26 mars. La secrétaire d’Etat CDA Bijleveld (Affaires du Royaume) était vivement opposée à ce projet. Elle craignait que Bonaire ne veuille remettre en cause les accords passés avec les Pays-Bas.

Sondage d’opinion Maurice de Hond

Le sondeur d’opinion Maurice de Hond prévoit que le PVV de Geert Wilders sera le premier parti aux élections municipales du 3 mars à Almere (Flevoland) et le premier ou le deuxième à La Haye.

Le bureau TNS NIPO avait prédit plus tôt que le PVV deviendrait le quatrième parti à La Haye, derrière le PvdA, le D66 et le VVD. Mais selon Maurice de Hond, les résultats électoraux les plus récents et la tendance des électeurs laissent prévoir une grande percée du PVV à La Haye. "On sait que 80 à 85 % des électeurs votent sur la base de la politique nationale", selon M. De Hond (de Volkskrant pp.1 et 3).

Le Trouw (p.3), dans ce contexte, note que certains protestants orthodoxes se sentent attirés par le PVV, par crainte de l’islam.

Mort volontaire

Quelque 65000 Néerlandais ont soutenu jusqu’à présent l’initiative du groupe Uit vrije wil (De plein gré), qui prône la légalisation de l’aide à la mort volontaire des personnes âgées qui considèrent leur vie comme "accomplie". Il fallait 40000 signatures pour contraindre la Deuxième Chambre à traiter la question, par le biais d’une "initiative civique" (Trouw p.4).


LA FRANCE DANS LA PRESSE NÉERLANDAISE

Dans le Volkskrant (p.5) de samedi, Ariejan Korteweg évoque la lutte des victimes des essais nucléaires pour la reconnaissance de leurs problèmes médicaux.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 01/03/2010

Haut de page