Presse néerlandaise du lundi 17 février 2003

Il y a beaucoup de photos à la une, ce
matin, des foules qui ont manifesté dans le monde entier contre une possible
guerre en Irak. Plus de six millions de personnes, au total, ont défilé dans
plus de six cents villes pour manifester leur désapprobation de la politique
irakienne du gouvernement Bush. A Amsterdam, où les organisateurs avaient prévu
dix à trente mille manifestants, presque soixante-dix mille Néerlandais venus
des quatre coins du pays se sont réunis pour écouter les discours politiques
sur le Dam et marcher dans les rues, samedi après-midi. Les députés SP Agnes
Kant et Jan Marijnissen étaient de la partie, de même que Femke Halsema de
GroenLinks, mais pas Wouter Bos du PvdA, souligne le populaire De Telegraaf.

 

Trouw
 : "Difficile accord de l’OTAN sur l’aide à la Turquie", "Grâce
au portable, les gens ne se perdent plus", "Nouveau heurt entre les
partenaires de coalition – Le CDA : l’opposition du PvdA aux transports
américains est funeste pour la formation"

Algemeen
Dagblad
 : "Voie libre pour les transports américains
– ’La menace d’attentats s’accroît’", "Les yeux des stars du cinéma
américain s’ouvrent en Europe" (correspondance du Festival de Berlin),
"Des millions de personnes
manifestent contre la guerre à l’échelle mondiale
"

De
Telegraaf
 : "Querelle sur le transit de troupes
américaines par Schiphol – Nouveau
conflit entre le CDA et le PvdA
", "Six millions dans la rue pour
la paix"

de
Volkskrant
 : "La crise de l’OTAN sur l’Irak est
finie", "L’UE ne peut pas ignorer la pression de la rue – Les
manifestations contre la guerre en Irak sont les plus grandes dans les pays qui
soutiennent la politique américaine", "Recommandation administrative
 : les droits d’inscription universitaires peuvent passer à 2 900
euros"

 

 

 

Le
dossier du jour : Question
irakienne
L’Amérique
et la Grande-Bretagne sont loin d’être satisfaites de l’énergique plaidoyer du
chef des inspecteurs de l’ONU, Blix, en faveur de l’extension et de la
prolongation de son opération en Irak
", rapporte le correspondant à
New York de l’ Algemeen Dagblad, à la
une de l’édition de samedi. "Une intervention militaire rapide est ainsi
écartée. Les Etats-Unis accordent à l’Irak ’quelques semaines au plus’."

" La
France, la Russie, la Chine et l’Allemagne voient dans les conclusions de l’UNMOVIC
une confirmation de leur effort de désarmement pacifique de l’Irak
. Une expédition
punitive rapide semble écartée pour le moment. Le ministre français De
Villepin a déjà suggéré la date du prochain rapport de Blix au Conseil de Sécurité :
le 14 mars. Les trois autres pays estiment également qu’une guerre n’est pas
encore justifiée."

" Les
Pays-Bas penchent pour un plaidoyer en faveur de la prolongation des inspections
de l’ONU
. Le ministre De Hoop Scheffer (Affaires étrangères) attend les
conclusions du Conseil de Sécurité, avant de réagir officiellement
. Il
juge important que l’UE aboutisse à une position, lundi."

" Le
ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, a été
applaudi vendredi au Conseil de Sécurité, à la suite de son appel à un
nouveau répit pour les inspecteurs de l’ONU en Irak
", écrit le Volkskrant
(p.5) ce matin, dans le chapeau d’un
entretien avec l’Ambassadeur de France à La Haye, Mme Anne Gazeau-Secret
.
"La France se sent aussi confortée par les millions de manifestants pour
la paix du week-end dernier."

"Pourtant, il ne faut pas parler de
’succès français’, déclare Anne Gazeau-Secret. ’ Le public est plus ou moins
unanimement contre cette guerre
. Et
au CS, trois membres sont pour l’action, les autres veulent un report
. Il
est très important que notre position ait la majorité au Conseil de Sécurité.
Il est devenu plus difficile de parler les prochains jours de ’violation
fondamentale’ sur la base du rapport de Blix. Notre analyse était juste : les inspections ont un résultat ’."

"La France ne ressent pas le besoin
d’une nouvelle résolution en ce moment. La suggestion de Villepin est de se réunir
dans un mois au Conseil de Sécurité. Il est évident que cela ne doit pas
durer des années. Durant la prochaine réunion on pourrait examiner la
possibilité de convenir d’un moment où l’Irak devra être désarmé."

S’agissant de
la "division" de l’OTAN sur l’aide à la Turquie, l’ambassadeur de
France déclare : "Ce n’est pas une polémique. Certains pays ont signé
une déclaration qui allait plus loin que le point de vue commun. Des tentatives
ont été entreprises pour semer la discorde, visant à soutenir les Américains.
Le premier ministre Balkenende s’est entretenu dans le courant de la semaine
avec le président Chirac et le premier ministre Raffarin. Cela s’est bien passé.
Balkenende a adopté une position moyenne intelligente. Les pays qui ont exprimé leur soutien aux Américains étaient
excessifs et ils sont maintenant en difficulté
."

Sur la même page, l’Ambassadeur du Royaume-Uni à La Haye, Colin Budd, répète , à
l’issue du programme télévisé Buitenhof
d’hier, qu’"il n’y a pas de paix
durable sans sécurité"
. " Parfois,
il faut se battre pour la paix
, comme nous nous sommes battus trois fois
pour les Pays-Bas. Les Britanniques peuvent descendre dans la rue pour
manifester. Beaucoup sont en désaccord avec le gouvernement britannique.
Plusieurs parents à moi ont participé à la marche. J’admire leur idéalisme,
mais est-ce la meilleure manière de prévenir une guerre ? Le gouvernement
britannique est d’avis que non. Entre
deux maux, il faut choisir le moindre
."

"Les Britanniques ne choisissent pas
automatiquement le camp américain." "Mais quel que soit le jugement
que les gens portent dans le monde entier sur le président américain, nous
savons que depuis la Première guerre mondiale nous avons été aux côtés de
l’Amérique lorsque l’enjeu était très grand."

"Personnellement,
je trouve qu’il est terrible de voir dans les rues de Londres des banderoles
avec le texte : ’Recherché pour meurtre : Bush’. Ou : ’Recherché pour
meurtre : Blair’. Ce n’est pas sérieux. Alors je dis : l’Amérique est une
grande et exceptionnelle démocratie."

Pour l’éditorialiste du Volkskrant , " quand plus
de six millions de personnes participent à une vague de protestation mondiale
contre une possible guerre en Irak, c’est un signal qu’on n’a pas le droit
d’ignorer
". "D’autant plus que les manifestations ne sont pas un
phénomène isolé. Il ressort aussi des sondages d’opinion et de la division du
Conseil de Sécurité que beaucoup de
personnes et de gouvernements ne sont pas convaincus de l’urgence d’une
intervention militaire
."

"La plupart des manifestants ont
manifesté contre la guerre, pas pour Saddam. C’est aussi l’esprit dans lequel
devra se dérouler le débat au Conseil de Sécurité, durant les semaines à
venir : il faut prendre au sérieux
l’avertissement massif à l’adresse de Bush et Blair, mais pas de telle sorte
qu’il se solde par un avantage pour le leader irakien
."

" Beaucoup,
sinon tout, dépendra de Blair
. Il forme un maillon indispensable dans les
plans de Bush." Pour assurer sa survie politique, le premier ministre devra
trouver un compromis acceptable pour Bush comme pour les Britanniques. Le seul
endroit où ce compromis est possible est le Conseil de Sécurité. La
seule possibilité pour Blair de se rallier la majorité des électeurs
britanniques est une position unanime du Conseil
. Et
la seule possibilité d’aboutir à cette position unanime est un accord avec les
Français
."

"Ce sont
donc eux qui détiennent en ce moment la clé de la question irakienne. Et ce
qu’ils veulent est connu." "Pour le moment, la France veut davantage
de temps et ce temps supplémentaire sera imparti, de sorte que l’appel de la
rue sera honoré."

 

Actualité
internationale

 

Pays-Bas : question irakienne

" Les
Etats-Unis auront toute latitude de transférer des troupes et du matériel au
Moyen-Orient via les Pays-Bas
", annonce l’ Algemeen Dagblad dans son grand article à la une, ce matin. " C’est
ce que le gouvernement communiquera probablement à la Deuxième Chambre
aujourd’hui
. Le ministre Kamp (Défense) a annoncé qu’il ne rejetterait pas
une demande américaine. Le PvdA et le SP veulent un débat parlementaire à ce
sujet."

"Selon le spécialiste en matière de
sécurité D. Leurdijk, de l’Institut Clingendael, les Pays-Bas courront un
risque accru d’attentats terroristes s’ils laissent les Etats-Unis faire usage
de leurs ports et aéroports pour des transports en vue d’une éventuelle
offensive contre l’Irak. Les préparatifs
ont déjà commencé dans le port de Rotterdam
. Schiphol, le port de l’Ems
et l’aéroport d’Eindhoven entrent aussi en ligne de compte."

" Le
PvdA veut ’d’abord bien étudier’ l’intention du gouvernement
. ’S’agit-il
d’obligations vis-à-vis d’un allié ou de préparatifs en vue d’une guerre ?
Nous suivons la voie du Conseil de Sécurité et nous ne voulons pas aller trop
vite’, a fait savoir le député PvdA Koenders. Van Bommel (SP) s’est déjà
prononcé contre le transport de matériel et de personnels américains."

"Kamp a
qualifié l’attitude du PvdA de ’tout à fait incompréhensible’. Il a rappelé
que les Etats-Unis ont beaucoup de matériel en Europe, pour la protection de
cette même Europe. C’est pourquoi il estime que les Pays-Bas ne peuvent pas
dire ’non’."

Le même Algemeen
Dagblad
mentionne à la une que " le
ministre des Affaires étrangères De Hoop Scheffer estime que le Conseil de Sécurité
devrait poser un ultimatum à Saddam Hussein pour la pleine coopération avec
les inspecteurs de l’ONU
". "Le ministre CDA songe à quelques
semaines de sursis, une toute dernière chance pour Saddam de ’participer et désarmer’
et éviter ainsi la guerre. Le Conseil de Sécurité devrait en disposer dans
une nouvelle résolution. ’L’expérience nous a appris que Saddam ne bouge que
sous une pression maximale. C’est pourquoi il faut accroître aussi bien la
pression politique que la pression militaire’."

Dans le Volkskrant
(p.3) de samedi, le prédécesseur de De Hoop Scheffer, Jozias van Aartsen (VVD) fait valoir que l’UE ne pourra jouer un rôle
sur la scène mondiale que si tous les Etats membres disent que l’emploi de la
force contre l’Irak n’est exclu
. "Mais il n’est pas optimiste",
souligne le journal de centre-gauche. " Il condamne ’l’attitude machiste de Chirac et de Schröder’ . Le président
français ’joue le jeu classique : se démarquer au maximum des Etats-Unis’. Le
chancelier fédéral allemand ’s’est coincé lui-même’ en rejetant énergiquement
la guerre, à la veille de sa réélection."

" Van
Aartsen manifeste néanmoins de la compréhension pour le point de vue français
et allemand selon lequel il faut accorder davantage de temps aux inspecteurs
.
’Cela correspond à l’appel de leur chef Blix’."

Les Pays-Bas, en attendant, doivent prendre leurs
responsabilités, selon l’ancien ministre des Affaires étrangères
.
"Le gouvernement a eu un bon réflexe en fournissant des missiles Patriot
à la Turquie, même si le PvdA s’est brusquement érigé en opposant. J’appelle
expressément le gouvernement à faire preuve de dynamisme et de faire comme
s’il n’était pas démissionnaire. Les objections du PvdA, qui applique une
politique des mains propres, ne doivent pas l’en empêcher."

 

Actualité
intérieure

 

Formation de gouvernement

Le
leader CDA Balkenende et son collègue PvdA Wouter Bos doivent aller plus vite

dans les négociations de formation de gouvernement selon le leader VVD et ancien ministre des Finances Gerrit Zalm .
Selon le chef de file libéral, l’année
2004 sera une année perdue s’ils ne forment pas un gouvernement avant avril
.
Si la formation dure plus longtemps, le nouveau gouvernement ne pourra plus
introduire d’importantes modifications de la législation, selon Zalm. "Le
gouvernement ne pourra alors plus que préparer un budget technique pour 2004,
sans nouvelle politique. Ce n’est pas responsable, car il y a du pain sur la
planche", a dit l’ancien ministre des Finances durant le programme télévisé
Buitenhof, hier. quot ;Les
revers financiers viennent de tous les côtés, le chômage grimpe en flèche,
une guerre menace et que font Balkenende et Bos ? Pratiquement rien."

La veille, au
55e anniversaire du VVD à Roermond, Zalm avait déjà prédit que la formation
ne démarrerait pour de bon qu’après les élections provinciales du 11 mars.
"Le CDA doit prendre un virage en direction du PvdA et les électeurs
n’aiment pas les virages. Donc ce n’est qu’après le 11 mars que vous verrez la
grande pirouette politique" ( Algemeen
Dagblad
p.3, De Telegraaf p.3, Het
Financieele Dagblad
p.3).

 

GroenLinks

L’ancien échevin rotterdamois Herman
Meijer a été élu président du parti progressiste GroenLinks
, samedi. Il
l’a emporté de justesse (209 voix contre 180) sur l’ancien échevin
amstellodamien Frank Köhler. "Si vous voulez une figure un peu maternelle,
votez pour moi", avait dit Meijer (56 ans) avant le vote en deux tours à
l’hôtel Krasnapolsky, à Amsterdam. Meijer succède à Mirjam de Rijk.

Outre le rôle
"maternel" et rassembleur que Meijer veut jouer au sein du parti de
Femke Halsema, il veut que GroenLinks se prononce de façon cohérente sur
l’immigration et l’intégration. Ces deux thèmes, dont Meijer avait la
responsabilité en tant qu’échevin à Rotterdam, posent des problèmes à
GroenLinks ( de Volkskrant p.2).

 

Economie,
Finances

 

Police

Les
administrateurs des 26 corps de police des Pays-Bas veulent que le prochain
gouvernement dégage 385 millions d’euros pour ces corps. Le maire de Rotterdam,
Opstelten, qui préside le conseil des administrateurs des corps de police, a
exposé les souhaits financiers de la police dimanche, durant le programme télévisé
Buitenhof. La moitié du programme de
création d’emplois d’agents de police du gouvernement Balkenende, soit quatre
mille, a été réalisée. Pour les quatre mille qui restent il faut 250
millions d’euros. Par ailleurs, les administrateurs de corps veulent 135
millions pour améliorer l’informatisation des corps. S’ils n’obtiennent pas ce
montant, il faudra le déduire du budget des formations, par exemple, ou
recruter moins d’agents ( de Volkskrant
p.2, Algemeen Dagblad p.2, Trouw
p.3).

 

Affaires
françaises
 Le Trouw
(p.2) de samedi évoque le vingtième Concours de la Chanson organisé par
l’Alliance Française des Pays-Bas, à la Kleine Komedie d’Amsterdam, le
lendemain dimanche. En page 6, il explique la réforme des scrutins et l’emploi
de l’article 49.3 contre la "guérilla parlementaire" de l’opposition.

Le Telegraaf
(p.11) de samedi note l’approbation par l’Assemblée Nationale de la proposition
de loi Sarkozy relative à la sécurité : "Paris : La sécurité avant
tout".

Dernière modification :

Haut de page