Presse néerlandaise du lundi 19 décembre 2011

Trouw (chrétien progressiste) : La Place Wenceslas pleure Havel.

De Volkskrant (centre gauche) : Vaclav Havel (1936-2011).

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Les lapins crèvent dans les cages des éleveurs.

De Telegraaf (populaire) : La lettre de regret de l’Eglise est mal perçue.

Het Financieele Dagblad : La vente de Wehkamp [société de vente par correspondance] a commencé.

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Eglise catholique / abus sexuels

La Commission Deetman, chargée d’une enquête sur les abus sexuels au sein de l’Eglise catholique de 1945 à 1981, a rendu son rapport vendredi 16 décembre à l’issue de dix huit mois de travaux.
Cette commission a travaillé sur la base de 1795 plaintes et a retrouvé 800 noms de personnes s’étant rendues coupables d’abus sexuels au sein des évêchés, des ordres et des congrégations. 105 sont encore en vie. Une commission spécialement mise en place par l’Eglise catholique va examiner les plaintes qui les concernent (site Internet RKK/Eglise catholique).
Pour la période considérée, la Commission Deetman estime le nombre de victimes à 10.000 ou 20.000 enfants. Elle conclut également que ces abus étaient connus et que l’assistance aux victimes a été insuffisante. « Avec ces conclusions, la commission Deetman rejoint les résultats d’autres commissions en Europe et dans le monde », commente le NRC-Handelsblad. « Elle souligne que les abus sexuels de mineurs constituaient un problème social qui ne se limitait pas à l’Eglise, même si cela représentait un ‘problème spécifique dans les orphelinats, les internats et les séminaires catholiques’. (…) Le rapport est particulièrement sévère pour le cardinal Simonis, qui, dans ses fonctions d’évêque de Rotterdam puis d’archevêque d’Utrecht, n’a pas toujours réagi de façon adaptée, ainsi que pour son successeur à Rotterdam Mgr Bär. (…) Le rapport relève des ‘hésitations et parfois une réticence’ des responsables religieux à saisir le ministère public, lequel aurait en outre fait preuve de ‘complaisance’ et laissé l’Eglise régler en interne les affaires d’abus sexuels ».
L’archevêque d’Utrecht, Mgr Eijk, a déclaré le 18 décembre dans l’émission Kruispunt (diffusée sur une chaîne confessionnelle) que l’Eglise n’a pas suffisamment fait preuve d’empathie : « Nous nous sommes engagés dans ce processus en prenant un certain nombre de mesures disciplinaires – que j’approuve – mais l’aspect émotionnel, surtout vers l’extérieur, a manqué. (…) J’avais une vue d’ensemble, par des études faites dans nos archives, de ce qui s’était passé dans notre évêché. Mais si nous regardons les résultats de l’enquête de la Commission Deetman, c’est énorme. ». Mgr Eijk souligne que pour les évêques actuellement en fonction, ce problème est nouveau : « Maintenant nous sommes bien informés, mais en février 2010, lorsque nous avons été confrontés à cette crise, pour la plupart d’entre nous, il s’agissait d’une affaire toute nouvelle, que nous avons dû découvrir » (site internet du Volkskrant).
Le Trouw, sous le titre « La démission des évêques n’est pas une option », rend compte de la réaction de l’évêque de Groningue, Mgr De Korte, à la suggestion faite ce week-end par M. Maxime Verhagen (vice-Premier ministre CDA, ministre des Affaires économiques, de l’Agriculture et de l’Innovation). Celui-ci a déclaré à la télévision que tous les évêques devraient démissionner puisque l’enquête de la Commission Deetman a révélé un mauvais contrôle des institutions. Selon Mgr De Korte, les victimes attendent plutôt une aide de l’Eglise qu’une démission de ses responsables : « Il ne faut pas démissionner, il faut aider. Aucun des évêques actuels n’a été personnellement impliqué dans des affaires d’abus. Si c’était le cas, il faudrait en effet parler de démission. Pour l’heure, il nous faut apporter une aide aux victimes, nous devons aller de l’avant et travailler au rétablissement de la confiance ».
Dans ce contexte, la Conférence des évêques a adressé aux paroisses néerlandaises une lettre qui devait être lue dimanche lors des services religieux. Les évêques déclarent avoir « profondément honte pour ces moments où certains responsables de l’Eglise n’ont pas pris les mesures qui s’imposaient pour mettre fin aux souffrances ». Ils soulignent que les procédures d’admission des candidats à la prêtrise ont été modifiées dans le sens d’une plus grande rigueur. Ils indiquent que le scandale a également été douloureux pour la « majorité des prêtres qui vivent et ont vécu conformément à leur vocation ». (Site RKK).
Le Volkskrant relève ce matin que « La Deuxième Chambre va examiner dans quelle mesure il est possible d’engager des poursuites contre les responsables d’abus sexuels au-delà de la prescription légale. Trois victimes ont engagé des procédures contre l’Etat pour obtenir une révision de la loi sur la prescription en cas de délit grave. Le ministre de la Justice et de la Sécurité, M. Opstelten, a déposé un projet de loi visant à modifier le délai de prescription pour des crimes graves, mais, souligne le Volkskrant, cette loi n’aura pas valeur rétroactive.

Protestations contre la nomination de M. Donner

Les grands quotidiens rendent compte des protestations des partis de l’opposition que provoque la nomination de M. Piet Hein Donner, ministre CDA des Affaires intérieures et des Relations au sein du Royaume, au poste de Vice-président du Conseil d’Etat (RdP 16/12/2011). « Dominé par des querelles, le gouvernement avance Piet Hein Donner comme nouveau Vice-président. Le PvdA, GroenLinks, SP et D66 critiquent vivement le gouvernement qui aurait planifié par avance cette nomination. Ces partis désapprouvent le fait que l’ancien ministre devra examiner des projets de lois qui ont été élaborés sous sa direction. » (Financieele Dagblad), « Le Premier ministre M. Rutte rejette toute critique sur la nomination. », titre le Volkskrant. « Comment, une affaire courue d’avance ? Donner était un des meilleurs des 39 candidats », note le Trouw non sans ironie. L’AD titre en première page : « Rutte hypocrite dans l’affaire Donner. Le chef de file du PvdA (parti travailliste) est surtout irrité par le fait que le gouvernement a nié pendant six mois que Donner aurait cette fonction : ‘La procédure a été dramatique’. » Le FD précise que son successeur est Mme Liesbeth Spies, cadre éminent du CDA. Le volet ‘intégration’, dont M. Donner était responsable, sera désormais géré par le ministre de l’Immigration et de l’Asile, Gerd Leers. »

Homme politique de l’année

« Mark Rutte de nouveau élu comme le meilleur homme politique de l’année », titre le Volkskrant. « C’est la deuxième année consécutive. Déjà en 2010, le Premier ministre avait été élu par la presse parlementaire. Il est considéré comme « un équilibriste ». Le chef de file du SP (gauche radicale), Emile Roemer, a terminé deuxième. »

AFFAIRES ECONOMIQUES

Les 100 plus grands employeurs

« Les plus grands employeurs deviennent de plus en plus petits ». Suite à une enquête menée sur les plus grands employeurs néerlandais et publiée dans son édition de samedi, le Volkskrant note que « le chômage sera en forte hausse l’année prochaine. Les plus grands employeurs des Pays-Bas sont non seulement actifs dans les ‘mauvais’ secteurs, mais ils deviennent aussi plus petits. Et beaucoup de ces emplois nécessitent peu de formation. Ils sont donc facilement remplaçables ». L’article est illustré par un graphique des 100 plus grands employeurs néerlandais. La Défense arrive en tête avec 48 388 emplois (militaires), suivi par la Police (37 164), la Rabobank (33 400) et le service des Impôts (29 964). »

Taxe bancaire

« Malgré le conseil négatif du Conseil d’Etat, le gouvernement est déterminé à introduire une taxe bancaire et récolter ainsi au moins 300M€ par an », note le Financieele Dagblad de samedi. Le ministre des Finances, M. De Jager, s’est dit motivé par « l’aversion de la société pour des bonus pervers ». Le ministre souhaite que les banques contribuent aux mesures de crise que le gouvernement doit prendre. Le Conseil d’Etat, de son côté, estime que dans certains cas les banques ont reçu à juste titre de l’aide et que celle-ci est remboursée par les intérêts. Une taxe bancaire toutefois, serait applicable à toutes les banques. Même à celles qui n’ont pas reçu de l’aide de l’Etat. L’organe de conseil constate également que le secteur bancaire se voit déjà confronté à différentes mesures. L’introduction d’une mesure supplémentaire pourrait mettre sous pression l’octroi de crédits. »

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

Le Volkskrant évoque « des relations tendues entre la France et la Grande-Bretagne suite au ‘non’ britannique au Sommet de l’UE ».

Le Financieele Dagblad se réfère aux derniers chiffres de l’Insee, selon lesquels le PIB de la France est en baisse ».

Le Volkskrant évoque la demande de dédommagement des héritiers de Renault pour la nationalisation de la société en janvier 1945.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 19/12/2011

Haut de page