Presse néerlandaise du lundi 19 juillet 2004

La
presse continue de débattre de la menace terroriste aux Pays-Bas. Selon le
quotidien à grand tirage De Telegraaf, qui titre sur ce thème pour la
troisième fois consécutive ce matin, la police de Nimègue a été prévenue jeudi
de la possibilité d’un attentat lors de la "Vierdaagse", la marche annuelle de
quatre jours qui commence demain, et elle a arrêté deux suspects samedi. Plus de
5 000 militaires, dont 1 164 soldats britanniques et 300 américains,
participeront à ce grand événement sportif qui rassemblera près de 50 000
participants chaque année.

 

  • De Telegraaf  :
    "Un des suspects de la Vierdaagse est un Syrien - L’existence d’une cellule
    terroriste est un choc pour les voisins, à Ooij
    ", "Une lettre contenant de
    la poudre indispose des postiers - Un facteur de la région d’Alkmaar mis en
    quarantaine"
  • de
    Volkskrant

     : "La lettre d’Al Qaeda à l’ONU n’existe pas - La déclaration de Remkes sur la
    menace était erronée", "Yasser Arafat perd son soutien de tous côtés"
    (Reuters, AP, AFP), "Surprise : pas de bouchons sur la route vers le sud"
  • Trouw
     : "Lutte pour le pouvoir et révolte à Gaza - Des Palestiniens armés s’opposent
    à la nomination par Arafat de personnes ’corrompues’", "Une baraque pleine de
    sang bleu" (commémoration en Allemagne de l’attentat contre Hitler, en 1944)
  • Algemeen Dagblad
     : "Les spots sanglants n’ont pas l’effet attendu" (campagne contre les excès
    de vitesse", "Victoire impressionnante de Van Grunsven et Verkerk" (équitation
    et tennis)

 

* * *

 

Actualité internationale

 

Union européenne : environnement

" Le
dispositif néerlandais d’investissements durables doit être introduit dans toute
l’Europe
", écrit le Trouw (p.2) en rubrique économique. " Cela
favoriserait le développement d’inventions bonnes pour l’environnement. C’est ce
que les ministres européens de l’Environnement ont convenu au conseil informel
de Maastricht
."

"’En
général, ce n’est pas la connaissance qui est un problème pour tenir davantage
compte de l’environnement’, a déclaré le secrétaire d’Etat Van Geel, qui a
présidé la réunion. ’Le point noir est surtout le manque de capital à risque et
le manque de structures de vente de nouvelles inventions comme la voiture
hybride (qui marche à l’électricité comme à l’essence, ndlr)’."

" Les
ministres de l’Environnement s’attendent à ce que l’économie européenne devienne
plus compétitive par rapport au reste du monde, en appliquant une politique
environnementale plus efficace
. Les nouvelles inventions bonnes pour
l’environnement peuvent économiser de l’énergie et créer des emplois,
estiment-ils
. C’est pourquoi les ministres, outre l’introduction d’un
avantage fiscal pour les investissements durables, ont aussi l’intention de
mettre fin aux subventions qui sont mauvaises pour l’environnement
. Des
exemples de telles subventions sont la subvention allemande sur le lignite,
l’exonération de la TVA pour les billets d’avion et le manque d’accises sur le
kérosène." " Van Geel veut d’autre part que l’Etat n’achète plus que des
produits innovateurs qui épargnent l’environnement
."

"Les
Pays-Bas sont le seul pays d’Europe à stimuler fiscalement les investissements
durables. Ce règlement date de 1995 et il a du succès", rappelle le journal
chrétien progressiste.

" Le
secrétaire d’Etat à l’Environnement Van Geel est toujours critiqué aux Pays-Bas
",
remarque le Volkskrant (p.3) dans le chapeau d’un reportage de
Maastricht." " Mais à Maastricht, il a surpris ses collègues européens avec
son approche rafraîchissante
." "La commissaire européenne de
l’Environnement, Wallström, a loué l’approche vive et enthousiaste du
responsable CDA Il a imaginé un tout nouveau format. Pas
d’interminables réunions, mais une approche interactive. Tout le monde est resté
éveillé et les gens sont beaucoup plus actifs.’
Un café politique a assuré
la fraternisation des ministres."

"Mais on n’a pas pris de véritables décisions à Maastricht. Tout dépendra de la
bonne disposition des chefs d’Etat et de gouvernement européens. Seront-ils
favorables à la nouvelle approche de Van Geel, ou bien protégeront-ils les
intérêts industriels établis, comme cela a souvent été le cas ?"

Le
Telegraaf , à la une, retient plus particulièrement l’appel du prince
héritier Willem-Alexander, qui a pris la parole à Maastricht hier, au
renforcement de la coopération dans le domaine de la gestion des eaux des grands
fleuves européens : "Le prince : Les crues sont un problème européen."

Pays-Bas - Soudan

Le
Volkskrant (p.2) de samedi note que les Pays-Bas, en réponse à un appel
du Programme alimentaire mondial, font don de 120 camions surnuméraires de
l’armée pour assurer le transport de convois alimentaires au Darfour, une région
du Soudan où règnent la violence et la famine. Ces camions, avec l’entretien et
les pièces détachées fournies, ont une valeur de quatre millions d’euros.

Au
total, l’aide néerlandaise accordée au Darfour les derniers mois s’élève à 27,5
millions d’euros.

Pays-Bas - Irak

Les
Pays-Bas remettront à l’Irak une partie une partie de sa dette, annonce la
presse de ce matin. La ministre de la Coopération, Van Ardenne, en réponse à des
questions parlementaires, a écrit à la Deuxième Chambre que l’Irak doit encore
245 millions d’euros aux Pays-Bas, intérêts compris, mais qu’elle ne peut pas
encore indiquer quel montant elle compte remettre. Une analyse de l’endettement
général de l’Irak tenant compte des futurs revenus pétroliers potentiels devra
être effectuée au préalable. Selon la ministre, la dette globale de l’Irak,
environ 120 milliards de dollars, dépasse de beaucoup la capacité de paiement du
pays.

Van
Ardenne, en réponse à des questions de Van Bommel (SP) et Huizinga-Hering (ChristenUnie),
précise que rien n’indique que des fonds néerlandais ont été employés pour la
production d’armes chimiques ( Trouw p.3, de Volkskrant p.3, Algemeen Dagblad p.5).

 

Actualité intérieure

 

Menace terroriste

" Le
ministre de l’Intérieur Remkes a donné des informations inexactes sur une lettre
de menace de l’organisation terroriste Al Qaeda
", relève le Volkskrant
dans son grand article à la une. " Il s’avère que cette lettre n’existe pas .
Néanmoins, Remkes a déclaré jeudi, à la suite d’une information de RTL-Nieuws,
que le Service général de renseignement et de sécurité AIVD étudiait la
missive."

"Une
source de l’un des services impliqués parle d’une situation honteuse. ’Il n’est
pas possible qu’un ministre de l’Intérieur fasse des commentaires sur ce genre
d’affaires, tant qu’on n’a pas bien étudié ce qui se passe.’ L’affaire est
d’autant plus sensible que les Pays-Bas assurent actuellement la présidence de
l’Union européenne
."

"Remkes
a confirmé jeudi dernier, à l’issue d’une conférence de presse sur la menace
terroriste aux Pays-Bas, que les Nations Unies avaient reçu une lettre d’Al
Qaeda, qui menaçait de commettre des attentats contre des cibles à Bruxelles et
aux Pays-Bas. Un porte-parole du ministère confirme que cette lettre n’existe
pas. ’Une erreur a été commise. On étudiait encore l’affaire à ce moment-là’."

"L’erreur concernant la lettre de menace est remarquable, car l’approche
vis-à-vis du terrorisme international a toute priorité depuis les attentats du
11 septembre 2001 aux Etats-Unis et ceux du 11 mars de cette année à Madrid."

" L’AIVD,
la police judiciaire nationale et l’IND
[immigration et naturalisation] gèrent ensemble un bureau de lutte contre le terrorisme ", écrivait le même
Volkskrant dans son édition de samedi, à la une. "Cette instance de
coopération a été fondée après les attentats terroristes de Madrid, en mars
dernier. C’est la première fois que les trois services échangent des
informations de façon structurelle et partagent même un étage
."

Le
Telegraaf de samedi, dans son grand article à la une, remarque que "les
Pays-Bas ne se laissent pas intimider par la menace terroriste". "La population,
ce week-end, se rendra en masse aux kermesses, spectacles de danse et shows
aériens, en dépit de l’expiration de l’ultimatum d’Al Qaeda." "Osama ne nous
fait pas peur."

 

Economie, Finances

 

Infrastructures

"La
Deuxième Chambre est déçue que la ministre des Transports et Voies d’Eau, Peijs,
ne compte plus sur le secteur privé pour cofinancer les nouvelles
infrastructures", note le Volkskrant (p.3). "Peijs a déclaré samedi dans
le Volkskrant qu’elle n’a jamais cru aux contributions du secteur privé
pour construire de nouvelles routes et des lignes de chemins de fer. ’C’est trop
beau pour être vrai’, a dit la ministre CDA."

"Le
CDA et le VVD, de leur côté, affirment au contraire qu’ils voient de grandes
possibilités. Ils soulignent que Peijs, sans le secteur privé, manquera de
moyens pour réaliser toutes ses ambitions. Le député VVD Hofstra s’étonne. ’Si
la ministre veut dire que le secteur privé n’est pas une institution
philanthropique, je la comprends. Les entrepreneurs ne font évidemment rien à
titre gracieux. Mais je trouve bizarre qu’elle dise d’ores et déjà que c’est un
conte de fée auquel elle ne croit plus’."

"Le
PvdA estime que Peijs ruine sa propre politique. La députée Dijksma rappelle
qu’il s’agit que des entreprises participent au financement de la ligne du
Zuiderzee, vers le Nord. ’Des centaines de millions doivent venir du secteur
privé. Alors il est incompréhensible que la ministre dise cela."

"Peijs,
dans une lettre adressée à la Deuxième Chambre au début du mois, était encore
optimiste concernant la coopération avec le secteur privé. Elle avait promis
d’examiner si les entreprises voulaient participer au financement du deuxième
Coentunnel [périphérique d’Amsterdam], de l’A4 dans le Midden-Delfland et de
l’A15 vers la plaine de la Meuse [zone portuaire de Rotterdam]. Une task
force
a été instaurée avec l’organisation patronale VNO-NCW pour étudier les
possibilités."

"A
un stade antérieur, VNO-NCW avait déjà proposé de consacrer quinze milliards
d’euros aux nouvelles infrastructures. L’Etat pourrait rembourser ce montant en
plusieurs termes. Mais Peijs n’est pas favorable à cet arrangement, car elle ne
veut pas imposer un emprunt aux futurs gouvernements."

"VNO-NCW est aussi surprise par le revirement de Peijs. Selon son président,
Schraven, les banques, les entreprises et quelques bureaux conseil techniques
sont bel et bien disposés à apporter une contribution au financement."

"Le
député D66 Van der Ham est le seul à approuver les propos de Peijs. Il pense que
la ministre veut faire réagir les entreprises. Van der Ham : ’Je vois cela comme
une partie d’échecs stratégique. Peijs peut confronter plus tard VNO-NCW à sa
propre réaction.’ Tout comme Peijs, Van der Ham, estime que le secteur privé a
fait beaucoup de promesses qu’il n’a jamais tenues."

 

Affaires françaises  

 

Le
Volkskrant (p.4) de samedi, sous le titre "Chirac défie les socialistes
sur la question du référendum", remarque que le leader du PS, François Hollande,
dans une interview à Libération, "trouble son jugement par des conditions
secondaires qui n’ont rien à voir avec le sujet".

Le
Telegraaf (p.9) de samedi dresse un état des lieux au sein de l’UMP, à la
suite du départ de son président Alain Juppé : "Guerre au sein du parti
gouvernemental français".

L’ Algemeen
Dagblad
(p.6) consacre une grande photo à la commémoration du souvenir du
torpillage du sous-marin français "Doris", le 8 mai 1940, par un U-Boot
allemand. L’épave a été retrouvée récemment en mer du Nord par deux amateurs de
plongée néerlandais.

Sur
le plan culturel, le NRC Handelsblad (p.9) de samedi évoque le festival
de photographie d’Arles.

Dernière modification : 04/08/2004

Haut de page