Presse néerlandaise du lundi 21 janvier 2008

La documentariste Fleur van Dissel (45 ans) ne sait pas pourquoi elle a été détenue à Nairobi pendant deux jours. Elle pense qu’il s’agit d’une "erreur". La cinéaste néerlandaise est arrivée à l’aéroport de Schiphol dimanche matin, après avoir été arrêtée jeudi soir par une équipe antiterroriste à l’aéroport de Nairobi, avec deux ressortissants allemands. Selon un porte-parole de la police kenyane, elle aurait filmé des "installations stratégiques".
Un porte-parole du ministère néerlandais des Affaires étrangères a fait savoir que sa libération était le résultat d’une action commune des ambassadeurs des Pays-Bas et d’Allemagne à Nairobi, et du commissaire européen Louis Michel.
Van Dissel réalisait au Kenya un documentaire sur le leader de l’opposition Raila Odinga.

Trouw (chrétien progressiste) : "La victoire est douce pour McCain - Le sénateur républicain prend sa revanche sur son ancien rival Bush en Caroline du Sud", "La réalisatrice de retour aux Pays-Bas"
de Volkskrant (centre gauche) : "Wellink est pessimiste sur l’économie - Le président de la Banque des Pays-Bas : le ministre Bos doit créer des tampons financiers pour les années maigres", "Les lycéens attisent l’opposition latente des écoles" (contre la norme de 1 040 heures de cours)
De Telegraaf (populaire) : "Le conducteur en location-bail veut une voiture hybride - Choix en faveur de l’environnement et d’un avantage fiscal", "Ruée sur les vieux meubles" (magasins de recyclage), "La documentariste de retour du Kenya"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Le système informatique des établissements scolaires est souvent une passoire - Accès facile aux listes de notes et aux compositions", "Le rideau tombera pour le CD Single cette année"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Banque des Pays-Bas

"Nout Wellink, président de la Banque des Pays-Bas, est nettement moins positif sur les perspectives économiques que le gouvernement", relève le Volkskrant dans son grand article à la une. "La banque centrale, compte tenu de la crise du crédit aux Etats-Unis, a corrigé à la baisse ses attentes concernant la croissance. Wellink escompte cette année une croissance économique de 1,5 à 2,5 pour cent du produit intérieur. ’Mais je pense que ce sera plutôt 1,5 que 2,5 pour cent’, a déclaré le banquier dimanche, durant le programme télévisé Buitenhof. Fin 2007, la banque centrale prévoyait encore une croissance de 2,6 pour cent."
"Wellink est d’avis que le ministre des Finances Bos doit envisager la création de tampons financiers contre un éventuel ’gros temps’. Bos a dit la semaine dernière qu’il n’en avait pas l’intention. Il veut s’en tenir aux cadres financiers que le CDA, le PvdA et la ChristenUnie ont déterminés lors de la formation de gouvernement, l’an dernier."
"De même que son prédécesseur Zalm, Bos ne veut pas intervenir quand l’économie se porte mal, à moins que le déficit budgétaire n’augmente trop. Les revers financiers sont à la charge du solde budgétaire. ’A moyen terme, ce n’est pas raisonnable’, estime Wellink. Il prône des mesures pour atteindre le principal objectif financier du gouvernement - un excédent budgétaire de 1 pour cent du produit intérieur en 2011.
"La semaine dernière, Bos et le premier ministre Balkenende ont fait valoir que la probabilité d’une récession aux Pays-Bas était faible. Selon Balkenende, l’influence des Etats-Unis sur l’économie mondiale a considérablement diminué les dernières années. Par suite de l’émergence de la Chine et de l’Inde les Pays-Bas sont devenus moins dépendants de l’Amérique, selon le premier ministre. La récession que beaucoup d’économistes prédisent en Amérique épargnera en grande partie les Pays-Bas, estime Balkenende. De plus, assurent les leaders du CDA et du PvdA, les Pays-Bas se portent bien du point de vue économique. L’inflation est faible, le chômage est bas et la croissance économique dépasse la moyenne européenne."
"Les chefs de file du gouvernement ont été critiqués par les universitaires et les politiques", rappelle le journal de centre gauche. "Wellink lui aussi pense que Bos et Balkenende sont trop positifs concernant le proche avenir. ’Il me semble irréfutable que ce qui se passe en Amérique affecte le reste de l’économie. Cela nous atteindra d’une façon ou d’une autre’" (également De Telegraaf p.1, Het Financieele Dagblad p.3, Trouw p.8).
"Les déclarations de Wellink sont dures parce qu’il est clair qu’il a raison", remarque l’éditorialiste du Telegraaf. "Le ministre Bos et le premier ministre Balkenende clament joyeusement que tout va très bien et que les Pays-Bas ont une économie solide comme le roc, mais d’innombrables signaux indiquent que des années maigres sont en vue."

ACTUALITE INTERIEURE

Presse hebdomadaire

"Les chiffres annuels du tirage des périodiques d’opinion montrent comme d’habitude la désaffection des lecteurs", note l’AD (p.21). "Sauf pour Elsevier qui, contrairement à la tendance générale, continue de croître."
"Qu’est-ce qui fait le succès persistant de ce magazine libéral de droite ? Pour changer, nous ne soumettons pas la question au vainqueur, mais aux grands perdants de ce segment de la presse périodique. Hélas, Henk Steenhuis, rédacteur en chef de HP/De Tijd, est aux abonnés absents. Le rédacteur en chef de Vrij Nederland, Emile Fallaux, se montre plus sportif. A ses yeux, Elsevier profite de façon optimale de sa position de leader sur le marché : ’C’est un périodique qui a toujours tiré à plus de 100 000 exemplaires. Il dispose de ce fait d’un budget confortable et d’une grande rédaction. Et cela a pour conséquence qu’ils peuvent faire des choix journalistiques que nous ne pouvons pas faire avec notre équipe beaucoup plus réduite.’ Fallaux fait spécifiquement allusion à la modification dans les années 90 de la formule d’Elsevier, qui présente depuis des éléments très reconnaissables, tels qu’un bref aperçu des principales nouvelles de la semaine écoulée ; des enquêtes périodiques sur les performances des établissements scolaires, des hôpitaux et des communes ; des dossiers sur l’état du pays, par exemple sur le marché du logement. Avec cette approche de prestation de services, Elsevier s’est attaché de nouveaux lecteurs sans s’aliéner les anciens."
"Fallaux veut tout de même faire une observation concernant le succès d’Elsevier. ’Ils distribuent chaque semaine trente à quarante mille exemplaires presque gratuitement. Prenez les abonnements à titre d’essai pour les étudiants, qui paient un euro par magazine : ces abonnements sont comptés dans le tirage. D’un autre côté, pour les annonceurs le prix payé par les lecteurs n’a pas d’importance’."
HP/De Tijd a perdu 5,4 pour cent de ses lecteurs et tire à un peu plus de 35 000 exemplaires. Vrij Nederland en a perdu 4,7 et tire à 50 400 exemplaires. Elsevier a gagné 5 pour cent et tire à 143 000 exemplaires.

Droits de l’enfant

Unicef et Defence for Children International remettent aujourd’hui au ministre Rouvoet (Jeunesse et Famille, ChristenUnie) leur premier "Compte rendu annuel des droits de l’enfant". Les deux organisations ont recensé la situation des droits de l’enfant aux Pays-Bas, en suivant la Convention internationale des droits de l’enfant.
"Quand on examine la situation des enfants néerlandais par rapport aux enfants des pays en développement, tout va très bien ici", explique Jan Pieter Kleijburg, directeur de Defence for Children International dans le Volkskrant (p.3). "Mais nous avons aussi examiné quelques domaines spécifiques d’application de la convention, entre autres la politique des étrangers, les soins, l’aide sociale à la jeunesse. Et là, des lacunes apparaissent. Il y a de plus en plus d’enfants en prison, les enfants en situation illégale sont incarcérés, des milliers attendent une aide sociale. Cela ne devrait pas être le cas dans un pays riche comme les Pays-Bas."
"Nous pensons que c’est dû au fait que la Convention des droits de l’enfant est encore inconnue, de sorte que les instances exécutives ne la suivent pas toutes."
160 enfants attendent leur expulsion des Pays-Bas dans une cellule. 1 700 enfants n’ont pas le droit de rejoindre leurs parents résidant aux Pays-Bas. 40 000 enfants n’ont pas d’assurance maladie. 5 000 enfants attendent depuis plus de neuf semaines une aide sociale adéquate.

AFFAIRES FRANÇAISES

Ariejan Korteweg a rendu compte factuellement, dans le Volkskrant (p.5) de samedi, du discours du Nouvel An prononcé par le Président de la République devant le corps diplomatique réuni à l’Elysée.
Le NRC Handelsblad de samedi a publié dans son supplément Zaterdag &cetera un papier de René Moerland sur la "médiatisation de la vie privée du président français". "Le président, la chanteuse et les médias forment un ménage à trois aussi naturel qu’inévitable", remarque le correspondant. "Les stars n’existent pas sans l’attention qu’on leur donne et les journalistes ont besoin d’une histoire. Une histoire savoureuse est encore plus difficile à ignorer." René Moerland se réfère à François Jost et Denis Muzet, dont le livre "Le Téléprésident. Essai sur un pouvoir médiatique" est paru la semaine dernière.
Ce matin, le Trouw annonce le décès à 110 ans de Louis de Cazenave, un des deux derniers "poilus" français.
L’AD (p.15) contient un petit reportage sur Villiers-le-Bel intitulé "La banlieue reste un nerf à vif".
Sur le plan culturel, on retiendra un article illustré de Margot Dijkgraaf sur l’exposition "L’Enfer de la Bibliothèque. Eros au secret" (Bibliothèque Nationale de France), dans le "Cultureel Supplement" du NRC Handelsblad de vendredi soir.

Dernière modification : 19/08/2008

Haut de page