Presse néerlandaise du lundi 22 août 2011

- Trouw (chrétien progressiste) : La bataille pour la prise de Tripoli bat son plein.

- De Volkskrant (centre gauche) : La fin du régime de Kadhafi.

- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : L’époque Kadhafi touche à sa fin.

- De Telegraaf (populaire) : Kadhafi vacille.

- Financieele Dagblad : Les pertes [d’investissement] sur les retraitesne sont pas récupérées [par les fonds de pension].

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Libye

Les combats à Tripoli donnent lieu a des reportages dans l’ensemble de la presse ce matin. Le Trouw s’interroge sur ce qui se passera aprèsune victoire : « (…) les rebelles sont pour le moment unis pour faire tomber Kadhafi, mais pour le reste ils sont totalement divisés entre les différents clans, les nationalistes, les islamistes et toutes les gradations au sein de ces groupes ». Le Financieele Dagblad se demande également si les rebelles seront capables de réinstaurer la tranquillité en Libye et souligne qu’ « avant la révolte, la Libye exportait 1,3 millions de barils de pétrole par jour. Cette exportation s’est arrêtée, ce qui a contribué en grande partie à l’augmentation rapide du prix de pétrole. La question est : quand est-ce que celle-ci pourra reprendre ? »


AFFAIRES EUROPEENNES

Crise de l’euro

La presse du weekend et de ce matin continue de réagir aux propositions d’Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy. Pour le Trouw, l’Allemagne et la France semblent avoir perdu leur passion pour l’Europe : « les deux dirigeants font de tous petits pas en regardant entretemps par-dessus leurs épaules en direction de leurs électeurs qui ont peur de l’Europe : Marine Le Pen reproche déjà à Nicolas Sarkozy de conduire le pays à la mendicité. L’objectif du plan de Sarkozy et de Merkel était de rassurer les bourses, ce qui n’a pas réussi. Les deux dirigeants sont donc obligés d’entamer une deuxième phase avec bien plus d’intégration politique que prévue. Si les électeurs ne l’acceptent pas, l’UE pourrait finir par se désagréger, chose que Sarkozy, comme les autres dirigeants européens, aimeraient justement éviter ».

Dans ce contexte, Sylvester Eijffinger, professeur d’économie financière à l’Université de Tilburg et membre du Panel d’experts financiers du Parlement européen, et Edin Mujagic, économiste monétaire, plaident dans le Financieele Dagblad et dans le Volkskrant de samedi pour l’augmentation immédiate du FESF et le respect du pacte de stabilité : « Le sommet ‘Merkozy’ a démontré pour la énième fois que l’Europe n’est pas capable d’actions proactives. Chaque aide financière et chaque adaptation n’est arrivée qu’après les faits. De plus, elles étaient insuffisantes. Il est particulièrement préoccupant que le processus décisionnel politique en Europe n’arrive pas à suivre la dynamique des marchés financiers.(…) Nous nous trouvons à un moment décisif. Si les dirigeants européens ont vraiment appris quelque chose de la crise, tout ceci n’aura pas été en vain. S’ils font trainer les choses en longueur, les mesures viendront trop tard et seront insuffisantes. Dans ce cas, la zone euro ne sera plus tenable à terme ».

« Geert Wilders profite de la crise de l’euro » titre l’AD. En effet, le graphique qui accompagne l’article montre que l’attitude anti-européenne du chef de file du PVV fait monter le parti dans les sondages, tout comme le SP (gauche radicale), l’autre parti anti-européen. Les partis au pouvoir, le VVD (libéral) et le CDA (chrétien-démocrate), qui défendent le plan de sauvetage de l’euro, sont en baisse. Le journal note que « la crise de l’euro augmente les tensions entre le VVD, le CDA et leur partenaire de soutien, le PVV. Depuis le début de la crise de la dette grecque, Geert Wilders s’insurge contre tout plan de sauvetage. Il rejette les explications des libéraux et des chrétiens-démocrates que ce sauvetage est nécessaire pour éviter une chute brutale de l’euro et reproche à ces partis d’avoir une attitude alarmiste : « pas plus de pouvoir pour les europhiles de Bruxelles » proclame-t-il sans arrêt. Sa prise de position a fait progresser le PVV dans les sondages à 29 sièges sur 150, contre 24 actuellement. Le VVD baisse légèrement d’un siège dans les sondages (30 sièges) tandis que le CDA continue sa baisse et n’obtiendrait que 14 sièges (contre 21 aujourd’hui). Le SP, qui a présenté la semaine dernière une motion de censure contre le Premier ministre, est monté à 23 sièges (15 députés actuellement).Le président du groupe parlementaire CDA, M. Van Haersma Buma a accusé Wilders ce weekend d’être irresponsable dans le débat sur la crise. A la grande compréhension de la députée libérale, Mme Neppérus : « moi non plus, je ne suis pas toujours contente des propos de Wilders, mais il ne faut pas y accorder trop d’importance. Nous devons convaincre les partis [de l’opposition]. C’est plutôt là-dessus qu’il faut se concentrer. »


AFFAIRE INTERIEURES

Plan des retraites

Le Volkskrant de samedi publie une interview de Henk Kamp, ministre des Affaires sociales, dans laquelle il annonce que « le gouvernement est prêt à faire des concessions pour limiter la baisse de revenus pour les bas salaires lors d’un départ à la retraite anticipé ». Ces déclarations viennent suite aux protestations contre le projet d’accord sur les retraites que le ministre a conclu cet été avec la présidente de la confédération syndicale FNV, Mme Jongerius, et le syndicat patronal VNO-NCW. Le plus grand adhérent du FNV, le FNV Bondgenoten a fortement contesté l’accord et a organisé une consultation de ses membres qui l’ont rejeté en masse. Le Volkskrant explique que l’accord prévoyait de faire passer l’âge de la retraite en 2020 à 66 ans et en 2025 à 67 ans. Il reste la possibilité de prendre sa retraite à 65 ans avec une décote.


LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

- Le Volkskrant de samedi publie un reportage sur Bugarach, un petit village dans les Pyrénées et selon la prophétie prédestiné à survivre à « la fin du monde » prévue au 21/12/2012.
- Le supplément voyages de l’AD consacre plusieurs pages à la côte Ouest de la France.
- Le Trouw, dans son supplément, consacre un article au sel de Guérande.
- le nrc.next publie un article sur l’écrivaine Tristane Banon.
- L’ensemble de la presse évoque l’abandon probable des poursuites contre DSK.

A SIGNALER
- Une interview de Job Cohen, chef de file des travaillistes, dans le NRC de samedi.
- Une interview du ministre de l’Enseignement, Mme Bijsterveldt, dans l’AD (p8) .
- Une interview de Koos van Dam, arabiste et ancien ambassadeur dans les pays du Moyen Orient dans le Telegraaf [« printemps arabes », Israel, Turquie].

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 22/08/2011

Haut de page