Presse néerlandaise du lundi 23 septembre 2002

Bien que les journaux, cette nuit, aient
bouclé avant que le résultat définitif des élections pour le Bundestag allemand
ne soit connu, ils annoncent tous comme presque certaine la prolongation de la
coalition rouge-verte du SPD du chancelier Gerhard Schröder et des Verts de
Joschka Fischer.

Sur le plan intérieur, plusieurs quotidiens
réservent une large place au vif débat qui s’est déroulé hier au "Paradiso"
d’Amsterdam sur le durcissement des positions concernant l’islam aux Pays-Bas.
La grande absente et le principal thème du débat était la politologue d’origine
somalienne Ayaan Hirsi Ali, qui a fait l’objet de menaces de mort la semaine
dernière.

Trouw
 : "Schröder peut rester en dépit de son recul", "’Le prix du bus augmentera de
5 pour cent", "Les jeunes sont contre les menaces, mais : Hirsi Ali pourrit le
débat"

de Volkskrant
 : "Schröder se dirige vers un deuxième mandat", "Un musulman qui salit les siens
se fait exclure"

Algemeen
Dagblad
 : "Sondages : Schröder restera – La
progression des Verts sauve le chancelier fédéral", "’Intégrer, c’est me laisser
tranquille’"

De Telegraaf
 : "Elections allemandes au coude à coude – Stoiber gagne ; Schröder restera
peut-être chancelier"

 

Actualité
internationale

Irak

" Il n’est pas possible de désarmer
totalement l’Irak, comme le veulent les Etats-Unis
", relève le NRC Handelsblad
de samedi à la une. " Ce n’est d’ailleurs pas la mission des inspecteurs de
l’ONU, déclare Hans Blix, le chef de l’équipe d’inspecteurs UNMOVIC
durant
un entretien avec ce journal. ’Il y a des limites aux résultats auxquels un
régime d’inspection peut aboutir’, dit Blix à propos de la recherche d’armes de
destruction massive. ’Nous ne pouvons pas déclarer que nous trouverons tous les
laboratoires mobiles. Il y aura toujours un reste d’incertitude. Dans un
aussi grand pays, les inspecteurs ne peuvent pas fouiller chaque kilomètre carré
’."

"C’est ce que Blix a déclaré peu avant que
l’Irak, lundi, ait approuvé la reprise des inspections. Blix souligne que le
Conseil de Sécurité n’a ’pas demandé’ à son équipe ’de déclarer que l’Irak est
entièrement désarmé’. ’La Résolution 1284 parle de résoudre ’d’importantes
tâches de désarmement restantes’, pas toutes les tâches de désarmement’."

"Selon des diplomates de l’ONU, il est
possible que les premiers inspecteurs arrivent à Bagdad vers le 15 octobre. Les
Etats-Unis veulent l’empêcher si l’ONU n’adopte pas au préalable une nouvelle
résolution plus agressive. Il est possible que nous entrions dans un nouveau
cycle du jeu du chat et de la souris’
, dit Blix en se référant aux problèmes
antérieurs entre l’Irak et les inspecteurs."

"Blix n’exclut absolument pas que l’Irak
ait développé des armes de destruction massive durant les quatre dernières
années. ’Il serait naïf de l’exclure.’ Sur la base de photos prises par
satellite, son équipe pense que les Irakiens n’ont pas chômé. ’Nous voyons où
ils ont réparé ou étendu des équipements visités par les inspecteurs dans le
passé [et bombardés par les Etats-Unis].’ Blix reconnaît qu’il n’a ’pas la
preuve’ que l’Irak possède actuellement des armes de destruction massive, telles
des armes chimiques, biologiques et balistiques. ’ Il reste des
interrogations dans tous les domaines
. Nous ne pouvons pas exclure qu’il y
ait quelque chose dans un certain nombre de cas.’ Les armes biologiques, comme
l’anthrax, soulèvent ’les plus grandes interrogations’."

L’interview de
Hans Blix figure en page 23 du supplément de samedi du journal.

En page
d’opinion du même NRC Handelsblad, l’ancien ministre des
Affaires étrangères Hans van den Broek fait valoir que la question irakienne
exige l’unanimité de l’Union européenne
. "L’Union européenne n’est pas sans
reproche dans cette crise. Au lieu d’œuvrer à une résolution crédible,
c’est-à-dire contraignante, du Conseil de Sécurité, le Royaume-Uni fait savoir
qu’il peut s’en passer, la France qu’elle veut deux résolutions et l’Allemagne
qu’elle rejette la participation à une intervention militaire même après une
résolution du Conseil de Sécurité dans ce sens. Il est affligeant que ces poids
lourds de l’UE n’aient pas manifesté un leadership européen communautaire. Ils
font prévaloir leurs considérations nationales sur l’intérêt de l’Europe et du
monde à mettre fin, en suivant la voie du droit international, au vil arsenal
toxique de Saddam. C’est une nouvelle dépression dans la politique étrangère
européenne."

En page 2 du
NRC
Handelsblad, enfin, le leader du parti socialiste
radical SP, Jan Marijnissen, fait savoir qu’il ne fait "absolument pas confiance
à la pax americana"
 ; "Il n’existe pas de guerre préventive en droit
international." "La question est de savoir ce qu’il adviendra de la paix
mondiale si nous autorisons les Etats-Unis à tordre ainsi le cou à un régime qui
leur déplaît." "Ne faisons pas comme si les Etats-Unis étaient les défenseurs
des intérêts de l’ONU. N’oublions pas que les Etats-Unis, s’agissant de la Cour
pénale internationale, de ’Kyoto’ et d’autres dossiers, ont toujours bloqué tout
transfert de compétence à des organisations multilatérales."

Ce matin,
l’éditorialiste du Volkskrant remarque que " le document stratégique du
gouvernement Bush est le produit d’une conviction idéologique très conservatrice
".
"On l’a même qualifié de messianique. Bush croit dur comme fer que l’Amérique
doit engager sa puissance pour rendre le monde, non seulement plus sûr, mais
aussi meilleur en encourageant partout l’établissement de ’sociétés libres et
ouvertes’. Bien que les Européens n’aiment guère les conservateurs et encore
moins les Croisés, il n’y a rien à redire à ce dernier objectif : la liberté et
l’ouverture sont des valeurs que nous partageons avec les Américains. Mais la
manière compte aussi. Un monde dans lequel le principe de l’offensive
préventive devient la règle au lieu de l’exception ne sera pas plus sûr, mais
plus dangereux
. Il y a suffisamment d’apprentis sorciers dans les coulisses.
En outre, Bush et son équipe doivent comprendre qu’il y a encore une autre
valeur que les Etats-Unis et l’Europe partagent : c’est qu’au sein d’une
communauté de nations civilisées, le droit du plus fort ne doit jamais être le
seul à s’appliquer."

 

Union
européenne : élargissement

Le
gouvernement Balkenende a approuvé vendredi la proposition du ministre De Hoop
Scheffer
(Affaires étrangères) et du secrétaire
d’Etat Nicolaï
(Affaires européennes) de dire "oui" au prochain
élargissement de l’Union européenne
. Simultanément, le ministre des
Finances, Hoogervorst, a souligné en conseil des ministres que cet
élargissement coûtera presque trois milliards d’euros supplémentaires aux
Pays-Bas, par an, si le problème des subventions agricoles et des régions
économiquement défavorisées n’est pas résolu rapidement
. Si ces fonds
restent inchangés, la "position nette" des Pays-Bas (la différence entre ce que
La Haye contribue et ce qu’il touche) passera de moins 3,3 milliards en 2003 à
moins 6 milliards en 2013 ( Trouw p.4, Algemeen Dagblad p.45, De
Telegraaf
p.49 de samedi).

 

France –
Benelux : drogue

L’ Algemeen
Dagblad
(p.3) et le Volkskrant (p.2, ANP) signale ce matin la grande
opération internationale contre le tourisme de la drogue menée samedi par la
police, la douane et la maréchaussée royale néerlandaises, en coopération avec
leurs collègues belges, français et luxembourgeois. Plus d’un kilogramme
d’héroïne a ainsi été saisi dans le Thalys et 652 voitures ont été arrêtées en
Belgique.

A noter que le
ministre néerlandais de la Justice, Donner (CDA), a annoncé vendredi son
intention de renvoyer dans leur pays d’origine, à partir du 1er octobre, les
avaleurs de boulettes arrivant à Schiphol avec une petite quantité de drogue. Il
manque de cellules de prison pour leur détention. "Cela fait des mois que nous
arrêtons 40 à 50 personnes par semaine, à Schiphol. Mais nous n’atteignons pas
pour autant l’objectif fixé : la réduction du flux de cocaïne vers les
Pays-Bas."

 

Actualité
intérieure

VVD

"Après sa défaite électorale, le VVD
veut rétablir le contact avec les électeurs
", note le Volkskrant
(p.3). "Mais comment ? Plus de 300 membres en ont discuté samedi, à Ede. ’Nous
ne sommes plus un parti populaire’, déclare l’un d’eux. Un appel au franc parler
et à un leadership médiagénique." " Les principales propositions sont la
rénovation de l’organisation du parti et une influence plus directe des membres
.
Le leader du parti, Zalm, soutient ces idées . Mais, dit-il, ’le plus
important est que nous soyons de nouveau ouverts et accessibles’. ’Nous n’avons
pas perdu les élections avec la structure du parti’."

L’une des propositions soutenues par Zalm
concerne l’élection de la tête de liste par les membres du VVD. Les libéraux, en
l’occurrence, suivent le PvdA, dont les membres éliront prochainement le
président du groupe parlementaire, pour la première fois au suffrage direct.

L’assemblée
générale du 23 novembre mettra au vote les propositions formulées samedi à Ede
(également De Telegraaf p.3, Trouw p.4, Algemeen Dagblad
p.5).

 

Sondage
d’opinion

Selon un
sondage d’opinion effectué pour le compte du programme télévisé RTL Nieuws,
la confiance dans le gouvernement Balkenende a baissé à la suite de la
publication de la Note des Millions
, le budget du nouveau gouvernement. 63 %
des cinq cents personnes interrogées ont déclaré avoir moins confiance dans le
gouvernement maintenant et 29 % ont fait savoir qu’ils ont davantage confiance.
Manifestement, la population ne pense guère que le gouvernement réussira à
résoudre les problèmes du secteur des soins et de l’enseignement : 64 % des
personnes interrogées estiment que le gouvernement n’est pas en mesure d’éponger
les listes d’attente du secteur des soins, 32 % pensent qu’il y arrivera ( Algemeen
Dagblad
p.3, Het Financieele Dagblad p.3).

 

Economie,
Finances

Emploi

L’opération Megabanenmarkt, qui
devait aider les indemnisés sociaux d’Amsterdam à trouver un emploi, est un
échec, selon la centrale syndicale FNV, le Komitee Amsterdam Tegen verarming
(comité contre l’appauvrissement) et le Bijstandsbond (syndicat des assistés
sociaux). Ce marché ferme ses portes aujourd’hui. Environ 40 000 sans-travail de
la capitale ont dû s’y présenter les derniers mois. 2 000, soit 5 %, y ont
trouvé un emploi et les services sociaux municipaux ont mis fin à 6 600
indemnités perçues indûment. "C’est un résultat décevant, compte tenu du coût du
Megabanenmarkt, 50 millions d’euros", selon un cadre de la FNV. "De plus, on ne
sait pas si ceux qui ont trouvé un emploi ont maintenant un travail fixe. Une
partie s’est probablement de nouveau présentée aux services sociaux depuis."

La direction des services sociaux
d’Amsterdam est satisfaite du résultat. Elle fait valoir qu’elle a largement
dépassé son objectif, qui était de mettre fin à 5 000 indemnités. A côté des
2 000 personnes qui ont trouvé un emploi par le biais du marché, 2 000 autres en
ont trouvé un sans aide. "Cela fait dix pour cent de nos fichiers."

L’échevin
chargé des Affaires sociales, Rob Oudkerk, estime que les remarques de la FNV
"s’inscrivent dans vingt ans de manipulation de l’opinion et de psittacisme sur
les services sociaux d’Amsterdam". "C’est justement à ça que nous voulons mettre
fin. Quand on voit ce que nous avons obtenu en un an, on est obligé de conclure
que la FNV ne voit pas les faits."

 

Affaires
françaises 

 

Sur le plan
économique, la presse évoque la suppression de milliers d’emplois à Alcatel ( de
Volkskrant
de samedi, p.27) et la "difficile privatisation d’Air France" ( Het
Financieele Dagblad
de ce matin, p.4). Une correspondance d’Antoinette
Reerink ( Algemeen Dagblad de samedi, p.6) sur les difficultés de la
dernière fabrique de bérets, à Oloron-Sainte-Marie, peut aussi être classée sous
cette rubrique.

Le Trouw (p.5) signale ce matin, dans une brève, l’envoi de troupes en Côte
d’Ivoire, pour y "garantir la sécurité des Français et de la communauté
internationale".

Dernière modification :

Haut de page