Presse néerlandaise du lundi 24 décembre 2007

"Le CDA veut que le ministre des Transports Eurlings fasse une ultime tentative pour éviter que les automobilistes néerlandais ne soient obligés de payer pour entrer dans les villes allemandes à partir de janvier", annonce l’AD ce matin. "Les grandes villes comme Berlin et Cologne introduiront le premier janvier des zones environnementales. Seuls les automobilistes ayant acheté au préalable un macaron spécial (Umweltplakette) seront autorisés à y entrer. Ceux qui n’en ont pas devront payer une amende de 40 euros ou plus. Les voitures les plus polluantes n’auront pas de macaron et devront rester en dehors des zones environnementales."
"Le député CDA Ger Koopmans trouve ces mesures ’absolument ridicules’. Il posera aujourd’hui des questions parlementaires à ce sujet."

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Chaos en Allemagne à cause des vignettes - Les automobilistes néerlandais paieront une taxe environnementale en 2008"

Trouw (chrétien progressiste) : "L’affaire Eric O. a été influencée par l’esprit de camaraderie - La vérité est subordonnée aux règles du groupe chez les fusiliers marins" (thèse d’une juriste à la suite d’un incident en Irak en 2003), "Les Néerlandais honorent leurs parents, même s’ils se disputent tout le temps"

de Volkskrant (centre gauche) : "Les Eglises chrétiennes en mission - Le nouvel élan missionnaire doit surtout viser les non-croyants", "Ce sont surtout les plus de cinquante ans qui savent encore ce que c’est que le patinage"

De Telegraaf (populaire) : "Appel du pied de Verdonk à Wilders - ’Voyez ce qui se passe avec les criminels polonais, roumains et bulgares’", "Un père et sa fille tombent dans un ravin" (sports d’hiver)

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Tribunal Hariri}
"Les Pays-Bas auront un tribunal international de plus", écrit le Trouw (p.11) de samedi. "Le tribunal qui jugera les suspects du meurtre de l’ex-premier ministre libanais Rafik Hariri sera établi à Leidschendam, a décidé le gouvernement hier. Le tribunal siègera dans l’ancien bâtiment du Service général de renseignement et de sécurité."
"L’ancien premier ministre libanais est mort dans un attentat à Beyrouth, en 2005. Hariri était populaire à cause de ses efforts pour reconstruire son pays après la guerre civile qui l’a ravagé de 1975 à 1990. Il s’opposait à la grande influence que la Syrie y exerçait. La mort de Hariri a provoqué de vives protestations au Liban. Une partie de la population et de la classe politique a accusé la Syrie d’être impliquée dans le meurtre."
"Les préparatifs pour le tribunal de Leidschendam commenceront probablement dans le courant de l’année 2008. Le tribunal devra démarrer en 2009 et son mandat durera jusqu’en 2014. Les Pays-Bas hébergent déjà le Tribunal pénal international, la Cour internationale de justice, le Tribunal pour l’ex-Yougoslavie et la Cour spéciale pour la Sierra Leone. Le tribunal Hariri sera le premier tribunal de l’ONU à se pencher sur le terrorisme plutôt que sur les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité."

ACTUALITE INTERIEURE

Rita Verdonk}

"Rita Verdonk pousse à la formation d’un bloc de droite avec Geert Wilders", rapporte le Telegraaf dans son grand article à la une. "La fondatrice de Trots op Nederland [Fiers des Pays-Bas] déclare même qu’elle croit en la possibilité d’un gouvernement avec le PVV. ’J’entrerais volontiers dans une coalition avec le PVV’, révèle la politicienne dans une interview au Telegraaf, rompant ainsi l’isolement politique du PVV, que les autres partis évitent à cause de sa position intransigeante sur l’islam."
"Verdonk souligne cependant les différences entre elle et Wilders. ’Je trouve qu’il dépasse certaines bornes, car l’interdiction du Coran n’est pas la solution au problème des jeunes Marocains. Pour moi, la Constitution est le fil directeur. Geert veut l’adapter et moi je pense qu’elle est largement suffisante. Mais il n’a pas froid aux yeux, il monte au créneau. Je comprends très bien que cela plaise aux gens’."
"Selon l’ancienne ministre, le gouvernement actuel, avec sa ’politique glissante’, crée de nouveaux problèmes avec les étrangers, problèmes qui nous gêneront pendant des décennies. ’Voyez ce qui se passe avec les Polonais et ce qui va se passer avec les Roumains et les Bulgares, qui sont souvent criminels’, prévient Verdonk. ’On constate chez les Néerlandais le même sentiment qu’au début des années quatre-vingts. Les gens s’effraient du grand nombre de nouveaux venus. On dirait que la leçon n’a absolument pas été retenue’, dit l’ancienne ministre VVD de l’Immigration et de l’Intégration."
"Verdonk critique sa successeure, la ministre PvdA Ella Vogelaar, qu’elle juge ’faible’ et ’politiquement correcte’. ’Vogelaar croit qu’on s’en sortira en prenant une tasse de thé’."
"La recherche de sponsors se déroule bien, selon Verdonk. ’Les engagements pris sont de l’ordre d’un million’, dit-elle."
L’entretien avec Mme Verdonk figure en page 5.

Geert Wilders}

Dans le Volkskrant (pp.1 et 3), le député Geert Wilders estime que le gouvernement exerce sur lui une pression inadmissible pour qu’il renonce à son projet de film sur le Coran. Le leader du PVV parle de "pure intimidation politique".
"Vendredi, le Ministère public a fait savoir que ce n’est qu’en janvier qu’il prendra une décision sur les nombreuses plaintes déposées contre Wilders à la suite de la tribune qu’il a publiée dans le Volkskrant en août et dans laquelle il prônait l’interdiction du Coran", souligne le journal de centre gauche. "Ce calendrier n’est pas aléatoire, dit Wilders. Il a tout à voir avec l’annonce qu’en janvier il diffusera son film sur le Coran. ’Ce report sert à accroître la pression pour que je renonce à la diffusion’, affirme Wilders. ’Le gouvernement mobilise tout simplement le Ministère public contre moi ! C’est inouï. C’est contraire à la séparation des pouvoirs’. Dans une interview au Volkskrant, Wilders avait déjà décrit comment les médias ont eu vent de son film, le mois dernier."
"Wilders : ’Je suis allé voir Joustra (coordinateur de la lutte contre le terrorisme, réd.) à l’époque, à cause de ma protection. Le lendemain, j’ai été convoqué par Hirsch Ballin. Il prétend que c’est moi qui ai demandé cet entretien, mais c’est un gros mensonge. Durant cet entretien, en présence de la ministre Ter Horst (Intérieur), Hirsch Ballin m’a fait comprendre très clairement que je risquais des poursuites pénales. Je trouve qu’un tel avertissement adressé à un député qui n’a rien fait de mal est inconvenant.’ ’Ensuite la justice a ébruité la nouvelle. Cela ne m’arrangeait pas du tout. J’avais l’intention d’annoncer la nouvelle au moment où j’allais quitter le pays pour quelques semaines. Il s’agit tout bonnement de poursuites politiques’."
A propos de sa rivale Rita Verdonk, Geert Wilders dit en page 3 : "Où est-elle donc ? Où était Rita Verdonk durant le débat sur l’Uruzgan ? Je sais qu’en tant que député indépendant on ne peut pas être partout. Je le comprends très bien. Mais c’était une question de vie ou de mort. Il fallait expliquer ce qu’on en pense et pourquoi.
L’expliquer aux parents des militaires morts. D’autres trouveront encore indubitablement la mort. Nous en sommes tous responsables. On ne s’acquitte pas de ça par le biais d’un porte-parole’."

Jan Peter Balkenende}

Dans le cahier Zaterdag &cetera du NRC Handelsblad du week-end, le premier ministre CDA Jan Peter Balkenende parle de ses quatre gouvernements avec le journaliste Coen van Zwol.
Question de Van Zwol : "Vous avez dirigé quatre gouvernements. Peut-on les comparer ?" Réponse du premier ministre : "C’est difficile. Sous Balkenende I nous avions des problèmes avec la LPF, plus tard avec le D66. Mais au centre de ces trois gouvernements il y avait la relation entre le CDA et le VVD. Nous nous trouvons maintenant dans une autre phase, mais ne portons pas de jugement sur un bâtiment entouré d’échafaudages car un tel bâtiment ne paie pas encore de mine. Mais j’ai apprécié que ce gouvernement, au moment de sa formation, ait dit : bon, nous gardons les réformes antérieures et nous allons de l’avant."
"Il y avait beaucoup de commentaires positifs sur Balkenende IV au début, peut-être même trop. Ensuite ont suivi les critiques. Nous avons eu un débat difficile sur le droit de licenciement ; nous l’avions d’ailleurs prévu, c’est pourquoi nous avons placé une formule très réservée sur ce point dans l’accord de gouvernement. Voyez les autres dossiers : le Traité modificatif de l’UE, l’Uruzgan, la préparation du budget, les accords avec les communes et les provinces, l’amnistie des demandeurs d’asile, la mobilité. Maintenant qu’il est Noël, je peux revoir notre action : le droit de licenciement s’est avéré un dossier difficile, dans les autres domaines le gouvernement a fait ce qu’il devait faire."
"Réussirez-vous à boucler cette législature ?" "Je l’espère bien. Je crois que tout le monde a besoin d’un mandat complet, même les partis d’opposition. Balkenende I avait des origines très spéciales, Balkenende III s’est formé parce que le D66 a fait sauter le gouvernement. Mais dans l’ensemble il y avait vraiment beaucoup d’élections ces dernières années."

Procès Holleeder}

"Le Ministère public n’a pas subi de nouvelle avarie", souligne le Trouw de samedi à la une, faisant allusion à l’échec du procès des Hells Angels. "Le tribunal de Haarlem a condamné hier Willem Holleeder à neuf ans de prison. Le Ministère public est extrêmement satisfait de la condamnation de Holleeder, bien que les procureurs Koos Plooij et Saskia de Vries aient requis douze ans. Le jugement rendu n’est guère pétillant, mais il est solide et précis. Pour le Ministère public c’est un encouragement dans la lutte contre le crime organisé." "La lutte contre les Hells Angels a échoué pour le moment, mais la grande enquête sur Holleeder, les extorsions et le blanchiment de fonds dans l’immobilier amstellodamois est une réussite jusqu’à nouvel ordre. Le Ministère public va poursuivre son action selon les deux lignes qu’il a annoncées : la résolution des liquidations dans la pègre - dossier dans lequel figure aussi le nom de Holleeder - et la lutte contre les ’faciliteurs’, c’est-à-dire les fonctionnaires, notaires ou avocats, qui aident les criminels" (également de Volkskrant p.1, AD Haagsche Courant p.1, NRC Handelsblad p.1, De Telegraaf p.3 de samedi).

AFFAIRES FRANÇAISES

Dans le Trouw (p.11) de samedi, Marijn Kruk, sous le titre "Il y a vraiment plus que la baguette et Sartre", revient à l’article critique du magazine américain Time sur la culture française et les réactions dans la presse de l’Hexagone.

Ce matin, le Volkskrant (p.7, Ariejan Korteweg) publie un portrait de Marc Ladreit de Lacharrière, fondateur de "Culture et Diversité", qui consacre une partie de sa fortune à des projets culturels.
Le Financieele Dagblad (p.2) évoque le groupe Bic et annonce le décès de l’écrivain Julien Gracq.

Dernière modification : 19/08/2008

Haut de page