Presse néerlandaise du lundi 26 février 2007

Un groupe de personnalités connues demande au nouveau gouvernement néerlandais d’intensifier son action pour un meilleur environnement. Dans un manifeste que le Volkskrant publie aujourd’hui en page d’opinion, l’écrivain Geert Mak, le footballeur Khalid Boulahrouz, l’ancien astronaute Wubbo Ockels et d’autres s’inquiètent du réchauffement de la Terre et estiment que le temps est venu de commencer une "révolution verte". Les Pays-Bas ont tout lieu d’en prendre l’initiative, par sens de la responsabilité, mais aussi dans leur propre intérêt, selon les signataires.

de Volkskrant (centre gauche) : "La classe politique critique vivement Wilders - Le leader politique du PVV s’en prend de nouveau aux responsables ayant une double nationalité", "Manifeste : les temps sont mûrs pour une ’révolution verte’", "Les jeunes juifs peuvent découvrir Israël gratuitement" (correspondance de Jérusalem)
Trouw (chrétien progressiste) : "Des étudiants sont la cible d’attentats - Des centaines de morts à Bagdad et Habbaniya, en dépit du plan de sécurité"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "La fumée est souvent dangereuse - Les mesures atmosphériques effectuées lors des incendies ne montrent pas toujours les risques"
De Telegraaf (populaire) : "Des milliers d’infarctus sur les pistes de ski - Les Néerlandais sont un groupe à risque", "Une montagne de chaussures en Uruzgan" (collecte pour les jeunes Afghans)

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Wilders

"Geert Wilders, le leader politique du Parti de la Liberté (PVV) s’est attiré l’ire d’une grande partie de la classe politique haguenoise en annonçant qu’il déposerait une motion de censure contre les secrétaires d’Etat Aboutaleb et Albayrak", écrit le Volkskrant dans son grand article à la une. "Wilders a l’intention de la déposer jeudi, lors du débat sur la déclaration de politique générale du gouvernement."
"Le leader de la ChristenUnie, André Rouvoet, qui fait partie de la même équipe qu’Aboutaleb et Albayrak, qualifie les propos de Wilders d’’étrangers aux normes de la décence parlementaire’. Henk Kamp (VVD) estime que les deux secrétaires d’Etat remplissent une fonction d’exemple. ’Quand on se met les gens à dos cela peut avoir un effet de boomerang’, selon Kamp. La députée CDA Mirjam Sterk parle de ’politique vulgaire’."
"Wilders, dans une interview publiée le week-end dernier par le NRC Handelsblad , a déclaré qu’Aboutaleb et Albayrak ne pouvaient pas faire partie du gouvernement parce qu’ils ont une double nationalité. Aboutaleb, le nouveau secrétaire d’Etat aux Affaires sociales, a également un passeport marocain. Albayrak, qui est notamment en charge de la politique des étrangers dans le nouveau gouvernement, possède également un passeport turc."
"Aboutaleb est resté laconique face aux propos de Wilders. ’C’est leur bon droit’, a-t-il dit lors d’une réunion de parti à Veendam. Mais il a ajouté que normalement, une telle motion est déposée contre des politiques dont l’action laisse à désirer. Aboutaleb et Albayrak n’ont pas encore agi officiellement - ils ont prêté serment jeudi."
"C’était la deuxième fois en trois jours que Wilders recherchait la confrontation avec le nouveau gouvernement. Plus tôt, il avait critiqué la nouvelle ministre de l’Intégration Ella Vogelaar parce qu’elle n’est pas partisane de l’interdiction absolue de la burqa. Vogelaar estime que ce voile ne doit être interdit que pour celles qui exercent une fonction publique ou un métier dans lequel les contacts humains sont importants, comme les soins et l’enseignement. Sur ce, Wilders a annoncé qu’il déposerait un projet de loi visant à interdire le voile."
"Wilders semble profiter électoralement de cet émoi. Dans un sondage d’opinion effectué par Maurice de Hond durant le week-end, le Parti de la Liberté est à quatorze sièges, cinq de plus que le nombre actuel. Mais le parti ne présente pas de liste aux élections provinciales du 7 mars. On s’attend donc à ce que le VVD en profite. Le CDA et le PvdA descendent respectivement à 33 et 27 sièges dans le sondage. Ils ont actuellement 41 et 33 sièges à la Deuxième Chambre" (également De Telegraaf p.3, AD Haagsche Courant p.7).

Actualité internationale

Visite d’Etat de la Reine Beatrix en Turquie

"Ben Bot, ancien ambassadeur des Pays-Bas à Ankara (1986-1989), a quitté la semaine dernière ses fonctions de ministre des Affaires étrangères", rappelle le Volkskrant dans le chapeau d’un entretien avec le diplomate de carrière. "Il a été contraint de laisser la visite d’Etat en Turquie, qu’il a préparée, à son successeur débutant Maxime Verhagen, qui est très sceptique concernant l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Bot : ’La Turquie est le seul pays avec lequel nous avons entretenu des relations diplomatiques ininterrompues depuis 1612, à travers guerres et coups d’Etat’."
Question du journal : "Si les relations sont tellement bonnes, pourquoi les trois dernières reines ne sont-elles jamais allées à Ankara ?" Réponse de Bot : "Je pense que personne n’en a jamais eu l’idée. Il faut ajouter qu’après la Deuxième guerre mondiale, pratiquement chaque décennie a été marquée par un coup d’Etat des militaires. Avec les meilleures intentions, au demeurant, pour garantir la philosophie d’Atatürk concernant l’Etat séculier. Ils rendaient le pouvoir dans un délai d’un an. Parce que ces gouvernements ne peuvent pas être considérés comme démocratiques suivant les critères occidentaux, les nôtres hésitaient à y envoyer la Maison Royale. J’ai trouvé que c’était une lacune à combler."
S’agissant des négociations avec l’Union européenne, Bot déclare : "Les négociations d’adhésion ont commencé sous une présidence néerlandaise et je m’interroge par conséquent sur le partenariat auquel aboutit le nouveau gouvernement. Les Turcs ont toujours dit qu’il est inacceptable." L’ancien chef de la diplomatie néerlandaise juge "grave" que le pourcentage de Turcs en faveur de l’adhésion à l’UE soit descendu de 80 à 50. "L’UE profitera d’une zone tampon dans une région volatile, pas seulement à cause de sa situation stratégique mais aussi parce que c’est un pont vers l’Orient. Ce sera aussi un important signal pour le monde musulman si la Turquie devient membre. Et si elle ne le devient pas ce sera interprété à tort comme une motion de défiance vis-à-vis des musulmans."
"L’an dernier, le leader PvdA Wouter Bos avait encore accusé le président du groupe parlementaire CDA, Verhagen, d’islamophobie", rappelle le Financieele Dagblad à la une. "Chaque fois que Verhagen parlait de l’islam, des musulmans et de la Turquie, il évoquait seulement les aspects négatifs, selon Bos. Il sera donc intéressant de voir quelle attitude Verhagen adoptera cette semaine en Turquie."
"Le porte-parole de Verhagen dément que son ministre soit fondamentalement opposé à l’adhésion de la Turquie à l’UE. ’Verhagen, en tant que président du groupe et maintenant en tant que ministre des Affaires étrangères, trouve que la Turquie doit satisfaire scrupuleusement à tous les critères d’adhésion. C’est valable pour tous les candidats, en ce qui le concerne’."
"La visite d’Etat de la Reine Beatrix en Turquie a lieu sous une mauvaise étoile", fait valoir Hendrik Jan van Oostrum en page 3 du journal d’affaires. "Beaucoup de Néerlandais sont contre l’adhésion de la Turquie à l’UE."

Réunion de la ChristenUnie

"La ChristenUnie, en tant que plus petit parti de la coalition, va adopter une attitude totalement différente de celle du D66, qui a occupé une position comparable dans le gouvernement, les dernières années", retient le Financieele Dagblad (p.4) de la réunion d’information des membres de la ChristenUnie tenue samedi à Lelystad. "Le D66 se heurtait régulièrement à ses partenaires de coalition et il a fini par provoquer la chute de Balkenende II. Le parti d’André Rouvoet veut surtout être fiable et contribuer à la stabilité du gouvernement, a souligné le président du groupe parlementaire, Arie Slob." "La ChristenUnie considère le D66 comme son antagoniste idéologique, surtout concernant les thèmes médico-éthiques. ’Arrêtons de parler du D66. Ce parti a reçu beaucoup trop d’attention. Nous sommes un parti fiable et nous le montrerons’, a déclaré Slob."
"La base s’est montrée très satisfaite de l’accord de gouvernement avec le CDA et le PvdA, samedi." "C’est la première fois que la ChristenUnie assume des responsabilités gouvernementales." "Le vice-premier ministre Rouvoet a fait valoir à sa base que le parti devait être ’content et reconnaissant’. ’Ce n’est pas tant un vainqueur que vous avez devant vous, mais un politique chrétien étonné’, a-t-il dit dans son discours."
"Aucun membre n’a abordé le mariage homosexuel ou l’euthanasie. Un seul a parlé de l’avortement. Un membre de Heemstede a demandé : ’Dieu tout-puissant peut-il bénir ce gouvernement si l’on ne supprime pas l’avortement ?’ Rouvoet a répondu que l’abrogation de la loi sur l’avortement ne serait guère un soulagement, car elle déboucherait probablement sur 33 000 avortements illégaux. Il a rappelé que la ChristenUnie se propose de prendre des ’mesures plus positives’, comme l’enregistrement anonyme des raisons d’avorter. Cela a entraîné de grands applaudissements dans la salle."

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Volkskrant (p.5) rend brièvement compte de l’allocution prononcée par Jean-Marie Le Pen à Lille : "Le Pen estime que les étrangers sont la cause de la pauvreté".
Sur le plan touristique on retiendra un article de deux pages sur Marseille, dans l’Algemeen Dagblad de samedi (cahier reiswereld).

Dernière modification : 25/01/2010

Haut de page