Presse néerlandaise du lundi 27 mai 2002 

La position de la Liste Pim Fortuyn
concernant les immigrés en situation illégale a inspiré un grand titre samedi
et elle en fournit trois ce matin, après un week-end de confusion sur la
question.

La mort de Bart de Graaff, fondateur et figure de proue de
l’organisation de radiotélédiffusion BNN, est également annoncée à la une
de tous les quotidiens. Bart de Graaff était âgé de 35 ans. 

Trouw  : "La LPF sème la confusion à propos du
pardon pour les clandestins", "Un avion taiwanais éclate en vol"

Algemeen Dagblad
 : "La LPF : pas de ’pardon’ pour les clandestins – Correction après les
réactions furieuses des adhérents", "Un
petit homme au grand talent
– Bart de Graaff est mort"

De Telegraaf
 : "’Seuls les clandestins modèles pourront rester’ – La LPF :
pardon pour 10 000 personnes au plus", "Bart
savait qu’il n’avait aucune chance
"

de Volkskrant
 : "Duivesteijn : la gauche doit former un bloc", "L’Abvakabo
prône la modération
salariale" 

* * * 

Le dossier du jour
 :  Liste Pim Fortuyn  

" Le CDA et le VVD ne sont
pas partisans d’un pardon général ou spécifique pour les clandestins des
Pays-Bas
", annonce le Trouw
dans son grand article à la une, ce matin. " C’est ce qu’ils ont fait comprendre à la suite des propos confus
concernant un tel pardon, émis en milieu LPF
."

"Le numéro deux du groupe parlementaire LPF, le député
Hoogendijk, a suscité l’impression, hier, que son parti voulait accorder un
permis de séjour à tous les clandestins, mais la
députée Zeroual a fait savoir plus tard que le groupe maintenait sa position
antérieure : un pardon pour les clandestins qui séjournent aux Pays-Bas
depuis plus de cinq ans, parlent le néerlandais et ont un casier judiciaire
vierge
. La tête de liste Fortuyn avait lancé cette proposition quelques
jours avant son meurtre. Selon lui, il s’agissait d’environ 6 000
personnes."

"Le leader de la LPF, Herben, avait déclaré dans le Volkskrant,
samedi, qu’il s’agissait de 7 000 à 12 000 personnes. Le journal suggérait
que Herben envisageait un pardon pour tous les clandestins. Hoogendijk avait
renforcé cette impression hier, durant le programme télévisé Buitenhof.
Selon lui, il s’agissait d’admettre environ 100 000 personnes. ’Nous
voulons rendre ces personnes transparentes et partir de zéro’, a-t-il déclaré.
Après le pardon, la nouvelle loi sur les étrangers serait appliquée très
strictement."

" Le CDA et le VVD veulent,
tout comme la LPF, durcir la politique d’asile et limiter drastiquement le
regroupement familial et le mariage allochtone
." "Le durcissement
de la politique d’asile que préconisent les trois partis concerne les
demandeurs d’asile qui se présentent sans papiers d’identité. Selon le CDA
Wijn, il faudrait les exclure de la procédure d’asile si leur identité ne peut
pas être établie dans un délai de cinq ou six mois."

" Les
leaders des groupes parlementaires des trois partis entament aujourd’hui les négociations
en vue d’un accord de gouvernement
. Hoogendijk s’est prononcé sans réserve
pour le leader CDA Balkenende comme premier ministre. Initialement, la LPF avait
manifesté une légère préférence pour le libéral Wiegel. Selon le nouveau
parti, les portefeuilles de ministre pourraient être répartis entre les trois
partis suivant la clé 5-5-5." " La
LPF a une préférence pour les ministères de la Justice, de la Santé publique
et de l’Education
. Hoogendijk estime que les secrétaires d’Etat devraient
avoir la même couleur politique que leur ministre. Il a qualifié l’avocat
Spong de bon candidat à la Justice."

 

Actualité internationale 

Tournée
européenne de Bush

La visite officielle en France du président
américain George W. Bush, dans le cadre de sa tournée européenne, fait
l’objet de quelques correspondances factuelles ce matin.

" Le nouveau gouvernement
français de centre droit semble moins critique vis-à-vis de la politique de sécurité
de Washington que le précédent gouvernement de gauche de Lionel Jospi
n",
écrit le Telegraaf (p.5). quot ;Paris
soutiendrait en principe la proposition de Bush de confier à l’OTAN une tâche
supplémentaire dans la lutte contre le terrorisme
."

"A Paris et Caen, des milliers de
personnes sont descendues dans la rue pour protester contre ’la politique
commerciale et de sécurité impérialiste’ de l’Amérique. Quelques centaines
de personnes ont d’autre part manifesté contre la peine de mort aux
Etats-Unis."

Pour l’éditorialiste du Volkskrant ,
" les Etats-Unis déterminent
l’agenda international
". "La tournée européenne de Bush le
montre clairement, qu’il prenne la parole à Moscou ou à Berlin. Durant son
intervention au Reichstag [sic], le président américain a loué les membres
européens de l’OTAN pour leur soutien à la lutte contre le terrorisme et
conjuré la peur d’une Amérique unilatéraliste. Mais d’un autre côté il a
fait comprendre qu’il était déterminé à élargir sa campagne antiterroriste
aux pays qui menacent le monde démocratique avec des armes de destruction
massive. Il a prévenu les Européens qu’il ne fallait pas penser qu’on peut
lutter contre cette menace par des ’vœux pieux’ et il leur a fait valoir que
les terroristes connaissent aussi la carte de l’Europe. Sur ce dernier point,
Bush a raison. Les pays d’Europe doivent
aussi prendre conscience du danger du terrorisme et des armes de destruction
massive, et lutter contre ce danger
."

" Bush a montré deux visages
durant la première étape de sa tournée européenne
. D’un côté, il a essayé de rassurer les partenaires européens, de
l’autre il s’est manifesté en tant qu’homme qui ne se laissera pas détourner
de sa mission
."

"Il a promis à ses alliés de les
consulter avant d’entrer en action contre l’Irak. Ils devront lui faire tenir sa
promesse et lui poser les mêmes questions prégnantes sur la faisabilité d’une
telle action que la direction des forces armées américaines." 

Pays
Visegrad

" L’élargissement de l’Union
européenne ne concerne plus la prospérité économique, mais la surveillance
du Fort Europe
", relève le Volkskrant
(p.5). " En visite à Trencin, en
Slovaquie, le premier ministre Kok a exprimé ses préoccupations concernant la
gestion par les pays candidats d’Europe centrale du contrôle de la nouvelle
frontière extérieure de l’Europe
." "Les trois premiers ministres
du Benelux se sont réunis à huis clos avec les chefs de gouvernement des pays
Visegrad – la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la Tchéquie."

"Lorsque les pays Visegrad adhéreront en 2004, avec peut-être six
autres candidats, un mur de plus de mille kilomètres devra protéger le Fort
Europe. ’Ce sera une énorme entreprise’, déclare le ministre démissionnaire
des Affaires étrangères, Van Aartsen, qui accompagne Kok."

"Les développements en Europe – la stagnation économique,
l’agitation politique et le problème de l’immigration – désavantagent les
pays Visegrad, qui s’inquiètent du rythme de l’élargissement. Les négociations
sont très avancées sur le plan social et économique, mais les thèmes de
l’immigration et de la sécurité ont reçu toute priorité. Cela peut être un
facteur de ralentissement pour les pays Visegrad. C’est l’une des raisons pour
lesquelles le premier ministre slovaque Dzurinda a fait venir ses collègues du
Benelux."

"Le premier ministre belge Verhofstadt
est le seul à se prononcer sans équivoque pour l’élargissement. ’Les pays de
l’Union européenne actuelle bénéficieront d’une croissance économique supplémentaire
d’environ un pour cent. Et l’intégration européenne peut résoudre le problème
de l’immigration, à long terme. Prenez des pays comme l’Espagne, le Portugal et
la Grèce. De pays d’émigration, ce sont devenus des pays d’immigration après
leur adhésion’."

 

Actualité
intérieure 

Gauche

" Les quatre partis
progressistes de la Deuxième Chambre doivent conclure un accord faisant
contrepoids à l’accord de gouvernement de centre droit
", note le Volkskrant
dans son grand article à la une. "Ils doivent même désigner des
porte-parole communs dans les domaines importants. Le
vice-président du groupe parlementaire PvdA,
Adri
Duivesteijn, lance aujourd’hui un appel à cet effet
, dans une interview à
ce journal. "L’opposition doit ainsi montrer une alternative à la
politique d’un nouveau gouvernement qui, de l’avis de Duivesteijn, engagera un
processus de durcissement social. Si
nous ne montrons pas le poing maintenant, nous abandonnerons les Pays-Bas aux
conservateurs’
."

"Quand on fait le tour des trois partenaires visés, GroenLinks, le
D66 et le SP, on recueille des réactions mêlées. Seul le leader GroenLinks Paul Rosenmöller souscrit pleinement à la
tendance à engager une coopération progressiste intensive
."
"Thom de Graaf, leader du D66, n’est absolument pas favorable aux projets
du PvdA et de GroenLinks." "Jan Marijnissen, leader du seul parti
progressiste qui ait réussi à gagner des sièges aux élections (le SP est
passé de 5 à 9 sièges), n’était pas joignable durant le week-end. Dans le
passé, il s’est souvent plaint du fait que le PvdA refusait de soutenir des
motions de son Socialistische Partij, même lorsqu’il en approuvait la teneur.
D’un autre côté, il s’est opposé à l’intégration poussée des partis
progressistes ’à gauche’."

" Duivesteijn, dans son
interview, plaide aussi en faveur d’une discussion ouverte sur le leadership, au
sein du PvdA
. Il faut élire le nouveau leader politique par le biais d’une
consultation des membres."

Le choix d’un nouveau leader du PvdA donne
lieu à de solides discussions internes depuis quelques jours, rappelle le
journal de centre-gauche. "Après le retrait d’Ad Melkert, Jeltje van
Nieuwenhoven a repris ses fonctions, mais elle a fait savoir que c’était à
titre temporaire." 

Balkenende

" Jan Peter Balkenende doit
en partie sa victoire électorale aux ’amateurs de confort’ qui s’intéressaient
à peine la politique jusqu’à présent
", rapporte le Trouw
de samedi à la une. "Le leader du CDA s’avère remarquablement populaire
parmi la base de la LPF. C’est ce qui ressort 
d’une enquête du bureau Motivaction. Les
électeurs qui, en règle générale, ne se rendent pas aux urnes, ont voté
pour le CDA de Balkenende ou pour la Liste Pim Fortuyn, le 15 mai
."

"Il ressort d’un sondage d’opinion effectué par Motivaction, cette
semaine, que Balkenende est plus populaire parmi les électeurs de la LPF que
parmi le reste de la population. des
électeurs de la LPF interrogés désignent Balkenende comme le politique le
plus attrayant, contre 37 % des électeurs non-LPF
."

"Selon Motivaction, Balkenende, à
l’inverse des partis de la coalition Paars, était sensible à l’univers des
citoyens et à leur insatisfaction. Les partis de Paars et les pouvoirs publics
ont suivi le Sociaal en Cultureel
Planbureau
, qui étudie surtout le climat socio-économique des Pays-Bas. Le
bureau d’études Motivaction estime que les pouvoirs publics devraient aussi
faire procéder à des études socio-psychologiques."

Notons dans ce contexte que, selon l’ancien président
du CDA Marnix van Rij, le retour au pouvoir du parti chrétien-démocrate risque
d’entraver sa rénovation."Il y a de très grandes chances que le CDA
devienne maintenant un parti de ’resserrez les rangs, taisez-vous et suivez le
leader car c’est lui qui s’occupe
des jobs’", a confié Van Rij au NRC Handelsblad
de samedi (pp.1 et 27). 

Economie,
Finances 

Modération
salariale

"Le nouveau gouvernement, le patronat et les syndicats doivent
conclure un accord de modération salariale", rapporte le Volkskrant
à la une. "Les salariés doivent être prêts à perdre du pouvoir
d’achat. C’est ce que déclare Guus van Huygevoort, qui reprendra mardi la présidence
de l’Abvakabo FNV, le deuxième syndicat des Pays-Bas, avec 360 000
membres."

"La semaine dernière, c’était Nout Wellink, le président de la
Banque des Pays-Bas, qui appelait à suivre la ligne zéro dans les conventions
collectives. Pour les syndicats, le niveau de l’inflation est pour l’instant le
minimum des revendications salariales. Ce n’est que dans des cas exceptionnels
que le mouvement syndical est disposé à revendiquer moins. Cela a été le cas
à l’échelle nationale après l’Accord de Wassenaar, en 1982, et après
l’Accord Een Nieuwe Koers [un nouveau cap], en 1993. La réduction du temps de
travail était au centre de ces deux accords."

"Van Huygevoort propose maintenant un accord de modération
salariale. Il veut que le gouvernement promette de dégager quatre milliards
d’euros supplémentaires, les quatre prochaines années, pour améliorer les
conditions de travail dans les soins et l’enseignement. Van Huygevoort veut
d’autre part qu’on rehausse le minimum social. Avec le patronat, il veut aboutir
à des accords contraignants sur l’absentéisme et la réintégration des
malades et des inaptes au travail partiels. ’Jusqu’à présent, il s’agit
d’accords d’intention incontrôlables. Il faut les durcir’."

"Van Huygevoort reconnaît qu’il n’y a guère
de chances que le nouveau gouvernement dégage des fonds supplémentaires pour
les soins et l’enseignement. Le CDA est favorable aux recommandations de la
commission Van Rijn [en 2000], certes, mais le VVD veut dégager moins de fonds
supplémentaires et la LPF rien du tout. Abvakabo entrera alors en action,
menace Van Huygevoort : ’Si le gouvernement vire à droite, nous virerons à
gauche’."

 

Affaires françaises 

Les manifestationscontre le président Bush
sont également signalées par le Trouw
(p.5) et le Volkskrant (p.5).

La clôture du Festival de Cannes est évoquée
par le Trouw (pp.1 et 14) et le Volkskrant
(p.10), qui remarque dans son analyse : "Le 55e Festival de Cannes avait un
programme fort, mais pas de grand vainqueur. C’est pourquoi le jury a divisé le
prix entre un grand nombre de films. Les films primés partagent une caractéristique :
ils sont à forte teneur politique."

 A
signaler :

- Une interview du député VVD Frans
Weisglas, candidat à la présidence de la Deuxième Chambre : "C’est le
plus bel emploi en politique" ( Trouw
de samedi p.4).

- Une interview du député LPF Mat Herben :
"Balkenende est comme Fortuyn, un pédagogue avec un grand P" ( de
Volkskrant
de samedi p.3).

- Une interview du député SP Jan Marijnissen :
"Notre potion magique est un mélange d’enthousiasme, d’engagement et d’idéal"
( Algemeen Dagblad Reporter 5 de
samedi).

- Un article sur "le délabrement du français
et de l’allemand dans l’enseignement" néerlandais", dans le NRC Handelsblad
de samedi (p.26). "Les Néerlandais qui parlent bien le français et
l’allemand sont devenus rares. Il est à craindre que ces langues ne soient en définitive
condamnées, si on ne leur accorde pas rapidement une place de choix dans
l’enseignement. Cette peur est notamment partagée par Anne Gazeau-Secret,
l’ambassadeur de France aux Pays-Bas, et par son homologue allemand, Edmund
Duckwitz."

 

Dernière modification :

Haut de page