Presse néerlandaise du lundi 27 juin 2011

- Trouw (chrétien progressiste) : La Chine relâche de nouveau un dissident.

- De Volkskrant (centre gauche) : Conte de mille et une nuits au bord de l’Amstel.

- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Marquée au fer rouge par son maquereau.

- De Telegraaf (populaire) : Boîte noire dans les voitures de leasing.

* * *

AFFAIRES EUROPÉENNES

Croatie

Le Volkskrant de samedi titre à la une « l’UE admet prudemment la Croatie ». « L’UE a validé le processus d’adhésion de la Croatie à l’Union européenne, prévue pour le 1er juillet 2013. Le sommet européen a été ombragé par les problèmes financiers de la Grèce. Selon le Premier ministre, Mark Rutte, il est facile d’expliquer que l’UE accueille un nouveau pays tandis que l’Union est confrontée à la plus grande crise financière depuis son existence : ‘Nous devons dissocier les deux affaires. En ce moment, la Croatie remplit toutes les conditions. Nous devons respecter le processus d’adhésion. Si cela s’avère nécessaire, nous pouvons toujours intervenir dans l’intervalle.’ » Ce journal précise : « La France et les Pays-Bas ont notamment mis la pression pour que la Croatie soit bien surveillée jusqu’au moment de l’adhésion définitive. Ce pays doit continuer à lutter contre la corruption et la criminalité et respecter les droits de l’Homme. Bien que les Pays-Bas ne soient pas en faveur de dates fixes, l’UE a défini un calendrier strict. (…) Chaque pays peut ralentir le processus si les Croates ne tiennent pas leurs promesses. Dans le cas extrême, il pourra être renoncé à l’adhésion. La méfiance vis-à-vis de la Croatie vient du fait que La Haye, mais également Bruxelles, admettent que la Roumanie et la Bulgarie sont devenues membres de l’UE tandis que ces pays n’étaient pas encore prêts. Et que ces deux pays sont sur le point de faire partie de l’espace Schengen où les contrôles des frontières intérieures ont été levés. Non seulement ils doivent remplir les conditions techniques telles que le contrôle des frontières extérieures, mais aussi ils doivent répondre aux principes et normes fondamentaux. Pendant le Sommet, les chefs d’Etat et de gouvernement ont accepté la reprise, aux conditions strictes, des contrôles aux frontières intérieures des pays de l’espace Schengen afin de contrer un flux d’immigrants venant de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Grèce

Tandis que le Volkskrant de samedi consacre deux grandes pages au scénario le plus noir : la faillite de la Grèce, le Financieele Dagblad de ce matin ouvre sa une avec le titre « Accord français sur la dette grecque ». Le journal financier note : « Selon Le Figaro et The Wall Street Journal, la France serait le premier pays européen qui a su conclure un accord avec ses banques et ses assureurs sur la dette. Aujourd’hui le paquet sera discuté à Rome lors d’une réunion de l’IIF. (…) Le secteur financier français, le plus grand créditeur de la Grèce, promet de réinvestir 70% des dettes qu’a la Grèce auprès de ces institutions et qui arrivent à terme. En faisant cela, l’exigence des ministres des Finances européens qui souhaitent une contribution substantielle du secteur privé, serait satisfaite. Le journal précise que « Paris caresse l’idée que, maintenant qu’il y a un accord dans un des grands pays de l’UE, les autres pays pourront facilement convaincre leur secteur financier d’accepter une mesure équivalente » et note que « le ministère des Finances néerlandais n’a pas souhaité réagir hier. »

Interview du Premier ministre

A la question pourquoi M. Rutte a déclaré être convaincu de l’utilité d’une nouvelle action de soutien à la Grèce à l’issue du sommet européen, tandis que tous les Néerlandais ont fait connaître leur résistance, le Premier ministre répond qu’il partage cette résistance : ‘Moi non plus, je n’ai pas envie de dépenser davantage d’argent. Mais il faut regarder où se situent les intérêts des Pays-Bas. J’ai la conviction ferme qu’il est dans l’intérêt de nos épargnes, de nos retraites et de nos emplois d’aider la Grèce à se relever. C’est maintenant au parlement grec de voter les réductions budgétaires. On n’y arrivera pas sans mesures rigoureuses. Et il est de plus en plus clair que l’Europe n’accepte plus les demi-mesures. (…) Une faillite de la Grèce est également mauvaise pour l’Europe, pour les Pays-Bas et notre système bancaire. Nous devons donc prévenir une faillite, mais sous conditions. Il faut une contribution substantielle des banques, des assureurs et des fonds de pension ; le parlement doit avoir accepté toutes les réformes et le FMI doit donner son approbation.

Sur la reprise des contrôles aux frontières [des pays dans l’espace de Schengen], M. Rutte répond : ‘C’est une véritable percée et qui me réjouis. Lors de l’arrivée d’importants groupes d’immigrants, il sera possible de fermer les frontières en cas de circonstances exceptionnelles. Par la même occasion, il est important de renforcer les contrôles aux frontières extérieures. Frontex achètera désormais ses propres bateaux et avions.

S’agissant de la Croatie comme futur 28ème Etat membre de l’Union européenne, le Premier ministre affirme que les Pays-Bas sont d’accord à condition que ce pays remplisse toutes les exigences. ‘Je suis content que nous ayons réussi à reformuler ce point. Il est maintenant possible de prendre des mesures si la Croatie manque à ses obligations en cours du processus d’adhésion’. »


ACTUALITÉ INTÉRIEURE

Réductions budgétaires sur la culture

En prévision du débat qui a lieu aujourd’hui à la Deuxième Chambre à propos des 200M€ d’économies prévues dans le secteur culturel, des centaines d’artistes et d’amateurs d’art ont organisé une grande manifestation intitulée : « La marche de la civilisation ». Le Volkskrant de ce matin se demande si « Une manifestation peut encore arrêter les projets ». Entretemps, L’AD note que « Cette manifestation suscite l’agacement des partis de la coalition. Le député libéral (VVD), Bart de Liefde, estime que ce nom range toutes les personnes qui pensent autrement comme des barbares. La députée chrétienne démocrate (CDA), Marieke van der Werf, est également déçue. ‘Ce nom suggère que ces réductions marquent la fin de la civilisation. Je ne suis pas d’accord.’ Et le député PVV, Martin Bosma, s’indigne que ‘Ce nom implique que toutes les personnes qui critiquent les subventions pour l’art sont incultes’.

Dans ce contexte, le Volkskrant de samedi note sous le titre « 32M€ de moins pour la Wereldomroep (société de radiodiffusion internationale néerlandaise) », que « la Wereldomroep doit désormais exercer son unique tâche future(la diffusion de la parole libre) avec un budget de 14M€/an. Actuellement, la Wereldomroep dispose d’un budget de 46M€ du ministère de l’Enseignement. A partir de 2013, la société de radiodiffusion dépendra du ministère des Affaires étrangères. » Le journal précise que « la Wereldomroep aurait aimé conserver d’autres tâches, telles que l’information aux Néerlandais à l’étranger et la diffusion d’une image réaliste des Pays-Bas. Son directeur, Jan Hoek, estime que 250 personnes perdront leur emploi. » L’AD note à ce sujet que « 11000 personnes ont déjà signé une pétition pour le maintien des émissions néerlandophones ».

Santé

Dimanche, la ministre de la Santé Mme Schippers a déconseillé la consommation de graines germées crues de roquette, moutarde et fenugrec, à la suite d’intoxications à la bactérie E.coli survenues en France.


LA FRANCE DANS LA PRESSE NÉERLANDAISE

L’AD signale que six alpinistes français ont trouvé la mort hier.

A SIGNALER

Le Volkskrant de samedi publie un portrait du Secrétaire d’Etat à l’Agriculture, Henk Bleker.

L’AD de samedi publie une interview de Gerrit Zalm, ancien ministre des Finances et actuellement président du conseil d’administration de la banque ABN Amro (p10 et 11).

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 27/06/2011

Haut de page