Presse néerlandaise du lundi 29 septembre 2008

Les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg ont décidé de nationaliser partiellement la banque en difficulté Fortis, annonce l’ensemble de la presse à la une. Les Pays-Bas injecteront 4 milliards d’euros dans la banque, la Belgique 4,9 milliards et le Luxembourg 2,5 milliards. Chacun des trois Etats du Benelux prendra ainsi une participation de 49 pour cent dans les divisions bancaires de Fortis.
"Il n’y avait pas d’autre issue", a commenté le ministre néerlandais des Finances Wouter Bos, dans la nuit de dimanche. "Si nous ne l’avions pas fait, Fortis n’aurait peut-être pas survécu le lundi matin. Cet investissement n’est pas un tonneau sans fond."
La Deuxième Chambre est "prudemment satisfaite" de cet accord, selon le quotidien à grand tirage De Telegraaf.

De Telegraaf (populaire) : "L’Etat sauve Fortis – Les Belges revendront ABN Amro – Sommet fébrile sur le maintien de la banque, à Bruxelles", "’Je prélève chaque jour 250 euros’" (un client de Fortis)
de Volkskrant (centre gauche) "Les Pays-Bas et la Belgique achètent une partie de Fortis – Nationalisation partielle", "Le Congrès aboutit à un accord sur Wall Street"
Trouw (chrétien progressiste) : "Fortis en partie aux mains du Benelux - ABN Amro sera revendue" ; "La voie est libre pour un coup de balai dans les banques américaines", "Hollywood prend le deuil de Paul Newman (1925-2008)"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Bos investit quatre milliards dans Fortis – La banque d’assurance revend de nouveau ABN Amro", "Les yeux de Newman se sont fermés à jamais"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Russie – OTAN

"La relation avec nos partenaires occidentaux s’avère fragile, gâtée par de vieilles idées", affirme l’ambassadeur de Russie auprès de l’OTAN, M. Dmitri Rogozine, dans une interview au NRC Handelsblad de samedi (cahier Zaterdag &cetera), à propos du conflit géorgien. "Il faut améliorer fortement notre sécurité et celle de tous les pays européens."
La journaliste Petra de Koning : "Comment ?" M. Rogozine : "Nous devons débattre d’un nouveau système de sécurité commun (une idée déjà lancée par Medvedev en juin, réd.), basé sur la confiance réciproque." "Nous n’avons guère le choix. Voulons-nous continuer à marcher dans un champ de mines, ou voulons-nous déminer le champ ?"
"Pensez-vous que les pays occidentaux veulent maintenant un tel système de sécurité, à côté de l’OTAN ?" "Je ne sais pas ce qui devrait encore arriver pour en faire comprendre la nécessité. La sécurité de l’Europe est tellement fragile. Quelqu’un comme Saakachvili arrive au pouvoir, crie que la Russie est un monstre, l’Occident applaudit et dit : tenez, voici de l’argent et des armes. Quand on se dit un ennemi de la Russie, on vous soutient. C’est dangereux." "Cela débouche sur des antagonismes et des conflits. Regardez comment on considère maintenant l’OTAN dans mon pays."
A propos de la reconnaissance du Kosovo par des pays occidentaux et de la reconnaissance par la Russie de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, le diplomate russe dit : "Lorsque certains pays ont reconnu le Kosovo, il n’y avait plus de raison de le faire. Il n’y avait pas de menace d’extermination physique. Le Kosovo était autonome, le gouvernement serbe de Belgrade, qui était déjà devenu pro-occidental, ne se mêlait pas du Kosovo. Il y a un dilemme de principes : l’intégrité territoriale et le droit d’un peuple à l’autodétermination. La Russie estime que l’intégrité territoriale est plus importante, parce que la sécession débouche généralement sur une effusion de sang. Il n’y a qu’une exception : quand un peuple risque d’être exterminé. C’était le cas en Ossétie du Sud et en Abkhazie."
"Hier, j’étais à Berlin, j’ai eu des entretiens avec des membres du Bundestag et au ministère des Affaires étrangères. On m’a dit : vous avez fait la même chose lorsque la Tchétchénie a voulu faire sécession." "Je répondrai en disant tout de suite que la Russie a commis alors une terrible erreur, qui a coûté beaucoup de vies du côté tchétchène et du côté russe. La Russie n’a rien fait lorsque les extrémistes sont arrivés au pouvoir en Tchétchénie et Eltsine n’a rien trouvé de mieux à faire que d’y envoyer des troupes et des chars."
"Trouvez-vous toujours que les troupes géorgiennes ont commis un génocide en Ossétie du Sud ?" "Le génocide n’est pas seulement le massacre. Cela peut être un génocide lorsqu’un gouvernement rend les conditions de vie d’un groupe de population si intenables qu’il prend la fuite. Pourquoi les Géorgiens ont-ils bombardé en Ossétie du Sud des hôpitaux, des écoles, des boulangeries, des réservoirs d’eau ? Saakachvili voulait que les gens partent, il voulait leur pays."
"Il est vraiment dommage que les relations entre l’OTAN et la Russie soient victimes des caprices du gouvernement américain. A cause de la position adoptée par les Américains, l’OTAN ne joue plus de rôle dans ce conflit. L’OTAN est une autruche qui met sa tête dans le sable, de sorte que nous ne pouvons pas comprendre ce qu’elle veut dire. C’est ridicule, nous voyons un corps qui bouge et un derrière, mais quand nous disons quelque chose on ne nous répond pas. L’organisation est paralysée par des contradictions internes, de sorte que le président français Sarkozy est devenu le pacificateur au nom de l’Union européenne. C’est un héros."
"Quel sera selon vous le rôle de la Russie dans le monde, dans dix ou vingt ans ?" "Les Etats-Unis ne perdront pas leur rôle dominant, mais il y aura aussi d’autres grandes puissances. L’idée d’un monde unipolaire disparaît. La Russie rétablira son rôle historique en Europe et en Asie et deviendra le plus proche partenaire de l’UE."

ACTUALITE INTERIEURE

Aide au développement

Selon M. Peter van Lieshout, du Conseil scientifique pour la politique gouvernementale (WRR), l’aide néerlandaise aux pays pauvres doit devenir plus efficace. Durant le programme télévisé Buitenhof, hier, il a prôné un "pas en avant substantiel" de la politique de développement appliquée par les Pays-Bas. M. Van Lieshout, qui étudie l’efficacité de la politique néerlandaise de développement pour le WRR, estime notamment que les Pays-Bas feraient beaucoup mieux d’investire dans le développement économique du Nigeria que dans des projets d’aide dans de petits pays voisins comme le Togo et le Bénin. Avec ses réserves de pétrole et son sol fertile, le Nigeria dispose d’un potentiel de croissance économique. Les pays voisins en profiteront, selon le membre du WRR. M. Van Lieshout estime que l’Occident, pour la répartition de l’aide au développement, tient trop compte de la teneur démocratique des pays en développement (AD p.7).

Paysages
Le Volkskrant (p.3, ANP) signale la signature par les ministres Verburg (Agriculture) et Cramer (Aménagement du Territoire), avec des provinces, des communes, des organisations de protection de la nature, du touring-club ANWB et de l’association du bâtiment Bouwend Nederland, de "l’Accord d’Apeldoorn". Cet accord vise à mettre fin à la "dégradation des paysages" par l’extension des zones urbaines. Les 46 organisations qui ont apposé leur signature à côté de celles des deux ministres estiment que les paysages néerlandais doivent garder leur attrait visuel et que les valeurs historiques doivent être conservées.

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Telegraaf (p.9) de samedi a présenté le pont routier Gustave Flaubert, à Rouen.
Le Trouw (p.15) de samedi et le Financieele Dagblad (p.2) annoncent le départ de Jean-Cyril Spinetta à la tête d’Air France-KLM. 

A signaler :
Le ministre des Affaires sociales Piet Hein Donner, dans un entretien avec la féministe Cisca Dresselhuys publié dans le Trouw de samedi, fait savoir qu’il ferait volontiers des études de théologie et qu’il n’exclut pas de devenir pasteur à l’avenir. Pour le cas où il serait de nouveau sollicité pour un portefeuille de ministre, il préférerait les Affaires sociales à son précédent poste de ministre de la Justice.

Dernière modification : 20/10/2008

Haut de page