Presse néerlandaise du lundi 3 janvier 2011

- Trouw (chrétien progressiste) : L’Etat ne nous protège pas (Coptes)

- De Volkskrant (centre gauche) : Après le bricoleur polonais, le sans-abri polonais

- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Des feux d’artifice artisanaux entrainent deux morts

- De Telegraaf (populaire) : Des médecins ont mis au point un « test de santé » (test en ligne)

* * *

AFFAIRES EUROPÉENNES

Main d’œuvre polonaise

Le Volkskrant explique à la une que selon le Bureau Central de la Statistique (CBS), « sur les 18.000 sans abri que comptent les Pays-Bas, environ 10% sont des allochtones occidentaux ». Les centres d’accueils reçoivent de plus en plus de Polonais, « à tel point que l’Armée du Salut envisage d’organiser une aide au retour ». Cette organisation réfléchit en ce moment avec la mairie d’Amsterdam à la possibilité de financer un billet d’avion. « C’est l’échevin de La Haye Marnix Norder qui a été le premier à tirer la sonnette d’alarme sur ce problème, précise le Volkskrant. « Il a vu se multiplier le nombre de sans abri originaires d’Europe de l’Est et plaide en faveur d’un rapatriement, si nécessaire sous la contrainte. La Haye prévoit d’organiser d’ici peu un premier rapatriement à titre expérimental ».


ACTUALITÉ INTÉRIEURE

L’année 2011

Cette nouvelle année « sera placée sous le signe de la sévérité et de l’austérité », annonce le Trouw.

« Moins de paternalisme vis-à-vis de ceux qui ne violent pas la loi et plus de sévérité pour ceux qui le font, tel est le message du nouveau gouvernement ». Certes, l’interdiction de fumer dans les cafés-restaurants prévoit une marge de tolérance et la vitesse sur les autoroutes passera à 130 km/h au mois de mars, mais d’ores et déjà, « la tendance à la sévérité se remarquera dans les tribunaux : les personnes soumises à des peines de TBS (obligation de traitement en complément d’une peine de prison) qui tenteront de s’échapper lors d’une permission ne bénéficieront plus d’aucun droit de sortie pendant un an, les auteurs de violence contre les représentants de l’ordre ou des personnels d’ambulance se verront infliger une peine jusqu’à trois fois plus lourde et les parents devront obligatoirement assister au procès de leurs rejetons soupçonnés d’activités criminelles ». La presse relève dans ce contexte que les communes ont appliqué une politique de tolérance zéro dès la nuit de la Saint-Sylvestre, avec pour résultat une baisse de 25% des incidents et une augmentation de 20% des arrestations. Les personnes interpelées feront l’objet de « procédures de justice ultra rapides » et comparaitront dès mardi 4 janvier devant les tribunaux. Concernant les mesures d’austérité, « la nécessité de faire des économies se fera particulièrement sentir dans le secteur de la santé (contraception jusqu’à 21 ans seulement, couverture réduite des soins dentaires) et des carburants (augmentation des taxes). « Toutefois, tout n’est pas si sombre. L’assurance maladie apportera un soutien financier à ceux qui veulent arrêter de fumer et le budget personnel (géré par les patients) est finalement maintenu. Et à titre de consolation, la liste civile de la Maison Royale est de 305.000 Euros pour les dépenses privées en 2011. Cela ne touchera guère la Reine Beatrix : ses voyages sont toujours dans l’intérêt de la nation ».

Le Volkskrant voit de « nombreux pièges » en 2011 pour le Premier ministre M. Rutte. Parmi ceux-ci, notamment, la stabilité du PVV de Geert Wilders, la crédibilité de l’attelage PVV-Coalition (VVD-CDA) et l’influence des sondages sur la loyauté du PVV. Les auteurs de l’article ne voient « pas de risque au sein de son propre parti, le VVD ». Mais, « Mark Rutte n’est pas seulement chef de parti, il est également chef de gouvernement, et de ce point vue, il ne démarre pas sous une bonne étoile. Son gouvernement est confronté à l’opposition du patronat, du SER (Conseil Economique et Social), des syndicats, de la télévision publique, voire, à ce que l’on dit, de la Reine ». Le parti chrétien-démocrate CDA, « traditionnellement un modèle de stabilité, est devenu un facteur de risque. (…). Il est divisé, la vieille génération tempête et la nouvelle génération a connu des pertes (Eurlings, Klink). Quant aux électeurs, les sondages montrent qu’ils boudent toujours le CDA. (…) Rétablir la confiance, gérer la relation avec Wilders et gouverner de façon convaincante, voilà quelques éléments de la mission presque impossible » qui attend la coalition pour les années à venir.

Justice

Le Telegraaf publie une interview du secrétaire d’Etat à la Sécurité et la Justice, M. Fred Teeven, sous le titre « grâce à la tolérance zéro, l’année a commencé plus paisiblement ».« Après une nuit passée avec la police dans les quartiers à problèmes de La Haye, M. Teeven conclut que la prévention dans les quartiers et la tolérance zéro ont permis de passer une Saint-Sylvestre tranquille, où la police est restée maître de la situation. Teeven, surnommé crimefighter lorsqu’il était procureur, est satisfait de sa politique de riposte immédiate et entend la poursuivre l’année prochaine ». M. Teeven a apprécié les initiatives de prévention au niveau des quartiers, où des « vandales potentiels ont été sermonnés par des personnes d’origine marocaine ou turque et où le calme a été maintenu ». Le secrétaire d’Etat constate que « la nouvelle loi sur le football de la Haye – imposant aux hooligans une interdiction d’accès à certaines zones et une obligation de se présenter à la police – a été appliquée avec succès à un niveau local, en dépit de petites imperfections de départ. Il faut la perfectionner et voir si d’autres maires veulent l’appliquer l’an prochain ».

Partis politiques

LeTrouw rend compte d’une réunion organisée par le Parti travailliste à Nimègue à l’occasion de la nouvelle année. Son leader, M. Job Cohen, a souligné que son ambition principale pour l’année 2011 était de préserver la cohésion sociale, « justement maintenant, au moment où nous allons sentir les effets d’un gouvernement de droite comme on n’en a jamais eu. Un gouvernement qui, grâce au soutien de Wilders, accentue les différences culturelles et qui exclue des personnes à cause de leur croyance ou de leur origine ». M. Cohen a « rappelé qu’il ne prévoyait pas de démissionner » en cas de résultat décevant aux élections provinciales (puis sénatoriales), mais entendait rester « en 2011 et bien au-delà » et a engagé « tous les partis à le rejoindre dans l’opposition ». Selon le Trouw, « la base du parti restait très partagée après cette intervention très attendue. Le leadership de Job Cohen est controversé au sein du PvdA ».

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 04/01/2011

Haut de page